Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
27 décembre 2023 3 27 /12 /décembre /2023 22:43
Karl Liebknecht dans sa prison d'Alix Guillain. Extraits de ses notes sur l'impérialisme, la guerre ...

Le 1er mai 1916, de la gare de Potsdam descend un soldat, l'uniforme râpé, la tenue négligée. Personne ne faitattention à lui. C'est un simple soldat comme on en voit passer tous les jours, et qui, sûrement, n'appartient pas à, un régiment d'élite, celui-là. Arrivé au milieu de la Potsdamer Platz, au centre même de Berlin, il s'arrête. Puis, tout à coup, sa voix s'élève. « A bas la guerre ! A bs le gouvernement ! Vive la révolution ! » Des curieux s'amassent. Il distribue des pamphlets et des feuilles volantes contre la guerre et le gouvernement. Des policiers se jettent sur lui. Karl Liebknecht est arrêté.

Vouloir l'impossible pour atteindre ce qui est possible. C'est la maxime d'après laquelle il a toujours agi. Certes, il ne croyait pas en ce moment pouvoir arrêter la guerre, mais il s'agissait de vouloir la fin de la guerre, quel que fût le résultat auquel cette volonté pût aboutir.

Le 11 mai 1916, discussion, au Reichstag, pour savoir si on lèverait l'immunité de Karl Liebknecht, député. Le  docteur Landsberg, qui plus tard, sous la révolution, devait être ministre, prend la parole au nom de son parti.

Voici ce qu'il dit :

Messieurs, vous avez affaire à un homme qui en a appelé aux masses pour forcer le gouvernement à faire la paix. Or, il s'agit ici d'un gouvernement qui déjà, à maintes reprises, a déclaré, à la face du monde entier, qu'il était prêt à faire la paix... Notre attitude, en ce qui concerne la guerre, messieurs, vous la connaissez. Pour nous, la guerre c'est la lutte pour la patrie... Voila, messieurs, quel est l'esprit du peuple allemand. Et cet esprit ne peut pas être ébranlé par un chiffon de papier (en prononcent ces paroles, M. Landsberg brandit la feuille volante que Llebknecht avait distribué le soir du 1er mai). L'entreprise de Liebknecht est tout simplement grotesque... Comment peut-on s'imaginer que faire une manifestation sur la Potsdamer Platz et y distribuer des feuilles volantes, c'est faire de la haute politique et influencer les destinées du monde ? Opposons à la nervosité maladive dont toute cette entreprise témoigne, et dont chaque ligne de la feuille volante fait preuve, un calme pondéré et réfléchi, c'est ainsi que nous servirons le mieux la cause de l'Empire.

Décidément, ce n'est pas aux majorités socialistes qu'on pourra reprocher d'avoir voulu l'impossible. Témoignant d'un mépris profond pour les chiffons de papier de Liebknecht, ils sont à ce moment encore loin loin de se douter qu'un jour ce même Liebkneçht mènera les masse à une révolution, dont ils seront, hélas ! les profiteurs. L'intervention de Landsberg, le 11 mai 1916, est une des pages les moins glorieuses de l'histoire, déjà si peu glorieuse, des majoritaires socialistes.

Liebknecht, abandonné par ceux qui s'étaient dits ses camarades, fut condamné, comme on le sait, à deux ans et demi, puis à quatre ans de travaux forcés. C'était la réclusion totale, et le gouvernement pouvait croire que, pour des années, il avait condamné le grand agitateur à l'impuissance. Le régime du pénitentiaire où il expia sa peine était sévère.

Quatre fois par an seulement il lui était permis d'écrire des lettres à sa famille. Tous les trois mois il pouvait, sous surveillance, bien entendu, recevoir des visites. La lecture des journaux lui était interdite, sauf les dimanches, où on lui passait un journal patriotique.

Pourtant, l'énergie révolutionnaire de Liebknecht ne se laissait pas entamer. Rien ne peut mieux en témoigner que l'édition récente, faite par Frantz Pfemfert, des notes que Liebknecht crayonnait au jour le jour dans sa prison pour exprimer ses idées sur les événements politiques (Karl Liebknecht, Politische Aufzeichnungen, Verlag : Aktion-Berlin-Wilmersdorf).

Pour écrire, il se servait de n'importe quel bout de papier, il griffonnait en marge de feuilles de journaux, sur des pages vides de livres, sur du papier d'emballage, forcé par le manque de place et l'œil vigilant de ses geôliers, d'écourter sa pensée. Tantôt ce sont les cris passionnés d'un cœur qui souffre d'être condamné à l'inaction, tantôt ce sont des dispositions, des remarques jetées et la hâte pour un discours. De sa cellule, il s'imagine être devant la foule qu'il invite à la révolution. Documents angoissants, témoignages d'un esprit inquiet toujours à l'affût de l'action.

Condamné au silence par le régime pénitentiaire, son cerveau travaillait infatigablement, hanté par la vision de la révolution qu'il sentait proche.

Alix GUILLAIN.

(Nous reproduisons ici quelques-unes de ces notes qui, souvent mieux que par de longs discours, témoignent de l'ardeur et de la passion de celui qui les écrivit) :

Karl Liebknecht dans sa prison d'Alix Guillain. Extraits de ses notes sur l'impérialisme, la guerre ...

L'Internationale et la Guerre (pages 7 et suiv.)

Notre attitude, en face de la guerre, est déterminée par l'esprit international, qu'il s'agisse indifféremment de nos jugements politiques, sociaux ou économiques, de l'action et de ses moyens ou du but.

Le problème de la défense nationale doit être envisagé par nous sous l'angle de la lutte de classes révolutionnaire dans chaque pays et de la collaboration de la classe ouvrière de tous les pays, obéissant aux mots d'ordre : lutte de classes prolétarienne contre la guerre impérialiste, lutte de classes internationale contre la guerre des Etats.

Le but de notre guerre contre la guerre a un caractère international ; la mesure d'après laquelle nous apprécions les résultats possibles de la guerre est internationale : ce qui nous intéresse, c'est l'effet total envisagé du point de vue international pour le prolétariat mondial, et notre effort doit tendre à rendre cet effet aussi favorable que possible...

Selon les chances et possibilités révolutionnaires de chaque pays, dans les différents moments, il s'agira de donner plus ou moins de l'avant, de travailler, de ralentir ou de hâter le travail ; ce qu'il faut, c'est qu'à chaque moment, on puisse atteindre le maximum de collaboration internationale, dons le sens socialiste et révolutionnaire, et qu'on pèse et calcule l'effet d'une politique non seulement par rapport à son propre pays, mais encore par rapport à tous les autres pays.

 

La fin de la guerre et le socialisme (1917) (pages 20 et suiv.)

De la guerre franco-allemande, et de toutes les guerres qui ont eu lieu depuis, le socialisme est sorti pur et mieux trempé. La guerre mondiale, par contre, a fait de lui un monceau de ruines. Un monceau de ruines, son idéologie ; un monceau de ruines, son organisation. Et cela, avant tout, là où les partis socialistes, en se soumettant aux pouvoirs dirigeants, se sont en apparence le mieux conservés, c'est-à-dire là où, dans l'ensemble, ils ont fait le jeu des ennemis mortels du prolétariat.

Le mouvement ouvrier rejeté au point où il en était avant 1870 : voilà le fait. Dans chaque pays, et dans l'Internationale, il faut reprendre le travail à ses débuts : dans la propagande, dans l'organisation, dans l'éducation pour la lutte des classes et pour la solidarité internationale.

 

La guerre et le capital (page 42)

Il est un effet des emprunts de guerre qui, jusqu'ici, n'a pas été suffisamment pris en considération : c'est la dépendance de plus en plus étroite dans laquelle se trouve l'Etat vis-à-vis des grands capitalistes, dépendance formée par la proportion immense des emprunts se trouvant dans les mains des grandes entreprises (industries lourdes, banques, etc.). Ce fait se remarque surtout dans l'industrie des munitions, qui a dû signer pour une large part les emprunts, et qui, d'ailleurs, ne s'est guère fait tirer l'oreille non seulement en vue des grands profits que lui procuraient les commandes, et desquels témoignent les bilans de fin d'année, mais aussi parce que signer les emprunts était le meilleur moyen d'augmenter et de consolider son influence politique. Il saute aux yeux que de ce fait la politique de guerre de l'Etat, et avant tout la politique à l'égard des buts de guerre, est devenue de plus en plus dépendante des capitalistes de tous genres, et que, de plus en plus, le gouvernement en a été réduit à ne plus être que le commis et le délégué des grands capitalistes.

 

La Paix et la Révolution (page 50)

Toute négociation de paix engagée, toute paix conclue en ce moment, n'est qu'une étape sur la voie qui mène à la révolution. La vraie signification de la paix dépend de l'évolution révolutionnaire ultérieure, qui mènerai à une révision et super-révision et aboutira à une refonte générale et à une formation nouvelle de la société.

 

Les chances d'une révolution après la paix (avril 1918) (pages 79 et suiv.)

Le résultat de la guerre sera une défaite économique de tous les pays, même de ceux qui auront remporté la victoire militaire. Le poids de la misère économique mènera forcément à un déchaînement de toutes les forces du peuple sur le terrain économique. Il engendrera et augmentera les tendances révolutionnaires dans les domaines politique et scientifique.

 

La Politique extérieure du Socialisme (avril 1918) (pages 85 et suiv.)

Le socialisme international, par suite de son caractère socialiste et international (c'est-à-dire en tant que socialisme et internationalisme), ne peut connaître ni supporter d'opposition entre sa politique intérieure et extérieure. Homogénéité et continuité de ses politiques intérieure et extérieure, voilà les points de vue dont, sous aucun prétexte, il ne peut se départir. Sa politique extérieure, de même que sa politique intérieure, doit être remplie du même esprit socialiste international et révolutionnaire.

 

Tel est le devoir de la politique socialiste, appuyée par le prolétariat conscient de ses droits de classe : accélérer l'évolution sociale dans la voie qui mènera à la création d'un ordre socialiste, au moyen de la lutte de classes, destinée à prendre au moment de la péripétie, le caractère de révolution sociale dans le sens le plus étroit...

La politique extérieure du socialisme n'est pas seulement une sorte de prolongement de sa politique intérieure au delà de frontières qui, du point de vue socialiste, ne peuvent être que fortuites. Plus que toute politique s'inspirant d'un principe social différent, elle s'identifie en théorie et en pratique à sa politique intérieure. La politique extérieure, de même que la politique intérieure du socialisme, découlent de la même source, c'est-à-dire des oppositions sociales d'ordre international, des intérêts de classe du prolétariat mondial, dont le prolétariat national ne saurait être qu'une branche détachée. Ces deux politiques font également partie de la lutte de classes internationale, la lutte des classes à l'intérieur de toute nation ne pouvant se concevoir qu'en fonction de la lutte totale. Aussi ne représentent-elles l'une et l'autre que des applications particulières des principes internationaux, par définition du socialisme, aux formes concrètes dans lesquelles apparaissent les oppositions de classes, tantôt dans des cas particuliers tantôt dans des cas généraux, soit sur une échelle nationale, soit sur une échelle mondiale. En d'autres termes, elles sont des applications particulières de la lutte de classes aux conditions concrètes, qui se présentent à l'intérieur de chaque Etat, ou apparaissent d'une façon générale, en dehors de toutes frontières.

Établissant ainsi la primauté du point de vue international sur le point de vue national, nous posons en principe que la politique extérieure doit primer sur la politique intérieure.

Ainsi, la politique intérieure du socialisme ne représente qu'un cas particulier de sa politique extérieure, et ce que l'impérialisme dit de lui-même dans un esprit opposé, est vrai pour le socialisme : victoire à l'intérieur, et victoire à l'extérieur, dépendent mutuellement l'une de l'autre... Ni dans la politique intérieure du socialisme, ni dans sa politique extérieure, il n'y a de moyen vraiment socialiste, en dehors de la lutte des classes.

 

Impérialisme et guerre ou socialisme et paix (avril 1918) (page 90)

Qu'il y a-t-il au fond des antagonismes qui, jusqu'ici, ont engendré les guerres et en engendreront toujours de nouvelles, tant qu'ils dureront ? La concurrence capitaliste mondiale entre les différents groupements organisés dans les Etats, entre les différents impérialismes qui luttent pour s'emparer des richesses du monde : matières premières, forces ouvrières, débouchés, terrains de construction.

Que faut-il donc faire ? Abolissons la concurrence capitaliste. Faisons des richesses de la terre une affaire commune de l'humanité entière, mettons à la place de la société capitaliste qui divise l'humanité en classes et en hordes de brigands qui s'entre-déchirent, la société socialiste qui réconcilie l'humanité et en fera l'union.

Créer l'Internationale de l'avenir, l'Internationale triomphante, voilà le devoir de l'Internationale du présent, de l'Internationale militante.

Le moyen pour y parvenir, c'est la révolution sociale. C'est elle qui, seule, peut en ce moment non seulement préparer la paix, mais encore détruire les causes des guerres futures.

Qui veut le but doit vouloir les moyens.

Impérialisme et guerre, ou socialisme et paix, l'un ou l'autre : il n'y a pas d'autre alternative.

 

Le commencement de la grande révolution (septembre 1918) (pages 134 et suiv.)

C'est maintenant, où la domination militaire de l'Allemagne s'est écroulée, que la guerre devient, dans un sens éminent, une guerre révolutionnaire.

Pourtant, nous n'en sommes qu'aux débuts. L'essentiel est encore à venir. L'heure décisive a sonné pour la révolution sociale. Jusqu'ici, ce n'a été qu'un petit chambardement. Le grand suivra.

(Traduction d'Alix GUILLAIN.)

 

Source : Bulletin communiste n° 5 (troisième année), 2 février 1922. Alix Guillain- Karl Liebknecht : Karl Liebknecht dans sa prison (1922)

https://www.marxists.org/francais/guillain/works/1922/02/liebknecht.htm

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2023 6 04 /11 /novembre /2023 10:16
Langston Hughes, Les gosses qui meurent : "... comme Liebknecht"

Sur le net, cette découverte. Dans une série récente Fellow Travelers, selon l'article consulté, le nom de Karl Liebknecht apparaît! C'est au détour d'un poème d'un grand auteur noir américain Langston Hughes"Les gosses (enfants)  qui meurent":

 

Écoutez, les enfants qui meurent -
Peut-être qu'à présent, il n'y aura plus de monument pour vous
Sauf dans nos cœurs
Peut-être que vos corps seront perdus dans un marécage
Ou une tombe de prison, ou le champ du potier,
Ou les rivières où vous vous noyez comme Liebknecht
Mais le jour viendra —
Vous êtes vous-mêmes sûrs qu'il vient —
Où les pas des masses en marche
élèveront pour vous un monument vivant d'amour,
Et de joie et de rire,
Et de mains noires et blanches jointes comme une seule,
Et une chanson qui atteint le ciel -
La chanson de la vie triomphante
À travers les enfants qui meurent.

Langston Hughes, Les gosses qui meurent : "... comme Liebknecht"

Vu sur : https://www.themarysue.com/fellow-travelers-shows-mccarthyism-targeting-langston-hughes/


Dans Fellow Travelers , comme dans la vraie vie, Hughes dit qu'il n'est pas affilié au parti communiste même s'il a assisté à des événements favorables aux communistes. McCarthy et son équipe s'en prennent à Hughes pour ses critiques concernant l'incarcération de personnes ayant des opinions de gauche. Au cours de l'épisode, Marcus récite des parties du poème de Hughes « Kids Who Die ».

LE POEME

Sur https://retors.net/spip.php?article622 , vous trouverez une traduction de ce poème par  Sika Fakambi - Dans la revue  de l'association "L'atelier de traduction n° 15 :  Langston Hughes, Le Nègre parle des fleuves, Harlem,  Joueur de trompette, Chanson pour Billie Holiday, Démocratie, Les mômes qui meurent

 
Langston Hughes, Les gosses qui meurent : "... comme Liebknecht"

 

Les mômes qui meurent

Ça c’est pour les mômes qui meurent,

Noirs et blancs,

Car les mômes mourront à coup sûr.

Les vieux et riches continueront de vivre un temps,

Comme toujours,

En mangeant du sang et de l’or,

En laissant les mômes mourir.

 

Les mômes mourront dans les marais du Mississipi

En organisant le métayage

Les mômes mourront dans les rues de Chicago

En organisant les travailleurs

Les mômes mourront dans les orangeraies de Californie

En expliquant aux autres qu’il faut se rassembler

Blancs et Philippins,

Nègres et Mexicains,

Toutes sortes de mômes mourront

Qui ne croient pas aux mensonges, aux pots-de-vin, au contentement

À une paix dégueulasse.

 

Bien sûr, les sages et les savants

Qui écrivent leurs articles dans les journaux,

Et les messieurs avec Dr. avant leur nom

Blancs et noirs,

Qui font des enquêtes et qui écrivent des livres

Continueront de vivre en tissant des mots pour étouffer le bruit des mômes qui meurent,

Et les tribunaux sordides,

Et la police avide de pots-de-vin,

Et les généraux assoiffés de sang,

Et les prêtres assoiffés d’argent

Lèveront tous la main contre les mômes qui meurent,

Les frappant à coup de lois et de matraques et de baïonnettes et de balles

Pour effrayer les gens —

Car les mômes qui meurent sont comme du fer dans le sang des gens —

Et les vieux et riches ne veulent pas que les gens

Goûtent au fer que sont les mômes qui meurent,

Ne veulent pas que les gens pigent qu’ils ont du pouvoir,

Qu’ils croient en un Angelo Herndon, ou même se rassemblent

 

Écoutez, les mômes qui meurent —

Peut-être que, là, il n’y a pas de monument pour vous

Sauf dans nos cœurs

Peut-être que vos corps se perdront dans un marais

Ou dans une tombe de prison, ou au cimetière des pauvres,

Ou dans les rivières où vous êtes noyés comme Leibknecht

 

Mais le jour viendra —

Vous pouvez être sûrs qu’il viendra —

Où les pieds des masses en marche

Érigeront pour vous un monument d’amour,

Et de joie, et de rires,

Et les mains noires et les mains blanches se joindront comme une seule,

Et un chant s’élèvera jusqu’au ciel —

Le chant de la vie qui triomphe

À travers les mômes qui meurent.

This is for the kids who die,

Black and white,

For kids will die certainly.

The old and rich will live on awhile,

As always,

Eating blood and gold,

Letting kids die.

 

Kids will die in the swamps of Mississippi

Organizing sharecroppers

Kids will die in the streets of Chicago

Organizing workers

Kids will die in the orange groves of California

Telling others to get together

Whites and Filipinos,

Negroes and Mexicans,

All kinds of kids will die

Who don’t believe in lies, and bribes, and contentment

And a lousy peace.

 

Of course, the wise and the learned

Who pen editorials in the papers,

And the gentlemen with Dr. in front of their names

White and black,

Who make surveys and write books

Will live on weaving words to smother the kids who die,

And the sleazy courts,

And the bribe-reaching police,

And the blood-loving generals,

And the money-loving preachers

Will all raise their hands against the kids who die,

Beating them with laws and clubs and bayonets and bullets

To frighten the people —

For the kids who die are like iron in the blood of the people —

And the old and rich don’t want the people

To taste the iron of the kids who die,

Don’t want the people to get wise to their own power,

To believe an Angelo Herndon, or even get together

 

Listen, kids who die —

Maybe, now, there will be no monument for you

Except in our hearts

Maybe your bodies’ll be lost in a swamp

Or a prison grave, or the potter’s field,

Or the rivers where you’re drowned like Leibknecht

 

But the day will come —

You are sure yourselves that it is coming —

When the marching feet of the masses

Will raise for you a living monument of love,

And joy, and laughter,

And black hands and white hands clasped as one,

And a song that reaches the sky —

The song of the life triumphant

Through the kids who die.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2023 5 15 /09 /septembre /2023 11:52
Grève des mineurs 1912

Grève des mineurs 1912

Extraits d'un article de Karl Liebknecht, Et maintenant en Prusse?

 

… Il va de soi qu’aucun des moyens de lutte actuels ne doit être abandonné. Mais ils ne suffisent plus, nous avons besoin de nouveaux moyens pour mener un nouveau combat.

La grève est, avec le boycott, la forme d’utilisation du pouvoir du prolétariat qui correspond le mieux à la nature sociale du prolétariat, et à sa fonction dans la société capitaliste qui en découle directement. Les grèves syndicales, par leur ampleur, s’apparentent de plus en plus à des grèves de masse. Elles se rapprochent aussi bien souvent, par leur objectif, des grèves politiques et deviennent de plus en plus clairement des luttes pour asseoir le pouvoir de la classe ouvrière dans la société. Elles se trouvent de plus en plus confrontée impitoyablement à la totalité de l’appareil d’État, l’armée y compris. Les grèves syndicales elles-mêmes deviennent de plus en plus des luttes contre le pouvoir d’État, voire pour conquérir le pouvoir d’État. ...

