Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 10:52
La deuxième photo : emprisonnés à Varsovie lors de la première révolution russe de 1905.La deuxième photo : emprisonnés à Varsovie lors de la première révolution russe de 1905.

La deuxième photo : emprisonnés à Varsovie lors de la première révolution russe de 1905.

En hommage à Leo Jogiches, assassiné le 10 mars 1919, dans les mêmes conditions que Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht

 

Pour le 8 mars, pour la création duquel, son courant, par l'action de Clara Zetkin a joué un rôle décisif

 

Un extrait d'une lettre adressée par Rosa Luxemburg à Leo Jogiches après un meeting en Saxe en 1902:

« Après le meeting de Meerane, j’ai été interrogée à propos de la question féminine et du mariage. Un jeune tisserand, splendide nommé Hoffman s’est occupé activement du sujet, lisant Bebel, Lily Braun et la Gleichheit. Il avait une discussion animée avec des camarades plus âgés de là-bas qui disaient que la place des femmes est à la maison et que nous devrions exiger l’abolition du travail des femmes dans les usines. Après que je lui ai donné raison, Hoffman était triomphant ! 'Vous voyez', dit-il 'l’autorité a parlé en ma faveur !' Quand l’un des vieux affirma que c’était honteux pour une femme enceinte de travailler au milieu d’hommes jeunes à l’usine, Hoffman s’écria : 'Ce sont de mauvaises conceptions morales. Si notre Luxemburg avait été enceinte pendant son discours aujourd’hui, je ne l’aurais appréciée que davantage !' J’ai eu envie de rire devant cet argument inattendu, mais ils étaient tous si sérieux que je me suis retenue. En tout cas, il faut que j’essaie d’être enceinte pour la prochaine fois que je retournerai là-bas, compris … »

 

 Cet extrait de lettre est tiré du petit recueil publié récemment par Julien Chuzeville aux éditions Libertalia : Commencer à vivre humainement


Leo Jogiches et Rosa Luxemburg ont partagé tout une vie de combat, que l'on peut suivre tout au long de presque mille lettres. Au début des années 70, deux tomes ont été publiés  regroupant les lettres de Rosa Luxemburg,  aucune n'ayant été conservée de Leo Jogiches à notre connaissance.

 

Cette correspondance est essentielle pour qui veut comprendre leurs combats au sein des mouvements ouvriers polonais, russe,lituaniens, allemand et au sein de l'Internationale, tant elle comprend d'indications politiques concrètes. Elle est cependant à utiliser avec la plus grande des délicatesses. Car s'y mêle étroitement la vie personnelle des deux militants, qui sans aucun doute n'auraient jamais accepté qu'elle soit jetée en pâture. L'indécence sur ce point du film de Margaretha von Trotta frappe d'autant plus qu'il vient d'une femme qui se dit engagée et qui prétend combattre pour le féminisme. Mais la plupart des biographies présentent le même  défaut et même la préface à l'édition française des deux tomes pourtant parus aux éditions des femmes n'est pas totalement exempte de reproches à ce sujet dans la description de Leo Jogiches en particulier.

 

Comme le montre cet extrait, on y trouve ces traits d'humour si plaisants dans les textes, les discours et la correspondance de Rosa Luxemburg. Et qui fait naître ici un sourire, juste un sourire dans les temps sombres vécus en ce moment par tant de femmes et d'hommes sur la planète.

 

Et des indications précieuses, ainsi au détour d'un courrier, sur les femmes dans le mouvement ouvrier.

 

1902 est pour Rosa Luxemburg une belle année de travail intense, celle du formidable texte "Martinique", et de ses analyses sur la grève générale en Belgique, le mouvement socialiste en France et le syndicalisme.

 

 Du 4 au 9 février, elle entame un série de meetings en Saxe, sur le thème "La réforme sociale bourgeoise et les tâches des syndicats". Durant cette période, Leo Jogiches se trouve en Algérie, où il accompagne son frère gravement malade. D'où le nombre et la longueur des lettres.

 

En complément, un deuxième extrait sur le même thème,   que j'ai trouvé dans une lettre du 5 février 1902 :

 

"... je t'écris à minuit de l'incontournable café, après la première réunion ici à Crimmtschau. La réunion a été formidable, plus de la moitié du public était des femmes et une discussion a suivi, neuf personnes ont pris la parole, la première, une femme!

 

Bon 8 mars à toutes et tous. DVP

Rosa Luxemburg à Leo Jogiches, 11 février 1902. « Après le meeting de Meerane, j’ai été interrogée à propos de la question féminine et du mariage.Rosa Luxemburg à Leo Jogiches, 11 février 1902. « Après le meeting de Meerane, j’ai été interrogée à propos de la question féminine et du mariage.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009