Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
28 octobre 2019 1 28 /10 /octobre /2019 19:08
Une heure avec Rosa Luxemburg ... Rencontre-lecture autour d’un livre, « Les lettres de prison » de Rosa Luxemburg.

Un jour avec Rosa Luxemburg,

Rencontre-lecture autour d’un livre, « Les lettres de prison » de Rosa Luxemburg.

 

Un livre qui tisse des liens invisibles et sensibles entre tous ceux qui un jour le lise. Brigitte Bergès, comédienne et Dominique Villaeys-Poirré ont partagé ce moment et vous propose une heure … avec Rosa Luxemburg.

 

1er mai 1916, en pleine guerre, en plein Berlin, des  femmes et des hommes se rejoignent,  au prix d’un immense courage pour réclamer du pain, la liberté, la paix. Parmi elles/eux Rosa Luxemburg Elle sera arrêtée peu après et retenue sans aucun procès jusqu’à sa libération par la révolution en novembre 1918.

 

Ses lettres de prison, adressées à la jeune femme de Karl Liebknecht, lui-même arrêté, sont l’expression d’une sensibilité, d’une universalité qui jamais ne l’ont quittée.

 

Elles sont aussi le témoignage de la résistance sans faille d’une militante pour laquelle le combat politique révolutionnaire avec la classe ouvrière, le refus du nationalisme, le pacifisme ont été le fil rouge d’une pensée et d’une action inlassable.

 

Rosa Luxemburg a été assassinée il y a cent ans ainsi que toute la révolution allemande par des forces réformistes social-démocrates, et les corps francs qui donneront un jour naissance aux SA.

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 23:41
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2019 4 24 /01 /janvier /2019 13:10
Rosa Luxemburg : une magnifique artiste, Rara Zaminska, combat le silence voulu par la Pologne, son exposition porte le nom significatif de Phantom Monument.
Eröffnung und Performance: 16. Januar 2019, 19:00 Uhr  auer der Ausstellung: 17. Januar – 10. Februar 2019 Galeria Studio Kultur-und Wissenschaftspalast, Plac Defilad 1, Warschau

 

Die Ausstellung Phantom, in der Galeria Studio in Warschau, ist die erste Auflage von  Rara Kamińskas Projekt zu Rosa Luxemburg, Phantom Monument. Als weitere Ausstellungsorte folgen Zamość (Synagoge / Stiftung zum Schutz des jüdischen Erbes), Zürich (Kunst im öffentlichen Raum) und Berlin (Kunstverein am Rosa-Luxemburg-Platz). In diesen vier Städten lebte und arbeitete Rosa Luxemburg (1871– 1919). Die große Sozialdemokratin wurde in der Nacht vom 15. auf den 16. Januar 1919 in Berlin heimtückisch ermordet, und ihre Leiche warf man in den Landwehrkanal. Der Tod entpuppte sich erst Monate später als Mordfall, und der Hintermann der Ermordung, Generalstaboffizier einer Freikorps-Division Waldemar Pabst, wurde nie vor Gericht gestellt. An ihrer symbolischen Bestattung nahmen 150 Tausend Menschen teil.

Heute werden in Polen Gedenktafeln für Rosa Luxemburg, von Wänden gerissen oder beschädigt, und ihr Geburtshaus in Zamość ist verwahrlost. Ein 2016 verabschiedetes Gesetz, beschleunigte den in den 90er-Jahren begonnenen Prozess der Auslöschung von Ereignissen und Figuren der Arbeiterbewegung aus dem kollektiven Gedächtnis. In der Innenstadt Berlins sind einer der zentralen Plätze und eine Straße nach ihr benannt, und im Jahr 2006 wurde dort, das vom Künstler Hans Haacke entworfene Denkzeichen Rosa Luxemburg gebaut. Nach der Machtergreifung der Nationalsozialisten in Deutschland, sollte die Erinnerung an Aktivisten der kommunistischen und sozialistischen Linken getilgt werden. Hitler ließ das Revolutionsdenkmal für Rosa Luxemburg, den mit ihr ermordeten Karl Liebknecht und andere Revolutionäre, das 1926 nach Entwürfen von Mies van der Rohe auf dem Zentralfriedhof in Friedrichsfelde erbaut wurde, abreißen. Im Einflussgebiet der Sowjetunion erging es Luxemburg nicht viel besser. Wegen ihrer Auseinandersetzungen mit Lenin, galt sie als umstrittene Persönlichkeit. 