La grève politique a passé depuis longtemps l’épreuve du feu, il n’est donc pas étonnant qu’en Allemagne aussi, non seulement sa possibilité, mais aussi sa nécessité, soient reconnues presque partout. Cela vaut justement pour la question du droit de vote en Prusse. Ici, aucun autre chemin ne mène au but, la situation est sinon sans issue.

… Pour la lutte en Prusse, la question n’est plus depuis longtemps de savoir si une grève de masse est nécessaire, mais seulement de savoir quand et dans quelles conditions.

 Parmi les partisans de la grève de masse, nul ne devrait se laisser aller à l’illusion insensée de pouvoir transformer une situation détestable par moyen tactique. Il ne s’agit pour eux que de rechercher le moyen le plus efficace pour exploiter une situation donnée, le moyen qui est non seulement autorisé, mais aussi requis. Il y a aussi des occasions manquées au cours de l’évolution de la situation politique malgré le caractère immanent et inexorable de celle-ci.

Mais l’information sur les moyens tactiques requis pour la lutte des classes est déjà en soi un élément de l’information révolutionnaire, et la propagande en faveur de ceux-ci a aussi pour effet de renforcer la force de lutte du prolétariat.

Vouloir forcer une situation ou prétendre la résoudre par des moyens uniquement diplomatiques serait pure folie. Mais une tactique qui n’oserait pas se lancer dans bataille sans gilet pare-balles, et qui fuirait au moment décisif l’air vivifiant d’un "mars" révolutionnaire, plein d'audace, par crainte de mettre en danger les organisations et institutions, pourtant crées à cette fin, ne serait pas moins condamnable. Il s'agit de réfléchir, de peser soigneusement le pour et le contre, mais ensuite aussi, il faut oser.

Je le répète : L'objectif élevé mérite un engagement élevé. Dans cette lutte en Prusse, nous nous inscrivons dans une évolution historique sûre et certaine. Les défaites ne sont que des défaites temporaires, des défaites qui ne sont d’ailleurs pas pour autant infructueuses. Aucune contre-révolution dans l’histoire mondiale, n’a jamais pu annuler l’effet d’un mouvement révolutionnaire. Même pas après la révolution en Prusse en 1848, même pas après la révolution en Russie en 1905.

De même qu’il est vrai, que la social-démocratie allemande et les syndicats allemands ont grandi dans l’atmosphère incandescente d’un combat d’une grande rudesse, et ont prouvé leur invincibilité, en se relevant toujours et encore, de leurs défaites. De même, il est vrai que les organisations de lutte qui, le moment venu, ne craignent pas le danger d’une défaite, sont meilleures que celles qui cherchent à éviter les défaites, en évitant le danger.

Il y a des situations qui exigent que l’on soit prêt même à la défaite.

Qu’est-ce qu’une grève politique de masse ? D’un point de vue théorique, elle peut prendre de nombreuses formes : de la simple grève de protestation, qui n’implique pas encore la recherche de l’instauration d’un rapport de force, à la grève visant à anéantir l’adversaire ; de la grève limitée localement ou professionnellement à la grève générale. Comme cela a été acté au Congrès de Iéna, toutes ces formes pourraient être décidées dans le cadre d’une tactique variable, jusqu’au plus haut niveau d’intensité, tout en conservant les anciens moyens de lutte.

Certes, une grève de protestation fera déjà des victimes. Mais celles-ci aussi se verront justifiées par la valeur que revêt la manifestation d’une énergie révolutionnaire, dépassant largement celle qui apparaît lors des manifestations de rue. … Mais, dans tous les cas, aucune grève de masse ne doit être entreprise sans avoir en elle la volonté de passer immédiatement, si l’occasion se présentait au cours du combat, à une grève impitoyable, visant à réduire l’adversaire. La volonté d’engager une très grande grève générale doit sous-tendre toute forme de grève de masse. ...

Le prolétariat peut-il compter sur des alliés lors d’une grève de masse ? La dernière grève belge a été soutenue par la sympathie de la bourgeoisie libérale. Il ne faut pas y compter en Allemagne.

Notre bourgeoisie a bien plus peur de la classe ouvrière, qu’elle n’espère une réforme électorale selon son cœur, bien qu’il y ait certains petit politiciens à l’âme de boutiquier, qui spéculent sur une once de réforme électorale allant dans leur sens, comme s’il s’agissait de quelques malheureux clous de girofle. Elle aspire à une réforme électorale, qui traduit sa haine, molle, sans force, envers les couches supérieures de la société, et sa fourberie à l’encontre des classes inférieures.

Si la revendication d’un droit de vote réellement démocratique – dont elle parle du bout des lèvres -, vient à se présenter à elle sous la bannière d’une grève politique révolutionnaire, comme une revendication de la lutte de classe prolétarienne, elle se bouchera les oreilles et ne fera plus qu’à en appeler au ministère public, à la police et à l’armée. Le prolétariat doit donc se débrouiller seul, il ne peut trouver qu’une aide tiède ici et là dans les cercles de la classe moyenne, elle aussi privée de ses droits. ...

Plus le prolétariat dépend de lui-même, plus il doit se lancer avec toutes ses forces propres. ... Cependant, même le prolétariat organisé et encore plus celui qui en est éloigné, ne se lancera dans la grève de masse, avec détermination et en mesure de la mener jusqu'au bout, sur un ordre venu d’en haut.

Qui ? – Fût-ce la plus brillante des stars du belcanto politique -, peut songer à créer artificiellement le désir de s’engager dans un grève de masse. Ce serait une affaire de politique de salon. Mais un esprit de lutte peut aussi déboucher sur des luttes inopportunes et sans but précis.

Ce dont il s’agit, c’est déjà d’inscrire dans les esprits, dans les consciences, la voie à suivre. Si la grève de masse est clairement reconnue par les prolétaires comme la seule à suivre, pour une utilisation efficace de leur force, cette analyse doit être largement diffusée, de sorte que la volonté et la combativité des masses en colère finissent par s’emparer spontanément, de ce moyen de lutte …

Dominique Villaeys-Poirré.

Cet article est paru dans l'organe du parti, le Vorwärts. La traduction a été pensée pour une lecture orale. Le texte allemand est disponible sur le net sous le titre, Was nun in Preussen? Merci pour toute amélioration de la traduction ou signalement d'erreurs. D'autres textes de Karl Liebknecht sur la grève de masse sont disponibles ici sur mon mediapart ou sur mon blog :  https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/

Illustration 1

 

Table rase avait donné déjà la parole à Liebknecht lors du 150e anniversaire de sa naissance, l'une des seules initiatives et peut-être la seule en France. Pour les rencontres d'été, nous avons présenté une lecture avec Sabrina Lorre et Romuald Bailly. Nous avons choisi en conclusion des extraits d'un discours de 1913 sur la grève de masse politique que nous intitulons "il faut oser".

 

 

A Saint-Etienne, au Chok Théâtre

 

De la lecture des textes politiques

 

Quand deux comédiens, Sabrina Lorre et Romuald Bailly donnent tout leur sens aux mots de Liebknecht et Luxemburg

 

Les textes de Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg sont souvent des articles, souvent des discours. Ils sont écrits pour nous, pour nous informer, nous convaincre, pour informer, convaincre des prolétaires.

Durant la soirée, j'ai vu monter l'intérêt au fur et à mesure des lectures. Comment les mots cheminaient dans les cerveaux, suscitaient émotion et réflexion. Comment était ressentie l'actualité des textes, intimement, politiquement.

Si vous relisez le texte précédent à voix haute, vous comprendrez aisément ce qui est dit là. Comment tel mot va être affirmé, tel autre dit avec retenue, tel autre avec tout l'humour qu'il contient.

Les textes de Liebknecht et Luxemburg ont pris en cette soirée par les voix de Sabrina Lorre et Romuald Baillyt sans aucun doute toute la force, la conscience que tous deux y mettaient.

Sabrina Lorre et Romuald Bailly sont de Saint-Etienne. C'est dans cette ville que nous avons montré au Chok Théâtre la première version de cette lecture théatralisée,. Sabrina Lorre en outre est metteuse en scène et anime la Compagnie Ensemble nomade.

Grève, 1903. De Friedrich Zündel, peintre, compagnon de Clara Zetkin

Grève, 1903. De Friedrich Zündel, peintre, compagnon de Clara Zetkin

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2023 3 06 /09 /septembre /2023 15:36
Le vote de Karl Liebknecht dans la revue suisse "La guerre mondiale", le 7 décembre 1914

Un document inestimable.

"Pendant un moment, il attira tous les yeux du Reichstag.

Liebknecht était pâle comme un mort, mais ne bougea pas."

 

L'article

 

L'attitude du député socialiste Liebknecht

A la fin de la mémorable séance du Reichstag de jeudi, le nouveau crédit de cinq milliards de marks pour la guerre fut voté à l'unanimité. Ce fut au moins l'impression du moment. Puis on découvrit qu'un député du deuxième secteur de l'extrême-gauche était resté assis. Il s'en suivit
un vif mouvement de curiosité. C'était Charles Liebknecht.

Pendant un moment, il attira tous les yeux du Reichstag.

Liebknecht était pâle comme un mort, mais ne bougea pas.

Le vote intervenu, le dernier anti-militariste ne s'en alla pas. Tous les autres socialistes étaient debout lorsque le président leva la séance par un « hoch » à l'empereur et à l'Allemagne, mais Liebknecht ne s'associa pas non plus à ce cri.

Le parti socialiste désapprouve Liebknecht. Le groupe parlementaire socialiste a publié une déclaration dans laquelle il constate que Liebknecht a voté contre la décision prise et déplore profondément cette infraction à la discipline, dont le parti devra s'occuper.

Le Vorwärts explique que, suivant l'antique usage du groupe socialiste parlementaire, on ne peut pas voter contre les délibérations du parti. Chaque membre peut abandonner la salle, mais sans donner à son abstention un caractère de démonstration.

Le vote de Karl Liebknecht dans la revue suisse "La guerre mondiale", le 7 décembre 1914
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2023 3 06 /09 /septembre /2023 10:55
Le Populaire publie le 11 janvier 1919 un article qu’il titre « Un manifeste du Groupe Spartacus"

C'est en consultant les occurrences sur le net que l'on trouve un article de "The Nation" qui fait référence à celui du Populaire en date du 11 janvier 1919, avec les lignes de présentation suivantes :

"Peu de temps après les meurtres de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, The Nation a publié le manifeste des Spartacistes allemands, un groupe qu'ils ont co-fondé pour inciter à une révolution marxiste.

Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, fondateurs de la Ligue Spartacus, furent brutalement assassinés par des proto-fascistes le 15 janvier 1919. Deux mois après leur mort, la  nouvelle section des relations internationales de The Nation publia le texte intégral de ce qu'elle appela leur « spartacan ». Manifeste":

Le manifeste du groupe Spartacus en Allemagne à l'intention de la classe ouvrière du monde entier, publié dans les premiers jours de la révolution, a été publié en Suisse et plus tard dans le Populaire (Paris) du 11 janvier, dont est tiré ce qui suit. Selon un article du  Populaire  du 10 janvier, paru dans le dernier numéro de la Section des Relations Internationales, le manifeste avait été précédemment supprimé par la censure française. Parmi les quatre signataires du manifeste, deux, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, ont été assassinés et Franz Mehring est décédé."

https://www.thenation.com/article/archive/a-spartacan-manifesto/

 

La traduction en anglais de l'époque ne reprend pas le texte exact du Populaire, en particulier l'adresse Aux ouvriers et ouvrières est remplacée par Aux hommes et femmes ... Mais la publication dans ces deux journaux montre bien la résonance internationale de ce texte.

 

Cet article du Populaire est disponible sur Gallica avec les liens :

Le Populaire publie le 11 janvier 1919 un article qu’il titre « Un manifeste du Groupe Spartacus"
Partager cet article
Repost0
17 août 2023 4 17 /08 /août /2023 15:26
Mansfeld, Saxe,1909. L'armée contre les grévistes

Mansfeld, Saxe,1909. L'armée contre les grévistes

1910 Police et armée – Armes ultimes de la politique intérieure en Prusse.

Discours au landtag de Prusse, 25 février 1910

 

 

"Le moyen sera utilisé. La grève de masse ne sera pas organisée, mais la grève de masse viendra d'elle-même. Continuez à faire monter la tension comme cela a été le cas maintenant, et vous verrez, sans aucun doute, que ce moyen le plus important et le plus puissant du prolétariat sera utilisé de manière tout à fait explosive, à un degré extrêmement préjudiciable pour vous et menaçant pour votre domination."

Karl Liebknecht. Police et armée – Armes ultimes de la politique intérieure en Prusse (extrait)

Extrait:

 

Mais ce qu’il faut reprocher le plus aux autorités administratives dans la situation actuelle, c'est le fait que l'armée a été réquisitionnée dans différentes régions pour contenir les manifestations avec l'aide de l'armée, de la même manière que les autorités administratives avaient déjà réquisitionné l'armée lors de la grève de Mansfeld. Et vous le savez ou vous ne le savez pas, mais c'est vrai : ce recours à l'armée a créé dans la population un climat qui rend superflue toute agitation antimilitariste comme je la conçois. Selon une information dans la presse, non démentie à ce jour, tous les commandants de régiment à Berlin, ont reçu l’ordre, avant le 13 février, qu'aucun militaire, officier ou soldat, ne soit autorisé à quitter la caserne le dimanche, c'est-à-dire un ordre de consignation que l’on connaît bien. Le 2e régiment de dragons de la garde a effectué des galops d’essai poussés à Tempelhof le samedi 12 au matin, de sept à neuf heures, afin que les chevaux s'habituent au pavé berlinois ; "ceci pour le cas où il y aurait des débordements lors des manifestations pour le droit de vote". Si quelque chose contribue à menacer l'esprit militaire, si quelque chose contribue à anéantir les derniers vestiges de popularité dont notre armée peut encore jouir ici et là dans d'autres cercles milieux, alors c'est bien ainsi qu’il faut procéder. A cet égard, je peux me référer ici à Monsieur le ministre von Moltke - au témoignage d'un homme que vous reconnaîtrez certainement comme impartial, au maréchal von Moltke -, qui, il y a plus de vingt ans, a exprimé au Reichstag son opinion selon laquelle, utiliser l'armée contre l'ennemi intérieur constitue précisément une chose très dangereuse pour la discipline militaire. Mais la prudence qui habitait encore le maréchal général von Moltke, qui considérait sans aucun doute, d'après toute sa formation, que l'armée était avant tout destinée à combattre l'ennemi extérieur, n'est, semble-t-il, pas partagée par le ministre von Moltke : Elle a disparu depuis longtemps, parce que le gouvernement et les classes dirigeantes considèrent actuellement, bien plus que jamais auparavant et alors que l’on ne tient plus compte de l'ennemi extérieur, que l’armé constitue le principal moyen pour pouvoir pour maintenir la domination face aux larges masses, face à l'ennemi intérieur.

Si la police nous laisse maintenir l'ordre, les manifestations se dérouleront dans l'ordre ; nous l'avons prouvé lors d’occasion les plus diverses, et c'est précisément à Halle que la preuve de cette affirmation a été apportée de la manière la plus claire. C'est là-bas que s'est déroulé l’affrontement le 13 février. À Halle, l'armée avait également été réquisitionnée. L'humeur de la population était montée jusqu'à l'ébullition. Et des rassemblements de protestation très suivis ont eu lieu contre cette action de la police. Ces foules immenses sont rentrées chez elles dans le plus grand calme, ont mené les manifestations jusqu'à leur terme dans le plus grand calme et respect de la loi. Aucun débordement n'aurait eu lieu non plus à Francfort-sur-le-Main et à Neumünster si la police avait su garder le sens de la mesure et faire preuve de calme et de sérénité.

Ces exactions et abus de la police ont déjà été discutés devant les élus de Halle, Francfort, Neumünster, probablement aussi à Königsberg. Bien que nous les regrettions, ils constituent certainement l'un des meilleurs moyens d'agitation pour la social-démocratie et ont surtout contribué à accroître de manière extrême l'intérêt pour la lutte pour le droit de vote. Bien entendu, la social-démocratie dispose dans cette lutte d'autres moyens plus puissants, qu'elle n'hésitera pas à utiliser,

(«Vous entendez!»)

dès qu'elle le jugera opportun

 («Vous entendez!»)

 «  …Je ne parle pas de pistolets Browning, de mitrailleuses et de sabres, et de toute cette violence brutale, mais de notre campagne d’agitation qui mettra la population - y compris les cercles sans lesquels vous ne pouvez exister - dans un état d’esprit tel que le gouvernement ne sera plus en mesure de maintenir son attitude antipopulaire à l’égard du droit de vote. Il ne fait aucun doute que si les conditions continuent à évoluer de cette manière, si l'on ne veille pas à mettre, en temps opportun, un peu de baume sur les blessures du peuple, si l'on ne donne pas aux besoins du peuple une satisfaction notable, suffisante et complète, alors le moyen de la grève de masse sera également utilisé.

(Vibrants «Écoutez! écoutez!»)

Le moyen sera utilisé. La grève de masse ne sera pas organisée, mais la grève de masse viendra d'elle-même. Continuez à faire monter la tension comme cela a été le cas maintenant, et vous verrez, sans aucun doute, que ce moyen le plus important et le plus puissant du prolétariat sera utilisé de manière tout à fait explosive, à un degré extrêmement préjudiciable pour vous et menaçant pour votre domination.

(Mouvement divers)

Messieurs, le prolétariat est loin de se laisser intimider, et même si vous et la police continuez à utiliser ce qui constitue votre ultima ratio, les armes, l'armée etc., vous n'aurez aucun succès face à cet assaut des larges masses populaires, dont vous savez bien, au fond de vous-même, qu'il a tout de même considérablement ébranlé la confiance que vous affichez vers l'extérieur.

Karl Liebknecht. Police et armée – Armes ultimes de la politique intérieure en Prusse (extrait)

Dasjenige, was den Verwaltungsbehörden in der gegenwärtigen Situation aber am meisten zum Vorwurf gemacht werden muss, das ist die Tatsache, dass in verschiedenen Gegenden Militär requiriert worden ist, um mit Hilfe des Militärs die Demonstrationen in Schach zu halten in ähnlicher Weise, wie schon beim Mansfelder Streik von den Verwaltungsbehörden Militär requiriert ist. Und Sie wissen oder wissen es nicht, aber es ist wahr: Durch diesen Einsatz des Militärs ist in der Bevölkerung eine Stimmung erzeugt, die jede antimilitaristische Agitation in meinem Sinne überflüssig macht. Nach einer unwidersprochenen Zeitungsmeldung ist in Berlin vor dem 13. Februar an sämtliche Regimentskommandeure der Befehl ergangen, dass am Sonntag keine Militärpersonen, Offiziere und Soldaten, die Kaserne verlassen dürfen, also die bekannte Konsignation. Das 2. Gardedragonerregiment hatte Sonnabend früh, den 12. dieses Monats, von sieben bis neun Uhr in Tempelhof scharfes Probereiten, damit sich die Pferde an das Berliner Pflaster gewöhnen; „dies für den Fall, dass es bei den Wahlrechtsdemonstrationen zu Ausschreitungen kommen sollte". Wenn etwas dazu beiträgt, eine Gefährdung des militärischen Geistes zu erzeugen, und wenn etwas dazu beiträgt, den letzten Rest von Popularität, den unser Militär hier und da noch in weiteren Volkskreisen genießen mag, mit Stumpf und Stiel auszumerzen, so ist das der richtige Weg. Ich darf mich hierbei – gegenüber dem Herrn Minister von Moltke – auf das Zeugnis eines Mannes berufen, den Sie sicher als unparteiisch anerkennen werden, des Generalfeldmarschalls von Moltke, der vor über 20 Jahren im Reichstage seine Ansicht dahin aussprach, dass es gerade vom Standpunkt der militärischen Disziplin eine sehr gefährliche Sache sei, das Militär gegen den inneren Feind zu verwenden. Aber die Besonnenheit, die dem Generalfeldmarschall von Moltke noch innewohnte, der zweifellos seiner ganzen Ausbildung nach das Militär in erster Linie als gegen den äußeren Feind bestimmt betrachtete, wird, wie es scheint, von dem Minister von Moltke nicht geteilt: Sie ist längst gewichen, weil die Regierung und die herrschenden Klassen gegenwärtig in viel höherem Maße als je vorher das Militär, indem man den äußeren Feind kaum mehr recht beachtet, als das wichtigste Machtmittel zur Aufrechterhaltung der Herrschaft gegenüber den breiten Massen, gegenüber dem inneren Feind betrachten.

