Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 12:35

Je travaille à mon ouvrage économique (il s'agit de "l'Introduction à l'économie politique") et très exactement au dernier chapitre dans lequel je voulais jeter les fondements d'une analyse de l'impérialisme. J'ai travaillé sur l'aspect économique que j'avais développé dans notre conversation sur le chemin du retour et que tu as aussitôt jugé exact.La recherche d'une démonstration économique stricte m'a conduit à la conclusion du deuxième livre du Capital, très longtemps restée mystérieuse pour moi et où je découvre sans arrêts des points à étudier. Je ne pourrai pas sinon établir ma démonstration, mais cela prend beaucoup de temps. Dommage que tu ne puisses pas m'aider et que tu ne puisses pas effectuer les vérifications pour moi. Quand j'aurai terminé, je te présenterai les résultats.
Partager cet article
Repost0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 19:31

Nous commençons sur le blog une documentation qui a pour but de montrer grâce à la correspondance l'élaboration de la pensée de Rosa Luxemburg sur un point essentiel l'impérialisme et la génèse de l'un de ses ouvrages fondamentaux: "l'Accumulation du capital".

Cette élaboration, nous pouvons la suivre pratiquement en direct grâce aux échanges avec Kostia Zetkin

La personnalité du destinataire joue bien entendu un rôle. Comme dans la correspondance avec Leo Jogiches, les indications précises sur son travai intellectuel forme la trame des lettres de Rosa Luxemburg. Et si dans un premier temps, les courriers s'adressent à un jeune homme qui visiblement se cherche encore, cet aspect s'atténue.

Mais reste cependant la caractéristique de leur correspondance par rapport à d'autres: l'intérêt plus marqué pour l'aspect culturel et pour les civilisations lointaines, qui s'accorde avec l'activité de Kostia Zetkin, qui a pris la responsabilité du supplément "Die Gleichheit" et dans lequel sont publiés entre autres des poèmes, des nouvelles, des articles, que Rosa Luxemburg lit et commente: Rimbaud, Tolstoi, la conquête espagnole, la Chine sont cités dans les lettres.

Et cela rejoint l'intérêt de Rosa Luxemburg pour ce qui a trait à l'art et à la culture, et politiquement pour le développement des conquêtes coloniales et de l'impérialisme.

Ce sont les lettre de novembre 1911 qui vont nous permettre de lire la génèse de "l'Accumulation". Rosa Luxemburg termine alors le dernier chapitre d'un long travail "L'Introduction à l'économie politique". Ce chapitre intitulé "Les tendances de l'économie capitaliste" constitue une description des phénomènes accompagnant l'internationalisation du capital et se termine par la phrase. "Les choses deviennent tout à fait claires. Si nous nous imaginons un instant que le développement du capitalisme est si avancé que sur toute la planête tout ce que les hommes produisent ne l'est plus que dans le cadre du mode de production capitaliste, c'est-à-dire par des entrepreneurs privés capitalistes dans de grandes entreprises avec des salariés modernes. Alors l'impossibilité du maintien de l'impérialisme apparaît clairement.

C'est ce point concluant cet ouvrage et ce chapitre, dans lequel elle dit avoir voulu jeter les fondements d'une analyse de l'impérialisme, qui constitue le point de départ de l"Accumulation du capital et qui est selon elle "une contribution à l'analyse de l'impérialisme.
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 06:48

A consulter sur le site ilyaunsiècle.blog.lemonde.fr

28 avril 2008


flotte-americaine-1908.1209402762.jpg

Flotte américaine de l’Atlantique, US Navy, 1908

Au moment où le président Théodore Roosevelt achève son mandat, on s’interroge sur la montée de l’impérialisme américain.

Il y a quarante ans, l’Alaska avait déjà changé de mains et quitté le giron russe pour sept malheureux millions de dollars.

Les Etats-Unis donnent maintenant l’impression d’être partout chez eux, sur le continent américain. Ils sont vigilants sur ce qui se passe à Samoa, aux Antilles ou à Hawaii. Ils occupent partiellement Cuba et ont veillé à l’indépendance de l’île vis à vis des Espagnols.

T. Roosevelt est un grand lecteur d’Alfred Mahan, le militaire stratège, le contre-amiral érudit qui a construit une bonne part de la doctrine diplomatique américaine.

mahan.1209403330.jpg

Le contre-amiral Alfred Mahan : ” Il est vain de s’attendre que les gouvernements agissent en permanence sur d’autres fondements que celui de l’intérêt national. Nous devons donc suivre notre intérêt égoïste.”

Lorsqu’on lit Mahan, on devine ce que les Etats-Unis deviennent ou vont devenir.

Pour lui, la puissance n’est pas de posséder des colonies comme le font les états européens. Cela serait trop coûteux et souvent contraire à la morale (liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes).

Les USA doivent copier à bon compte la Grande Bretagne. La vraie puissance de l’Empire britannique n’est pas dans ses possessions terrestres mais dans sa marine de guerre, protégeant sa marine marchande qui peut se ravitailler dans de multiples bases disséminées à travers toute la planète.

Les chiffres qui nous parviennent d’Outre-atlantique sont éloquents. Mahan a été parfaitement suivi par l’exécutif américain:

- en 1890, la flotte de guerre américaine occupait le 6ème rang mondial ;

- en 1908, elle occupe le 2ème rang, au coude à coude avec l’Allemagne.

La bannière étoilée va pouvoir s’étendre sur les océans et concrétiser ce rêve d’un autre idéologue américain, Josiah Strong:  “Dieu a confié une tâche à l’Amérique. Elle doit régénérer le monde et sa victoire finale montrera qu’elle était la plus apte.”

Le populaire Président T. Rooservelt, passionné de chasse et de boxe, a tout fait, lors de son mandat, pour porter son pays au plus haut.

Le continent américain devient l’arrière-cour des Etats-Unis. Et ceux-ci se comparent déjà à ce qu’ils pensent être les puissances de demain. La France ? L’Angleterre ? L’Allemagne ? Non… les regards des anglo-saxons du Nouveau-monde se portent plutôt vers… le Japon et la Chine.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 08:20
comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

Colonialisme et représentation


La parade des vaincus


 L’image des peuples africains conquis dans la culture européenne entre le XIX et le XX siècle. Le passage du stéréotype du “sauvage” à celui de l’“enfant“. Scènes de colonialisme ordinaire. Ethnographie, publicité, expositions, mots d’esprit et dérision


de Jan Nederveen Pieterse

Colonialisme et culture populaire occidentale

«Je connais leur jeu», expliquait l’empereur éthiopien Tewodros II peu avant sa défaite à
5218jv02.jpg
Leader politique Ekonda (Nkumu) se fait photographier par la presse coloniale (Congo–Kinshasa).
Source: Lamote, C, University of Wisconsin-Madison Libraries, Africa Focus., 1940
la suite d’une invasion britannique et de son suicide successif. «D’abord marchands et missionnaires, puis ambassadeurs et ensuite le canon. Autant vaut passer tout de suite au canon» (cité dans Davidson, 1978, p. 75).
En 1800, les européens contrôlaient 35% de la superficie de la planète qui passait à 67% en 1878 et, entre 1878 et 1914, période du “nouvel impérialisme”, le contrôle européen s’était étendu à plus de 84,4% de la superficie terrestre. Cette expansion eut surtout lieu en Afrique. L’Afrique est donc un souvenir récent dans la mémoire coloniale européenne. La question sur laquelle nous nous penchons est: quelle lumière la culture populaire européenne jette-t-elle sur l’ère de l’impérialisme?
Pendant presque tout le XIX siècle, l’orientation générale de l’opinion européenne fut anticolonialiste. L’Afrique pouvait être exploité au niveau commercial sans que l’on ait besoin de conquêtes et de colonisations. Sur les côtes africaines, les incursions des marchands européens dans les monopoles commerciaux des rois africains étaient de plus en plus nombreuses, et comportaient de continuelles demandes d’aide militaire aux gouvernements de la mère patrie. Cette diplomatie des canonniers donna lieu à divers incidents mais rien de plus. Auparavant, il y avait eu des explorations européennes en Afrique, au sud du Sahara, mais les premières opérations coloniales furent les conquêtes françaises du Gabon (1843-44) et du Sénégal (1854-65), la guerre britannique contre les Achantis (1863-64) et la campagne d'Abyssinie (1867) dans les années 70 et 80 du XIX qui suscita le commentaire de Tewodros. Toutefois, toute une série de circonstances donna le feu vert à une nouvelle ère impérialiste.

BREVE CHRONOLOGIE DU PARTAGE DE L’AFRIQUE
1869 Ouverture du canal de Suez.
1874 Deuxième guerre britannique contre les Achantis.
1878-9 Guerre contre les Zoulous. Défaite britannique à Isandlwana. Début des opérations françaises contre l’Empire Mandingo. Stanley entre au service de Léopold II.
1881 Invasion française de la Tunisie.
1882 Occupation britannique de l’Egypte.
1883-5 L’Allemagne revendique les protectorats sur le Togoland, le Cameroun, l'Afrique orientale et l’Afrique du sud-ouest.
1884 Bataille d’Omdurman. L'Angleterre revendique le Somaliland.
1884-5 Congrès de Berlin.
1885 Léopold II fonde le Libre Etat du Congo. La British South Africa Company revendique le territoire du Bechuanaland. L'Angleterre revendique le Kenya.
1887 Défaite italienne à Massawa. Expansion de l'influence anglaise en Nigeria.
1888-91 La British South Africa Company de Cecil Rhodes crée la Rhodésie.
1889-1906 Rebellions des héréros et des hottentots contre le colonialisme allemand.
1893 Conquête française de l’Empire de Tokolor en Afrique occidentale. Conquête du territoire du Matabeleland par la British South Africa Company.
1895-6 Annexion de Madagascar à la France. L'Angleterre revendique l’Ouganda.
1896 Bataille d’Adoua où Ménélik II d’Ethiopie défait les italiens.
1896-7 Troisième guerre britannique contre les Achantis. Conquête britannique du Bénin. Révolte des Matabèles. Conquêtes françaises du Dahomey et de la Côte d’Ivoire.
1898 Incident de Fashoda entre la France et l’Angleterre. Conquête du Soudan de la part d’une armée anglo-égyptienne.
1899-1902 Guerre anglo-boer.
1905 Révolte des Maji Maji en Tanganika.
1906 Révolte des Zoulous au Natal.
1908 Transfert de la souveraineté sur le Congo à la Belgique.

