Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 19:22
Hommage

Hommage

Je ne sais pas pourquoi, mais j'aime bien cette critique, vivante et personnelle du film réalisé en 1972 sur Karl Liebknecht.  Comme l'auteur, j'ai vu authenticité historique de ce récit. Comme l'auteur, je l'ai vu sur le net. Comme l'auteur le dit, à la fin, il est bien difficile de retenir ses larmes.

J'ai utilisé un traducteur du net en attendant de pouvoir retravailler la traduction. Mes excuses pour cette entorse à mes principes de traduction. Et merci pour toute amélioration de la traduction.

https://www.exberliner.com/film/karl-liebknecht-in-spite-of-everything-film/

Conclusion de l'article :

"Ce film est un biopic merveilleux. Essayez de retenir vos larmes lorsque Liebknecht monte dans une voiture destinée à le conduire à sa perte. L'histoire était si bien connue de l'histoire que le réalisateur n'a pas ressenti le besoin de la montrer. Lorsque des milliers d'ouvriers présents au cortège funèbre se mettent à chanter "Auf auf zum Kampf", cela semble tout aussi pertinent qu'il y a 50 ou 103 ans.

Les films d'aujourd'hui ont tendance à poser la question : "Pourquoi personne ne fait rien ?" Nous avons donc tous besoin d'un film montrant des gens qui travaillent et qui essaient de changer le monde. Permettez-moi de donner le dernier mot à la mère ouvrière jouée par Erika Dunkelmann qui emmène Luxemburg et Liebknecht dans la clandestinité. Pourquoi risque-t-elle sa vie : "Ce n'est pas une vie de laisser les choses aller comme elles vont". Bravo, bravo !"

Karl Liebknecht, Trotz Alledem. Ce film est une biographie filmée "merveilleuse ... Essayez de retenir vos larmes lorsque Liebknecht monte dans une voiture destinée à le conduire à sa perte."

"Les derniers jour de Karl Liebknecht

Dimanche dernier, des milliers de personnes ont défilé sur les tombes de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Les deux fondateurs du parti communiste allemand ont été assassinés il y a 103 ans, mais les gens sortent toujours avec des œillets et des drapeaux rouges pour se souvenir d'eux. Il est difficile de penser à un autre personnage historique dont la mort émeut encore autant de gens - à l'exception, bien sûr, de ce chef de culte palestinien.

Rosa Luxemburg est plus populaire que jamais, avec des films et des romans graphiques sur sa vie. Pour en savoir plus sur Karl Liebknecht et ses derniers jours, je vous recommande un excellent film réalisé pendant la République démocratique allemande. Trotz Alledem ! (Malgré tout) dont la première a eu lieu il y a exactement 50 ans, le 13 janvier 1972. Ce film de deux heures est disponible gratuitement sur Youtube avec des sous-titres anglais.

Cette version sous-titrée n'est plus accessible. En allemand existe la première partie qui date de 1965 : https://www.youtube.com/watch?v=2vIfWBbbm54Les deux flms sont maintenant disponibles en DVD

Le studio de cinéma est-allemand DEFA a une réputation mitigée. Le biopic en deux parties sur le président du parti communiste Ernst Thälmann (1954-55), par exemple, reste dans les mémoires comme une hagiographie stalinienne grotesque. Chaque scène montre Thälmann en train de sauver la situation (et d'être félicité pour cela). Le réalisateur lui-même a admis plus tard que certaines parties du film étaient "absolument impossibles à regarder".

Le biopic Liebknecht, en revanche, montre que la RDA s'est libéralisée dans les années 1970. On nous montre un héros révolutionnaire, mais qui lutte contre le doute et subit des défaites. La scène la plus impressionnante du film montre l'assemblée au Circus Busch. (La salle de cirque géante se trouvait sur les rives de la Spree, à côté de Hackescher Markt, dans un triangle appelé aujourd'hui James-Simon-Park). Le 10 novembre 1918, 4 000 ouvriers et soldats se sont réunis ici pour décider de la suite de la révolution. Nous voyons Liebknecht plaider avec passion pour faire avancer la révolution et exproprier les capitalistes. Mais il perd le grand combat. Les sociaux-démocrates le dépassent par des manœuvres cyniques, et il est hué hors de la scène. En quittant la salle, Liebknecht est presque en transe, et cherche plus tard des arguments pour gagner les masses ouvrières.