Wenn die Polizei uns Ordnung halten lässt, so werden die Demonstrationen in Ordnung verlaufen; wir haben das bei den verschiedensten Gelegenheiten bewiesen, und gerade in Halle ist der Beweis dieser Behauptung aufs Klarste erbracht worden. Dort war am 13. Februar die Schlacht. In Halle war auch das Militär requiriert gewesen. Da war die Stimmung der Bevölkerung bis zur Siedehitze gestiegen. Und gegen dieses Vorgehen der Polizei fanden ungeheuer besuchte Protestversammlungen statt. Diese gewaltigen Menschenmassen haben sich in vollster Ruhe nach Hause begeben, haben die Demonstrationen in absoluter Ruhe und Gesetzlichkeit bis zu Ende geführt. Es wäre auch in Frankfurt am Main und Neumünster zu keinerlei Ausschreitungen gekommen, wenn die Polizei das richtige Augenmaß bewahrt und ruhige Besonnenheit gezeigt hätte.

Diese Ausschreitungen und Übergriffe der Polizei sind schon vor den städtischen Kollegien in Halle, Frankfurt, Neumünster und wohl auch in Königsberg erörtert worden. Sie sind – so sehr wir sie bedauern – sicherlich eins der besten Agitationsmittel für die Sozialdemokratie und haben vor allem dazu beigetragen, das Interesse an dem Wahlrechtskampf geradezu ins Ungemessene zu steigern. Natürlich hat die Sozialdemokratie in diesem Kampf noch weitere und schärfere Mittel, vor deren Anwendung sie nicht zurückschrecken wird,

(„Hört! Hört!")

sobald sie es selbst für zweckmäßig hält.

(„Hört! Hört!")

Ich spreche nicht von Browningpistolen, von Maschinengewehren und Säbeln und all dieser brutalen Gewalt, sondern von unserer Agitation, die die Bevölkerung in eine Stimmung hineinversetzen wird – auch solche Kreise, ohne die Sie nicht existieren können –, dass die Regierung nicht mehr imstande sein wird, ihre volksfeindliche Haltung in Bezug auf das Wahlrecht zu bewahren. Es ist nicht der geringste Zweifel, dass, wenn die Verhältnisse sich weiter so entwickeln, wenn nicht zur rechten Zeit dafür gesorgt wird, dass auf die Wunden des Volkes etwas Balsam gelegt wird, dass dem Bedürfnis des Volkes eine nennenswerte, eine ausreichende, eine volle Befriedigung zuteil wird, dann auch das Mittel des Massenstreiks zur Anwendung kommen wird.

(Lebhaftes „Hört! Hört!'")

Das Mittel wird zur Anwendung kommen. Der Massenstreik wird nicht gemacht werden, sondern der Massenstreik kommt von selbst. Steigern Sie nur die Aufregung weiter so, wie sie jetzt gesteigert worden ist, und Sie werden zweifellos erleben, dass in einer ganz explosiven, in einer im höchsten Maße für Sie nachteiligen und Ihre Herrschaft gefährdenden Weise dieses wichtigste und gewaltigste Machtmittel des Proletariats zur Anwendung kommen wird.

(Bewegung.)

Meine Herren, ins Bockshorn jagen lässt sich das Proletariat noch längst nicht, und wenn Sie und die Polizei auch mit Ihrer Ultima ratio, den Waffen, dem Militär und dergleichen, weiterhin vorgehen, so werden Sie keinen Erfolg haben gegenüber diesem Ansturm der breiten Massen des Volkes, von dem Sie sich im Innersten Ihres Herzens selbst sagen, dass er Ihre äußerlich zur Schau getragene Zuversicht doch recht erheblich erschüttert hat.

 

(Heiterkeit.)

Polizei und Militär – letzte Waffen der preußischen Innenpolitik Rede im preußischen Abgeordnetenhaus zum Etat des Ministeriums des Innern.[Nach Stenographische Berichte über die Verhandlungen des Preußischen Hauses der Abgeordneten, 21. Legislaturperiode, III. Session 1910,2. Bd., Berlin1910, Sp. 2079-2105 und nach Karl Liebknecht, Gesammelte Reden und Schriften, Band 3, S. 66-

Partager cet article
Repost0
7 août 2023 1 07 /08 /août /2023 15:53
Karl Liebknecht." Messieurs, la rubrique «Protection contre ceux qui nous protègent» est devenue quasiment permanente dans notre presse".

Police et armée – dernières armes de la politique intérieure en Prusse. 1910

 

C'est une très longue intervention de Karl Liebknecht devant les députés du Landtag de Prusse en 1910 - c'est alors l'un des points culminants des combats sociaux-démocrates en Prusse et dans tout l'empire..

Liebknecht y passe en revue tout ce qui touche à l'action de la police des autorités militaires dans la société et plus particulièrement face aux travailleurs : les attaques au droit de manifester, au droit d'affichage, au droit des étrangers, aux possibilités d'accéder à des lieux pour les meetings et les rassemblements,  Liebknecht  multiplie les exemples concrets qui témoignent de l'âpreté de ce combat.

Il décrit et entre autres par une multitude d'exemples les pratiques policières qu'il résume par cette phrase qui trouve son écho aujourd'hui :

"Messieurs, la rubrique «Protection contre ceux qui nous protègent» est devenue quasiment permanente dans notre presse"

Le Landtag de Prusse

Le Landtag de Prusse

1910 Police et armée – armes ultimes de la politique intérieure en Prusse.

 

Polizei und Militär – letzte Waffen der preußischen Innenpolitik Rede im preußischen Abgeordnetenhaus zum Etat des Ministeriums des Innern

[Nach Stenographische Berichte über die Verhandlungen des Preußischen Hauses der Abgeordneten, 21. Legislaturperiode, III. Session 1910, 2. Bd., Berlin 1910, Sp. 2079-2105 und nach Karl Liebknecht, Gesammelte Reden und Schriften, Band 3, S. 66-109]

 

 

... Un autre domaine où il est effectivement urgent de remédier à la situation est celui des mauvais traitements infligés par les fonctionnaires de police. Messieurs, la rubrique «Protection contre ceux qui nous protègent» est devenue quasiment permanente dans notre presse. Elle a d'abord été introduite dans les journaux sociaux-démocrates, mais déjà depuis bien longtemps, les journaux bourgeois de toutes sortes ont repris ce mot d'ordre. (acclamations.)

Pas seulement le "Berliner Tageblatt" ! Mais ce n'est pas non plus en fait un journal social-démocrate. (Rires sur les bancs de la droits droite.).

Mais, c’est tout à notre honneur, Messieurs : Si, lorsqu’un journal bourgeois commence pour une fois à devenir raisonnable, vous le qualifiez de social-démocrate. (Rires à droite. "Très juste !" sur les bancs du groupe socialiste).

Les mauvais traitements infligés par les policiers, que ce soit dans la rue dans l'exercice de leurs fonctions ou dans les commissariats, sont extrêmement fréquents. Je dispose d’une documentation considérable à ce sujet à ce sujet, mais je ne vais pas vous la dérouler ici, afin de ne pas m’attirer à nouveau le reproche, de jouer avec votre temps de manière frivole. Mais, Messieurs, je me permets de vous faire remarquer que les commissariats de police, en particulier à Hanovre, à Dortmund et à Breslau, sont considérés par l'ensemble de la population pour ainsi dire comme des chambres de torture où l'on procède à des passages à tabac de façon quasi régulière et systématique. Ce type de «traitement» du public par la police, qui n'est pas vraiment rare non plus à Berlin, a fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires à Hanovre - j'en ai cité quelques exemples récemment à l'occasion de la discussion sur le budget de la Justice - ainsi qu'à Breslau, à Dortmund et, comme on le sait parmi d’autres lieux, à Berlin aussi,

En ce qui concerne plus particulièrement Breslau, notre parti s'est engagé sur une nouvelle voie depuis quelque temps. Il a fait l'expérience suivante : s’il se contentait de transmettre à la presse des accusations de mauvais traitements commis dans un poste de police, il se retrouvait avec une inculpation sur le dos et comme les fonctionnaires de police sont, par nature, peu enclins à faire honneur à la vérité lorsqu'il s'agit de leur personne, nos camarades de parti sont naturellement tombés en règle générale dans le panneau. C'est la raison pour laquelle ils ont récemment pris la décision d’accompagner les personnes maltraitées à la préfecture de police pour y demander personnellement réparation. Malheureusement, jusqu'à présent, cette méthode n'a pas permis d'obtenir un résultat significatif ...

Il est de fait regrettable que l'on doive souligner que nos tribunaux, chaque fois que des preuves des abus et des exactions de la part de fonctionnaires de police leur ont été rapportées, se sentent néanmoins obligés lors de la décision concernant la peine à prononcer – et dès lors qu’ils n’ont pas la preuve absolument formelle d'un tel abus -, de protéger les  fonctionnaires de police qui n’ont pas pu être accusés de manière absolument formelle, d'une façon qui, à mon avis, n'est pas du tout appropriée. Nos tribunaux devraient se rendre compte que la police est là pour le public, et non l'inverse ; ils devraient se rendre compte que tout citoyen qui dénonce des abus au sein de la police défend en fait les intérêts les plus légitimes de la population, qu'il acquiert un mérite et qu'il n'est pas possible d'intervenir vraiment énergiquement dans de telles affaires sans commettre parfois des erreurs. Si les tribunaux admettaient que toutes ces attaques contre la police découlent d'une aspiration sacrée et sérieuse à l'amélioration de nos conditions politiques internes, ils ne pourraient pas prononcer des jugements aussi rigoureux que ceux qui sont malheureusement encore presque universellement pratiqués chez nous . ...
 

Légende de l'illustration : Moabit. Auf Verlangen des Großindustriellen Hugo Stinnes kamen 1910 gegen streikende Arbeiter rund 1000 Polizisten zum Einsatz. Die Bilanz: zwei Tote und rund 250 Verletzte.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2023 6 22 /07 /juillet /2023 11:42
1910

1910

Le système électoral à trois classes, particulièrement inique a été combattu par la social-démocratie à de multiples reprises, en particulier en 1910. En 1913, le combat s'enflamme à nouveau et Karl Liebknecht écrit ce texte en juillet 1913, pour lui la grève de masse est devenue la seule réponse au refus obstiné du pouvoir impérial de changement de ce système.  L'occasion pour nous de mieux saisir son analyse de ce moyen de lutte ultime.

Citations :

"Les exhortations répétées appelant à modifier radicalement le système électoral en vigueur à la Chambre des députés n'ont pas été prises en compte. Le gouvernement, soutenu par la majorité réactionnaire, persiste dans son opposition. Les travailleurs, en tant que seuls combattants pour une égalité totale, ont le devoir de lutter par tous les moyens contre les pouvoirs en place. L'un de ces moyens est la grève politique de masse.". (résolution proposée par Karl Liebknecht)

"La grève est, avec le boycott, la forme d'utilisation du pouvoir prolétarien qui correspond le mieux à la nature sociale du prolétariat, à sa fonction dans la société capitaliste; qui en découle directement. Les grèves syndicales, par leur ampleur, deviennent de plus en plus des grèves de masse. Elles se rapprochent aussi bien souvent par leur objectif, des grèves politiques, et deviennent de manière de plus en plus marquée des luttes pour le pouvoir de la classe ouvrière dans la société. L'ensemble du pouvoir d'Etat, jusqu'au militarisme, se dresse de plus en plus résolument contre elle : les grèves syndicales deviennent elles aussi de plus en plus des luttes avec le pouvoir d'Etat, voire pour le pouvoir d'Etat"

"La grève de masse pour des objectifs politiques a passé depuis longtemps l'épreuve du feu, il n'est donc pas étonnant qu'en Allemagne aussi, non seulement sa possibilité, mais aussi sa nécessité soient reconnues presque partout. Cela vaut justement pour la question du droit de vote en Prusse. Ici, aucun autre chemin ne mène au but; la situation est sinon en effet sans issue."

"L'information sur les moyens tactiques à la disposition de la lutte des classes est aussi une partie de l'information révolutionnaire du prolétariat ; et la propagande en faveur de tels moyens a aussi pour effet de renforcer la force de combat du prolétariat."

"Vouloir forcer la situation ou la masquer par des moyens diplomatiques serait une folie ; mais une tactique qui n'oserait pas se lancer dans la bataille sans un gilet pare-balles et qui fuirait l'air vif d'un risque révolutionnaire à l'heure décisive par crainte de mettre en danger les organisations et les institutions actuelles du prolétariat, qui ne sont pourtant que des moyens pour atteindre une fin, ne serait pas moins condamnable. Il faut peser le pour et le contre, peser de manière réfléchie, mais aussi oser."

"... de même est-il vrai que les organisations de lutte qui ne craignent pas le danger d'une défaite lorsque le moment est venu, sont meilleures que celles qui cherchent à éviter une défaite en évitant les combats décisifs. Il y a des situations qui exigent que l'on soit prêt même à la défaite."

"Qu'est-ce qu'une grève politique de masse ? D'un point de vue théorique, elle peut prendre de nombreuses formes : de la simple grève de manifestation, qui ne signifie pas encore l'instauration d'un rapport de force, à la grève visant à réduire l'adversaire ; de la grève limitée localement ou professionnellement à la grève générale. Comme cela a été dit à Iéna, toutes ces formes pourraient être développées dans le cadre d'une tactique variable, jusqu'au niveau le plus exacerbé  tout en gardant bien entendu les anciens moyens de lutte."

"En tout cas, aucune grève de masse d'aucune sorte ne doit être entreprise sans la volonté de passer immédiatement à une grève impitoyable visant à réduire l'adversaire, si la situation se présentait au cours de la lutte. La volonté d'entamer une grande grève générale doit sous-tendre toute forme de grève de masse."

"Sans hésitation, mais avec audace s'il le faut. Le droit de vote libre et égal pour la Prusse est une messe, il vaut bien une grève de masse."

 

Was nun in Preußen?

[Vorwärts Nr. 168, 188 und 189 vom 5., 25. und 26. Juli 1913. Nach Karl Liebknecht, Gesammelte Reden und Schriften, Band 6, S. 349-364]

I. Résolution

Les dernières élections au Landtag ont prouvé une fois de plus qu'il est impossible, avec le misérable système électoral des trois classes, d'obtenir une représentation qui tienne compte de la volonté du peuple.

Les exhortations répétées appelant à modifier radicalement le système électoral en vigueur à la Chambre des députés n'ont pas été prises en compte. Le gouvernement, soutenu par la majorité réactionnaire, persiste dans son opposition.

Les travailleurs, en tant que seuls combattants pour une égalité totale, ont le devoir de lutter par tous les moyens contre les pouvoirs en place. L'un de ces moyens est la grève politique de masse.

Les personnes réunies sont conscientes que le succès de cette grande lutte ne sera garanti que si l'ensemble des travailleurs est regroupé dans des organisations solides. Les participants s'engagent donc à veiller énergiquement au développement de ces organisations.

En même temps, elles invitent les cercles dirigeants des organisations ouvrières à utiliser tous les moyens de lutte propres à assurer au peuple une représentation équitable à la Chambre des députés.

 

Traduction Dominique Villaeys-Poirré, 17 juillet 2023. Merci pour toute amélioratton de la traduction.

II. Articles 25. et 26. juillet 1913

… ll va de soi qu'aucun des moyens de lutte actuels ne doit être jeté par-dessus bord. Mais ils ne suffisent plus ; nous avons besoin de nouveaux moyens pour mener un nouveau combat.

La grève est, avec le boycott, la forme d'utilisation du pouvoir prolétarien qui correspond le mieux à la nature sociale du prolétariat, à sa fonction dans la société capitaliste; qui en découle directement. Les grèves syndicales, par leur ampleur, deviennent de plus en plus des grèves de masse. Elles se rapprochent aussi bien souvent par leur objectif, des grèves politiques, et deviennent de manière de plus en plus marquée des luttes pour le pouvoir de la classe ouvrière dans la société. L'ensemble du pouvoir d'Etat, jusqu'au militarisme, se dresse de plus en plus résolument contre elle : les grèves syndicales deviennent elles aussi de plus en plus des luttes avec le pouvoir d'Etat, voire pour le pouvoir d'Etat.

La grève de masse pour des objectifs politiques a passé depuis longtemps l'épreuve du feu, il n'est donc pas étonnant qu'en Allemagne aussi, non seulement sa possibilité, mais aussi sa nécessité soient reconnues presque partout. Cela vaut justement pour la question du droit de vote en Prusse. Ici, aucun autre chemin ne mène au but; la situation est sinon en effet sans issue.

Curieusement, il a été demandé à multiples reprises d'élargir la résolution de Iéna de 1905, afin d'envisager la grève de masse également pour la conquête de droits politiques. On oublie en cela que la résolution de Iéna prévoit déjà expressément l'utilisation de la grève de masse pour conquérir des droits. Elle n'a pas besoin d'être complétée. La voie est déjà libre depuis 1905. Et depuis que des camarades "révisionnistes", qui ont la réputation parmi les hommes d'État de montrer une la froide prudence, ont ouvertement, voire ostensiblement, basculé dans le camp des amis de la grève de masse, les adversaires de la grève de masse se sont vus privés d’une bonne partie de leurs objections. Les exaltés ont toujours été balayés d'un revers de main. Désormais, certains hésitants seront peut-être plus facilement gagnés. Nous saluons donc doublement ce renfort.

Pour la lutte en Prusse pour le droit de vote, la question n'est plus depuis longtemps de savoir si une grève de masse est nécessaire, mais seulement de savoir quand et dans quelles conditions.

Parmi les partisans de la grève de masse, aucun ne devrait non plus se laisser aller à l'illusion insensée de pouvoir transformer une éventuelle situation désagréable par un moyen tactique. Ils ne cherchent que le moyen le plus efficace d'exploiter la situation donnée, moyen qui n'est pas seulement autorisé par cette situation, mais qui s'avère nécessaire. Il y a aussi des occasions manquées dans l'évolution politique, malgré son caractère intrinsèquement inéluctable. L'information sur les moyens tactiques à la disposition de la lutte des classes est aussi une partie de l'information révolutionnaire du prolétariat ; et la propagande en faveur de tels moyens a aussi pour effet de renforcer la force de combat du prolétariat.

Vouloir forcer la situation ou prétendre pouvoir la résoudre par des moyens diplomatiques serait une folie ; mais une tactique qui n'oserait pas se lancer dans la bataille sans un gilet pare-balles et qui fuirait l'air vif d'un risque révolutionnaire à l'heure décisive par crainte de mettre en danger les organisations et les institutions actuelles du prolétariat, qui ne sont pourtant que des moyens pour atteindre une fin, ne serait pas moins condamnable. Il faut peser le pour et le contre, peser de manière réfléchie, mais aussi oser.

Je le répète : un objectif élevé mérite un engagement élevé. Dans la lutte en Prusse, nous marchons dans la ligne d'une évolution certaine. Les défaites sont seulement des défaites temporaires, des défaites qui ne sont pas totalement sans résultat. Aucune contre-révolution dans l'histoire mondiale n'a jamais pu annuler complètement l'effet d'un mouvement révolutionnaire qui se trouvait dans le sens de l'évolution. Même pas après la révolution en Prusse en 1848, même pas après la révolution en Russie en 1905. Et de même qu'il est vrai  que la social-démocratie allemande et les syndicats allemands ont grandi dans l'atmosphère brûlante d'un rude combat et ont prouvé leur invincibilité en se relevant toujours de leurs défaites avec des capacités de défense accrues pour continuer à lutter, de même il est-il vrai que les organisations de lutte qui, lorsque le moment est venu, ne craignent pas le danger d'une défaite, sont meilleures que celles qui cherchent à éviter une défaite en évitant les combats décisifs. Il y a des situations qui exigent que l'on soit prêt même à la défaite.

Qu'est-ce qu'une grève politique de masse ? D'un point de vue théorique, elle peut prendre de nombreuses formes : de la simple grève de manifestation, qui ne signifie pas encore l'instauration d'un rapport de force, à la grève visant à réduire l'adversaire ; de la grève limitée localement ou professionnellement à la grève générale. Comme cela a été dit à Iéna, toutes ces formes pourraient être développées dans le cadre d'une tactique variable, jusqu'au niveau le plus exacerbé  tout en gardant bien entendu les anciens moyens de lutte.

Certes, une grève de manifestation fera déjà des victimes. Mais même celles-ci sont justifiées par la valeur que revêt la manifestation d'une énergie révolutionnaire qui dépasse largement celle qui se manifeste lors des manifestations de rue. Il faut admettre que dans la lutte pour le droit de vote en Prusse, le faible nombre des déclarations de grève ne devrait pas beaucoup impressionner et peut même temporairement provoquer un affaiblissement de la volonté de s'engager dans la grève de masse. En tout cas, aucune grève de masse d'aucune sorte ne doit être entreprise sans la volonté de passer immédiatement à une grève impitoyable visant à réduire l'adversaire, si la situation se présentait au cours de la lutte. La volonté d'entamer une grande grève générale doit sous-tendre toute forme de grève de masse.