Guerriers contre soldats

Quoi qu’il arrive, nous avons
la mitrailleuse Maxim et eux, non.
(Hilaire Belloc)

C est pour Colonies
notre juste orgueil
dont la Grande Bretagne se glorifie,
plus que toute autre grande nation .
(Madame Ernest Ames, ABC pour petits patriotes, 1899)

Dans la dernière décennie du XIX siècle, l'impérialisme devint pour la première fois dans les pays occidentaux une cause populaire. Jusque là, il s’était agi d’une affaire d’Etat, d’une question élitaire ou d’intérêts coloniaux. L'impérialisme populaire (Volksimperialismus) marchait maintenant de pair avec une propagande patriotique massive et le chauvinisme. C’était en grande partie le produit d’une propagande qui visait à rendre le nationalisme et l’impérialisme populaires, même si cette même période a été témoin du rassemblement et de l’apogée de tous les préjugés qu’avait accumulés le siècle.
Ce fut plus que jamais l’ère du colonialisme, tant et si bien que la culture populaire devint un outil de propagande politique, imprégnée de nationalisme et de patriotisme et réglée, si non dirigée, d’en haut. Le terme “populaire” acquérait ainsi un sens différent. Les rivalités entre Etats européen et le nationalisme, l’antisémitisme politique et le racisme étaient des préoccupations en elles-mêmes et par elles-mêmes mais aussi des manœuvres visant à neutraliser la lutte de classe et à transformer la solidarité de classe en solidarité nationale et raciale, pouvant ainsi être contrôlée d’en haut (cf. Nederveen Pieterse, 1989, chap. 9). (Pour autant qu’il pouvait sembler contrôlable durant les guerres mondiales). Ainsi, sur l’arrière-plan de l’époque expansionniste en Europe et aux Etats Unis, il y avait aussi la poussée du mouvement ouvrier qui, vers 1880-90, semblait avancer irrémédiablement. Pour les élites dominantes, le national-socialisme apparaissait une façon de neutraliser la lutte de classe et d’endiguer la vague croissante de la révolution sociale. L’histoire de la propagande politique moderne, que l’on a souvent fait remonter à la première guerre mondiale (Black, 1975; par exemple; pour des avis autres, cf.. Knightley, éd. rév. 1982, chap. 3; Kiernan, 1974, chap. 3) peut probablement être largement ramenée en arrière. La présence des conflits coloniaux dans la presse contribuait au prestige national et au moral militaire sur un arrière-plan de rivalités croissantes dans l’Europe elle-même. La "boulevard press" (presse à scandale) se jeta elle aussi dans la mêlée. Par rapport à la presse, il y avait une distinction entre les revues d’information comme l'Illustrated London News et son concurrent Graphic, et les revues satiriques comme Punch, Judy, Fun en Angleterre; Le Rire, Pèle Mêle, L'Assiette au Beurre, Fantasio en France; et Simplicissimus et Lustige Blätter en Allemagne. Les revues d’information envoyaient des correspondants spéciaux et des artistes aux “petites guerres” et aux campagnes “suffisamment éloignées pour que le public les perçoivent comme une forme de spectacle”. Les artistes de guerre adoptaient le style “mort ou gloire”, et produisaient des scènes érotiques de batailles où charges de cavalerie et combats corps à corps étaient copieusement montrés, mais créaient aussi des dessins précis de troupes sur le terrain (Springhall, 1986).
Les revues satiriques se comportaient différemment. Comme elles ne pouvaient pas se permettre d’envoyer des correspondants, il leur fallait exceller dans les caricatures qui étaient une sorte d’éditoriaux illustrés. Il faut rechercher bon nombre des plus atroces images de l’ennemi chez les peuples colonisés dans les caricatures de ces périodiques qui ne pouvaient se permettre la réalité. Les lecteurs des revues illustrées appartenaient aux classes moyennes car leur prix était trop cher pour les travailleurs (six pences le numéro pour The Illustrated London News).
En ce qui concerne l’Afrique, l'image coloniale fondamentale de l'indigène est celle d’un ennemi. Les premiers épisodes du colonialisme étaient des scènes de bataille et les violences sanguinaires restèrent la réalité fondamentale du colonialisme même après la mise en place de l’autorité coloniale. Les rebellions étaient impitoyablement suffoquées. Rudyard Kipling a donné une formulation classique de l’image de l’ennemi dans le nouvel impérialisme qui est en nette opposition à celle noble que ce dernier donnait de lui:

Allégez le poids de l’Homme Blanc
Envoyez de l’avant votre meilleure progéniture
Reléguez vos enfants en exil
Pour servir les besoins de vos prisonniers;
Pour servir en lourde armure
un peuple agité et sauvage,
vos peuples hostiles de fraîche capture,
mi-démons et mi-enfants.

Cette poésie a été écrite en 1899 à l’occasion de l’invasion américaine des Philippines.
5213jv12.jpg
Administrateur local photographie la présentation de la danse Kuba-Bushong (Congo-Kinshasa).
Source: Vansina Jan, University of Wisconsin-Madison Libraries, Africa Focus, 1956
C’est le profil de l’ignoble sauvage avisé auparavant par les explorateurs et missionnaires. La noblesse a changé de camp.
L'ignoble sauvage du colonialisme était avant tout un guerrier. Les vertus qui définissaient auparavant l’image du “noble sauvage”, comme la fière agression, se trouvait maintenant interpretée pour signifier cruauté et brutalité. La nudité, autrefois signe de pureté, faisait maintenant partie du profil du primitivisme et voulait indiquer le manque de contrôle. Le contraste entre guerrier et soldat, l’image coloniale de l’ennemi et celle de soi, constitue une version de l’opposition rhétorique entre barbarie et civilisation. On se réfère parfois aux soldats comme à des guerriers, mais jamais le contraire. Le stéréotype du guerrier est pratiquement celui d’un indigène nu, féroce, doté d’armes archaïques, plus souvent montré comme individu plutôt qu’en groupe (mais lorsque l’on montre un groupe, il s’agit alors d’un groupe désorganisé). Par ailleurs, le soldat porte un uniforme, appartient à une armée et est soumis à la discipline militaire.
Cette rhétorique était une mascarade dès lors que les guerriers africains n’agissaient pas simplement en individus ou en hordes, mais opéraient de façon désorganisée et formaient dans certains cas des armées. Une invention similaire et qui lui est liée était que les sociétés africaines étaient “sans Etat” et existaient en situation d’“anarchie naturelle”. Malgré cela, diverses sociétés africaines réussirent pendant des dizaines d’années à tenir tête aux armées européennes et leur infligèrent même parfois de lourdes défaites.
Le principal alibi de l'agression européenne était la barbarie et le prétexte récurrent se référait aux sacrifices humains. Les campagnes coloniales étaient souvent précédées ou accompagnées d’articles dans la presse illustrée qui s’occupaient en détail des sacrifices humains. The Illustrated London News consacra les 26 juillet, 8 et 29 novembre 1873 une série d’articles aux Achantis intitulés “La Côte d'Or et la Guerre Achanti”. A l’aide de mots et d’images on décrivait des sorciers et des sinistres rituels dans une sombre maison Ju-ju entourée de crânes humains. Un dessin illustrait une jolie femme (aux traits pratiquement occidentaux) liée à un poteau au bord d’une rivière et un crocodile dans le fond se tendant vers elle. Des articles de ce genre précédèrent d’à peine un an la campagne britannique de 1874. En 1873, dans un article de cette même période sur le Dahomey, des sacrifices humains de membres royaux avec force illustrations devinrent à nouveau le thème conducteur (“Les victimes du Mem-Hoo-Wo”, Dahomey, ILN, 2.viii.1873). L'abolition des sacrifices humains fut le prétexte de l’invasion britannique et de l’assujettissement du Bénin en 1897 - «Arrêtons la barbarie africaine! Abolissons les sacrifices humains!» (Chinweizu 1975, p. 44) – et, encore, le thème des sacrifices humains de souverains fut largement traité par la presse britannique.
Un épisode délicat de l'expansion britanniquefut la guerre Zoulou. En janvier 1879, les
Cetshwayo.jpg
Une représentation du Roi Zulu Cetshwayo KaMpande.
Source: à titre gracieux de la Mike Lieven, University of Birmingham, Westhil(http://olrcweb.bham.ac.uk/)
britanniques perdirent 1.600 hommes dans la bataille d’Isandlwana,. Aujourd’hui, cette bataille est rappelée comme «une des dramatiques défaites européennes» et «la plus lourde défaite britannique après la guerre de Crimée» (Kiernan, 1982, p. 89; Bowle, 1974/1977), mais Judy écrivait le 26 février 1879: «Il n’y avait jamais eu meilleur exemple de ferme courage». En février, à Rorke's Drift, les britanniques subirent de nouveau une défaite de la part des Zoulous. Le tournant n’eut lieu que les 3 et 4 juillet à Ulundi avec l’attaque britannique au quartier général Zoulou. C’était la première fois que l’on utilisait des mitrailleuses en Afrique. Deux Gatling fauchèrent les Zoulous qui perdirent 473 hommes, mais la presse de l’époque omit d’en faire mention (Ellis, 1975, p. 84).
Les britanniques admiraient les impies Zoulou pour leur caractère martial, leur organisation disciplinaire et leurs méthodes de guerre mais, au cours du conflit, l’élément de propagande prédomina et donna lieu aux images d’un ennemi Zoulou dégénéré et possédé. Durant toute la durée de la guerre, Cetshwayo kaMpande, roi des Zoulous depuis 1873, est caricaturé sous des traits animalesques. Ce n’est qu’après la fin de la guerre et la défaite des Zoulous que des portraits “normaux” de Cetshwayo firent de nouveau leur apparition dans les médias britanniques, tant la psychologie de l’antagonisme avait d’influence.
Les images européennes des guerriers africains reflètent l’image dominante d’une Afrique rurale et pastorale. Les portraits européens montrent généralement des types martiaux en équipement technique modeste. Alors qu’une bonne partie des peuples africains étaient depuis de nombreux siècles dotés d’armes à feu, ils étaient encore représentés en Europe avec des armes grossières et archaïques, comme dans les chromos publicitaires de la firme de bouillons Liebig destinés à l’érudition des jeunes.
L’idolâtrie était un des ingrédients classiques de l’image de l’ennemi africain, mais la manière dont les protagonistes européens étaient représentés faisaient souvent étal d’une idolâtrie européenne. John Hobson constata cette mentalité en Angleterre durant la guerre anglo-boer. De son point de vue, le nationalisme exaspéré était la “quintessence de la barbarie”. L’idolâtrie prit la forme d’un «retour au credo au Dieu de l’Angleterre, divinité barbare tribale qui combat à côté et en faveur de nos grands bataillons» (Hobson, 1901). H.G. Wells constata lui aussi cette propension au culte de Bretagne comme une des “divinités tribales” de l’Angleterre (Wells, 1961; cf. Raskin, 1967, p. 126). Dans l’iconographie populaire impériale, Bretagne remplace souvent l’image que l’anglais a de lui.
Le culte européen du héros national passa des explorateurs, avec Livingstone et Stanley en tête, aux généraux et comandants – Gordon, Wolseley et Lord Kitchener pour l’Angleterre, Marchand et Bugeaud pour la France – et aux bâtisseurs de l’empire comme Cecil Rhodes et Lord Cromer. Ils étaient l’équivalent européen des caricatures des leaders africains tels que Cetswayo, roi Ja-Ja de l’Opobo, Ménélik II et Mohammed Ben Abdullah Hassan dit le Fou du Somaliland. Dans l’iconographie de l’empire, ces figures, avec celles telles que Bretagne, représentaient graphiquement la réalité sans caricature et , par conséquent, “vraie”.
Le déploiement de mitrailleuses décida de la situation en Afrique. Les Gatling exercèrent en Egypte un rôle clef dans la bataille pour Tel-el-Kebir (1882), même si cela ne ressortit en aucune façon dans les dessins et tableaux la représentant. Le tournant le plus significatif et dévastateur fut la bataille d’Omdourman (1884) où périrent 28 britanniques et 20 de leurs autres alliés contre 11.000 victimes derviches, fauchées par les Maxim. Les africains n’avaient généralement pas peur des carabines européennes, mais les mitrailleuses changèrent la situation. Voici comment un Matabele réagit à la conquête du Matabeleland:

Et l’homme blanc était revenu avec ses fusils qui crachaient des projectiles comme les cieux parfois crachent la grêle, et qui étaient dont les nus Matabel
pour se dresser contre ces fusils?

Dans la bataille pour le territoire de Hausaland de 1903, un Fulani fit cette description: «C’était un dimanche quand ils arrivèrent. Les fusils tonnaient "bang-bang-bang" et les tués furent par centaines de centaines» (Ellis 1975, p. 97).

La mitrailleuse fut vitale pour la colonisation de l’Afrique. Le feu automatique permit à de petites unités de soldats d’éliminer la résistance indigène et de contrôler de très vastes zones. Selon le Giornale dell’Esercito e della Marina, elle était réputée être une arme «particulièrement apte à terroriser un ennemi barbare ou semi-civil». Son inventeur, Hiram Maxim, nota son efficacité «pour arrêter le furieux assaut des sauvages». Le mépris et la déshumanisation du colonialisme allaient de pair : la mitrailleuse dépersonnalisait la violence et transformait le combat en quelque chose de technique et non plus d’humain. Indicatif est que ce tournant technologique ait coïncidé avec l’avènement de la course à l’Afrique.
Les européens réalisaient leurs conquêtes en Afrique à l’aide de forces principalement composées d’africains. Le recrutement d’africains dans l’histoire moderne remonte au XVI siècle et à la “guerra preta” ou armée noire des portugais en Angola occidentale. Au début du XIX, la France recrutait des africains par l’intermédiaire des chefs locaux qui fournissaient maintenant comme soldats les prisonniers de guerre qu’ils vendaient auparavant comme esclaves. Ainsi, en 1828, les français envoyèrent-ils deux compagnies de soldats wolofs à Madagascar. D’où, en 1857 les Tirailleurs Sénégalais multiethniques. Les troupes italiennes en Ethiopie et au Tigrai étaient pour la plupart formées d’ascaris érythréens au service d’officiers italiens. Les allemands achetaient des esclaves et les transformaient en soldats pour combattre au Cameroun; ces soldats n’étaient pas rémunérés. Même les armées africaines faisaient usage de mercenaires et, parfois même, ô ironie, de la même origine ethnique que les forces ennemies. Deux régiments indigènes qui marchaient en 1874 contre les Achantis sous le commandement de Wolseley étaient en partie constitués par des Hausa et, en même temps, l’armée Achanti comprenait une unité Hausa.

Les soldats d’origine ethnique sont un phénomène récurrent dans les anciennes chroniques impériales et même dans celles modernes. Le “syndrome du Gurkha”, autrement dit entrer faire partie de l’armé du conquérant est une forme classique d’adaptation politique ethnique (Enloe, 1980). Dans les annales de l’impérialisme européen, les soldats d’origine ethnique jouent un rôle important. Qu’y a-t-il de plus économique que de recruter des hommes d’un peuple colonisé et de les employer ensuite contre le premier objectif pour suffoquer les révoltes? Voici comment, en 1903, Richard Meinertzhagen, jeune officier des Fusiliers africains du Roi en poste sur le territoire Kikouyou, décrivait la situation: «On est là, en plein cœur de l’Afrique, trois blancs avec vingt soldats nègres et cinquante policiers nègres... à administrer un district peuplé d’un demi-million de sauvages bien armés qui ne sont entrés que récemment en contact avec l’homme blanc. La situation est résolument comique» (Pakenham, 1985, p 201).

Dans les colonies, toutes les puissances européennes utilisaient des soldats indigènes. Comme le notait Basil Davidson, «Les esclavages d’autrefois avaient simplement pris une nouvelle forme». En Afrique occidentale, les britanniques recrutèrent 25.000 hommes, nombre desquels furent employés dans la guerre contre les allemands en Afrique orientale. Là, à la fin de la deuxième guerre mondiale, les forces allemandes au Tanganyka étaient constituées par 3.000 européens et 11.000 africains (Davidson, 1978, p. 84-88, 114-5; Debrunner, 1979, p. 343-344; Farwell, 1987). Mais employer des soldats africains en Europe était une autre histoire. La France, qui vantait la plus longue histoire coloniale en Afrique, fut la première à prendre l’initiative. Dans la guerre de Crimée (1854-56), 40% des forces françaises étaient constituées par des africains; dans les années 60 du XIX siècle, des africains combattirent dans l’armée française au Mexique et en 1870-71 dans celle franco-prussienne. Durant la première guerre mondiale, la France déploya 211.000 soldats africains (y compris des nord-africains). Dans ce recrutement, c’est Blaise Diagne, député sénégalais de l’Assemblée nationale, qui servit de médiateur en arguant comme justification – qui n’eut d’ailleurs aucune suite– que si les africains combattaient dans la guerre, ils auraient ensuite eu voix au chapitre dans la paix. 170.000 soldats furent employés sur le terrible front occidental où il y eut, semble-t-il, 24.762 victimes (plus d’autres dispersés). En 1920-22, la France déploya des soldats africains dans l’occupation le la Rhénanie.
Le déploiement de forces non européennes en Europe donna dans de très nombreux cas lieu à des réactions de type raciste. Quand, en 1871, des prisonniers de guerre français furent amenés à Munich, un quotidien allemand commenta que les africains, les turcos, les zouaves et les zéphyrs qui se trouvaient parmi eux n’étaient rien d’autre que des “armselige Burschen” (misérables) et qu’ils auraient, s’ils avaient gagné, été cruels comme des bêtes sauvages, mais que la victoire avaient heureusement été du côté du peuple allemand.
Dans un opuscule publié durant ou tout de suite après la première guerre mondiale, Der Völkerzirkus unserer Feinde (Le cirque populaire de nos ennemis), écrit par le célèbre ethnologue Leo Frobenius, celui-ci tournait en ridicule les soldats non européens employés par les ennemis de l’Allemagne. Il y fait la caricature de John Bull en dompteur de peuples et conserve la métaphore du cirque et de la domestication des peuples; en d’autres termes, les non européens sont présentés comme des animaux apprivoisés. Et voilà, annonce Frobenius, le spectacle commence: une série de photographies de soldats allochtones dans un style qui rappelle des archives de police. Certaines scènes ont des légendes au ton dénigrant, comme: «Français de couleur sur le terrain au cours d’une pause de la bataille»; «Anglais blancs et de couleur durant un bal derrière le front».
Quand les français employèrent des soldats africains sur le Rhin en 1920, une campagne de protestation fut justement lancée en Angleterre par E.D. Morel, qui avait auparavant fondé l’Association pour la Réforme du Congo pour protester contre les cruautés de Léopold au Congo. Or Morel, voix éminente du monde de l’avant-garde humanitaire anglais, soutenait: «La race africaine est celle la plus développée sexuellement. Ces conscrits sont recrutés dans des tribus qui sont à un stade de développement primitif. Bien entendu, leurs femmes ne sont pas avec eux. Ils sont complètement désinhibés et incontrôlables sur le plan sexuel». Sur le quotidien libéral The Nation, H.W. Massingham protestait contre «les défilés de soldats de couleur dans les vénérables temples du patriotisme de l’Etat allemand» et «le pouvoir de soldats à moitié sauvages sur la culture et le civisme du Rhin» (Rich, 1986, p. 41-2, 202-3). La peur du “mélange de races” était à la base des restrictions sur l’immigration de marins nègres en Angleterre et dans d’autres pays.
Dans les forces armées américaines, les noirs furent introduits au cours de la guerre civile, mais ce fut seulement durant la deuxième guerre mondiale que fut abolie la ségrégation raciale dans les forces armées. La présence de soldats noirs en Europe a elle aussi été un thème des caricatures et de la propagande (Smith, 1987). Les nazis (et plus généralement les puissances de l’Axe) en firent durant la deuxième guerre mondiale un thème de propagande qui se référait dans ce cas-là également au spectre du mélange des races et en faisait invariablement allusion à la collusion entre noirs américains et juifs (Mulder, 1985, p. 168-71).