Die Aktivistin der deutschen und polnischen Sozialdemokratie Luxemburg, kehrt in der Ausstellung von Rara Kamińska zurück nach Warschau, wo sie in der Złota-Straße 16 lebte. Heute liegt hier eine Brache, die aus den Fenstern der Galeria Studio zu sehen ist. Die Struktur der Arbeiten ist vom Herbarium der Aktivistin inspiriert. Dort sammelte sie Unkräuter aus Mauern und Höfen der Gefängnisse, in denen sie von 1913 bis 1918 inhaftiert war. Luxemburg studierte in Zürich Botanik, bevor sie zu Volkswirtschaftslehre und Politik wechselte. Kamińskas Projekt thematisiert unerfüllte, feministische und pazifistische Forderungen, Wünsche und Ängste – ob politisch, privat, sozial oder wirtschaftlich – die sie in ihren Schriften erhob und die bis heute aktuell sind.

Ausgestellt sind Reliefs, geflochten aus aktuellen Warschauer und Berliner Zeitungen, Betonskulpturen, eine Installation aus herausgerissenen Bürgersteigen und Straßenpflastern, die aus dem Rosa-Luxemburg-Platz in Berlin stammen, sowie ein Archivbereich und ein Fotoprojekt gewidmet Luxemburgs Geburtshaus in der Kościuszko-Straße (ehem.  Garten-Straße) in Zamość. Am Tag der Eröffnung, zum 100. Todestag von Rosa Luxemburg, wird eine Performance aufgeführt werden, in dem ein, in 1962 veröffentlichtes Interview, mit dem Hintermann ihrer Ermordung vorgelesen werden wird.


Rara (Renata) Kamińska:
Geboren in Hrubieszów, in Zamość aufgewachsen. Sie absolvierte die Kunstakademie HGB in Leipzig und die Maria-Curie-Skłodowska-Universität in Lublin. Ihre Werke wurden u.a. in der Gallery Monique Goldstrom in New York, als Gast im Luxemburger Pavillon auf der 55. Biennale in Venedig, in der Galerie Chert in Berlin und auf der Biennale für Kunst im öffentlichen Raum AURORA in Dallas ausgestellt. In den letzten Jahren entwickelte sie das interdisziplinäre und ephemere Projekt BEL ETAGE.

Partner:
Kunstverein am Rosa-Luxemburg-Platz, Berlin Kunst im öffentlichen Raum, Zürich Synagoge in Zamość / Stiftung zum Schutz des jüdischen Erbes, Zamość

Rosa Luxemburg : une magnifique artiste, Rara Zaminska, combat le silence voulu par la Pologne, son exposition porte le nom significatif de Phantom Monument.Rosa Luxemburg : une magnifique artiste, Rara Zaminska, combat le silence voulu par la Pologne, son exposition porte le nom significatif de Phantom Monument.
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2019 7 06 /01 /janvier /2019 00:24
Un siècle, un jour pour Rosa Luxemburg à Saint-Etienne samedi 19 janvier 2019
Il y a quelques années à Saint-Etienne, une quinzaine Rosa Luxemburg a surgi de la volonté, de l'enthousiasme, de la sensibilité de Sabrina Lorre transmis et repris par des dizaines d'artistes et militants. Rosa Luxemburg se déclina alors en  expositions, musique, poèmes, théâtre, conférences, moment inoubliable et pour moi inoublié.
 
Alors que s'approche le centenaire de son assassinat, qui fut aussi celui de toute une révolution, alors qu'aujourd'hui surgit de nouveau la révolte, Saint-Etienne, de nouveau, vibrera et réfléchira tout au long d'une journée, si joliment nommée :

 

Un siècle, un jour pour Rosa Luxemburg.