Notre situation est particulièrement difficile parce que la grève de masse ne touchera directement presque que l'industrie, le commerce et les transports, c'est-à-dire les cercles des classes dirigeantes qui ne sont pas les opposants les plus farouches à toute réforme électorale, en tout cas pas les partisans sans réserve du droit de vote existant. Mais tous sont  des ennemis du droit de vote démocratique ; et enfoncer un coin finit par en entraîner un autre ; apprenons d'abord aux représentants du capital, y compris de l'industrie lourde, et à la bureaucratie étatique à prier notre Dieu, et les junkers suivront eux aussi, bon gré mal gré, la recette du vieux saint Rémi de Reims.

Le prolétariat peut-il compter sur des alliés lors d'une grève de masse ? La dernière grève belge a été soutenue par la sympathie de la bourgeoisie libérale ; il ne faudra pas compter sur cela en Allemagne. Notre bourgeoisie a bien plus peur de la classe ouvrière qu'elle n'espère une réforme électorale selon son cœur - bien qu'il y ait certains petits politiciens à l'âme de boutiquier qui spéculent sur une once de réforme électorale allant dans le sens étroit de leur parti, comme s'il s'agissait d'un malheureux plat de lentilles. Elle veut une réforme électorale, qui traduit une haine sans force envers les couches supérieures de la société et sa fourberie envers les classes inférieures. Si la revendication d'un droit de vote réellement démocratique, dont elle parle elle aussi du bout des lèvres, vient à se présenter à elle comme une revendication de lutte de classe des prolétaires sous le drapeau de la grève politique révolutionnaire, elle se bouchera alors les oreilles et ne fera plus qu'en appeler au ministère public, à la police et l'armée. Le prolétariat doit donc se débrouiller seul. Il ne peut trouver qu'une aide tiède ici et là dans les cercles de la classe moyenne, qui est également privée de ses droits.

En fait, il ne rencontrera pas en face de lui l'ensemble de la bourgeoisie unie en rangs serrés ni une tactique homogène. Division et hostilité réciproque des ennemis, en partie ou totalement, du système électoral, faciliteront notre combat. Mais déjà le souvenir de l'attitude misérable et dénonciatrice envers nos manifestations de rue en 1910, mettra un terme aux espoirs ambitieux concernant l'attitude du libéralisme.

Plus le prolétariat dépend de lui-même, plus il doit faire appel à sa propre force suprême. Seules toutes les organisations du prolétariat réunies, dans une unité unanime, peuvent entreprendre la grève de masse. La participation sans réserve des syndicats est avant tout nécessaire. Mais, malgré la conjoncture et la crise,. ils ne résisteront pas à la longue. La compréhension de l'importance, pour la situation économique de la classe ouvrière, du travail politique parlementaire et d'une évolution du rapport de force dans l'administration, la compréhension de l'identité finale des intérêts, des tâches et des luttes politiques et économiques dans les domaines les plus larges, existe déjà ; elle peut être facilement généralisée et intensifiée. L'importance de la lutte pour le droit de vote en Prusse pour les syndicats, telle qu'elle a été exposée plus haut, est si évidente, même pour un esprit peu averti, que la propagande pour la grève politique de masse en vue de la conquête du droit de vote est beaucoup plus sûre de réussir, surtout dans les plus grands syndicats, que la propagande pour les revendications syndicales quotidiennes. Et la participation simultanée de tous les groupes de travailleurs exerce un fort effet de suggestion. C'est ainsi que la volonté déterminée de lutter pour le droit de vote et de s'engager dans la grève de masse doit naître de la constatation purement syndicale de la situation globale de la classe ouvrière de Prusse et d'Allemagne, pour autant qu'elle ne soit pas encore née.

Le prolétariat inorganisé et même le prolétariat des organisations chrétiennes et des associations syndicales seront également accessibles à ces arguments, plus facilement encore que l'agitation pour une grève économique. L'attitude craintive du centre traître dans la question du droit de vote montre qu'il est bien conscient de ce danger.

Cependant, même le prolétariat organisé pour la lutte des classes, et encore plus celui qui en est éloigné, ne se lancera pas dans la grève de masse sur un ordre venu d'en haut, déterminé et capable de la mener jusqu'au bout. Qui - fût-il lui-même la star la plus brillante du belcanto politique - pourrait songer à créer artificiellement le désir d'entamer la grève de masse ? Ce serait là une affaire de politique de salon. Mais un état d'esprit de lutte exacerbé peut déboucher sur des luttes inopportunes et sans but. Il s'agit de tracer la voie à suivre d'abord dans les esprits, dans la conscience des masses de ceux qui se battent pour le droit de vote. Si la voie de la grève de masse est clairement reconnue comme la seule possible pour l'exploitation efficace de la force prolétaire portée par une combativité enthousiaste, cette analyse doit être diffusée, de sorte que la volonté et la combativité des masses en colère finissent par s'emparer spontanément de ce moyen de lutte. La diffusion ne sera pas difficile.  Depuis longtemps déjà, l'idée de la grève de masse a trouvé un écho extraordinaire au sein des masses ouvrières, et c'est précisément la formation dans les luttes syndicales et la compréhension qui en a résulté du pouvoir des travailleurs ainsi que des moyens appropriés pour le faire valoir qui les a tout naturellement orientés vers l'idée de la grève politique de masse. La tâche naturelle des dits dirigeants ouvriers, compte tenu de leur énorme responsabilité, est une prudente réserve et une méfiance bien justifiée à l'égard du feu de l'enthousiasme, qui se révèle trop souvent être un feu de paille avec lequel on ne peut pas créer un incendie révolutionnaire. Leur aversion bien compréhensible pour les expériences insuffisamment assurées ne les empêchera cependant pas, lorsque les conditions d'une grève de masse seront, dans la mesure du possible, visiblement réunies et que les ouvriers seront poussés en avant avec une force impétueuse, de ne pas seulement se laisser entraîner, mais de prendre la direction des opérations.

Ces conditions sont-elles déjà réunies aujourd'hui ? Certainement pas à l'heure actuelle. Mais si tous les signes ne sont pas trompeurs, elles seront bientôt là. Il est possible qu'une crise soit imminente ; il est possible qu'elle impose une retenue provisoire ; il est possible qu'elle facilite l'éclatement d'une grève de masse, justement en lien avec les luttes douanières. Quoi qu'il en soit, l'hiver prochain sera marqué par des événements auxquels se rattachera tout naturellement un nouveau mouvement pour les droits électoraux. Il est certain que la lutte aura lieu. Soit le gouvernement prussien se moque du peuple privé de ses droits en ne proposant aucune réforme électorale : cela signifie la lutte ! Ou bien il le défie par un nouveau plan issu du cerveau policier de Dallwitz : cela ne signifie pas moins une lutte  couteau tiré. Si l'atmosphère au sein du prolétariat est portée au plus haut point d'ébullition, qui constitue la condition préalable à la grève de masse, et si la volonté de grève de masse est aussi passionnément déterminée et fermement enracinée qu'une lutte à outrance l'exige, alors il ne sera plus possible d'arrêter ce qui doit pourtant arriver - malgré tout.

En attendant, il est impératif de se préparer à tout. S'il est vrai que la question du droit de vote en Prusse est une question allemande et s'il est vrai que la grève de masse en Prusse doit être soutenue et portée par tout le prolétariat allemand, il est tout aussi certain certain que la lutte doit finalement être menée en Prusse même. Certes, les peuples du Mecklembourg, du Brunswick, de la Hanse et de la Thuringe, et peut-être aussi celui de la Saxe, seront emportés par la tempête prussienne. Mais le coup décisif est porté en Prusse ; si le manteau prussien tombe, alors les duchés, les grands-duchés e tutti quanti tomberont aussi.

C'est donc en Prusse que les décisions décisives doivent être prises. Il serait judicieux qu'un congrès extraordinaire du parti en Prusse soit prévu pour l'automne. cela ne sera pas trop tôt, il s'agira de se préparer à toutes les éventualités, une préparation étendue, peut-être même une préparation à la belge. Si le moment critique arrive avec l'ouverture du parlement régional, tout doit être prêt pour le combat. Il faut alors prendre une décision rapide en fonction de la situation. Sans hésitation, mais avec audace s'il le faut. Le droit de vote libre et égal pour la Prusse est une messe, il vaut bien une grève de masse.

 

Resolution des SPD Parteitages 1913 in Jena

Nach dem vom Mannheimer Parteitag (1906) bestätigten Beschluß des Jenaer Parteitages (1905) ist die umfassendste Anwendung der Massenarbeitseinstellung gegebenenfalls als eines der wirksamsten Mittel zu betrachten, nicht nur um Angriffe auf bestehende Volksrechte abzuwehren, sondern um Volksrechte neu zu erobern.

Die Eroberung des allgemeinen, gleichen, direkten und geheimen Wahlrechts zu allenVertretungskörpern ist eine der Vorbedingungen für den Befreiungskampf des Proletariats. Das Dreiklassenwahlrecht entrechtet die Besitzlosen nicht nur, sondern hemmt sie in allen ihren Bestrebungen auf Verbesserung ihrer Lebenshaltung, es macht die schlimmsten Feinde gewerkschaftlicher Betätigung und sozialen Fortschritts, die Junkerkaste, zum Beherrscher der Gesetzgebung.

Darum fordert der Parteitag die entrechteten Massen auf, im Kampfe gegen das Dreiklassenunrecht alle Kräfte anzuspannen in dem Bewußtsein, daß dieser Kampf ohne große Opfer nicht siegreich durchgeführt werden kann.

Indem der Parteitag den Massenstreik als unfehlbares und jederzeit anwendbares Mittel zur Beseitigung sozialer Schäden im Sinne der anarchistischen Auffassung verwirft, spricht er zugleich die Überzeugung aus, daß die Arbeiterschaft für die Erringung der politischen Gleichberechtigung ihre ganze Kraft einsetzen muß. Der politische Massenstreik kann nur bei vollkommener Einigkeit aller Organe der Arbeiterbewegung von klassenbewußten, für die letzten Ziele des Sozialismus begeisterten und zu jedem Opfer bereiten Massen eführtwerden. Der Parteitag macht es deshalb den Parteigenossen zur Pflicht, unermüdlich für den Aushau der politischen und gewerkschaftlichen Organisationen zu wirken.

[Angenommen]

Quelle: Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands, abgehalten in Jena vom 14. bis 20. September 1913, Berlin 1913, S. 19

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2023 2 04 /07 /juillet /2023 17:39
Karl Liebknecht vs Jean Jaurès. "La nouvelle méthode". 1902

En 1902 paraît aux Editions des "Sozialistische Monatshefte", un ouvrage "Aus Theorie und Praxis. Sozialistische Studien". Ces textes de Jean Jaurès sont traduits par l'un des principaux tenants du réformisme,  Südekum, dans la maison d'édition de ce courant - incarné par Eduard Bernstein. Karl Liebknecht écrit alors son premier long article théorique "Die neue Methode", il est publié dans la Neue Zeit.

C'est l'utilisation que Jaurès fait selon lui de textes postthumes de son père - fondateur du parti -au profit du réformisme qui l'amène à prendre position. Ce texte n'est pas facile à lire, mais il montre clairement le positionnement de Karl Liebknecht à l'aile gauche du parti et son engagement contre le courant réformiste.

Le texte publié en allemand dans les Oeuvres de Liebknecht chez Dietz était incomplet, il a été rétabli dans son entier sur le site Sozialistische Klassiker . De même, dans la version traduite de maspero manque la dernière partie. Vous la trouverez ici, traduite par nos soins. Merci pour toute amélioration de la traduction. Cet article s'inscrit dans la volonté de faire connaître le plus largement possible l'action et les textes de Karl Liebknecht.

Karl Liebknecht vs Jean Jaurès. "La nouvelle méthode". 1902

Karl Liebknecht, La nouvelle méthode, septembre 1902

maspero, 1970, Karl Liebknecht, militarisme, guerre, révolution, P 193 - 202

 

« Marxisme ! » Il est peu de pionniers de l’humanité aussi malmenés que Marx. Certes, qui pourrait nier les contradictions qui existent, inévitablement, dans ses nombreux ouvrages, du fait même de leur caractère, tantôt purement scientifique, tantôt de propagande et de combat, et aussi de l’évolution intellectuelle de ce génie philosophique ? Qui ne considérera d’avance comme tout à fait normales les erreurs et les imperfections dans l’enseignement de ce penseur universel autant que fougueux ? Mais qui n’a pas perdu depuis longtemps le désir de goûter à la soupe éclaircissante encore de mode « révisionniste », dont le principal ingrédient est une incompréhension totale de la théorie marxiste ? Jaurès, lui aussi, dans son ouvrage récemment paru : « De la théorie et de la pratique » (1. Traduit par Südekum en 1902, Editions des Sozialistische Monatshefte.), recueil d’articles pour lesquels il s’attribue le mérite de la « précision » et de l’ »ampleur » dans l’examen des problèmes les plus importants de notre parti, commet des erreurs telles sur le marxisme qu’il appelle littéralement la contradiction.

 

Chose étrange : Jaurès tire ici la théorie marxiste presque exclusivement du Manifeste communiste, écrit trente-six ans avant la mort de Marx, ouvrage qui n’est nullement d’une seule coulée mais montre bien plutôt les genres de style et les modes de pensée très dissemblables de ses deux auteurs. S’il paraît impossible d’interpréter certains passages autrement que dans le sens de la théorie de la paupérisation absolue, d’autres au contraire révèlent une conception nettement plus optimiste. Je pense, en particulier à la description de la « lutte contre la bourgeoisie » qui, selon ce passage, conduit à un accroissement progressif et continu de la puissance du prolétariat, et finalement à l’obtention de certaines réformes. Etant donné que les ouvrages ultérieurs de Marx ne défendent pas la théorie de la paupérisation absolue, théorie que le socialisme, de nos jours, rejette complètement, souhaiter d’en finir avec les discussions sur ce problème fantôme, telles que les pratique Jaurès semble présomptueux. En tout cas, il n’est pas nécessaire de réfuter l’opinion de Jaurès selon laquelle Marx a utilisé pour sa construction historique dialectique, un prolétariat entièrement appauvri et misérable.

 

Jaurès est victime d’une grave méprise en ce qui concerne la « théorie de la révolution » de Marx. Il impute au Manifeste communiste l’idée d’une « révolution parasitaire », c’est-à-dire d’une révolution sociale, qui à l’occasion d’une révolution bourgeoise, serait ajoutée à celle-ci, prenant par surprise la bourgeoisie, d’abord appuyée sur le prolétariat. Il consacre plus de 15 pages à la réfutation de cette erreur qui lui est propre et qu’on a peine à s’expliquer : au quatrième paragraphe du Manifeste, du moins, la révolution prolétarienne se manifeste de façon tout à fait indépendante par rapport à la révolution bourgeoise, qui doit néanmoins la précéder. Et si Jaurès se dresse à plusieurs reprises avec emphase contre cette idée qu’il attribue au Manifeste de la réalisation du communisme grâce à une minorité, il suffit de rappeler cette phrase que Marx par la suite n’a jamais démentie : « Le mouvement prolétarien est le mouvement indépendant de l’immense majorité dans l’intérêt de l’immense majorité. »

 

De même, en ce qui concerne la dictature du prolétariat et le programme révolutionnaire, Jaurès commet une erreur fondamentale. Le Manifeste suppose, nous l’avons dit, une victoire de la majorité du peuple dont la domination est conciliable avec la démocratie. Mais parce que précisément une domination de classe, même démocratique, doit être stabilisée et mise à profit en vue d’une utilisation énergique de la machine de l’Etat dans un sens prolétarien, le Manifeste parle de « dictature du prolétariat ». C’est – ainsi que le montre la lettre-programme d’Engels – le sens du passage de la page 24 du Manifeste, où le mot « démocratie » a assurément un sens  un peu moins confus que dans le jardon révisionniste. D’un « chaos des méthodes », il n’y a là nulle trace, pas plus que d’un « chaos des revendications programmatiques ». Jaurès ne sait faire assez de reproches au « programme » du Manifeste, parce qu’il retarde même sur Babeuf en ne préconisant tout d’abord que la suppression de la rente foncière. Mais cela est en contradiction avec la tête même du « programme », qui prévoit expressément une centralisation progressive à entreprendre immédiatement, de tous les moyens de production aux mains du prolétariat organisé en classe dominante.

 

Mais tout cela n’a  qu’un intérêt historique. Le contenu principal du livre de Jaurès, concerne la « nouvelle méthode », qu’il oppose à une méthode prétendue « périmée ».

 

Comme beaucoup de nos « révisionnistes » allemands, Jaurès ne cultive ni le pessimisme ni le formalisme mais un optimisme invétéré, et même les illusions. Il se voit déjà au milieu du processus de socialisation, il entend pousser l’herbe du collectivisme. A quelles illusions il succombe, c’est ce que montrent les derniers paragraphes, qui comportent également quelques inexactitudes, où il présente de nombreuses dispositions du droit actuellement en vigueur et même du droit romain ultra-individualiste comme des germes du socialisme, alors qu’elles servent en fait à renforcer l’exploitation capitaliste de la propriété, ou relèvent du système capitaliste du crédit, ou bien ont simplement pour but le maintien du patrimoine familial. Le but final doit toujours et partout être mis énergiquement en avant : à chaque pas, si minime soit-il, diriger l’attention vers le but final, pénétrer, imbiber la société actuelle de l’esprit, du sang, des institutions du socialisme, telle est la tendance fondamentale, ardente, enthousiaste, que Jaurès ne se lasse pas de souligner.

 

Mais qu’est-ce que la « nouvelle méthode » ? Il nous faut la chercher ensemble, car Jaurès lui-même ne l’a exposée nulle part de façon systématique.

 

D’abord un argument a contrario. En plusieurs endroits, Jaurès semble considérer comme « vieille méthode » la tactique consistant exclusivement à être à l’affût d’une « révolution parasitaire », pendant que tout le reste du travail dit « pratique », est considéré comme une concession, contraire à la vieille méthode tactique, aux « nécessités des temps nouveaux ». Mais comme cette vieille méthode est, ainsi que nous l’avons dit, purement imaginaire, son contraire ne peut être caractérisé.

 

De nouveaux instruments en vue du renforcement économique, social, politique, du prolétariat ; de nouveaux instruments pour affaiblir et éventuellement convertir les couches non prolétariennes ; de nouveaux instruments pour transformer les rapports de production, les conditions sociales, la forme d’Etat ; ou bien une nouvelle technique dans l’emploi des vieux instruments, c’est ce que nous attendons d’une nouvelle méthode. Mais quels sont les instruments que nous offre Jaurès ? Organisation et action politiques et syndicales, coopératives, extension de la législation sociale, utilisation, développement des tendances déjà existantes dans notre vie sociale pour la démocratisation et la socialisation ainsi que de maintes méthodes déjà admises dans la législation, par exemple l’expropriation pour cause d’utilité publique. Qui n’approuvera ce programme d’action ? N’est-ce pas celui que, depuis des dizaines d’années, préconise la classe ouvrière.

 

En fait, l’élément caractéristique de la nouvelle méthode réside d’une part dans l’appréciation fondamentale et la mise en pratique de certaines formes d’action, par exemple des coopératives ; d’autre part – et c’est là l’essentiel – en trois points qui sont : 1. la foi en une force miraculeuse de caractère mystique, appelée « démocratie » ; 2. la sous-estimation de l’antagonisme existant entre le prolétariat et la bourgeoisie, le socialisme et le capitalisme, de même que l’espoir qui en découle d’un désarmement pacifique et d’une conversion de la bourgeoisie ou de certains de ses éléments, avant tout par la persuasion ; 3. en dépit de certaines réserves, le refus de la « révolution » et de l’ « action violente ».

 

Les partisans de la nouvelle méthode se considèrent volontiers comme les représentants d’un développement « organique » et pacifique opposé à un développement violent et par bonds. Mais d’abord le développement par bonds ne s’oppose nullement au développement « organique », le « progressif » ne lui est pas essentiel. Et « organique » - notion du reste difficile – et « pacifique » sont deux choses différentes. Chercher un autre enseignement que celui du développement organique dans la théorie et la pratique inspirées par le marxisme, bref, l’enseignement du développement organico-social, est une contradiction en soi. Il suffit de lire, avec une attention non troublée par le fanatisme révisionniste, même le Manifeste communiste et ses formules certes parfois étudiées pour servir l’agitation et la propagande. Mais la notion « pacifique » elle-même est rien moins que claire, sa définition dépend des moyens de combat et de propagande qu’on considère comme non pacifiques. Pour obtenir ici une certaine clarté, il faut distinguer les domaines de la vie économique, sociale et politique, examiner pour chacun d’eux la possibilité et le genre, d’une part de la forme « organique », d’autre part de la forme pacifique du développement.