La course à l’Afrique

Entre 1880 et 1910, la course à l’Afrique, la compétition entre Etats européens pour
5208as02.jpg
Statue de Henry Morgan Stanley, explorateur à la fin du XIX siècle, envoyée par le Roi Leopold II de Belgique (Congo-Kinshasa).
Source: Ellington, University of Wisconsin-Madison Libraries, Africa Focus
s’emparer de territoires en Afrique impliquait toute une série de raisons. Considérations stratégiques: pour tenir les routes maritimes ouvertes vers l’Inde: l’Angleterre s’intéressait au Cap et à l’Egypte (Robinson et Gallagher, 1961). (2) Grandeur nationale: pour compenser la défaite dans la guerre franco-prussienne: la France se tourna vers les conquêtes hors de l’Europe (3) Grandeur nationale et bénéfice économique: Léopold II voulait transformer la Belgique en empire (“la capitale d'un immense empire”) en acquérant des territoires hors de l’Europe. Parmi les différents exemples il y a celui des petits Pays Bas qui paraissaient grands et florissants grâce à leur possession de l’immense archipel indonésien (Stengers, 1972). (4). La conjoncture économique et la politique interne: à une période de déclin économique, Bismarck introduisit une politique d’expansion pour établir une cohésion politique entre différents groupes d’intérêt du Reich et essayer de neutraliser l’avancée du mouvement ouvrier (Wehler, 1969). (5) Et puis l’instabilité en Afrique et l’impérialisme préventif joints aux considérations de politique interne jouèrent, en diverses combinaisons, un rôle dans toutes les initiatives impériales en Afrique.
Selon une tendance en littérature qui pose l’accent sur cette interprétation du nouvel impérialisme (Doyle, 1986), les rivalités entre les Etats européens, avec l’Afrique comme principal terrain de conflit, étaient la question clef. Les vignettes et les caricatures de l’époque (après 1885), qui mettent invariablement l’accent sur les conflits à caractère diplomatique entre les Etats européens plus que sur l’expansion coloniale en soi, en sont une confirmation. Elles montrent de façon vivifiante la projection de l’équilibre de forces européennes sur la carte de l’Afrique. Dans l’imaginaire populaire, les conflits à caractère diplomatique entre Etats européens pesaient beaucoup plus que l’affrontement avec la population africaine.
Alors que le colonialisme du propre pays était généralement dépeint avec des couleurs patriotiques, le colonialisme des autres Etats, à part une satire sans méchanceté, était vu d’un œil critique. Le fait que la presse française ridiculisait le colonialisme allemand et qu’allemands et français critiquaient les britanniques - et ainsi de suite – était en soi le reflet des rivalités européennes.
Quelle était la place de l’Afrique dans tout cela n’était pas toujours évident. «Tel un succube, l’Afrique pèse sur le repos de l’Europe…». Dans Le Rire (18.iv.1896), une gravure représente l’Europe comme une jeune femme endormie (Cette gravure, copiée par Lustige Blätter, est un pastiche du Cauchemar, tableau de Johann Heinrich Füssli (1741-1825) Starobinski, 1987, pp. 82, 76). Entre parenthèses, une particularité est que la légende parle erronément de “succube”, c’est-à-dire un démon femme dont on pensait qu’elle avait des rapports sexuels avec des hommes endormis (Oxford English Dictionary), alors que la figure représente celle d’un “incube”, démon mâle, conformément aux conventions du genre où les figures représentées sont toujours “unisex”. La légende parle d’«Un des nombreux malaises (mais peut-être le plus lourd) qui pèse maintenant sur le vieux continent. Toutes les puissances européennes ont ici leur obstacle ou guêpier». Cette représentation est singulière. Si le continent est vieux, alors pourquoi est-il représenté sous les traits d’une jeune femme? Pourquoi l’Europe est-elle représentée avec des traits humains et féminins alors que l’Afrique l’est comme un démon et mâle? Et surtout, dès lors que l’Afrique est victime de l’agression européenne, pourquoi est-elle représentée comme l’agresseur, l’incube d’une Europe sur le point de s’évanouir? C’est le monde renversé: la faute est donnée à la victime. Comme image de l’Afrique, on fait appel à la gargouille du Haut Moyen Age.
Sous l’influence de la guerre anglo-boer, l’enthousiasme populaire pour l’impérialisme et le patriotisme racial commençait à décliner. Suite à la guerre anglo-boer, l’Empire Britannique, que certains pays européens avaient implicitement soutenu et avec lequel ils s’étaient identifiés au début du XIX siècle, perdit de son prestige et de sa crédibilité. Les méthodes de guerre barbares appliquées contre un peuple de blancs en Afrique créa de l’aversion en Europe et même en Angleterre. Dans les vingt premières années du XX siècle, la mission impérialiste ressemblait trop à l’“autoritarisme britannique contre les nations plus petites”. Et puis, il y avait le problème du Congo.
En Afrique, le régime européen en absolu le plus scélérat était L’Etat libre du Congo du Roi Léopold. Il inspira à Joseph Conrad Cœur de ténèbres (1899) et le sardonique Soliloque du Roi Léopold II de Mark Twain (1907). Cet Etat, constitué en 1885 sous la domination personnelle du Roi Léopold, était une initiative financière et économique plus qu’une entité politique. Il revendiquait les terres mal cultivées et interdisait à la population de commencer de nouvelles cultures, en imposant en même temps de lourds impôts et prestations de travail. Selon une image populaire, les sauvages n’étaient bons qu’à travailler. Le Roi Léopold avait investi la presque totalité de son immense fortune dans le développement de cet empire africain qui n’avait cependant pas de marchandises exportables, à part l’ivoire et le caoutchouc. Des concessions sur d’immenses territoires étaient données aux grosses compagnies qui se trouvèrent ainsi, après 1895, à affronter une croissante demande de caoutchouc; pour le récolter, elles imposèrent le travail de force et des quotas sur la population. Si ces dernières n’étaient pas respectées de cruelles punitions s’en suivaient allant jusqu’à l’amputation des mains et des pieds. Ce qui instaura un régime de terreur.
Après 1900, un nombre de plus en plus grand de rapports sur les “atrocités au Congo” apparurent venant de missionnaires protestants et du consul britannique Roger Casement. La campagne contre les abus au Congo était une campagne humanitaire, mais soutenait aussi que le Congo mettait le colonialisme sous une mauvaise lumière. Cet argument rappelait les premières critiques des abus et maltraitances de l’esclavage qui impliquait en même temps l’aspect acceptable de l’esclavage lui-même. Au nom de l’Association pour la Réforme du Congo, E.D. Morel et Harry Johnston publièrent Red Rubber (1906), un livre où ils avertissaient que, faute de réformes au Congo, la résistance africaine contre l’hégémonie européenne en Afrique augmenterait (Rich, 1986, p. 36). En 1908, pour répondre aux pressions publiques croissantes, la souveraineté sur le Congo fut transférée du roi Léopold à l’Etat Belge (parmi les sources belges sur le Congo voir Delathuy, 1989, et, en ce qui concerne les images et la propagande populaire, Zaïre 1885-1985, 1985 et Vints, 1984; cf. Taussig, 1984; Breman, 1990)