 

Un siècle, un jour pour Rosa Luxemburg à Saint-Etienne samedi 19 janvier 2019
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 21:36
Stuttgart 1907. Jaurès, Lénine, Rosa Luxemburg,
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 20:07
En mémoire de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, Georg Grosz, 1919

Art work details

Original Title :

Zur Erinnerung an Rosa Luxemburg und Karl Liebknecht

Year of production :

1919

Artist:

George Grosz

Medium :

Ink and wash drawing

Materials:

Ink, Paper

Dimensions :

height: 61.5 cms; width: 44 cms

Credit Line :

Purchased from Fischer Fine Art

Copyright :

Estate of George Grosz, Princeton, N.J. / DACS, 2013

Associated Groups :

Novembergruppe

Tags:

Weimar Republic, Death, Grosz

Rosa Luxemburg and Karl Liebknecht (both 1871-1919) were left wing socialists who formed the revolutionary Spartacus League in Berlin in 1914 in opposition to the First World War. Both were brutally murdered by German troops in January 1919 after the unsuccessful Spartacist uprising against the government. Grosz commemorates this savage act by depicting justice as a ghost trailing a bloodstained robe across the open coffins of the two victims.

George Grosz was a radical artist and caricaturist who satirised capitalist society and its values through incisive graphic art. Grosz, Otto Dix and Max Beckmann formed the principal trio of left wing New Objectivity artists. His political activism led to his emigration from Germany to America in 1933.

 

http://www.germanexpressionismleicester.org/leicesters-collection/artists-and-artworks/george-grosz/in-memory-of-rosa-luxemburg-and-karl-liebknecht/

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 19:51
Portrait of Karl Kautsky by Rosa Luxemburg, 1907

 

Rosa Luxemburg spent most of the last three years of her life in prison in Berlin ...  These three years in prison provided Rosa the only ”free” time in her life during which she was able to write, but also to dedicate herself to another great passion- her talent for expressing her sense of beauty.  She was a born artist who preferred sketching and drawing to painting.  As far as anyone knew, she had no special training in art.  She just had a great need to paint or sketch every tree or flower that she admired, as well as many pets of her friends.  According to her school records of the Women’s Gymnasium in Warsaw from which she graduated in 1887, she received the highest marks and accolades for her exquisite artwork.  There may still be some other paintings by Rosa somewhere in Europe, which have not been attributed to her so far.  But we do know of one- the wonderful portrait Rosa drew of the young son Karl Jr. of her closest friends Karl and Louise Kautsky, when he was just sixteen years old.  The likeness Rosa achieved is incredible! The painting has always remained in their family and serves as the living proof of Rosa’s exceptional talent.

The hundreds of amazing letters that Rosa wrote to her many beloved friends, have been carefully preserved by them and eventually were published in a rare collection.  They provide a wealth of information about her activities, particularly during her prison years, when she had time to write.  She describes her intense work schedule, the many hours of everyday she spent at her desk writing, sometimes lifting her eyes to glance through the window above the desk to observe the view of the prison courtyard where a lilac bush was growing that she had planted there herself.  She enjoyed many privileges in the prison due to her astonishing ability to form deep friendships with the working class people (in this case- the prison guards). She actually made the most of her time there by reading an incredible selection of varied literature, political as well as classical, polemics as well as poetry.

We get a sense of her physical suffering from various ailments, and her mood swings.  We also find many expressions of her profound knowledge of plants and the animal kingdom.  She was particularly fond of birds, which she loved to watch from her prison window.  She was even able to care for a few wounded ones in her little cell.  The guards would provide her with birdseed and other things she needed for them.

One great truth emerges again and again from the letters- the deepest roots of Rosa’s revolutionary activities come from her all-encompassing love for all living creatures.

The “other” Rosa Luxemburg, not the fiery political leader, only her closest friends ever really had the chance to know intimately.  The letters she had written to them are all we have to give us a clear picture of her inner self.  More than anything else, she wanted to be good- to help all those in need- that was the longing in her soul in all the days and nights she spent in loneliness in prison.

 

 

Rosa bore this suffering with the dame courage and strength that had accompanied this small and insignificant looking woman throughout her whole life.  Her empathy with all the oppressed of the world touches us deeply, as she describes some small acts of mercy she carried out to help the disadvantaged, be they humans or animals.

 

said, “This is most important: to be simply and unaffectedly good; that alone can solve everything and bind us all together more effectively than mere cleverness!”Rosa

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 22:37
Ebba Fransén Waldhör. "The design is made with Rosa Luxemburgs flowers and plants that she collected and pressed throughout her life. During the times she was imprisoned in Berlin, Breslau and in Wronke, she received flowers from friends."