Certains pourraient voir là un cliché : les courageux communistes contre les méchants réformistes.  Mais je suis un historien de la révolution allemande de novembre 1918-19, et je peux confirmer que ce film s'en tient aux faits, presque à la lettre. Les dirigeants du SPD comme Friedrich Ebert et Philip Scheidemann conspiraient réellement à huis clos avec des officiers militaires de droite. Comme le montre le dossier sans aucun doute, ils ont ordonné l'assassinat le plus infâme du 20e siècle.

Comme pour de nombreuses productions du bloc de l'Est, le manque de financement est compensé par un surplus de main-d'œuvre. L'assemblée, par exemple, a été recréée avec des milliers de figurants est-allemands qui crient, applaudissent et huent.

Liebknecht est célèbre pour avoir proclamé la République socialiste libre depuis un balcon du palais impérial de Berlin. En 1972, bien sûr, le bâtiment n'existait plus : après avoir été lourdement endommagé pendant la guerre, les ruines ont été emportées en 1950. Les producteurs ont pu montrer cette scène en utilisant un montage astucieux pour faire croire que le palais était toujours debout.

Aujourd'hui, cet affreux palais a été reconstruit, et vous pouvez voir une copie toute neuve du balcon où se tenait Liebknecht (portail IV). Les nostalgiques prussiens voudraient nous faire croire que le palais a été détruit par les communistes. Ce film rappelle la vérité historique : les premiers à bombarder le palais étaient des troupes monarchistes sous le commandement du SPD, qui tentaient de tuer les marins révolutionnaires cantonnés à l'intérieur. Cela donne la scène la plus drôle de Trotz Alledem ! Alors que les réactionnaires tirent à la mitrailleuse sur le palais, détruisant les peintures sur les murs, un marin rit : "Heureusement que notre Kaiser n'est plus là pour voir ça !"

Le film n'est pas exempt de censure. Les camarades de Liebknecht qui ont assumé des rôles de premier plan en RDA, comme Wilhelm Pieck et Hermann Duncker, sont mis en avant, tandis que des personnalités comme Richard Müller n'apparaissent pas. En 1918, tout le monde parlait des leaders de la révolution russe comme de "Lénine et Trotsky" - mais ce dernier nom est absent.

Ce film est un biopic merveilleux. Essayez de retenir vos larmes lorsque Liebknecht monte dans une voiture destiné à le conduire à sa perte. L'histoire était si bien connue de l'histoire que le réalisateur n'a pas ressenti le besoin de la montrer. Lorsque des milliers d'ouvriers présents au cortège funèbre se mettent à chanter "Auf auf zum Kampf", cela semble tout aussi pertinent qu'il y a 50 ou 103 ans.

Les films d'aujourd'hui ont tendance à poser la question : "Pourquoi personne ne fait rien ?" Nous avons donc tous besoin d'un film montrant des gens qui travaillent et qui essaient de changer le monde. Permettez-moi de donner le dernier mot à la mère ouvrière jouée par Erika Dunkelmann qui emmène Luxemburg et Liebknecht dans la clandestinité. Pourquoi risque-t-elle sa vie : "Ce n'est pas une vie de laisser les choses aller comme elles vont". Bravo, bravo !

 

 

Karl Liebknecht, Trotz Alledem. Ce film est une biographie filmée "merveilleuse ... Essayez de retenir vos larmes lorsque Liebknecht monte dans une voiture destinée à le conduire à sa perte."
The Last Days of Karl Liebknecht

In Spite of Everything, released 50 years ago in East Germany, brings an essential chapter of Berlin history to life.