Scènes de colonialisme

Une fois la fumée des canons dissipée et la situation coloniale stabilisée, l’imagerie coloniale se transféra de l’image de l’ennemi à la psychologie coloniale de la supériorité et de l’infériorité. Le complexe de supériorité coloniale était une nécessité politique et psychologique pour permettre à une minuscule minorité d’étrangers de contrôler la majorité locale. «C’est un suicide pour les européens, notait un observateur anglais, que d’admettre que les indigènes puissent faire quelque chose mieux qu’eux. Ils devaient soutenir qu’ils étaient supérieurs en tout pour permettre aux indigènes de ne jouer qu’un rôle secondaire et subordonné» (Symonds, 1966, p. 76; cf. Memmi, 1957/1965). Prestige, intimidation et démonstration de force étaient les fondements de la psychologie impériale. Accompagnée d’opinions bien arrêtées sur ceux qui n’étaient plus ennemis mais sujets.
Une nouvelle mythologie de l’Afrique prit forme qui répondait aux exigences du
foto5-pieterse.jpg
Hereros victimes de la répression germanique dans l'Afrique du Sud-ouest.
Source: Al-Ahram Weeklly, 462/2000
(http://weekly.ahram.org.eg/)
colonialisme affirmé. Les sauvages devaient être transformés en sujets politiques. Le halo paternaliste du Fardeau de l’Homme Blanc exigeait des sujets adaptés à la tâche. Peu à peu l’imagerie changea et les africains furent définis non plus sauvages ou primitifs, mais impulsifs et infantiles – le deuxième élément du mi-diable et mi-enfant”. Selon un observateur colonial, le caractère de l’africain est «influençable et impressionnable comme celui d’un enfant: une feuille blanche sur laquelle écrire à volonté sans avoir besoin d’effacer auparavant les vieilles impressions» (cité dans Porter, II° éd. 1984, p. 72). Des vertus, ils en possédaient, mais pas du type que l’européen revendique pour soi: gentillesse, compassion, sens de l’humour – étaient des vertus “faibles” et non viriles.
C’est ainsi que l’image du guerrier sauvage laissa la place au stéréotype de l'africain enfant: la miraculeuse métamorphose du sauvage féroce en sauvage-enfant. La société nord- américaine où les relatons sociales étaient par certains côtés analogues à celle de l’Afrique coloniale produisit une image analogue du sauvage-enfant noir (Takaki, 1970). Par contre, le paternalisme colonial engendra l’infantilisme du colonisé. Dans un roman colonial belge de 1896, cette métamorphose était ainsi décrite: «Une fois que [le nègre] entre en contact avec l’homme blanc, il perd son caractère barbare en ne conservant que les qualités infantiles des habitants de la forêt» (Danco, 1896; Vints, 1984, p. 23). Les créoles du Suriname que l’on pouvait admirer en 1883 à l’Exposition Coloniale d’Amsterdam étaient décrits dans les mêmes termes: «L'aspect de ces groupes de créoles a quelque chose de gentil et d’enfantin naturellement attirant, de véritables enfants de la nature tropicale, insouciants, qui jouissent sans soucis de la vie, remuants, ayant toujours envie de mouvement, de bruits, de couleurs et de lumière, mais aussi gentils et doux» (Eigen Haard, 1883, p. 405, dans Oostindie en Maduro, 1986, p. 24). Entre-temps, le stéréotype du féroce sauvage ne s’était pas simplement évanoui, mais était relégué à un rôle subsidiaire: celui du rebelle Simba ou, plus tard, du terroriste Mau Mau.

Parmi les scènes à l’origine du colonialisme il y a celles de soumission: dignitaires indigènes qui se jettent dans la poussière devant les représentants de l’autorité; ou, dans un système de domination indirecte par le biais d’une élite locale, les rituels de la visite d’Etat officielle et l’ostentation du faste de l’élite. Attrayante pour les européens et psychologiquement rassurante dans ce qui était en Europe une période d’insubordination et de transformation sociale, était la rigide hiérarchie sociale inhérente au colonialisme. Il s’agissait d’une hiérarchie basée sur la discrimination raciale mais qui comportait aussi d’autres distinctions, comme celles portant sur l’habillement européen et indigène.
Les services personnels de la part des indigènes constituaient une composante essentielle du milieu colonial et étaient également satisfaisants d’un point de vue psychologique. Etre transportés par les indigènes est une synthèse du symbolisme non seulement de la réalité de l’hégémonie européenne. Le tipoïe, hamac de transport ou palanquin, est une des principales reliques du colonialisme. Toutefois, une des images qui gagna du terrain dans la situation coloniale fut celle de l’indigène indolent.
Au début du XIX siècle, le simple bon sauvage emprunté au répertoire romantique était encore décrit dans les termes suivants:

Doté d’un instinct unique en son genre, d’une extrême agilité, d’indolence, de paresse et d’une grande frugalité, le nègre existe sur son sol natal dans l’apathie la plus douce, ignorant envies, douleurs ou privations, non préoccupé par les soucis de l’ambition pas plus que de l’ardeur dévoratrice du désir. Pour lui, les règles de vie nécessaires et indispensables se réduisent à un nombre très limité et les incessants besoins qui tourmentent les européens sont ignorés des nègres d’Afrique (Golbéry, 1803).

Le poète J. Montgomery méditait en 1807:

... Le Nègre est-il béni? Son sol généreux
Aux récoltes abondantes couronne sa simple fatigue
Plus qu’il n’a besoin de ce qu’offrent les champs et ses troupeaux...

Les qualités mêmes qui, au début du siècle, évoquaient des images de paradis se trouvaient, dans sa dernière partie, réévaluées en même temps que l’industrialisation, le néo-puritanisme et l’élite protestante en Europe, et le colonialisme en Afrique, pour faire naître l'image de l'indigène paresseux, indolent et sans ambitions au milieu de l’abondance tropicale. La vacuité était devenue une malédiction. La question ici n’est pas que les images aient été sans aucune réalité : elles servaient d’écho à une alternance de désirs et de aspirations de la culture occidentale. Elles aidaient à donner une forme au le régime de vérité de l’Europe. Le stéréotype de l'indigène indolent était inhérent au colonialisme et non spécifique de l’Afrique. Les images américaines étaient l’Ijoun paresseux et le mexicain somnolent. Voici comment étaient décrits les nègres du bush (Bushnegro) du Suriname en 1883: «Ils sont en général apathiques et paresseux et ne travaillent que pressés par le besoin...» (Oostindie en Maduro, 1986, p. 23; Cf. Alatas, Il Mito dell'Indigeno Indolente, 1977). Le stéréotype de l’indigène indolent, lié à l'expansion du capitalisme, servait d’alibi au travail forcé et à l’exploitation et formait de la sorte une composante rémunératrice de la mission civilisatrice. Marx parlait de la création de l’“ingéniosité universelle” comme d’un des aspects de la “grande influence civilisatrice du capital” (Marx, Grundrisse, 1973, p. 325-6, 409-10). Cette formulation est aussi, sur le ton de la Nigger Question de Carlyle, une réaction, non dénuée d’ironie, à la protestation d’un planteur jamaïcain.
L'image de l'indigène indolent remplissait aussi une autre fonction, celle de justifier le colonialisme. C’est au XVIII siècle qu’avait été formulée la philosophie selon laquelle la possession de terres étrangères de la part des européens était juste si celles-ci n’étaient pas occupées, les terres dites libres ou terra nullius, définies comme non cultivées. (Emer de Vattel (1714-1767), 1758. Cf. Curtin, éd., 1971, p. 42-5). Par conséquent, l'affirmation de la paresse indigène était en même temps une revendication de la justesse du colonialisme. D’une autre manière, les images d’indigènes chasseurs, en poses décoratives avec des armes grossières, lance, arc et flèches, reproduites à l’infini sous-entendent significativement que ces peuples étaient exclusivement chasseurs et non cultivateurs – là encore, un aval implicite du colonialisme européen qui faisait fructifier les terres indigènes.
Le leitmotiv de la propagande coloniale était le bénéfice économique. L'image préférée de la colonie dans la mère patrie était celle d’un lieu devenu productif grâce à la discipline et à l’ingéniosité européennes où, sous la gestion européenne, les ressources naturelles étaient exploitées, où l’ordre régnait afin que le travail puisse être productif. “Produits utiles” et travail (à bas prix) revêtent par conséquent un rôle important dans l’iconographie coloniale. L'image allègre des colonies productives était diffusée par des cartes postales illustrées, la publicité et les confections de produits coloniaux. Un anglais rappelait ainsi sa jeunesse dans les années 30: «Nous étions complètement entourés par l’empire, célébré sur nos boîtes de biscuits, narré sur les étiquettes de cigarettes, partie du tissu de notre vie. A l’époque, nous étions tous impérialistes» (John Julius Norwich, dans MacKenzie, Introduction, 1986, p. 8).
L'image prédominante en Europe était celle des colonies comme source de prospérité. Ayant été vaincu dans la première guerre mondiale, l’Allemagne avait perdu ses colonies, mais, même dans le cadre du programme national-socialiste, l’idée coloniale survécut. En 1934, Kolonial-Kalender de Köhler (Die Wildnis Ruft, Les rappels de la nature sauvage) synthétise cette idée: Ohne Kolonien, Volk in Not/ Kolonialbesitz, Arbeit und Brot [Sans colonies, gens angoissés / Avec les colonies, travail et pain.]. (Sur le frontispice, le Führer des Dritten Reiches nous informa: Die Stellung des Nationalsozialismus zur Kolonialfrage ist im allgemeinen durch den 3. Punkt des nationalsozialistischen Programms bestimmt. Wir fordern Land und Boden (Kolonien) zur Ernährung unseres Volkes und Umsiedlung unseres Bevölkerungsüberschusses).
Dans une série de cartes postales illustrées des colonies franco-africaines après la deuxième guerre mondiale, la disposition standard comprend une petite carte pour placer géographiquement la colonie, des africains en train de travailler un quelconque produit utile et des “indigènes typiques”. Les participations dans les entreprises coloniales étaient illustrées de même avec des vues de plantations bien ordonnées, découpées dans la nature sauvage et des indigènes au travail sous le contrôle des européens. Contrairement à la production, le commerce semble jouer un rôle secondaire dans l’iconographie coloniale. Selon les standards européens, il semble que le commerce n’appartenait pas à la mission civilisatrice de l’Europe; il y avait relativement peu d’illustrations de ce même commerce, aussi bien indigène qu’européen. L’image-clef était celle d’une abondance naturelle utilisée à travers la discipline et le contrôle européens.


Ethnographie coloniale

Le pouvoir colonial produit le colonisé comme une réalité fixe qui est immédiatement "autre", et pourtant totalement reconnaissable et visible (Bhabha, 1986, p. 156).