 

Il s’avère qu’un développement organique indépendant ne semble pas avoir lieu dans aucun de ces trois domaines, dont l’économique constitue le fondement, étant donné qu’ils ne sont que les parties d’un tout social, que par conséquent des bonds et des violences ne sont possibles dans aucun de ces domaines – particulièrement dans celui, fondamental de la vie économique -, domaines qui dépendent étroitement de l’état de santé organique du tout social.

 

Il s’agit dès lors d’étudier la statistique sociale, d’examiner les facteurs qui, dans la vie sociale, politique donnent de l’influence et du poids, de rechercher si, dans chacun de ces trois domaines, ces facteurs sont décisifs, et dans l’affirmative quel poids il faut attribuer à chacun de ces domaines, s’ils ont le même poids, en fin de compte, à quelle vitesse se réalisent les changements d’équilibre entre chacun d’eux.

 

Ici règne dans la doctrine une confusion totale : on n’y trouve même pas la question posée en termes justes, le problème formulé avec précision, particulièrement chez les révisionnistes, les partisans de la « nouvelle méthode », de même que chez Jaurès.

 

Les forces qui se manifestent dans la lutte des classes sont diverses, aussi diverses que les moyens de l’évolution individuelle. Et ici, il  importe moins de les énumérer que de les classer avec précision.

 

Comment se réalise l’équilibre économique ? On ne peut pas dire : la classe qui domine est celle qui représente un facteur indispensable de la vie économique, car chaque classe est précisément un tel facteur indispensable. Même le capitaliste pur, qui ne fait rien, devrait, s’il n’existait pas, être inventé pour rendre possible le système capitaliste. Aucune classe ne peut fonder sa domination économique sur le fait qu’elle démontre, par exemple sous la forme d’une grève générale, qu’elle est indispensable et fait mettre le genou à terre aux autres classes. Sa place déterminée dans l’organisme lui est imposée indépendamment de sa volonté comme de celle des autres classes. Si, selon le mot de Marx, le prolétariat est lié à l’esclavage salarial plus fortement que Prométhée à son rocher, la chaîne qui lie la bourgeoisie à son régime d’exploitation n’est pas moins solide.

 

Il est tout à fait faux de prétendre que c’est de la « richesse » des classes en tant que telles dans leur rapport réciproque que dépend leur position sur l’échelle de l’organisation économique.

 

Si nous admettons que ce qui caractérise essentiellement l’asservissement économique du prolétariat est l’exploitation capitaliste, un changement des rapports statistiques dans l’économie capitaliste ne peut être obtenu que par un changement du degré d’exploitation ou la suppression de l’exploitation elle-même. La question de l’évolution progressive et pacifique vers le socialisme au moyen de la vie économique, trouve alors une réponse dans celle de la diminution progressive et pacifique, puis la suppression de l’exploitation dont il ne saurait être question. Le fait que la diminution  et la suppression de l’exploitation sont de plus en plus possibles au fur et à mesure du développement des forces productives et deviennent une nécessité historique, ce fait constitue la légitimation du socialisme, et par conséquent le bien commun de toutes les théories socialistes. La question est seulement de savoir si la classe exploiteuse sera disposée, sous la pression plus ou moins forte de la classe ouvrière, à réduire « volontairement » et progressivement son privilège d’exploitation dans une mesure correspondante aux possibilités de cette réduction sur le plan économique. Cette pression est l’effet d’un mouvement qui, en dernière analyse découle, comme dans « droits de l’homme » « généralement humains », depuis le début de l’oppression de classe à toutes les époques de déclin social, de tendances actives à la liberté économique, sociale et politique : l’ « indignation » croissante, dans le fameux chapitre 24 du premier tome du Capital n’a pas d’autre source. Et cette tendance puise sa force avant tout dans le caractère de nécessité absolue au point de vue économique du prolétariat et même au succès, d’une façon correspondant à la possibilité objective d’un changement du degré d’exploitation.

 

Il n’est pas utile que plus d’un non-prolétaire, et même plus d’un capitaliste, peut-être, sensible à l’influence de certaines idées humanitaires et à la pression d’une certaine « opinion publique », se rende compte du sens de l’évolution dans son intérêt mieux compris. Comme beaucoup de nos révisionnistes, Jaurès mise sur cette influence, sur cette pression. Il veut même, selon un exemple fameux, préserver le plus possible les narines délicates de ces braves bourgeois de l’odeur nauséabonde du sans-culottisme révolutionnaire ; surtout ne pas choquer, tout faire en douceur ! C’est peut-être là l’énormité utopiste majeure que comporte la « nouvelle méthode ». Si la mise en pratique de cette partie de nouvelle méthode n’était pas exclue de fait par la pédagogie employée par le prolétariat en lutte, on pourrait la dire extrêmement dangereuse. Elle s’explique par une confusion entre causes primaires et causes secondaires, qui devrait mener à un affaiblissement complet du mouvement ouvrier. Le cœur et le cerveau du bourgeois moyen ne s’ouvrent pas pour les beaux yeux de la social-démocratie. Non ! La sûreté du but, l’élan incomparable, l’assurance dans la victoire, la confiance en soi, l’ardeur, la fermeté croissante, l’exploitation de toutes les erreurs de l’adversaire, de tous les maux du système capitaliste, contraignent les uns au respect et inspirent aux autres une peur mortelle. Pour se sauver eux-mêmes et sauver leur cher profit, ils jettent de temps à autre à la « bande assoiffée de sang » - le prolétariat- qui les presse, une bouchée de pain, spontanément ! La peur, l’instinct de conservation aiguisent l’intelligence et attendrissent merveilleusement le cœur le plus endurci. Ne serait-ce pas un pur suicide de vouloir produire directement ces causes secondaires d’un grand nombre de nos succès, de les rendre primaires, au moyen de la persuasion, de la bonne volonté et de négliger la cause de ces causes, à savoir l’énergie révolutionnaire.

 

Au bond du compte, plus le prolétariat est organisé vigoureusement sur le plan économique, plus il mène de façon impitoyable et réfléchie ses luttes politiques et syndicales, plus vite il réussira – en dépit de l’armée de réserve et l’organisation patronale – à arracher à la bourgeoisie les conditions les plus favorables possibles que permette la situation du moment, à développer les « rapports de production » d’une façon qui corresponde aux possibilités de la vie économique et à éviter le danger de catastrophes économiques. Y réussira-t-il ? L’expérience du passé ne le garantit nullement. Nous devons être préparés aux deux éventualités.

 

Dans la mesure où, pour la structure économique de la société, le partage de la propriété des moyens de production et la direction de la production, entrent en ligne de compte, l’usine nationalisée ne peut sembler que le timide début d’une transformation progressive.

 

Quand, dans la Mort de Danton, Camille déclare : »La forme de l’Etat doit être un vêtement transparent qui colle étroitement au corps du peuple », ce n’est hélas qu’un vœu pieux. Même la plus souple de ces formes d’Etat, la république démocratique, reste très loin de cet idéal. Manifestement, notre Etat n’est pas un simple vêtement du peuple, c’est une immense machine, extraordinairement compliquée, dotée de multiples et importantes fonctions. Il est jusqu’à un certain point devenu indépendant et, comme le montre l’histoire, très facilement approprié à servir d’instrument en vue de l’oppression d’une majorité du peuple. Même si, théoriquement, une structure étatique n’est qu’une expression particulière, une conséquence de l’organisation économique, c’est aller à l’encontre de l’histoire et de l’expérience quotidienne que d’affirmer comme le fait Kampfmeyer, qu’elle est dans les faits « très transformable » suivant la modification des rapports de force économiques et sociaux. Ce serait de nouveau une énormité utopiste, bien dans la ligne de nos révisionnistes. Il est vraiment incompréhensible de voir comment Jaurès a pu s’enfermer à ce point dans sa foi aveugle en la méthode « pacifique » et « progressive », hors de laquelle il lui paraît n’y avoir point de salut.

 

Là où l’on ne sait plus que dire, un mot intervient à point nommé ; démocratie ! Avec ce simple mot, tout révisionniste, tout partisan de la nouvelle méthode résout comme en se jouant tous les problèmes. Je dis bien : avec le petit mot de « démocratie », car la signification de ce mot dans le langage des révisionnistes est des plus confuses. Apparemment, il doit désigner la participation de tous les individus faisant partie d’une organisation économique ou politique à l’administration, c’est-à-dire naturellement aussi aux bénéfices de cette organisation. Dans cette définition, démocratie égale social-démocratie et signifie socialisme, de sorte que les nombreuses déclarations de Jaurès (et autres partisans de la « nouvelle méthode ») selon laquelle la démocratie est une condition essentielle, la forme de réalisation ou même déjà un morceau de socialisme, déclarations qui au fond ne fournissent qu’une pâle copie de l’enseignement « retouché » de la dictature du prolétariat, ne peuvent que créer la confusion.

 

Il peut y avoir des prémices d’une telle démocratie, comme il en existe pour le socialisme, il serait difficile de prétendre qu’elles aient atteint un degré notable, mais enfin elles existent.

 

Dans le domaine politique, la démocratie a connu un plus grand développement, mais nullement aussi important que veulent le faire croire les révisionnistes ; Bernstein lui-même a montré à quel point les concepts de démocratie et de république se recouvrent peu, en France par exemple. Je pourrais donner à Jaurès une longue explication tirée du même ouvrage posthume de Liebknecht [Wilhelm, le père de Karl Liebknecht] où Jaurès trouve déjà la formule du révisionnisme et du millerandisme. Sauf rares exceptions, même le droit de vote démocratique n’est nulle part irréprochable. La démocratie peut donc bien être une poudre excellente pour faire sauter le capitalisme, mais la poudre n’a pas encore été inventée. Pour le moment, nous sommes encore partout, dans les Etats comme dans les communes, dans la non-démocratie la plus totale. Comment, d’où viendra ce qui nous manque ? Pouvons-nous cueillir les fruits de la démocratie, pacifiquement, progressivement, les fruits de l’arbre de la compréhension économique, sociale et politique de la bourgeoisie ?

 

Plus que tout autre manifestation de notre organisation sociale, l’Etat a un caractère mécanique. Assurément, ce n’est que cum grano salis qu’on peut qualifier les gouvernements de comités d’administration des classes « dirigeantes » ; mais tout aussi certainement l’Etat est à un très haut degré un instrument de ces classes dirigeantes, dont l’intérêt bien compris impose, dans le seul but d’assurer leur domination, certaines concessions aux classes opprimées, concessions qui cependant restent très en deçà de la capacité politique de ces classes, de leur influence économique. Il y a précisément des rapports de domination politique tout à fait réels ; même la démocratie implique l’oppression d’une minorité éventuellement très forte. Il est extrêmement rare que des modifications de poids économique se traduisent dans la forme de l’Etat. Et c’est encore en démocratie que c’est le plus probable.

 

Mais précisément comment ne pas imposer par la force la démocratie ? Comment l’Allemagne a-t-elle « conquis » son suffrage universel, le seul chiffon démocratique qui couvre notre nudité politique ? Son introduction n’a-t-elle pas été un artifice de démagogie réactionnaire ? Comme dans d’autres cas d’une telle démocratie d’origine réactionnaire, doit-on, du moins a priori, la tenir pour assurée ? On ne peut contester à notre époque une tendance très nette à la démocratisation politique, la seule question est de savoir comment cette tendance s’impose. Au bout du compte, on ne constate pas chez les classes dirigeantes une disposition accrue à la bienveillance. Qu’on compare la Hesse, la Bavière, la Belgique, la Suède. Qu’en est-il en Prusse ? Ici, plus d’un révisionniste, sous le feu des canons de la logique politique, n’a-t-il pas dû prêter  à nouveau, même sous la forme « honteuse » de la grève générale, serment de fidélité à la révolution ? Nos frères belges n’ont-ils pas commencé, en désespoir de cause, à appeler à l’aide un deus ex machina en la personne de l’ami royal de la belle Cléo ?  Ne recevrons-nous pas le socialisme aussi facilement que la démocratie dans la plupart des Etats ? Nos frères belges n’ont-ils pas été confrontés à ce problème ?

 

Et avons-nous aussi vraiment ce que nous avons ? Si Engels dans sa lettre-programme écrit : on pourrait peut-être se représenter le passage pacifique à la société nouvelle dans les pays où la représentation populaire tient dans ses mains tous les pouvoirs, où l’on peut faire conformément à la Constitution, ce qu’on veut dès lors qu’on a la majorité du peuple derrière soi – ce qui du reste n’est pas du tout le cas en France et en Angleterre -, la question est précisément de savoir si l’on peut obtenir cette majorité sans « catastrophe ». Pour le moment, la démocratie ne gêne pas sérieusement la bourgeoisie ; mais quand la question sera d’être ou ne pas être – et cette question en dépit de toute évolution organique et pacifique possible, se pose à un certain moment partout, - nous verrons alors si l’humanité s’est modifiée assez profondément depuis quelques siècles pour que cela puisse se faire sans friction dure et sérieuse. Il en découle : 1. que l’évolution pacifique progressive comporte de toute façon ses anicroches ; et 2. que la démocratie ne peut pas être considérée comme une panacée parce qu’elle dépend encore pour le moment du bon vouloir des classes dirigeantes. Qui pourra contester que dans tous les pays du globe il est possible, si la bourgeoisie maintient sa cohésion, de supprimer d’une façon légale toutes les institutions démocratiques ? Qui contestera que, dans les périodes d’aggravation de la lutte entre la bourgeoisie et le prolétariat, dont le plus haut degré est encore loin d’être atteint, cette cohésion de la bourgeoisie puisse être établie, du moins provisoirement ? Qu’on regarde du côté de la Saxe ! Ce pays, le plus industriel de tous les pays allemands, qui précisément pour cette raison nous montre l’avenir de la lutte de classe, tout comme l’Angleterre l’a fait jusqu’ici, a sur tous les autres Etats allemand un avantage : débarrassé de presque tous les vestiges féodaux d’un junkérisme tout-puissant et par là d’une pomme de discorde entre les classes dominantes, il possède une bourgeoisie extraordinairement solidaire et représente par conséquent un cas exceptionnel qu’on ne peut écarter d’un geste dédaigneux. Et, quand Jaurès regarde ce qui se passe en France, ce pays qui, selon l’opinion qu’il exprimait il y environ quatre ans, était sur le point, dans la tempête des passions populaires, de perdre sa belle démocratie ! Enfin, ne doit-on pas, pour en revenir au domaine de la démocratie économique, se référer aux avertissements que constituent les décisions de  la Chambre des Lords en Angleterre ? Il faut toute la foi aveugle des révisionnistes dans la démocratie pour ne pas se rendre compte à quel point l’Angleterre s’est rapprochée ainsi d’une aggravation de la lutte des classes, telle qu’on la constate dans les pays du continent. Que la bourgeoisie anglaise se crée ainsi – dans le socialisme qui se renforce – son propre « fossoyeur » ne fait qu’illustrer l’importance pour nous de la décision.

 

Après toute, ce qui importe dans l’appréciation des institutions démocratiques existantes ou encore à conquérir touchant la possibilité d’une évolution sans catastrophe vers le socialisme est l’examen approfondi de la solidité et de la sécurité de ces institutions, examen que l’on ne trouve chez aucun révisionniste et pas davantage chez Jaurès. Mais d’après cela, on comprend pourquoi la « nouvelle méthode » considère comme caractéristique essentielle la « démocratie », non pas tant la domination de la majorité que les égards pour la minorité.

 

Le danger manifeste de conflits violents qu’implique la nécessité du maintien et de la conquête de la démocratie, Jaurès ne peut se le dissimiler : il ne peut s’empêcher de compter avec une tentative de suppression des libertés démocratiques, dont il admet qu’elle peut réussir. C’est le salto mortale de la « nouvelle méthode ». A quoi sert alors de combattre la « théorie de la catastrophe » ? Quel socialiste a en principe (abstraction faite naturellement de certaines exagérations dans la propagande !) travaillé à une catastrophe ou même fondé sa tactique sur l’éventualité de cette catastrophe ? Nous devons être vigilants ; la méfiance est considérée à juste titre comme une bonne qualité démocratique. Que nos adversaires viennent à nous, qu’ils se montrent disposés à faire des concessions, nous ne les repousserons pas. Mais ne nous laissons pas bercer par des déclarations pacifiques, par les dodinettes de la bonne déesse Démocratie, ne désarmons pas. Seule notre capacité de combat nous permet de conclure des alliances dans la vie sociale, seule elle peut nous ouvrir la voie des réformes politiques, sociales et économiques et même, en admettant que la chose soit possible, éviter les catastrophes.

 

Die neue Zeit, XX, t.2, p 713-723.

Karl Liebknecht vs Jean Jaurès. "La nouvelle méthode". 1902

Fin du texte (non présente dans l'ouvrage publié chez maspero)

 

Au centre du livre de Jaurès se trouve un commentaire de passages publiés dans le « Vorwärts » et tirés de l’œuvre posthume de Wilhelm Liebknecht sur la réalisation du socialisme (Ce titre n’étant bien sûr en aucun cas  authentique). En s’appuyant sur ce texte, Jaurès fait de Liebknecht un partisan de la nouvelle méthode et du millerandisme. Il se réfère à l’attitude de Liebknecht dans la question concrète du millerandisme, qu’il ne peut s’expliquer que par l’aveuglement de Liebknecht dans l’Affaire Dreyfus, il se refuse à tirer de la non-publication,  des conclusions défavorables sur l’opinion de l’auteur qu’avait de son texte, et n’a pas assez de mots pour louer  l’importance des fragments publiés. Nous ne pouvons pas faire autrement que de mettre un peu d’eau dans ce vin.

Cet écrit de Liebknecht constitue la réponse à la question : “Quelles mesures doit prendre le parti socialiste, s’il devait dans un futur proche pouvoir exercer une influence significative sur la loi ? », une question dont Bernstein et Bebel nous ont expliqué la genèse. La question est – que l’on se souvienne de l’année 1880 -, véritablement vexante. Elle devait inciter à un jeu intellectuel utopiste, sentant son académisme, et s’appuyer sur ce jeu intellectuel semble pour les politiciens « aspirant à la realpolitik » de la « nouvelle méthode » quelque peu compromettante.

Mais ce texte ne penche pas du tout en faveur du millerandisme. Quand il est question d’une catastrophe « qui pourrait briser la machine d’Etat et amener notre parti à la porte voire au gouvernement », cela ne peut pas être interprété en faveur du millerandisme, ne serait-ce que parce qu’il n’est pas du tout sûr, que ne soit pas déjà prévu comme préalable une forme de gouvernement, dans laquelle les membres du gouvernement sont soumis au vote démocratique (voir le programme d’Erfurt). Jaurès pense déjà tirer le plus doux des miels, en évoquant l’autre cas décrit comme possible mais aussitôt qualifié d’improbable. Selon Liebknecht, il est concevable bien que peu plausible que dans les hautes sphères le danger de la situation soit perçu et que l’on tente d’éviter la catastrophe qui serait sinon inévitable, en s’engageant sur la voie des réformes raisonnables. Ici, il est question d’une situation de force majeure, dans laquelle le régime vient supplier la social-démocratie de le sauver d’un naufrage certain. “Dans ce cas, notre parti devrait être appelé à participer au gouvernement, et spécifiquement pour transformer les rapports au sein du monde du travail.” Doit – car si le gouvernement dans ce cas veut réellement se sauver lui-même.

Le “socialiste » de gouvernement ne sera pas alors pas utilisé et souillé comme faire-valoir démagogique et compromettant, il entrera au gouvernement comme l’ambassadeur de son parti, en tant que représentant de la social-démocratie, s’appuyant sur le pouvoir de la social démocratie, renforcé dans sa position par la situation de force majeure dans laquelle se trouve la bourgeoisie, pas contraint d’abandonner un iota de son programme, mais obligé au contraire de le réaliser. La tâche du parti serait selon Liebknecht de « transformer les rapports de production », et notons bien : pas un toilettage, un nettoyage mais la « transformation » ! S’appuyant sur sa position dominante née de la situation, de la peur de la bourgeoisie ou de sa compréhension des dangers d’une catastrophe annoncée, la social-démocratie, investira en tant qu’ennemi du capitalisme le gouvernement bourgeois.