Last Sunday, thousands of people marched to the graves of Rosa Luxemburg and Karl Liebknecht. The two founders of the Communist Party of Germany were assassinated 103 years ago, but people still come out with red carnations and red flags to remember them. It is hard to think of another historical figure whose death still moves so many people — except for that one Palestinian cult leader of course.

 

Rosa Luxemburg is more popular than ever, with films and graphic novels about her life. To learn more about Karl Liebknecht and his final days, I’d recommend a great film made during the German Democratic Republic. Trotz Alledem! (In Spite of Everything) had its premiere exactly 50 years ago, on January 13, 1972. The two-hour film is available for free on Youtube with English subtitles. 

The East German film studio DEFA has a mixed reputation. The two-part biopic about Communist Party chairman Ernst Thälmann (1954-55), for example, is remembered as groan-inducing Stalinist hagiography. Every single scene shows Thälmann saving the day (and getting praised for doing so). The director himself later admitted that parts of the film were “absolutely unwatchable.”

The Liebknecht biopic, however, shows that the GDR had liberalised by the 1970s. We are shown a revolutionary hero, but one who struggles with doubt and suffers defeats. The film’s most impressive set-piece shows the assembly at Circus Busch. (The giant circus hall stood on the banks of the
Spree next to Hackescher Markt, in a triangle now called James-Simon-Park.) On November 10, 1918, 4,000 workers and soldiers gathered here to decide on the further course of the revolution. We see Liebknecht arguing passionately to push the revolution forward and expropriate the capitalists. But he loses the big fight. The social democrats outflank him with cynical manoeuvres, and he gets booed off the stage. Leaving the hall, Liebknecht is almost in a trance, and later searches for arguments to win over the masses of workers.

Some might see this as a cliché: brave communists vs. evil reformists.  But I am a historian of the German November Revolution of 1918-19, and I can confirm that this film sticks to the facts, almost to a fault. SPD leaders like Friedrich Ebert and Philip Scheidemann really were conspiring behind closed doors with right-wing military officers. As the record shows beyond any doubt, they ordered the most infamous assassination of the 20th century.

Like many Eastern Bloc productions, a lack of funding is compensated with a surplus of labor. The assembly, for example, was recreated with thousands of East German extras yelling, cheering, and booing. 

Liebknecht famously proclaimed the Free Socialist Republic from a balcony at Berlin’s City Palace. In 1972, of course, the building was no longer there: after heavy damage in the war, the ruins were carted away in 1950. The producers were able to show this scene using clever editing to make it look like the palace was still standing.

Today, that ugly palace has been rebuilt, and you can see a brand-new copy of the balcony where Liebknecht stood (Portal IV). Prussian nostalgists would have us believe that the palace was destroyed by communists. This film recalls the historical truth: the first people to bomb the palace were monarchist troops under the command of the SPD, who were attempting to to kill the revolutionary sailors quartered inside. This makes the funniest scene in Trotz Alledem!: As the reactionaries fire machine guns into the palace, destroying the paintings on the walls, one sailor laughs: “Good thing our Kaiser is no longer around to see this!”

The film is not free of censorship. Comrades of Liebknecht who took on leading roles in the GDR, such as Wilhelm Pieck and Hermann Duncker, are elevated, while figures like Richard Müller make no appearance. In 1918, everyone talked about the leaders of the Russian Revolution as “Lenin and Trotsky” — but the latter name is absent.

This is a marvelous biopic. See if you can hold back the tears when Liebknecht climbs into a carriage destined to take him to his doom. The story was so well known to history that the director felt no need to show it. When thousands of workers at the funeral procession begin singing “Auf auf zum Kampf”, it feels just as relevant as 50 or 103 years ago.

Movies today tend to ask the question: “Why isn’t anyone doing anything?” So we all need a film showing working people who try to change the world. Let me give the last words to the working-class mother played by Erika Dunkelmann who takes Luxemburg and Liebknecht into hiding. Why does she risk her life: “It’s no life to let things go on as they’re going.” Hear, hear!

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009