Les figures des peuples du monde non occidental: elles ont rarement un nom et, en
5216jv11.jpg
Le Roi Kuba, Kwete Mabinc est décoré par le Commissaire de district de Luebo, Mr. Wenner.
Source: Vansina Jan, University of Wisconsin-Madison Libraries. Africa Focus, 1920
représentant ces peuples, elles sont toujours typiques. Image après image, elles passent devant nos yeux avec des légendes instructives telles que “Congolais, Guinéen, Galla”. Telle est l'encyclopédie du XIX siècle, le recensement de l’impérialisme, le défilé des vaincus. Leurs figures et visages peuplent des volumes aux titres panoramiques tels que Les habitants du monde, ou Humanité, Animaux et Plantes, Le Tour du Monde, ou Voyage autour du monde: Description des différents pays et peuples, traditions et coutumes. Elles remplissent des œuvres ethnographiques illustrées et, pour former la jeunesse, elles sont divulguées à l’aide des cartes postales publicitaires de soupes et fromages.
Les figures représentées étaient transformées en objets de différentes manières: isolées de leur milieu ou bien celui-ci représenté schématiquement. Mettre la figure au premier plan renforce la sensation que l’observateur a d’avoir une supervision et de la contrôler. La “diversité” devait être transmise dans le cadre des conventions esthétiques victoriennes. Les exemples classiques de l’antiquité déterminaient la posture et l’expression par lesquelles on représentait les indigènes, tandis que les attributs exotiques servaient à transmettre leur “diversité”. Il n’y eu pas de gros changements pendant une centaine d’années: les figures représentées n’étaient pas individualisées: l'individualité étant un attribut de civilisation et un privilège occidental. Mais en fait, également dans les représentations populaires l’accent se déplaça: la physionomie à elle seule n’était plus suffisante et les “activités typiques”, comme la chasse ou la préparation de la nourriture, ou encore les “attributs typiques”, comme les tatouages ou les couvre-chefs firent l’objet d’emphase.
L’ethnologie de la première moitié du XIX était une conception essentiellement raciale. L’objectif était de tracer une carte des races mais leur connaissance – ou l’illusion de les connaître – n’était pas encore assez complète pour pouvoir opérer une distinction entre les différents peuples. Et même si cela avait été le contraire, on prétendait souvent qu’un certain peuple représentait une typologie plus générale. L’ethnographie coloniale du siècle dernier a par certains côtés dépassé cette phase. Du point de vue administratif et autres, dès lors qu’elle existait selon un régime de vérité différent, elle avait certaines qualités de connaissance et d’illusions . Connaître le colonisé est une des formes fondamentales de contrôle et de possession. Une des applications de cette connaissance est de transformer les peuples assujettis en objets visuels. Elle circule au moyen d’images: la disponibilité d’images ethnologiques sous forme scientifique, esthétique ou populaire est une des caractéristiques fondamentales des cultures impériales.
La première “Play mate” après Aphrodite était-elle la Vénus hottentote, la sensation anthropo-érotique de l’Europe du XIX? Etait-ce une beauté créole ou la Vénus noire ? Au cours du siècle, bien vite dans le cas de l’orientalisme, les images ethnographiques prirent l’ultérieure fonction d’ersatz de la pornographie. Pour de nombreux jeunes, les tableaux occidentaux de femmes indigènes en vêtements succincts, ou de femmes africaines au sein nu dans des poses décoratives, signifiaient prendre pour la première fois confiance avec la nudité féminine à travers des revues comme le National Geographic étasunien, les encyclopédies illustrées et les cartes postales (Monti, 1987; Corbey, 1987). Le monde du colonialisme est un monde masculin.
Cela fait partie de l’ambivalence des attitudes occidentales à l’égard des peuples non occidentaux, mélange d’attraction et de répulsion dont relève le modèle d’attraction exercée par l’élément “ féminin”, sensuel et séduisant, et la répulsion de celui “masculin”, menaçant et primitif. D’un côté la beauté indigène et de l’autre le cannibale. L’histoire éternelle de la belle et la bête.


Expositions coloniales

Les Expositions sont l’horloge du progrès.
(Président William McKinley)

«Le réseau d’expositions mondiales qui s’étendait entre 1876 et 1916 tout le long des grandes lignes directrices économiques de la société américaine», note Robert Rydell, «reflétait les tentatives des leaders intellectuels, politiques et du business américains pour forger un consensus sur leurs priorités et leur vision du progrès comme suprématie raciale et croissance économique» (Rydell, 1984, p. 8). Les expositions américaines faisaient partie d’une tendance internationale – mesure de la capacité industrielle occidentale dès l’Exposition de 1851 au Crystal Palace de Londres et de suprématie coloniale et raciale de l’Occident dès celle mondiale de Paris de 1889, la première où les colonies africaines et asiatiques étaient bien visiblement représentées. Tout au début les colonies n’étaient représentées que par leurs produits. L’Exposition Mondiale d’Anvers en 1894 fut la première où les africains étaient présents. Un village congolais fut reconstruit pour lequel on fit venir 16 congolais, dont trois périrent au cours de l’Exposition et quatre tombèrent gravement malades.
Le principe des peuples en montre remonte aux empires d’Egypte et de Rome et aux cortèges triomphaux où l’on faisait défiler les prisonniers en même temps que le butin de guerre; jusqu’aux indiens d’Amérique qu’Amerigo Vespucci et Gaspar Corte-Real amenèrent au XVI siècle en Espagne et au Portugal pour être montrés non seulement à la cour mais comme une sorte d’attraction de foire.
En 1845, le capitaine Louis Meyer des Magalhaes offrit à la Société Royale de Zoologie d’Anvers un garçon nègre de 10 ans. S’il s’était démontré trop sauvage pour le zoo on aurait pu le renvoyer d’où il venait. On permit à ce garçon, Jozef Moller, couramment appelé “Jefke of den Zoölogie”, de se promener sans être enfermé dans sa cage et il constitua pendant de longues années une des principales attractions du zoo d’Anvers (Preedy, 1984, p.3).

Les expositions de peuples non occidentaux furent d’abord organisées par les zoos avec,
5218jv05.jpg
Le leader politique Ekonda (Nkumu) se fait photographier avec le couteau d’honneur par la presse coloniale (Congo–Kinshasa).
Source: Lamote C., University of Wisconsin-Madison Libraries. Africa Focus, 1940
semble-t-il, la justification que l’on pouvait, à côté des animaux exotiques, mettre des exemplaires humains leur correspondant et en exploitant probablement les mêmes liaisons commerciales. En Allemagne, des expositions de ce genre était organisées par Carl Hagenbeck, commerçant d’animaux de Hambourg et directeur du zoo. Dans ses mémoires, il en parle comme d’‘’expositions anthr
opologico-zoologiques”. A partir des années 60 du XIX siècle, des groupes de lapons, nubiens, esquimaux, kalmoukes, indien bellacoola, cingalais, éthiopiens, somalis, et ainsi de suite, se succédèrent ainsi en une exposition hétérogène. A Paris, LaGrange suivit cet exemple en 1881 et monta des expositions ethnographiques au Jardin d'Acclimatation du Bois de Boulogne. Godefroy porta de l’Angola aux Pays Bas une collection ethnographique avec un groupe de 23 esclaves choisis de manière à représenter les «types sauvages».
C’est ainsi qu’en plein épanouissement de l’impérialisme furent organisées des expositions de peuples: sur paiement, on montrait au public des nègres, des indiens et des asiatiques dans leur habitat. Dans l’ethnographie coloniale, les colonisés étaient transformés dans les expositions coloniales en objets de connaissance et ils étaient tournés en spectacle. Les peuples que l’on montrait étaient des trophées de victoire. Après avoir lutté avec l’image du guerrier indigène, auparavant si menaçante et repoussante qu’elle avait dû être exorcisée par des histoires d’horreur et des caricatures terrifiantes, ils devinrent décoratifs. C’est là une des origines de l’exotisme – la turquerie devint à la mode après que les turcs aient cessé de représenter une menace pour l’Europe; des images de nobles indiens ornaient les magasins et les publicités quand les guerres indiennes étaient désormais terminées et eux-mêmes définitivement vaincus; des images de terrifiants guerriers africains, avec lance ou sagaie , devinrent décoratives après que la résistance africaine ait été éliminée à l’aide des mitrailleuses. L’exotisme est un luxe des vainqueurs et fait partie des conforts psychologiques de la victoire. L’Autre n’est pas seulement à exploiter mais il faut aussi en jouir, la jouissance étant une forme plus raffinée d’exploitation (Der Kolonialismus der Jahrhundertwende gibt sich exotisch. DieMannigfaltigkeit der Welt stelt sich ihm als Leckerbissen dar, und man will den anderen nicht nur ausbeuten, sondern ihn so, wie er ist, auch noch geniessen... Die exotische Inspiration und die wissenschaftliche Neugier sind die doppelte Kompensation des Imperialismus, Zippelius, 1987, p. 87).

Les expositions coloniales satisfaisaient le voyeurisme des vainqueurs de la civilisation, elles étaient des “allégories de l’hégémonie européenne” et des démonstrations de suprématie raciale dans lesquelles l’impérialisme semblait s’être transformé en “histoire naturelle” (Goldmann, 1987). Et puis, elles étaient «un puissant moyen de propagande pour l’auto-élévation nationale» qui jeta les bases d’un rapide développement des musées coloniaux et ethnographiques en Europe. Les musées eux-mêmes devinrent des manifestations de puissance coloniale «où l’importance n’était pas déterminée par la valeur intrinsèque des collections mais par la manière pompeuse avec laquelle elles réussissaient à être l’expression de la puissance nationale» ( Pott, 1962, p. 125-6. Cf. Avé, 1980).
L’Exposition Coloniale d’Amsterdam en 1883, qui s’étendait sur un vaste terrain correspondant aujourd’hui à la Place du Musée, comprenait dans la section sur les Antilles un groupe de 28 personnes du Suriname auxquelles on avait dit que le roi de Hollande donnait une réception pour “toutes les nations” à laquelle elles avaient été invitées. A l'Exposition de Paris de 1900, furent reproduits plusieurs villages africains. Le Dahomey monopolisa l'attention avec une reproduction de la tour du sacrifice d’Abomey, accompagnée de crânes et de terrifiantes descriptions des méthodes suivies pour les sacrifices humains de membres de famille royale. Mais la principale attraction fut l'“Ethnographie en nature”, aménagée par des soldats africains du service colonial français à Porto Novo. Les visiteurs de l’Exposition pouvaient se faire porter dans un hamac transporté par de robustes africains. Les porteurs animaient le business (Debrunner 1979, p 345). On pouvait ainsi avoir un “avant-goût des colonies” sans quitter la métropole.
Mais, au bout d’un certain temps la simple exhibition de peuples non occidentaux dans un milieu reconstruit perdit son attrait. Il fallait de l’action et du drame, et surtout de l’action sauvage, comme des danses de guerre, des danses de cannibales, des scènes de bataille et ainsi de suite. Entre 1895 et la première guerre mondiale, furent organisés des spectacles sur grande échelle qui élaboraient les clichés existants. Le développement du cinéma eut le dessus sur ce type d’expositions. Le film, avec bien plus d’efficacité, aurait reproduit les stéréotypes et les aurait transformés en spectacle.