C’est très différent du petit jeu d’équilibriste socialo- diplomatique du millerandisme. Cela ne signifie pas : vendre un droit d’aînesse pour un plat de lentilles social-politique. – Et un second point a une tout autre résonance que le millerandisme. Liebknecht parle d’une vocation de notre parti à être parti de gouvernement, pas d’un socialiste « mis en congé », échappant au contrôle du parti, mais d’un socialiste, représentant du parti, et de ce fait, la décision de l’entrée au gouvernement, de la nature et de la durée de son action, relève entièrement, cela va de soi, des prérogatives du parti. Dans de telles conditions, être ministre d’un empereur serait aussi « pour le plus sauvage des révolutionnaires », « pain béni ». Mais qui a dit, qu’il ne s’agissait que d’un siège ministériel dans l’Empire? Liebknecht aborde le cas où les régions engagent des réformes raisonnables. Celui qui peut revenir à la manière de penser de notre parti, en particulier de Liebknecht, lors des « lois scélérates » et les menées de Bismarck, sait que – une condition indispensable -, une partie de cette réforme raisonnable aurait été la suppression du système Bismarck. La social-démocratie par bonheur n’était justement pas humble et craintive, et politiquement-intelligente dans ses revendications. L’abdication « volontaire » de la monarchie était envisagée comme une option peu enthousiasmante et lointaine. Pourquoi cette « petite » réforme ne serait-elle pas un préalable?

Jamais Liebknecht n’a rejeté sérieusement d’emblée un quelconque compromis, quel que soit le compromis. Le compromis est le principe de toute évolution y compris sociale. Nous ne connaissons dans le monde aucun compromis que nous ne serions pas prêts à conclure. Mais il doit en vérité servir le parti – et c’est là le point crucial. Servir le parti ne signifie pas toujours et de loin : obtenir des petites réformes, des réformes modérées pour le prolétariat. Cela dépend, de la manière dont elles sont obtenues. En quoi cela servirait-il la social- démocratie, d’obtenir tout un ensemble de petites réformes, mais qui nuiraient à ce qui fait son âme, c’est-à-dire : si elle se montrait désorientée, mesquine, timorée et autosatisfaite, si elle perdait ce qui est le plus noble, le meilleur en elle, l’élan de son énergie révolutionnaire, qui fertilisait aussi le terrain des réformes – que l’on compare la récolte dans le domaine de la loi avant 1890 et depuis lors ! Liebknecht ne s’est jamais lassé jusqu’à la fin de sa vie de plaider pour l’appréciation de ces moments idéalistes comparée à celle à courte vue, exagérée, des avantages momentanés. Si Jaurès ne comprend pas pourquoi Liebknecht devait être l’adversaire le plus farouche du millerandisme, qu’il considère l’image d’ensemble de la vie de Liebknecht, l’ensemble du travail de toute sa vie : il trouvera difficilement un seul trait millerandien. Lorsque les révisionnistes commencent à utiliser les mots de Liebknecht et le commentaire de Jaurès, il est temps de leur crier : « Bas les pattes ! Il ne vous appartient pas ! ».

Il y  encore de nombreux éléments de la « nouvelle » et de l’ « ancienne » méthode qui sont abordés dans le texte de Jaurès. Mais cela ne peut être abordé plus avant, même concernant le problème de la grève générale, qui a été largement développé. Cela revient à l’application des remarques ci-dessus.

Au centre du livre de Jaurès se trouve un commentaire de passages publiés dans le « Vorwärts » et tirés de l’œuvre posthume de Wilhelm Liebknecht sur la réalisation du socialisme (Ce titre n’étant certes pas du tout authentique). En s’appuyant sur ce texte, Jaurès fait de Liebknecht un partisan de la nouvelle méthode et du millerandisme. Il se réfère à l’attitude de Liebknecht dans la question concrète du millerandisme, qu’il ne peut s’expliquer que par l’aveuglement de Liebknecht dans l’Affaire Dreyfus, il se refuse à tirer de la non-publication,  des conclusions défavorables sur l’opinion de l’auteur qu’avait de son texte, et n’a pas assez de mots pour louer la l’importance des fragments publiés. Nous ne pouvons pas faire autrement que de mettre un peu d’eau dans ce vin.

Cet écrit de Liebknecht constitue la réponse à la question : “Quelles mesures doit prendre le parti socialiste, s’il devait obtenir dans un futur proche pouvoir exercer une influence significative sur la loi ? », une question dont Bernstein et Bebel nous ont expliqué la genèse. La question est – que l’on se souvienne de l’année 1880 -, véritablement vexante. Elle devait inciter à un jeu intellectuel utopiste, sentant son académisme, et s’appuyer sur ce jeu intellectuel semble pour les politiciens « aspirant à la realpolitik » de la « nouvelle méthode » quelque peu compromettante.

Mais ce texte ne penche pas du tout en faveur du millerandisme. Quand il est question d’une catastrophe « qui pourrait briser la machine d’Etat et amener notre parti à la porte voire au gouvernement », cela ne peut pas être interprété en faveur du millerandisme, ne serait-ce que parce qu’il n’est pas du tout sûr, qu’il ne s’agisse pas déjà d’une forme de gouvernement, dans laquelle les membres du gouvernement sont soumis au droit de vote démocratique (voir le programme d’Erfurt). Jaurès pense déjà tirer le plus doux des miels, en évoquant l’autre cas décrit comme possible mais aussitôt qualifié d’improbable. Selon Liebknecht, il est concevable bien que peu plausible que dans les hautes sphères le danger de la situation soit perçu et que l’on tente d’éviter la catastrophe qui serait sinon inévitable, en s’engageant sur la voie des réformes raisonnables. Ici, il est question d’une situation de force majeure, dans laquelle le régime vient supplier la social-démocratie de le sauver d’un naufrage certain. “Dans ce cas, notre parti devrait être appelé à participer au gouvernement, et spécifiquement pour transformer les rapports au sein du monde du travail.” Doit – car si le gouvernement dans ce cas veut réellement se sauver lui-même.

Le “socialiste » de gouvernement ne sera pas alors pas utilisé et souillé comme faire-valoir démagogique et compromettant, il entrera au gouvernement comme l’ambassadeur de son parti, en tant que représentant de la social-démocratie, s’appuyant sur le pouvoir de la social démocratie, renforcé dans sa position par la situation de force majeure dans laquelle se trouve la bourgeoisie, pas contraint d’abandonner un iota de son programme, mais obligé au contraire de le réaliser. La tâche du parti serait selon Liebknecht de « changer les rapports de production », et notons bien : pas un toilettage, un nettoyage mais la « transformation » ! S’appuyant sur sa position dominante née de la situation, de la peur de la bourgeoisie ou de sa compréhension des dangers d’une catastrophe annoncée, la social-démocratie, investira en tant qu’ennemi du capitalisme le gouvernement bourgeois.

C’est très différent du petit jeu d’équilibriste socialo- diplomatique du millerandisme. Cela ne signifie pas : vendre un droit d’aînesse pour un plat de lentilles social-politique. – Et un second point a une tout autre résonance que le millerandisme. Liebknecht parle d’une vocation de notre parti à être parti de gouvernement, pas d’un socialiste « mis en congé », échappant au contrôle du parti, mais d’un socialiste, représentant du parti, et de ce fait, la décision de l’entrée au gouvernement, de la nature et de la durée de son action, relève entièrement, cela va de soi, des prérogatives du parti. Dans de telles conditions, être ministre d’un empereur serait aussi « pour le plus sauvage des révolutionnaires », « pain béni ». Mais qui a dit, qu’il ne s’agissait que d’un siège ministériel dans l’Empire? Liebknecht aborde le cas où les régions engagent des réformes raisonnables. Celui qui peut revenir à la manière de penser de notre parti, en particulier de Liebknecht, lors des « lois scélérates » et les menées de Bismarck, sait que – une condition indispensable -, une partie de cette réforme raisonnable aurait été la suppression du système Bismarck. La social-démocratie par bonheur n’était justement pas humble et craintive, et politiquement-intelligente dans ses revendications. L’abdication « volontaire » de la monarchie était envisagée comme une option peu enthousiasmante et lointaine. Pourquoi cette « petite » réforme ne serait-elle pas un préalable?

Jamais Liebknecht n’a rejeté sérieusement d’emblée un quelconque compromis, quel que soit le compromis. Le compromis est le principe de toute évolution y compris sociale. Nous ne connaissons dans le monde aucun compromis que nous ne serions pas prêts à conclure. Mais il doit en vérité servir le parti – et c’est là le point crucial. Servir le parti ne signifie pas toujours et de loin : obtenir des petites réformes, des réformes modérées pour le prolétariat. Cela dépend, de la manière dont elles sont obtenues. En quoi cela servirait-il la social- démocratie, d’obtenir tout un ensemble de petites réformes, mais qui nuiraient à ce qui fait son âme, c’est-à-dire : si elle se montrait désorientée, mesquine, timorée et autosatisfaite, si elle perdait ce qui est le plus noble, le meilleur en elle, l’élan de son énergie révolutionnaire, qui fertilisait aussi le terrain des réformes – que l’on compare la récolte dans le domaine de la loi avant 1890 et depuis lors ! Liebknecht ne s’est jamais lassé jusqu’à la fin de sa vie de plaider pour l’appréciation de ces moments idéalistes comparée à celle à courte vue, exagérée, des avantages momentanés. Si Jaurès ne comprend pas pourquoi Liebknecht devait être l’adversaire le plus farouche du millerandisme, qu’il considère l’image d’ensemble de la vie de Liebknecht, l’ensemble du travail de toute sa vie : il trouvera difficilement un seul trait millerandien. Lorsque les révisionnistes commencent à utiliser les mots de Liebknecht et le commentaire de Jaurès, il est temps de leur crier : « Bas les pattes ! Il ne vous appartient pas ! ».

Il y  encore de nombreux éléments de la « nouvelle » et de l’ « ancienne » méthode qui sont abordés dans le texte de Jaurès. Mais cela ne peut être abordé plus avant, même concernant le problème de la grève générale, qui a été largement développé. Cela revient à l’application des remarques ci-dessus.

Karl Liebknecht vs Jean Jaurès. "La nouvelle méthode". 1902

Karl Liebknecht: Die neue Methode, 1902

 

[Nach Die Neue Zeit, 20. Jahrgang (1901/02), 2. Bd., S. 713-723. gekürzt in Karl Liebknecht, Gesammelte Reden und Schriften, Band 1, S. 14-27]

„Marxismus“│Nicht viele Bahnbrecher der Menschheit sind so misshandelt worden wie Marx. Gewiss, wer wird die Widersprüche hinweg leugnen wollen, die sich in seinen zahlreichen Werken vermöge ihres bald rein wissenschaftlichen, bald propagandistischen, bald pamphletistischen Charakters und vermöge der geistigen Fortentwicklung dieses induktivsten aller philosophischen Genies naturgemäß vorfinden? Wer wird Irrtümer und Unvollkommenheiten in der Lehre dieses vielseitigen und temperamentvollen Geistes nicht von vornherein für selbstverständlich halten? Aber1 wem ist der Appetit an der immer noch modernen „revisionistischen" Aufkläricht-Suppe, deren wichtigstes Ingredienz ein oft grundsätzliches Missverstehen und Verzerren der Marxschen Theorien ist, nicht seit langem aufs gründlichste vergangen? Auch Jaurès2 verfällt in seinem kürzlich erschienenen Werke „Aus Theorie und Praxis"3, einer Sammlung von Zeitungsartikeln, für die er indessen die Note „hinreichender Genauigkeit und Ausführlichkeit" bei Behandlung der wichtigsten Probleme unserer Partei in Anspruch nimmt, in so zahlreiche ernste Irrtümer über den „Marxismus", dass er zum Widerspruch geradezu zwingt.

Sonderbarerweise schöpft Jaurès hier die Marxsche Theorie fast ausschließlich aus dem sechsunddreißig Jahre vor dem Tode von Marx entstandenen Kommunistischen Manifest, das keineswegs aus einem Gusse ist, vielmehr die nicht ganz gleichen Stilarten und Denkweisen der beiden Verfasser mehrfach deutlich erkennen lässt. Wenn es kaum möglich erscheint, gewisse Stellen des Manifestes (zum Beispiel Seite 17/18 der Vorwärtsausgabe von 1898) ohne Zwang anders als im Sinne der absoluten Verelendung zu deuten, lassen andere Stellen eine entschieden optimistischere Auffassung erkennen. Ich habe hier besonders die Schilderung des „Kampfes gegen die Bourgeoisie“ im Auge (Seite 15 bis 17 der Vorwärtsausgabe), der nach dieser Stelle zu einer fortgesetzten Steigerung der Macht des Proletariats und schließlich zur Erzwingung gewisser Reformen führt. Da die späteren Werke von Marx die absolute Verelendungstheorie jedenfalls nicht verfechten und diese Theorie dem heutigen Sozialismus überhaupt fremd ist, klingt der Wunsch, dass Erörterungen dieses Problem-Popanzes, wie sie Jaurès noch unternimmt, recht bald verstummen mögen, schwerlich unbescheiden. Jedenfalls bedarf Jaurès' Ansicht, dass Marx für seine dialektische Geschichtskonstruktion ein gänzlich verarmtes und verelendetes Proletariat gebraucht habe, keiner Widerlegung.4

Ein arges Missverständnis passiert Jaurès in Bezug auf die Marxsche „Revolutionstheorie". Er imputiert dem Kommunistischen Manifest die Idee und das Ziel einer „parasitären Revolution", das heißt einer sozialistischen Revolution, die bei Gelegenheit einer bürgerlichen Revolution unter Überrumpelung des zunächst von dem Proletariat zu unterstützenden Bürgertums auf diese bürgerliche Revolution aufzupfropfen wäre. Er verwendet nahezu fünfzehn Seiten auf Darstellung und Widerlegung dieses seines eigenen Missverständnisses, dessen Entstehung kaum erklärlich erscheint: Im Abschnitt IV des Manifestes wenigstens tritt die proletarische Revolution gegenüber der allerdings vorher erwarteten bürgerlichen durchaus selbständig auf. Und wenn sich Jaurès mehrmals mit Emphase gegen die angebliche Idee des Manifestes wendet, den Kommunismus mit Hilfe einer Minorität durchzuführen, so sei nur auf den nirgends abgeschwächten Satz verwiesen: „Die proletarische Bewegung ist die selbständige Bewegung der ungeheuren Mehrzahl im Interesse der ungeheuren Mehrzahl."

Auch über die Diktatur des Proletariats und das Revolutionsprogramm verfällt Jaurès einem entscheidenden Irrtum. Das Manifest setzt, wie erwähnt, einen Sieg der Majorität des Volkes voraus, deren Herrschaft mit der Demokratie wohl vereinbar ist. Weil aber eben eine wenn auch demokratische Klassenherrschaft des Proletariats stabilisiert und diese Klassenherrschaft zu einer energischen Ausnützung der Staatsmaschinerie im proletarischen Sinne verwendet werden soll, so spricht das Manifest von „Diktatur" des Proletariats. Das ist – wie auch Engels' Programmbrief zeigt – der Sinn besonders der Sätze auf Seite 24 des Manifestes, in denen das Wort „Demokratie" freilich einen etwas weniger verschwommenen Sinn hat als im revisionistischen Jargon. Von einem „Chaos der Methoden" ist mithin keine Rede. Ebenso wenig wie von einem „Chaos der Programmforderungen". Jaurès weiß nämlich das „Programm" des Manifestes (Seite 23) nicht genug zu tadeln, weil es selbst hinter Babeuf zurückgehe, da es zunächst nur die Grundrente beseitigen wolle. Das widerspricht aber dem Wortlaut des „Programms", das ausdrücklich eine sofort beginnende allmähliche Zentralisation aller Produktionsinstrumente in den Händen des als herrschende Klasse organisierten Proletariats in Aussicht stellt.

Aber all das hat nur historisches Interesse. Der Hauptinhalt des Jaurèsschen Buches betrifft die „neue Methode", die mit einer sogenannten veralteten Methode kontrastiert wird.

Wie manche unserer deutschen „Revisionisten" ist Jaurès nicht Pessimist und Umstandskrämer, sondern hochgradiger Optimist, selbst Illusionist. Er sieht sich schon mitten im Sozialisierungsprozess; er hört das Gras des Kollektivismus wachsen. Welchen starken Illusionen er unterliegt, zeigen seine, auch einige juristische Unrichtigkeiten enthaltenden Schlusskapitel, in denen er unzählige Institutionen des geltenden und zumeist schon des ultra-individualistischen römischen Rechtes als Keime des Sozialismus preist, während sie geradezu zur Intensivierung der kapitalistischen Ausnutzung des Eigentums dienen oder dem kapitalistischen Kreditwesen angehören oder die Erhaltung des Familienguts bezwecken. Das Endziel muss stets und überall energisch in den Vordergrund gerückt werden. Bei jedem noch so kleinen Schritt ist das Auge fest aufs Endziel zu richten; die ganze bestehende Gesellschaft systematisch durchsetzen, durchtränken, besäen mit dem Geiste, mit dem Blute, mit den Institutionen des Sozialismus: Das ist die heiße begeisternde Grundtendenz, die Jaurès in seinen Aufsätzen nicht müde wird, fort und fort zu betonen.

Was aber ist die „neue Methode"? Wir müssen ein wenig zusammensuchen, da Jaurès selbst sie nirgends systematisch entwickelt.

Zunächst ein argumentum e contrario. An einigen Stellen scheint Jaurès unter der alten Methode die ausschließlich auf eine „parasitäre Revolution" lauernde Taktik zu verstehen, während alles andere, insbesondere die sogenannte praktische Arbeit, als dem altmethodisch-taktischen Prinzip widerstrebende Konzession an die „Notwendigkeiten der Neuzeit" gilt. Da diese alte Methode jedoch, wie gezeigt, imaginär ist, kann der Gegensatz zu ihr nicht charakterisieren.

Neue Werkzeuge zur wirtschaftlichen, sozialen, politischen Stärkung des Proletariats; neue Werkzeuge zur Gewinnung des Proletariats; neue Werkzeuge zur Schwächung und eventuell Bekehrung von Nichtproletariern; neue Werkzeuge zur Umformung der Produktionsverhältnisse, der sozialen Zustände, der Staatsform; oder eine neue Technik in Anwendung der alten Werkzeuge: Das erwarten wir von einer neuen Methode. Was bietet uns aber Jaurès für Werkzeuge? Politische und gewerkschaftliche Organisation und Aktion, Genossenschaften, Erweiterung und Intensivierung der Sozialgesetzgebung, Ausnützung, Förderung, Erweiterung der in unserem Gesellschaftsleben bereits enthaltenen Tendenzen zur Demokratisierung und Sozialisierung sowie mancher in der Rechtsordnung bereits zugelassenen Methoden, zum Beispiel der Zwangsenteignung. Wer wird diesem Aktionsprogramm nicht zustimmen? Ist es nicht das Programm, das seit Jahrzehnten von der Arbeiterklasse tatsächlich befolgt und propagiert wird?

In der Tat liegt das Charakteristikum der neuen Methode einerseits – das ist minder wichtig – in der besonderen prinzipiellen Wertung und praktischen Betonung gewisser Aktionsformen, zum Beispiel des Genossenschaftswesens; andererseits – und das ist die Hauptsache – in drei Punkten: 1. in dem wahren Gottvertrauen auf eine mystische Wunderkraft, genannt „Demokratie"; 2. in der Unterschätzung des Gegensatzes zwischen Proletariat und Bourgeoisie, zwischen Sozialismus und Kapitalismus, sowie in der daraus resultierenden starken Hoffnung auf friedlich glatte Entwaffnung und Gewinnung der Bourgeoisie oder ganzer Teile von ihr, vor allem durch die Kraft der Überredung; 3. – trotz aller Vorbehalte – in dem Abschwören der „Revolution", der „gewaltsamen" Aktion.

Die neue Methode hält sich gern für die Vertreterin einer „organischen" und friedlichen gegenüber einer sprunghaften und gewaltsamen Entwicklung. Zunächst ist aber das „sprunghaft" dem „organisch" nicht gegensätzlich, das „allmählich" ihm nicht wesentlich. Und „organisch" – ein übrigens schwieriger Begriff – und friedlich ist sicher zweierlei. Eine andere Lehre als die von organischer Fortentwicklung in der vom Marxismus, der gesellschaftsorganischen Entwicklungslehre, katexochen, beherrschten sozialistischen Theorie und Praxis zu suchen ist glatter Widerspruch in sich selbst:5 man lese nur mit einiger von revisionistischem Dogmenfanatismus ungetrübten Vorurteilslosigkeit sogar das Kommunistische Manifest und seine freilich manchmal ins Agitatorische, Schlagworthafte gearbeiteten Formulierungen. Aber auch der Begriff „friedlich“ ist nichts weniger als klar; seine Begrenzung hängt davon ab, welche Kampfmittel, Mittel der Beeinflussung man als nicht-friedlich bezeichnet. Um hier Klarheit zu gewinnen heißt es, die Gebiete des wirtschaftlichen, sozialen und politischen Lebens scheiden und die Möglichkeit und Art einerseits der „organischen“, andererseits der friedlichen Form der Entwicklung für jede dieser Seiten des Gesellschaftslebens zu prüfen.