The design is made with Rosa Luxemburgs flowers and plants that she collected and pressed throughout her life. During the times she was imprisoned in Berlin, Breslau and in Wronke, she received flowers from friends.

 

 

Ebba Fransén Waldhör is an artist and designer based in Berlin. Her research-based practice revolves around the social and cultural implications of the materiality and language of textiles. Collaborating with other artists, writers, and choreographers, she develops spatial concepts and time-based designs for the performative arts.

12435
Am Flutgraben 3
Studio: Flutgraben e.V.
Berlin

mail(at)ebbafransenwaldhor.n

 

http://ebbafransenwaldhor.net/rosa-luxemburg-wallpaper/

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 14:11
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 04:23
Spectacle. Le grand boucher capitaliste et la mémoire. Jolie môme. En contrepoint à Rosa Luxemburg
 
Gérald Rossi
Lundi, 11 Décembre, 2017
L'Humanité
 
 

La compagnie Jolie Môme, avec 14-19, met en lumière les espoirs populaires pour la paix et contre la misère avant, pendant et après le premier conflit mondial.

 

La période est confuse. Et le décor à l’unisson. D’un côté un amoncellement de plateaux de bois, qui comme des marches permettent de gravir les paysages, d’entrer, de sortir, de brandir un très grand drapeau rouge ou un plus modeste fanion tricolore. De l’autre, une mini-estrade de cabaret, où les musiciens se relaient au clavier et à la contrebasse. D’autres, plus tard, joueront des cuivres, et un batteur s’installera tout en haut du promontoire. Le tout résumant un spectacle dynamique, percutant, musical, militant et drôle, conforme à l’ADN de Jolie Môme, compagnie fondée en 1983 et basée depuis 2004 au Théâtre la Belle Étoile à Saint-Denis, dans le Nord parisien.

 

Dans 14-19, la mémoire nous joue des tours, pour Jolie Môme, pas question, on s’en doute, d’ajouter simplement une pierre aux commémorations labellisées (ou non) par la mission du centenaire. L’ambition est de diriger le projecteur sur quelques pages du grand livre de l’histoire. Ainsi, entre deux jets de fumigènes abondants, surgissent Lénine, Jaurès, Clemenceau, le chanteur populaire Montéhus, ou encore Jeanne Labourbe, jeune révolutionnaire fusillée en 1919 par les antibolcheviques.

 

La révolution de 1917 et les soviets, et les mutins de la mer Noire en toile de fond

 

Tous, sur le plateau, permettent de suivre le fil déroulé, depuis l’avant-guerre avec ses espoirs de paix, jusqu’aux lendemains de la première grande boucherie mondiale, avec en toile de fond la révolution de 1917 et les soviets, les mutins de la mer Noire, etc. D’autres figures surgissent encore, qui tiennent au cœur de Jolie Môme, comme Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.

 

Ce dernier, « compagnon de Marx et Engels », fut, rappelle 14-19, avec Luxemburg à l’origine de la Ligue spartakiste, mouvement politique d’extrême gauche (ancêtre du parti communiste KPD) qui a pris son nom à la grande rébellion des esclaves sous la République de Rome. Ses deux fondateurs ont été abattus à Berlin lors de l’insurrection du 15 janvier 1919. Brûlant des espoirs révolutionnaires, expliquent les dix comédiens, qui endossent les rôles multiples dans cette épopée qui dénonce avec force le rôle historique de « la social-démocratie ». Symbolisée ici par un personnage falot, manipulable quand il ne prend pas directement l’initiative. Au final, pas beaucoup d’optimisme, car si les basses manœuvres anti-ouvrières sont mises au jour, le capitalisme tire bien son épingle du jeu.

 

Un siècle plus tard, dans son petit journal distribué à l’entrée de la salle, malicieusement nommé « organe central de la compagnie », Jolie Môme rappelle que Loïc, l’un des siens, est convoqué par la justice en janvier prochain (le procès a déjà été reporté trois fois) sur plainte du Medef à la suite d’une « occupation pacifique » du siège parisien de l’organisation patronale. 14-19, la suite ?

 

Jusqu’au 23 décembre, les vendredis et samedis à 20 h 30 et les dimanches à 16 heures. Théâtre la Belle Étoile, 14, rue Saint-Just, 93200 Saint-Denis, tél. : 01 49 98 39 20.
Partager cet article
Repost0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009