Humorisme de l'occidentalisation

Typique est une gravure portant la légende suivante: «Le rouleau compresseur et les noix de
5223jv01.jpg
Governeur coloniale belge de la Province de Léopoldville visite Lukengo, roi de Kuba.
Source: Vansina Jan, John University of Wisconsin-Madison Libraries, Africa Focus, 1923.

cacao. Ce qui prouve que les nègres sont enclins au progrès est le célèbre accueil réservé au premier rouleau à Tombouctou». (Pèle Mêle, 13.vii.1913). On pourrait définir ce type de représentations “humorisme de l'occidentalisation”: l'européen qui se moque de la manière de réagir africaine par rapport aux usages et à la technologie occidentaux. D’une façon générale, la question est que l’aspect occidental est seulement extérieur; au fond, les africains restent comme nous les avions décrits tout au début: des sauvages. La principale caractéristique de cet humorisme est le mépris. C'est un type d’humorisme qui agit dans le cadre de la culture de domination. Le rire stigmatise et donc délimite la frontière entre mondes culturels.
L'humorisme de l'occidentalisation a pris origine dans le dilemme qu’avait produit le fossé entre idéologie coloniale et réalité. L'idéologie coloniale concernait le Poids de l’Homme Blanc et sa mission civilisatrice, mais les réalités coloniales concernaient le profit et le pouvoir. Jusqu’après la deuxième guerre mondiale, seul un pourcentage minime de population coloniale avait reçu une quelconque instruction occidentale et cela essentiellement à travers les écoles missionnaires. On parlait du colonialisme comme de l’“école de démocratie”, mais le système colonial était essentiellement autocratique. Avant 1945, moins de 1% de la population africaine jouissait de droits politiques et civils ou avait accès aux institutions démocratiques (Martin e O'Meara, 1986, p. 128, 131). L'idéologie de la mission civilisatrice n’était pas compatible avec les réalités coloniales et était contredite par d’autres idéologies européennes et en particulier le racisme. Le déferlement de l’impérialisme européen se vérifia à la suite d’expectatives économiques exagérées et largement mal placées, à une période où les avantages économiques des possessions coloniales étaient douteux. Des articles apparaissaient régulièrement sous le titre du genre: “Est-ce que cela vaut la peine d’avoir l’Afrique Centrale?” Le thème de la propagande des colonies comme zones rentables ne pouvait se vérifier qu’après de considérables investissements dans les infrastructures et seulement au cas où les colonies pourvoiraient à elles-mêmes en ne pesant donc qu’en partie minimum sur les dépenses pour l’administration et les services. Cette comptabilité ne laissait pas de place au travail de civilisation.
JanMohamed a soutenu, dans la foulée de Franz Fanon, que ce n’est pas l’ambivalence mais le manichéisme qui caractérise les attitudes occidentales envers le non-occident. La structure de base de la littérature coloniale est donc l'“allégorie manichéenne”, selon laquelle la relation entre conquérant et conquis constitue un abîme entre mondes impossible à combler. «Si cette littérature arrive à démontrer que la barbarie de l'indigène est irrévocable, ou qu’elle est pour le moins profondément enracinée, alors la tentative européenne pour le civiliser pourra continuer à l’infini, l’exploitation de ses ressources procéder tranquillement et l’européen continuer à jouir d’une position de supériorité morale» (JanMohamed, 1986, p. 81).
L'humorisme de l'occidentalisation dans la culture populaire fonctionne de même. Entre les différentes inventions et idéologies européennes il y a des antinomies inconciliables: Comment les sauvages peuvent-ils être civilisés? L'abîme entre nature et civilisation est-il impossible à combler et même, selon la pensée raciale, biologiquement fondé? Les frictions provenant de ce dilemme créé par les européens eux-mêmes sont résolus par l’humorisme de l’occidentalisation. Celui-ci exprime clairement l’image manichéenne de mondes irrévocablement séparés par un rire libératoire: aux dépens des indigènes.
Les vignettes populaires insistent sur ce dilemme et sur le thème de la civilisation, en reproduisant continuellement l’indigène incorrigible et le perpétuel sauvage qu’aucun degré de civilisation occidentale ne pourra jamais changer. Ainsi, une vignette portant comme légende «Les bonnes œuvres de la civilisation» montre d’élégants gentlemen africains en hauts-de-forme et, à côté d’eux, un singe lui aussi en haut-de-forme (Le Rire, 28,vii, 1900). Et comment le bon vieux Noël anglais est-il célébré chez les Zoulous? Par des sacrifices humains (Punch, xii.1912). Et, par conséquent, les contradictions entre expectatives européennes divergentes sont tournées et résolues en un monde colonial imaginaire qui s’auto-réalise.
Dans les années 50 et 60, des revues telles que Simplicissimus et Paris Match reportaient des vignettes qui tournaient en ridicule le désir africain d’indépendance et la situation post-coloniale. Les blagues sur les cannibales rentraient dans ce contexte. On pourrait les définir comme de l’humorisme de la décolonisation. Un exemplaire en est la vignette «Bienvenus aux USA!», où des ministres d’un Etat africain depuis peu indépendant viennent dépenser un crédit de 20 millions de dollars et se montrent intéressés à tout, sauf aux outils agricoles. A propos d’un homme politique allemand en visite d’Etat en Afrique, on observait: «Comme il s’est rapidement acclimaté!»: la vignette le représente transformé en singe. L’idée de fond de ces blagues est que les sauvages sont incorrigibles et l’aide au développement un gaspillage d’argent. La propagande coloniale a mûri en devenant propagande néo-coloniale.
Du point de vue africain, le schéma manichéen “barbarie contre civilisation’’ pourrait être vu à l’inverse. De nombreux africains ont vécu l’expérience de l’impérialisme européen comme destruction de civilisations africaines et remplacement de celles-ci par la barbarie européenne. «Le désastre chrétien nous a accablé / Comme un nuage de poussière», récitait une poésie de Salaga au Ghana du nord, écrite en arabe en 1900.
Les intellectuels africains qui, dans les années 20 et 30, critiquaient les clichés européens avançaient de nombreux arguments. (1) La conquête européenne elle-même fut une barbarie. La barbarie des “hordes civilisées” était reconnue de plusieurs côtés, de Tovalou Houénou l’essayiste d'Afrique occidentale à Rabindranath Tagore («Vous bâtissez votre règne sur des cadavres»). (2) Le système colonial était déshumanisant. Sous prétexte de civilisation, les colonisés étaient réduits à des sauvages. (3) Il n’existe aucun rapport nécessaire entre le niveau de développement technologique d’un peuple et son niveau de civilisation. Des termes comme ‘’haut’’ et ‘’bas’’ peuvent être appliqués au développement technologique et économique mais non à la civilisation. C’est l’argumentation du relativisme culturel et un refus de l’évolutionnisme. (4) Les potentialités de modernisation de l’Afrique ont été bloquées et sabotées par les interventions européennes: le commerce des esclaves et les interventions ciblées contre les forces de modernisation telles que Mohamed Ali en Egypte et Samory Touré en Afrique occidentale. (Cfr. Hodgkin, 1972; Gordon, 1989; Curtin, 1972.)
Depuis lors, ces arguments ont été élaborés dans plusieurs directions. En direction socialiste par Kwame Nkrumah, en termes psychologiques par Aimé Césaire, Franz Fanon et Albert Memmi, en termes d’économie politique par des penseurs des colonies comme Walter Rodney et Samir Amin et, en termes culturels, par Claude Ake et Valentin Mudimbe. Leurs évaluations venaient accompagner celles de critiques européens. Si l’on consulte non pas la propagande coloniale mais les documents, les rapports, les lettres et les journaux de bord des européens dans les colonies, on trouve une générale reconnaissance des barbaries et du colonialisme européen: souvent, c’est le côté sauvage du vrai colonialisme qui fait sentir le plus fort sa voix (par exemple, Emery, 1986; Meinertzhagen in Pakenham, 1985, p. 200-2).
Divers témoins européens nourrissaient peu d’illusions sur ce point. Marx commentait: «La profonde hypocrisie et la barbarie inhérentes à la civilisation bourgeoise se dévoilent à nous dans les colonies où elle se promène nue» Sartre notait: «Dans les colonies, la vérité était nue». Joseph Conrad parlait du colonialisme comme de la «plus vile course au butin ayant jamais défiguré l’histoire de la conscience humaine». La culture populaire occidentale a toutefois en grande partie suivi le modèle de la propagande coloniale.
Au début du XX siècle, John Hobson et Rosa Luxemburg avertissaient que le militarisme impérialiste et la barbarie se seraient retournés comme un boomerang contre l'Europe. Après la guerre de tranchée de 1914-18, la question se posa également dans les colonies de savoir ce qui avait rendu la civilisation aussi attrayante. Lorsque, dans la terre des “poètes et penseurs” il y eu six millions de sacrifices humains, la question surgit de savoir ce qui rendait les blagues occidentales aux dépens des peuples colonisés si amusantes. Césaire et Fanon reprirent la question là où Hobson et Luxemburg l’avaient laissée et interprétèrent le fascisme et le nazisme comme “impérialisme tourné vers l’intérieur ”. Il s’en suit que les blagues occidentales reflètent de la même façon leur provenance et se retournent contre elles-mêmes
.