Es stellt sich heraus, dass eine selbständige organische Entwicklung auf keinem der drei Gebiete, von denen das wirtschaftliche das grundlegende ist, für sich stattzufinden scheint, da diese Gebiete eben nur Teile eines sich fortbildenden Gesellschaftsganzen darstellen, dass also Sprünge und Gewaltsamkeiten schon darum auf jedem der drei Gebiete – am wenigsten freilich auf dem grundlegenden des Wirtschaftslebens – möglich sind, die aber innerhalb der organischen Gesundheitsbreite des Gesellschaftsganzen bleiben.

Es gilt sodann Gesellschaftsstatistik zu studieren, zu prüfen, welches die Momente sind, die im wirtschaftlichen, im sozialen, im politischen Leben Einfluss, Macht verleihen, ob auf jedem der drei Gebiete die nämlichen Momente entscheiden, und wenn dies der Fall, welches Gewicht den einzelnen Momenten auf jedem einzelnen Gebiet, und ob ihnen auf den verschiedenen Gebieten ein gleiches innewohnt und schließlich, mit welcher Schnelligkeit sich die Gleichgewichtsveränderungen auf jedem der Gebiete Anerkennung verschaffen.

Hier herrscht in der Doktrin allenthalben Systemlosigkeit und Unklarheit; nicht einmal eine richtige Fragestellung, eine präzise Formulierung des Problems findet sich, am wenigsten bei den Revisionisten, den Vertretern der „neuen Methode“, auch nicht bei Jaurès.

Der Kräfte, die im Kampfe der Klassen walten, sind mannigfaltige, so mannigfaltige, wie es überhaupt Mittel der Einwirkung von Mensch auf Mensch gibt. Es kommt hier weit weniger auf die Aufzählung der einzelnen Kräfte als auf ihre richtige Rangierung in der Kräfteskala an.

Wie bildet sich das wirtschaftliche Gleichgewicht? Man kann nicht sagen: Diejenige Klasse herrscht, die einen unentbehrlichen Faktor des Wirtschaftslebens darstellt; jede Klasse ist eben solch ein unentbehrlicher Faktor. Selbst der nichts tuende reine Kapitalist müsste zur Ermöglichung des kapitalistischen Systems erfunden werden, wenn er nicht da wäre. Keine Klasse kann ihre wirtschaftliche Herrschaft einfach dadurch begründen, dass sie zum Beispiel in Form eines Generalstreikes ihre Unentbehrlichkeit ad oculos demonstriert und die anderen Klassen auf die Knie zwingt. Die bestimmte Eingliederung im Organismus ist ihr unabhängig von ihrem wie vom Willen der anderen Klassen zugefallen. Wenn nach Marx' Worten das Proletariat an die Lohnknechtschaft fester denn Prometheus an den Felsen geschmiedet ist, so ist das Band, das die Bourgeoisie an ihr Ausbeutertum kettet, nicht minder fest.

Es ist überhaupt verkehrt anzunehmen, dass von dem „Reichtum" der Klassen als solchen im Verhältnis zueinander ihre Stellung in der Stufenleiter der Wirtschaftsorganisation abhänge.

Wenn wir die kapitalistische Ausbeutung als wesentliches Charakteristikum der wirtschaftlichen Unterordnung des Proletariats bezeichnen, so kann eine Veränderung der statischen Verhältnisse in der Ökonomie des Kapitalismus durch Änderung des Ausbeutungsgrades oder Abschaffung der Ausbeutung bewirkt werden. Die Frage der friedlich-allmählichen Entwicklung zum Sozialismus qua Wirtschaftsleben beantwortet sich dann mit der Frage der friedlich-allmählichen Verringerung und Beseitigung der Ausbeutung, die noch nicht spruchreif ist. Dass die Verringerung und Beseitigung der Ausbeutung mit der Fortentwicklung der Produktivkräfte mehr und mehr möglich, ja zur historischen Notwendigkeit wird, ist die Legitimation des Sozialismus und daher Gemeingut aller sozialistischen Theorien. Es fragt sich nur, ob sich die ausbeutende Klasse unter dem mehr oder weniger sanften Drucke der Arbeiterklasse allmählich „freiwillig" ihr Ausbeutungsprivileg entsprechend der wirtschaftlichen Möglichkeit seiner Einschränkung einzuschränken bereit finden wird.

Dieser Druck ist die Wirkung einer Bewegung, die im letzten Ende gleich den „Menschenrechten" dem „allgemein-menschlichen" seit Beginn der Klassenunterdrückung in allen Epochen gesellschaftlicher Götzendämmerung aktiven Triebe zur wirtschaftlichen, sozialen und politischen Freiheit entspringt: Eine andere Quelle hat auch die wachsende „Empörung" im berühmten 24. Kapitel des ersten Bandes vom „Kapital"6 nicht. Und dieser Trieb entnimmt seine Stärke vor allem der wirtschaftlichen Unentbehrlichkeit des Proletariats und führt zum Erfolg, entsprechend der jeweiligen objektiven Möglichkeit einer Änderung des Ausbeutungsgrades.

Es soll nicht in Abrede gestellt werden, dass manche Nichtproletarier, selbst Kapitalisten, auch einem Überreden, dem Einflüsse gewisser humanitärer Ideen und einer etwaigen „öffentlichen Meinung", einer Einsicht in die Richtung der Entwicklung, in ihr eigenes, besser verstandenes Interesse zugänglich sind. Wie viele unserer Revisionisten verspricht sich auch Jaurès von derartigen Einwirkungen, einem derartigen Drucke nicht wenig; er will sogar – nach berühmtem Muster – die zartbesaiteten Nasen solcher braven Bourgeois nach Kräften vor dem Ludergeruch des revolutionären Sansculottismus bewahren; nur nicht vor den Kopf stoßen, in Güte macht sich alles, alles! Das ist vielleicht das gröbste Stück Utopismus in der neuen Methode. Wäre die Praktizierung dieses Teils der neuen Methode nicht dank der vom kämpfenden Proletariat selbst geübten Pädagogik ausgeschlossen, man könnte ihn gemeingefährlich nennen. Es liegt ihm eine Verwechslung von primären und sekundären Ursachen zugrunde, die zu einer völligen Verwaschlappuug der Arbeiterbewegung führen müsste. Herz und Kopf des Durchschnittsbourgeois öffnen sich uns nicht um der schönen Augen der Sozialdemokratie willen. Nein! Die Zielsicherheit, der unvergleichliche Elan, das Siegesbewusstsein, das Selbstvertrauen, die Unermüdlichkeit, wachsende Geschlossenheit und Stärke, die grenzenlose Opferwilligkeit des organisierten Proletariats, die zähe und geschickte Ausnützung aller Fehler der Gegner, aller Schäden des kapitalistischen Systems zwingt die einen zur Achtung und jagt anderen heillosen Schrecken ein.

Um sich und ihren lieben Profit zu retten, werfen sie der „blutdürstigen Wolfsherde" des Proletariats, die ihnen schon auf den Fersen jagt, dann und wann einen Bissen hin – freiwillig! Die Angst, der Selbsterhaltungstrieb schärfen den Verstand und zermürben das hartgesottenste Herz fabelhaft. Wäre es nicht der reine Selbstmord, diese sekundären Ursachen mancher unserer Erfolge künftig direkt als primäre – durch Überredung, liebenswürdiges Entgegenkommen und dergleichen – erzeugen und die Ursache dieser Ursachen, die revolutionäre Energie unseres Kampfes, vernachlässigen zu wollen?

Alles in allem: Je fester, umfassender und finanziell kräftiger das Proletariat in sich organisiert ist, je prinzipieller, rücksichtsloser, begeisterter und besonnener es seine politischen und gewerkschaftlichen Kämpfe führt, um so eher mag es ihm – trotz Reservearmee und Unternehmerorganisation – gelingen, die Bourgeoisie zur Gewährung der jeweils objektiv günstig möglichen Bedingungen zu zwingen, die „Produktionsverhältnisse" in einer gewissen Kontinuität fortlaufend entsprechend den jeweils äußersten Möglichkeiten des Wirtschaftslebens zu gestalten und die Gefahr wirtschaftlicher Katastrophen abzuwenden. Ob es gelingen wird, steht nach der bisherigen Erfahrung dahin. Wir müssen auf beide Möglichkeiten gefasst sein.

Soweit für die wirtschaftliche Struktur der Gesellschaft die Verteilung des Eigentums an den Produktionsmitteln und die Leitung der Produktion in Betracht kommt, mag die konstitutionelle Fabrik als ein freilich recht schwächlicher Ansatz zur allmählichen Umwandlung erscheinen.

Wenn Camille in „Dantons Tod" schwärmt: „Die Staatsform muss ein durchsichtiges Gewand sein, das sich dicht an den Leib des Volkes schmiegt", so ist das leider ein frommer Wunsch. Selbst die elastischste unserer Staatsformen, die demokratische Republik, bleibt hinter diesem Ideal himmelweit zurück. Offensichtlich ist unser Staat nicht ein bloßes Gewand des Volkes, sondern eine riesenhafte, aufs äußerste komplizierte Maschine, mit vielfältigen bedeutsamsten Funktionen. Er ist in gewissem Grade verselbständigt und, wie die Geschichte predigt, gar leicht als Werkzeug zur Unterdrückung selbst einer Majorität des Volkes geeignet. Mag immerhin die Staatsform in thesi nur ein besonderer Ausdruck, eine Konsequenz der wirtschaftlichen Organisation sein, so hieße es doch der Geschichte und täglichen Erfahrung ins Gesicht schlagen, wollte man sie mit Kampffmeyer in concreto als „sehr wandlungsfähig" entsprechend „den wirtschaftlichen und sozialen Machtverhältnissen" bezeichnen. Das wäre wieder ein faustdickes Stück Utopismus in der Methode unserer Revisionisten. Geradezu unfasslich erscheint es, wie sich Jaurès dermaßen in seinen wahren Köhlerglauben an die alleinseligmachende friedlich-allmähliche Methode versteigen konnte.

Aber wo Begriffe fehlen, da stellt zur rechten Zeit ein Wort sich ein: Demokratie! Mit diesem Wörtchen löst jeder Revisionist, jeder Anhänger der „neuen Methode" alle Schwierigkeiten spielend. Mit dem Wörtchen „Demokratie" sage ich; denn der Begriff dieses Wörtchens im Sprachgebrauch der Revisionisten ist gar sehr verschwommen. Anscheinend soll es die gleichmäßige Beteiligung aller in einer wirtschaftlichen oder politischen Organisation eingegliederten Personen an der Verwaltung, das heißt natürlich auch an der Nutzung dieser Organisation bezeichnen. Bei dieser Definition ist Demokratie – Sozialdemokratie und schließt den Sozialismus begrifflich ein, so dass die vielfachen Äußerungen Jaurès' (und anderer Männer der „neuen Methode"), die Demokratie sei wesentliche Voraussetzung, sei die Form zur Verwirklichung oder gar schon ein Stück des Sozialismus, Äußerungen, die im Grunde nur eine unklare Wiederaufnahme der „reprobierten" Lehre von der Diktatur des Proletariats ergeben, nur Verwirrung stiften können.

Zu solcher wirtschaftlichen Demokratie finden sich Ansätze, wie es eben Ansätze zum Sozialismus gibt; dass sie einen nennenswerten Grad erreicht hätten, kann schwerlich behauptet werden – doch das ist bereits gestreift.

Auf politischem Gebiete ist die Demokratie weiter fortgeschritten, aber längst nicht so weit, wie uns die Revisionisten glauben machen wollen. Wie wenig sich die Begriffe Demokratie und Republik zum Beispiel in Frankreich decken, hat kein Geringerer als Bernstein dargelegt. Ich könnte hier Jaurès eine lange und eingehende Erörterung aus demselben posthumen Werke Liebknechts entgegenhalten, in dem Jaurès die vorahnende Formulierung des Revisionismus und Millerandismus7 findet. Nicht einmal das demokratische Wahlrecht ist, von ganz verschwindenden Ausnahmefällen abgesehen, einwandfrei realisiert. Die Demokratie mag also wohl ein vorzügliches Pulver sein, um den Kapitalismus zu sprengen, aber das Pulver muss erst noch erfunden werden. Vorläufig sitzen wir noch allenthalben, in den Staaten wie den Gemeinden, in der dicksten Undemokratie. Wie, woher kriegen wir das Fehlende? Werden wir die Früchte der Demokratie friedlich-allmählich von dem gastlichen Apfelbaum der wirtschaftlichen, sozialen, politischen Erkenntnis der Bourgeoisie pflücken können?

Mehr als irgendeine andere Manifestation unseres Gesellschafts-Organismus trägt der Staat mechanischen Charakter. Gewiss kann man nur cum grano salis die Regierungen als den Ausschuss der sogenannten herrschenden Klassen bezeichnen, ebenso gewiss aber ist der Staat in einem sehr hohen Grade Werkzeug dieser herrschenden Klassen, deren ureigene Interessen ihnen nur zur Sicherung ihrer Herrschaft gewisse Konzessionen an die beherrschten Klassen aufzwingen, die jedoch das Maß der politischen Kapazität dieser Klassen, ihres wirtschaftlichen Einflusses, durchschnittlich bei weitem nicht erreichen. Es gibt eben ganz echte politische Herrschaftsverhältnisse, selbst die Demokratie ist ein solches, die die Unterdrückung einer eventuell sehr starken Minderheit einschließen. Nur sehr bedingt trifft es zu, dass sich Verschiebungen im wirtschaftlichen Gewicht in der Staatsform ausprägen. Am ehesten gilt es freilich noch bei der Demokratie.

Aber eben, woher die Demokratie nehmen und nicht stehlen? Wie hat Deutschland sein allgemeines Wahlrecht, so ziemlich das einzige Fetzchen demokratischen Linnens, das unsere politische Blöße deckt, „erobert"? War seine Einführung nicht als Kniff einer reaktionären Demagogie gedacht? Ist es nicht auch in anderen Fällen eines solchen reaktionär-demagogischen Ursprungs und also um so weniger a priori für gesichert zu halten? Ein starker, übermächtiger Zug zur politischen Demokratisierung soll unserer Zeit nicht abgestritten werden; es fragt sich eben nur, wie sich dieser Zug durchsetzt. Eine Steigerung der gütlichen Nachgiebigkeit ist bei den herrschenden Klassen alles in allem nicht zu konstatieren. Man vergleiche Hessen, Bayern, Belgien, Schweden.8 Und wie steht es mit Preußen? Hat hier nicht manch ein Revisionist, vor die Kanonen der praktisch-politischen Logik gestellt, der Revolution, vorläufig in der verschämten Form des Generalstreiks, von neuem den Treueid leisten müssen? Haben nicht unsere belgischen Brüder in ihrer verzweifelten Ratlosigkeit die Hilfe eines deus ex machina in Gestalt des königlichen Freundes der schönen Cleo herbei zu beten begonnen?9 Werden wir nicht ebenso leicht wie die Demokratie in der Mehrzahl der Staaten den Sozialismus bekommen? Haben nicht unsere belgischen Brüder gerade vor dieser Frage gestanden?

Und haben wir denn das, was wir haben, auch wirklich? Wenn Engels in seinem Programmbrief meint: Man könne sich das friedliche Hineinwachsen in die neue Gesellschaft möglicherweise vorstellen für Länder, wo die Volksvertretung alle Macht in sich konzentriert, wo man verfassungsmäßig tun könne, was man will, so bald man die Majorität des Volkes hinter sich hat – was übrigens für Frankreich und England keineswegs zutrifft –, so fragt es sich gerade: ob man diese Majorität ohne „Katastrophe" wird erlangen können. Vorläufig tut die Demokratie der Bourgeoisie noch nicht ernstlich weh; wenn aber Sein oder Nichtsein die Frage sein wird – und diese Frage wirft sich trotz aller möglichen organischen und friedlichen Fortentwicklung an einem bestimmten Punkte überall auf –, so wollen wir erst erleben, ob die Menschheit sich seit einigen Jahrzehnten so grundstürzend geändert hat, dass es ohne harte und böse Friktionen abgeht.

Daraus ergibt sich zweierlei: dass es mit dem allmählich-friedlichen Hineinwachsen überhaupt seinen Haken hat und dass die Demokratie schon um deswillen nicht als das Allheilmittel gelten kann, weil sie vorläufig in gewissem Sinne noch von der Gnade der herrschenden Klassen abhängt. Wer will bestreiten, dass in allen Ländern der Welt eine durchaus verfassungsmäßige Beseitigung aller demokratischen Institutionen noch möglich ist. sofern eben nur die Bourgeoisie zusammenhält? Wer will die Möglichkeit abstreiten, dass in Zeiten der äußersten Zuspitzung des Interessenkampfes zwischen Bourgeoisie und Proletariat, deren höchster Grad noch längst nicht erreicht sein dürfte, dieser Zusammenhalt der Bourgeoisie mindestens zeitweilig hergestellt werden mag? Man blicke doch auf Sachsen! Dieses industriellste aller deutschen Länder, das uns ebendeshalb in ähnlicher Weise die Zukunft des Klassenkampfes zeigt, wie England bisher der Spiegel unserer Zukunft war, hat allen anderen deutschen Staaten gegenüber den Vorteil voraus, dass es, fast aller feudalen Reste eines übermächtigen Junkertums und damit eines Zankapfels der herrschenden Klassen ledig, eine unerhört geschlossene Bourgeoisie aufweist, also einen gewissermaßen reinen Fall darstellt, der nicht mit einer überlegenen Armbewegung abgetan werden kann. Und Jaurès möge doch gerade auf Frankreich blicken, das nach seiner Meinung vor beiläufig vier Jahren drauf und dran war, im Sturme aufgewühlter Volksleidenschaft seine ganze schöne Demokratie zu verlieren!10 Und schließlich: Darf man nicht, um auf das Gebiet wirtschaftlicher Demokratie zurückzugreifen, die englischen Lordrichterentscheide11 hier als Warnungstafel aufrichten? Es gehört der ganze revisionistische Aberglaube an die „Demokratie" dazu, um zu verkennen, wie nahe England damit einer Zuspitzung des Klassenkampfes zu festländischer Schärfe und festländischen Formen gerückt ist. Dass sich die englische Bourgeoisie damit – im erstarkenden Sozialismus – auch ihren „Totengräber" schafft, illustriert doch eben nur die Bedeutung der Entscheide in unserem Sinne.

Nach alledem kommt es bei Wertung der bestehenden oder noch zu erringenden demokratischen Institutionen für die Möglichkeit einer katastrophenlosen Fortentwicklung zum Sozialismus zunächst auf genaue Prüfung der Festigkeit und Sicherung dieser Institutionen an, eine Prüfung, die man bei keinem Revisionisten – auch bei Jaurès nicht – findet. Nach alledem begreift man aber auch, warum die „neue Methode" als wesentliche Eigenschaft der „Demokratie" nicht so sehr die Herrschaft der Mehrheit, als die Rücksicht auf die Minderheit betrachtet.

Die gar zu offensichtliche Gefahr gewaltsamer Kollisionen, die mithin gerade in der Notwendigkeit einer Erhaltung und Erkämpfung der Demokratie liegt, vermag Jaurès nicht zu übergehen; er kann nicht umhin, mit einem Versuch gewaltsamer Entreißung demokratischer Rechte zu rechnen, den er sogar erfolgreich sein lässt! Das ist der Salto mortale der „neuen Methode". Was soll dann noch die Bekämpfung der „Katastrophentheorie"? Welcher Sozialist hat je prinzipiell (von Entgleisungen in der Propaganda natürlich zu schweigen!) auf eine Katastrophe hingearbeitet oder seine Taktik nur auf eine solche Katastrophe eingerichtet? Wir müssen nur auf der Hut sein, Misstrauen gilt mit Recht als gute demokratische Eigenschaft. Mögen die Gegner zu uns kommen, mögen sie ihre Konzessionen machen – wir weisen sie nicht von der Hand, aber kein Einlullenlassen durch Friedensschalmeien, kein Eiapopeia von der gütigen allmächtigen Göttin Demokratie, keine Abrüstung. Nur unsere „kriegerische" Tüchtigkeit macht uns im sozialen Leben bündnisfähig, vermag uns den Ruprechtsack der politischen, sozialen und wirtschaftlichen Reformen zu öffnen, könnte, wenn überhaupt möglich, zur Abwendung von Katastrophen führen.

Im Zentrum des Jaurèsschen Buches steht eine Kommentierung der im „Vorwärts" veröffentlichten Abschnitte aus dem nachgelassenen Werke Wilhelm Liebknechts über die Verwirklichung des Sozialismus (welcher Titel freilich nicht authentisch ist). Jaurès reklamiert Liebknecht auf Grund dieses Werkes für die neue Methode und den Millerandismus. Er verweist auf Liebknechts Haltung in der konkreten Millerandfrage, die er sich nur durch Liebknechts Verblendung in der Dreyfus-Affäre12 zu erklären weiß, lehnt es ab, aus der Tatsache der Nichtveröffentlichung ungünstige Schlüsse über die Meinung des Verfassers von seinem Werke zu ziehen, und weiß die Bedeutung der veröffentlichten Fragmente nicht hoch genug zu rühmen. Wir können nicht umhin, einiges Wasser in diesen Wein zu schütten.

