Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.

ATTENTION. PUBLICITES IMPOSEES.
Nous avons été avertis de la présence de publicités sur le blog. Elles sont particulièrement aggressives. Cela nous est imposé sans concertation par notre hébergeur. C'est une grave remise en cause de notre travail.  Nous avons le choix entre prendre une option payante, migrer. Nous continuons à animer ce blog, l'un des seuls en langue française et même au-delà à fournir un travail scientifique régulier. Car il est fréquenté quotidiennement. Aussi, nous vous remercions de rester fidèle à ce travail. Vous pouvez utiliser un bloqueur de publicités comme adblock.  c.a.r.l.
Parallèlement, vous pouvez consulter  et si possible vous abonner à notre nouveau site où nous continuons notre travail de recherche, de publication d'inédits et où nous reprenons les articles les plus importants du blog:

21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 10:40
Lettre à Regina Ruben

Lettre à Regina Ruben

La prison de Barnimstr. qu'elle vient de quitter.

La prison de Barnimstr. qu'elle vient de quitter.

Cher camarade Westphal

Südende, Lindenstrasse 2

25.02.1916

 

Je ne sais pas comment vous remercier, vous et tous les camarades de Mariendorf pour les preuves d’amitié et de gentillesse que vous m’avez données lors de ma libération. Tout cela m’a rendue très confuse. Je n’ai jamais osé rêver d’un tel accueil, car la prison me semble faire tout naturellement partie de notre métier de combattants prolétariens de la liberté, et la Russie m’a habituée à considérer qu’entrer et sortir de ces murs est une affaire des plus banales. Certes, je le sais, ma personne n’était pas en cause dans tout cela, ce fut l’occasion d’exprimer notre combativité commune. Dans cette optique, l’accueil cordial de tant de camarades me fut une grande joie car, là-dessus, nous sommes tout à fait d’accord. Je suis sortie de prison animée du plus ardent et du plus impatient des désirs de combattre et de travailler, et j’espère ne pas décevoir les espérances que vous placez en moi. Notre cause doit progresser malgré tout ; j’ai beaucoup d’espoir et de bonne volonté. Mes meilleurs vœux à vous et à tous les camarades de Mariendof. Votre Rosa Luxemburg

 

Dans rosa luxemburg, j’étais, je suis, je serai ! correspondance, 1914-1919, textes réunis, traduits et annotés, sous la direction de georges haupt, par gilbert badia et irène petit, claudie weill, Maspero, 1977, P. 121).

 

 

A Regina Ruben

Südende, Lindenstrasse 2

25.2.[19]16

 

Chère camarade, je vous remercie de tout cœur de vos paroles d’amitié à l’occasion de ma libération. Je suis rendue à la “liberté” en éprouvant une grande envie de travailler et j’espère ne pas vous décevoir, vous et d’autres camarades. Avec mes sentiments les meilleurs »

 

Dans rosa luxemburg, j’étais, je suis, je serai ! correspondance, 1914-1919, textes réunis, traduits et annotés, sous la direction de georges haupt, par gilbert badia, irène petit, claudie weill, Maspero, 1977, P. 121/122).

 

 

 

A Clara Zetkin,   le 28 février 1916

 

Très chère Clara,

 

J’étais tellement bousculée que je n’ai pas eu le temps de t’écrire plus tôt quelques lignes. On m’a réservé un accueil qui m’a tellement stupéfiée et remplie de confusion. A la prison, il y avait plus de mille personnes, des femmes pour la plupart, et ici mon appartement était transformé en jardin floral et en dépôt de victuailles. J’étais littéralement pétrifiée …

 

Dans rosa luxemburg, j’étais, je suis, je serai ! correspondance, 1914-1919, textes réunis, traduits et annotés, sous la direction de georges haupt, par gilbert badia, irène petit, claudie weill, Paris, Maspero, 1977, Note 8, P. 123/124).

 

A Clara Zetkin,  9 mars 1916

 

[…] Tu as sans doute déjà appris de quelle façon les camarades berlinoises m’ont accueillie. A plus de mille, elles sont venues me prendre à la sortie, et puis elles sont arrivées en masse chez moi, dans l’appartement, pour me serrer la main. Mon appartement était et est encore bourré de leurs cadeaux : des jardinières de fleurs, des gâteaux, des cakes, des boites de conserve, des sachets de thé, du savon, du cacao, des sardines, des légumes très recherchés – comme dans une épicerie fine -, tout cela, ces pauvres femmes, ces femmes de cœur, l’ont préparé elles-mêmes, l’ont mis en conserve elles-mêmes, l’ont apporté elles-mêmes. Tu sais bien ce que j’éprouve quand je vois ça. J’en sangloterais de confusion et ce qui me console, c’est uniquement la pensée que, dans ce cas, je ne suis rien d’autre que le mât auquel elles ont accroché le drapeau de leur enthousiasme pour la lutte en général. A Mariendorf eut lieu ensuite la réception au cours de la soirée de lecture : de nouveau un énorme bouquet sur la table – et ces visages, et ces yeux sérieux et brillants ! Tu aurais éprouvé dans ton cœur de la joie à voir ces femmes. Le président me salua en déclarant que la manifestation du 18 avait tout à fait été spontanée, organisée sur la propre initiative des femmes de Berlin pour saluer « celle qui nous a manqué  parce qu’elle dit carrément leur fait aux dirigeants du parti, parce qu’elle est la femme qu’on préfère dans les hautes sphères du parti, voir entrer en prison qu’en sortir […] »

 

Je crois qu’en gros, je me suis mise au courant : je peux simplement te dire que je suis très satisfaite de voir où en sont les choses. […] Je trouve qu’au bout d’un an un énorme pas en avant a été fait pour ce qui est de la clarification, du renforcement des différences idéologiques […] Pour l’essentiel, tu peux être tranquille. Quant à moi, je fais confiance avant tout à la logique objective de l’histoire qui accomplit infatigablement son travail d’éclaircissement et de différenciation. […]

 

 

Dans rosa luxemburg, j’étais, je suis, je serai ! correspondance, 1914-1919, textes réunis, traduits et annotés, sous la direction de georges haupt, par gilbert badia, irène petit, claudie weill, Paris, Maspero, 1977, P. 123/124).

Georg Grosz., Südende 1918. Le quartier où habite Rosa Luxemburg vu par le grand dessinateur.

Georg Grosz., Südende 1918. Le quartier où habite Rosa Luxemburg vu par le grand dessinateur.

Repost 0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009