Die Liebknechtsche Schrift bildet die Beantwortung der Frage: „Welche Maßregeln hat die sozialistische Partei durchzuführen, wenn sie in nächster Zukunft einen maßgebenden Einfluss auf die Gesetzgebung gewinnen sollte?", eine Frage, deren Geschichte Bernstein und Bebel uns erzählt haben. Die Frage ist – man bedenke das Jahr 1880! – wahrhaft vexatorisch. Sie musste zu utopistischem, nach der Studierlampe riechendem Begriffsspiel verlocken, und die Berufung auf dieses Begriffsspiel erscheint für die „Möchtegern-Realpolitiker" der „neuen Methode" einigermaßen kompromittierlich.

Aber die Schrift spricht überhaupt nicht zugunsten des Millerandismus.13 Wenn einmal davon die Rede ist, dass eine Katastrophe „die Staatsmaschinerie zerbrechen und unsere Partei an oder doch in die Regierung bringen könne“, so kann dieses in schon darum nicht für den Millerandismus ausgeschlachtet werden, weil gar nicht feststeht, ob nicht eine Regierungsform vorausgesetzt ist, bei der die Mitglieder der Regierung dem demokratischen Wahlrecht unterliegen (vergleiche das Erfurter Programm). Den süßesten Honig meint Jaurès aus der Erörterung des anderen als möglich konstruierten, aber sofort als unwahrscheinlich bezeichneten Falles saugen zu können. Nach Liebknecht ist es denkbar, obgleich kaum zu erwarteten, dass in den oberen Regionen das Gefährliche der Situation begriffen wird und dass man durch das Einlenken in die Bahnen vernünftiger Reform der andernfalls unvermeidlichen Katastrophe vorzubeugen den Versuch machen wird. Hier ist von einer Zwangslage der Regierung die Rede, in der die Regierung zur Sozialdemokratie als Bittflehende kommt, um bei ihr Rettung vor sicherem Untergang zu suchen. „In diesem Falle würde unsere Partei zur Teilnahme an der Regierung berufen und speziell mit der Umgestaltung der Arbeiterverhältnisse betraut werden müssen.“ Müssen – wenn sich nämlich die Regierung wirklich retten will. Der „Regierungssozialist“ wird nicht als demagogisches und kompromittierendes Aushängeschild benutzt und beschmutzt werden, er wird als Abgesandter seiner Partei, als Repräsentant der Sozialdemokratie in die Regierung eintreten, fußend auf den Macht der Sozialdemokratie, gesichert in seiner Position durch die Zwangslage, in der sich die Bourgeoisie befindet, nicht genötigt, auch nur ein Titelchen seines Programms aufzugeben, im Gegenteil verpflichtet, das Programm zu verwirklichen. Die Aufgabe der Partei wäre nach Liebknecht „Umgestaltung der Arbeitsverhältnisse“, wohlgemerkt: nicht Aufputzen und Ausflicken, sondern Umgestaltung! Pochend auf die beherrschende Stellung, die in ihr die Situation, die Angst der Bourgeoisie oder ihre Einsicht in die Gefahren der Katastrophe in die Hände gespielt hat, wird die Sozialdemokratie als Feind des Kapitalismus erobernd in die Bourgeoisregierung eindringen. Das klingt anders, als die sozial-dipolmatischen Seiltänzerkunststückchen des Millerandismus. Das heißt nicht: um ein sozialpolitisches Linsengericht ein revolutionäres Erstgeburtsrecht verkaufen. – Und noch ein Zweites kling recht anders als Millerandismus. Liebknecht spricht von einem Berufen unserer Partei in die Regierung, nicht eines Sozialisten „auf Urlaub“, außer Kontrolle der Partei, sondern eines Sozialisten als Vertreters der Partei, so zwar, dass die Entscheidung über den Eintritt, die Art und Dauer der Wirksamkeit ganz von selbst in die Zuständigkeit der Partei fällt. Unter solchen Voraussetzungen Minister selbst eines Kaisers zu sein, wäre auch für den „wildesten Revolutionär“ gewiss wahre „Schlemmerei“. Wer sagt aber, dass es sich überhaupt um den Ministersessel in einem Kaiserreich handeln soll? Liebknecht setzt den Fall, dass die oberen Regionen in die Bahnen vernünftiger Reformen einlenken. Wer sich in die Denkweise unserer Partei, besonders Liebknechts, in der Zeit des „Schandgesetzes“ und der Bismärckerei zurückversetzen kann, der weiß, dass – eine unerlässliche Bedingung – ein Teil dieser vernünftigen Reform Abschaffung der Bismärckerei hätte sein müssen. Ängstlich-bescheiden und staatsmännisch-klug in ihren politischen Ansprüchen war erfrischender Weise die Sozialdemokratie gerade in jenen Zeiten ganz und gar nicht. Die „freiwillige“ Abdankung der Monarchie wurde als eine gar nicht besonders aufregende oder fern liegende Möglichkeit vielfach kalkuliert. Warum sollte nicht diese „kleine“ Reform vorausgesetzt sein?

Niemals hat Liebknecht ernstlich irgend einen möglichen Kompromiss, welcher Art er auch immer sei, von vornherein, als Kompromiss, verworfen. Kompromiss ist das Grundgesetz jeder Entwicklung, auch der sozialen. Wir kennen auf der ganzen Welt keinen Kompromiss, den wir nicht zu schließen bereit wären. Nur muss er in Wahrheit der Partei dienen – und hier ist der springende Punkt. Der Partei dienen heißt längst nicht immer: kleine oder mäßige Reformen für die Arbeiterschaft erwirken. Es kommt darauf an, wie sie erwirkt werden. Was nützte es der Sozialdemokratie, wenn sie eine ganze Welt aller erdenklichen Reförmchen gewonnen und nähme doch Schaden an ihrer Seele, das heißt: würde verwirrt, verkleinlicht, kleinmütig und selbstzufrieden, verlöre ihr Edelstes und Bestes, den Elan ihrer revolutionären Energie, die auch den Boden für Reformen am fruchtbarsten düngt – man vergleiche nur die Ernte der Sozialgesetzgebung bis zum Jahre 1890 und seitdem! Für die hohe Wertung dieser idealen Momente gegenüber der kurzsichtig-übertriebenen Wertung der Augenblicksvorteile immer und immer wieder zu plädieren, wurde Liebknecht bis an sein Lebensende nicht müde. Wenn Jaurès nicht begreift, warum Liebknecht schroffster Gegner des Millerandismus sein musste, so mag er das Gesamtbild Liebknechts, die Gesamtheit seiner Lebensarbeit betrachten: Er wird schwerlich auch nur einen millerandistischen Zug darin finden. Da die Revisionisten aus den Worten Liebknechts und dem Kommentar Jaurès' Kapital zu schlagen beginnen, so ist es an der Zeit, ihnen zuzurufen: „Hände weg! Der gehört euch nicht!"

Noch zahlreiche Einzelheiten der „neuen" und der „veralteten" Methode sind in den Jaurèsschen Aufsätzen berührt. Aber ein weiteres Eingehen selbst auf die ausführlicher erörterte Frage des Generalstreikes verbietet sich an dieser Stelle. Es muss bei den obigen Bemerkungen sein Bewenden haben.

1Diese von Liebknecht sicher rhetorisch gemeinten Fragen lassen sich inzwischen beantworten: Z.B. die Herausgeber der DDR-Ausgabe seiner Werke, die den Beginn des Artikels bis zu dieser Stelle zensiert haben!

2 Jean Jaurès (1859–1914), bekannter französischer Sozialist, der den rechten Flügel der französischen Sozialdemokratie führte. Begründer der „Humanité". Trat gegen Militarismus und den drohenden imperialistischen Krieg auf und wurde deshalb von französischen Chauvinisten ermordet.

3 Sozialistische Studie von Jean Jaurès. Übersetzt von Südekum. 1902, Verlag der Sozialistischen Monatshefte.

4Dieser Absatz fehlt ebenfalls in der DDR-Ausgabe

5Der folgende Text bis „auch nicht bei Jaurès“ fehlt in der DDR-Ausgabe.

6 Jean Jaurès (1859–1914), bekannter französischer Sozialist, der den rechten Flügel der französischen Sozialdemokratie führte. Begründer der „Humanité". Trat gegen Militarismus und den drohenden imperialistischen Krieg auf und wurde deshalb von französischen Chauvinisten ermordet.

7 Opportunistische Strömung, benannt nach dem französischen Rechtssozialisten Millerand, der 1899 als Minister in ein reaktionäres bürgerliches Ministerium eintrat, wo er mit dem Henker der Pariser Kommune, dem General Gallifet, zusammenarbeitete. W. I. Lenin bezeichnete diesen Schritt als Übergang zum „praktischen Bernsteinianertum" mit allen seinen Konsequenzen. (Siehe Was tun? In: Ausgewählte Werke in zwei Bänden, Bd. I, Dietz Verlag,

Berlin 1955, S. 180.)

8 Die Parlamente Hessens, Bayerns, Schwedens und Belgiens (letzteres siehe folgende Anmerkung) forderten eine Reform des reaktionären Wahlrechts, und zwar direktes Wahlrecht, Herabsetzung des Wahlalters usw. Diese Forderungen wurden von den Regierungen und den oberen Kammern verschleppt und schließlich in den Jahren 1904/1905 zum Scheitern gebracht. Die Wahlrechtskämpfe führten in Schweden 1902 zu machtvollen Demonstrationen und Streiks.

9 Die Wahlrechtskämpfe in Belgien erreichten im April 1902 ihren Höhepunkt. In Brüssel und in den Industriezentren traten 300.000 Arbeiter in den Streik, wobei es zu blutigen Zusammenstößen kam. Die Führung der Arbeiterpartei Belgiens, insbesondere Vandervelde, verhinderte einen wirkungsvollen Kampf und rief den König als Schiedsrichter an. Die gefügige reaktionäre Mehrheit der Kammer lehnte am 18. April 1902 die Änderung der Wahlgesetze ab.

10 Gemeint sind die reaktionären Umtriebe der französischen Bourgeoisie im Jahre 1898 im Zusammenhang mit der Dreyfus-Affäre (siehe übernächste Anmerkung). Sie wurden von den Pariser Arbeitern mit einer Reihe von Streiks beantwortet.

11 Gemeint ist die in der Geschichte der englischen Arbeiterbewegung berüchtigte Taff-Vale-Entscheidung. Nach einem Streik der Angestellten der Taff-Vale-Eisenbahngesellschaft in Süd-Wales verklagte die Gesellschaft die Vereinigte Gewerkschaft der Eisenbahner auf Schadenersatz. Der Berufungsgerichtshof des Oberhauses entschied, dass Gewerkschaften für sogenannte Streikschäden haftbar gemacht werden können. Die Entscheidung löste in der englischen Arbeiterklasse starke Erregung aus. Nach den Neuwahlen im Jahre 1906 zog zum ersten Male die Labour Party, und zwar mit 29 Vertretern, in das Parlament ein. Die Taff-Vale-Entscheidung wurde durch den Trade Dispute Act von 1906 zurückgenommen.

12 Der Fall Dreyfus war ein von den reaktionären Kreisen Frankreichs aufgezogener provokatorischer Prozess, in dem der jüdische Generalstabsoffizier Dreyfus 1894 durch das Kriegsgericht auf Grund einer offenkundig falschen Anklage, die ihm Spionage und Landesverrat zur Last legte, zu lebenslänglicher Deportation verurteilt wurde. Die allgemeine Bewegung zur Verteidigung Dreyfus', die sich in Frankreich entfaltete, deckte die Korruptheit der Gerichtsbehörden auf und hatte die Zuspitzung des politischen Kampfes zwischen Republikanern und Monarchisten zur Folge. 1899 wurde Dreyfus begnadigt und freigelassen. Erst 1906, nach der Wiederaufnahme des Verfahrens, wurde er rehabilitiert.

13Die folgende Passage fehlt in der DDR-Ausgabe bis „hier ist der springende Punkt.“

 

 

 

 

Karl Liebknecht vs Jean Jaurès. "La nouvelle méthode". 1902
Partager cet article
Repost0
13 mars 2023 1 13 /03 /mars /2023 17:23
Karl Liebknecht, 1905. La grève de masse , le moyen de lutte spécifique du prolétariat.

Karl Liebknecht, 1905. La grève de masse , le moyen de lutte spécifique du prolétariat .

Intervention au Congrès de Iéna dans la discussion sur la grève de masse. 1905

 

 

Les élections de 1903 ont dans une certaine mesure précipité vers la mort le parlementarisme formel. La social-démocratie, dont l’organisation et les campagnes d’agitation en Allemagne se sont depuis toujours essentiellement liées au  parlementarisme et aux élections législatives, a de plus en plus dû se rendre à l’évidence que l’espoir, existant malgré tout dans de larges cercles, d’obtenir des résultats significatifs par les succès électoraux, était trompeur. On constate que malgré les succès électoraux importants, tout est resté comme avant. C’est ainsi que s’explique le changement d’atmosphère, que l’on soit devenu plus sensible aux actions extraparlementaires, comme le 1er mai, que l’on recherche de nouveaux moyens d’action extraparlementaires et que la grève générale trouve de plus en plus de partisans. Bien sûr la révolution russe y a aussi contribué et éveillé à nouveau la compréhension face à l’évolution catastrophique de la situation.

Il est complètement inexact de dire que faire la différence entre grève générale et grève de masse serait spécieuse. La première veut se substituer au combat parlementaire, la seconde en premier lieu le rendre possible en lui donnant un fondement solide, mais de plus constituer un moyen de lutte extraparlementaire indépendant pour protéger et gagner des droits essentiels. C’est là une différence fondamentale.

 

Legien dit que nous devrions dans certaines circonstances d’ailleurs remettre nos armes à l’épaule. Mais nous n’avons pas ces armes ; cependant le prolétariat lui a  ses bras et le pouvoir de les utiliser ou de les croiser. Que la grève de masse soit synonyme de révolution n’est pas vrai dans toutes les circonstances, moins encore lorsqu’il s’agit de la défense des droits.

Si la grève est un moyen de lutte approprié pour les combats économiques, il devrait être utilisable dans certains contextes pour des buts politiques. Ce que le prolétariat peut mettre en œuvre pour 5 Pfennig de salaire, il doit pouvoir le faire pour ce qui lui est le plus sacré, ses droits fondamentaux ! Après que la révolution sous la forme de "jacqueries" a disparu, la grève de masse s’est développée organiquement à partir de la position et de la fonction du prolétariat dans l’ordre économique capitaliste, comme le moyen de lutte prolétaire spécifique dans presque tous les domaines de la lutte des classes. C’est la réalisation politique  du pouvoir économique de la classe ouvrière.

Certes, comme le souligne Schmidt, nous verrons lors de la grève politique beaucoup de renégats ; mais des milliers de prolétaires qui sont aujourd'hui éloignés de la lutte de classe nous rejoindront avec enthousiasme et volonté de sacrifice ; la lutte pour des buts élevés les emportera.

Heine demande : « Gagnerons-nous?” Il n’y a certes jamais eu de police d’assurance pour les révolutions. Il faudrait d’abord l’inventer. Certes ! Le sang du peuple nous est précieux, mais les idéaux et les droits politiques du peuple ne nous sont pas moins précieux, et nous ne voulons pas nous les laisser voler sans résistance. La responsabilité de l'inaction  s'oppose à la responsabilité d'agir. Le droit engendre la tendance au formalisme et rend plus difficiles la pensée et le sentiment révolutionnaires. C’est ainsi que je m’explique des nombreuses réticences de Heine. (Le temps de parole s’est écoulé)

Remarque :

Lors de ce congrès du parti social-démocrate, la discussion sur la grève de masse devient centrale. Et l’intervention de Liebknecht gagne en force. Il distingue grève générale décidée par les instances et la grève de masse issue des conditions que vit le prolétariat. Cela ne disqualifie pas, au contraire, l'action du parti dont le rôle est d’œuvrer à la prise de conscience. Il voit dans la grève de masse, le moyen spécifique qui correspond à la phase de développement capitaliste. Elle prend d’autant plus de force que les limites du parlementarisme apparaissent et que les ouvriers disposent d’une arme dont les politiques ne disposent pas, qui leur est propre : "Le prolétariat a ses bras et le pouvoir de les utiliser ou de les croiser". Il convient donc d’être prêt car l’épreuve de force ne peut pas être évitée dans tous les cas. Et si au moment crucial, beaucoup se renieront, le mouvement permettra aussi de mobiliser l’enthousiasme et la volonté de sacrifice des prolétaires : "...  mais des milliers de prolétaires qui sont aujourd'hui éloignés de la lutte de classe nous rejoindront avec enthousiasme et volonté de sacrifice ; la lutte pour des buts élevés les emportera.

 

Le blog va publier au fur et à mesure de la semaine des textes de Karl Liebknecht sur la grève de masse, c'est sa contribution au mouvement contre la réforme des retraites, un point historique et de réflexion sur ce moyen de lutte : la grève de masse, l'arme "la plus tranchante" que possède le prolétaire qui comme le dit Liebknecht : "a ses bras et le pouvoir de les utiliser ou de les croiser." Dominique Villaeys-Poirré, mars 2023

Congrès de Iéna, 1905. Liebkecht est tout en haut à droite.

Congrès de Iéna, 1905. Liebkecht est tout en haut à droite.

Ce texte est en cours de vérification, l'urgence du mouvement appelle à sa publication en cette nouvelle semaine de combat contre la "réforme" des retraites que veut imposer le pouvoir et qui bafoue les droits fondamentaux des prolétaires : le droit à une fin de vie professionnelle dans des conditions humaines et dignes. Traduction Dominique Villaeys-Poirré, mars 2023, mise en ligne 13 mars 2023. Le texte est disponible sur le net en allemand. Merci pour toute amélioration de la traduction.

Lire la présentation générale :  https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/2023/03/karl-liebknecht-et-la-greve-de-masse.le-proletariat-a-ses-bras-et-le-pouvoir-de-les-utiliser-ou-de-les-croiser.html

Citations

 

"Les élections de 1903 ont dans une certaine mesure précipité vers la mort le parlementarisme formel. La social-démocratie, dont l’organisation et les campagnes d’agitation en Allemagne se sont depuis toujours essentiellement liées au  parlementarisme et aux élections législatives, a de plus en plus dû se rendre à l’évidence que l’espoir, existant malgré tout dans de larges cercles, d’obtenir des résultats significatifs par les succès électoraux, était trompeur."

 

"Il est complètement inexact de dire que faire la différence entre grève générale et grève de masse serait spécieuse. La première veut se substituer au combat parlementaire, la seconde en premier lieu le rendre possible en lui donnant un fondement solide, mais de plus constituer un moyen de lutte extraparlementaire indépendant pour protéger et gagner des droits essentiels."

 

"Legien dit que nous devrions dans certaines circonstances d’ailleurs remettre nos armes à l’épaule. Mais nous n’avons pas ces armes ; cependant le prolétariat lui a  ses bras et le pouvoir de les utiliser ou de les croiser."

 

"Il n'est pas vrai que nous puissions en toutes circonstances éviter une épreuve de force. Le cas peut se produire, où il nous faudra manifester notre force, dont nous faisons maintenant un usage exclusivement formel. Et nous y parviendrons sous la forme la plus percutante au moyen d'une grève de masse."

 

"Ce que le prolétariat peut mettre en œuvre pour 5 Pfennig de salaire, il doit pouvoir le faire pour ce qui lui est le plus sacré, ses droits fondamentaux ! Après que la révolution sous la forme de "jacqueries" a disparu, la grève de masse s’est développée organiquement à partir de la position et de la fonction du prolétariat dans l’ordre économique capitaliste, comme le moyen de lutte prolétaire spécifique dans presque tous les domaines de la lutte des classes."

 

"Certes, comme le souligne Schmidt, nous verrons lors de la grève politique beaucoup de renégats ; mais des milliers de prolétaires qui sont aujourd'hui éloignés de la lutte de classe nous rejoindront avec enthousiasme et volonté de sacrifice ; la lutte pour des buts élevés les emportera."

 

"Il n’y a certes jamais eu de police d’assurance pour les révolutions. Il faudrait d’abord l’inventer. Certes ! Le sang du peuple nous est précieux, mais les idéaux et les droits politiques du peuple ne nous sont pas moins précieux, et nous ne voulons pas nous les laisser voler sans résistance. La responsabilité de l'inaction  s'oppose à la responsabilité d'agir."

Partager cet article
Repost0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009