Ce texte constitue un chapitre du livre: J.N. Pieterse, White on Black: Images of Africa and Blacks in western popular culture, Yale U.P., 1992


A titre gracieux de l'auteur.

Traduction: Madeleine Carbonnier

Références
Partager cet article
Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:16

Sur le site bellaciao, mardi 18 août 2009 (08h34)

Palestine Un lieu qui pleure


Quelques jours après notre retour de ce qu’on croyait être, jusqu’à récemment, le futur Etat de Palestine, et qui est maintenant la plus grande prison (Gaza) et la plus grande salle d’attente (Cisjordanie) du monde, j’ai fait un rêve.

J’étais seul, debout, dévêtu jusqu’à la taille, dans un désert de grès. Puis la main de quelqu’un ramassait au sol des poignées de terre et me les jetait à la poitrine. Ce geste était empreint de considération et non d’agressivité. Avant de m’atteindre, la terre ou le gravier se transformait en morceaux de tissu déchirés, probablement du coton, qui s’enroulaient telles des bandelettes autour de mon torse. Puis ces lambeaux de tissu se transformaient à nouveau et devenaient des mots, des phrases. Ecrits non par moi, mais par le lieu.

En me remémorant ce rêve, l’expression de « sol écorché » n’a cessé d’aller et venir dans ma tête. Cette expression décrit un lieu ou des lieux où tout, aussi bien au sens matériel qu’immatériel, a été décapé, dérobé, balayé, soufflé, détourné, tout sauf la pauvre terre palpable. *

Il existe dans la banlieue ouest de Ramallah une petite colline du nom d’Al-Rabweh, au bout de la rue de Tokyo. Le poète Mahmoud Darwich est enterré près du sommet de la colline. Ce n’est pas un cimetière. (...) C’est dans ce centre que Darwich a lu certains de ses poèmes pour la dernière fois — bien que personne ne supposât alors que ce fût la dernière fois. Que signifie le mot dernier dans des moments de désolation ?

Nous sommes allés visiter la tombe. Il y a une pierre tombale. La terre creusée est encore nue, et des gens endeuillés y ont déposé de petites gerbes de blé vert — comme il le suggère dans l’un de ses poèmes. Il y a aussi des anémones rouges, des morceaux de papier, des photos.

Il voulait être enterré en Galilée, où il était né et où vit encore sa mère, mais les Israéliens l’ont interdit.

Lors de l’enterrement, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées ici, à Al-Rabweh. Sa mère, âgée de 96 ans, s’est adressée à la foule : « Il est votre fils à tous », a-t-elle dit.

Dans quelle arène parlons-nous exactement quand nous évoquons des êtres chers qui viennent de mourir ou de se faire tuer ? Nos paroles nous paraissent résonner dans un moment présent plus présent que ceux que nous vivons normalement. Un moment comparable à celui où nous faisons l’amour, où nous sommes face à un danger imminent, où nous prenons une décision irrévocable, où nous dansons un tango. Ce n’est pas dans l’arène de l’éternel que résonnent nos paroles de deuil, mais ce pourrait être dans un petit appentis de cette arène. *

Sur la colline maintenant désertée, j’essayai de me rappeler la voix de Darwich. Il avait la voix calme d’un apiculteur :

Une boîte en pierre où les vivants
et les morts se meuvent dans l’argile sèche

telles des abeilles captives
dans le rayon de miel d’une ruche

et chaque fois que le siège se resserre

elles désertent les fleurs et font une grève
de la faim

et demandent à la mer d’indiquer la sortie
de secours

Me souvenant de sa voix, je ressentis le besoin de m’asseoir sur la terre palpable, sur l’herbe verte. Ce que je fis.

En arabe, Al-Rabweh signifie « la colline recouverte d’herbe verte ». Ses mots sont retournés d’où ils venaient. Et il n’y a rien d’autre. Un rien que partagent quatre millions de personnes.

La colline suivante, à cinq cents mètres de là, est une décharge. Des corbeaux décrivent des cercles autour. Des enfants fouillent dans les ordures. (...) *

Les mois ont passé, chacun avec son lot de mauvais présages et de silence.

Aujourd’hui les désastres se jettent ensemble dans un delta sans nom, qui n’en aura un que lorsque des géographes, qui viendront plus tard, bien plus tard, lui en donneront un. Rien d’autre à faire à l’heure actuelle que d’essayer de marcher sur les eaux amères de ce delta sans nom. *

Gaza, la plus grande prison du monde, se transforme en abattoir. (...) Jour et nuit, par air, par mer et sur terre, les Forces de défense israéliennes lancent des bombes au phosphore et des obus, dirigent des armes radioactives GBU-39 et des tirs de mitraillette sur une population civile d’un million et demi de personnes. (...) La peste va bientôt emboîter le pas au massacre : la plupart des logements n’ont ni eau ni électricité, les hôpitaux sont dépourvus de médecins, de médicaments et de générateurs. Un blocus et un siège ont précédé le massacre.

Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent dans le monde pour protester. Mais les gouvernements des riches, forts de leurs médias internationaux et fiers de leurs armes nucléaires, rassurent Israël : ils fermeront les yeux sur ce que ses Forces de défense sont en train de perpétrer. *

« Un lieu qui pleure entre dans notre sommeil, a écrit le poète kurde Bejan Matur, un lieu qui pleure entre dans notre sommeil et n’en part jamais. » *

Je suis à Ramallah, il y a quatre mois de cela, dans un parking souterrain désaffecté qui sert d’atelier à un petit groupe de plasticiens palestiniens, parmi lesquels une sculptrice du nom de Randa Mdah. Je regarde une installation qu’elle a conçue et réalisée, intitulée Puppet Theatre.

Il s’agit d’un grand bas-relief de trois mètres sur deux, dressé comme un mur. Sur le sol, trois figures en ronde bosse lui font face.

Le bas-relief, composé d’épaules, de visages et de mains, a été réalisé sur une armature de fil de fer, de polyester, de fibre de verre et d’argile. Ses surfaces sont colorées — verts foncés, bruns et rouges. La profondeur de son relief est à peu près la même que celle d’une des portes en bronze de Lorenzo Ghiberti pour le baptistère de Florence, et le raccourci et les perspectives ont été traités presque avec la même maîtrise. (Je n’aurais jamais deviné que cette artiste était si jeune. Elle a 29 ans.) Le mur du bas-relief est comme la « haie » à laquelle ressemble l’audience dans un théâtre, quand on la voit de la scène.

Sur la scène, face au mur, se dressent trois personnages grandeur nature, deux femmes et un homme. Ils sont faits avec les mêmes matériaux, mais leurs couleurs sont plus pâles.

L’un se trouve à portée de main du public, un autre deux mètres plus loin et le troisième encore deux fois plus loin. Ils portent leurs vêtements de tous les jours, ceux qu’ils ont choisi de mettre ce matin-là.

Leurs corps sont attachés à des cordes qui pendent de trois bâtons horizontaux, qui sont à leur tour suspendus au plafond. Ce sont des marionnettes ; les bâtons sont les tiges au moyen desquelles les marionnettistes absents ou invisibles les actionnent.

La multitude de figures sur le bas-relief regardent toutes ce qu’elles voient en face d’elles et se tordent les mains. Leurs mains sont comme des poules. Impuissantes. Elles se les tordent parce qu’elles ne peuvent pas intervenir. Les figures sont en bas-relief et non en trois dimensions, donc elles ne peuvent pas entrer dans le monde réel, substantiel, ni y intervenir. Elles représentent le silence.

Les trois personnages substantiels, palpitants, attachés aux cordes des marionnettistes invisibles, sont précipités à terre, la tête la première, les pieds en l’air. Encore et encore, jusqu’à ce que leurs têtes éclatent. Leurs mains, leurs torses, leurs visages se convulsent sous l’atrocité de la douleur. Une douleur qui n’a pas de fin. On le voit à leurs pieds. Encore et encore.

Je pourrais marcher entre les spectateurs impuissants du bas-relief et les victimes étalées sur le sol. Mais je ne le fais pas. Il se dégage de cette œuvre une force que je n’ai vue dans aucune autre. Elle s’est approprié le sol sur lequel elle se dresse. Elle a rendu sacré le champ entre les spectateurs frappés d’horreur et les victimes agonisantes. Elle a transformé le sol d’un parking en « sol écorché ».

Cette œuvre prophétisait la bande de Gaza aujourd’hui. *

La tombe de Darwich sur la colline d’Al-Rabweh a depuis été clôturée et recouverte d’une pyramide en verre à la suite de décisions prises par l’Autorité palestinienne. Il n’est plus possible de s’asseoir par terre près de lui. Ses mots, cependant, parviennent à nos oreilles, et nous pouvons les répéter, et continuer à le faire.

J’ai du travail à faire sur la géographie
des volcans de la désolation aux ruines

du temps de Loth à celui de Hiroshima

comme si je n’avais encore jamais vécu

avec une soif qu’il me reste à connaître

peut-être Maintenant s’est-il éloigné

et qu’Hier s’est rapproché

alors je prends la main de Maintenant _ pour marcher à la lisière de l’histoire

et éviter le temps cyclique

avec son chaos de chèvres de montagne

comment mon Demain peut-il être sauvé ?

par la vitesse du temps électronique

ou par la lenteur de ma caravane du désert ?

j’ai du travail jusqu’à ma fin

comme si je n’allais pas voir demain

et j’ai du travail pour aujourd’hui
qui n’est pas là

alors j’écoute doucement, doucement,

le battement de fourmi de mon cœur...

John Berger.

John Berger
Romancier, poète, peintre et critique d’art anglais. Vit et travaille dans un petit village de Haute-Savoie. Ouvrages récents : De A à X, L’Olivier, Paris, 2009 ; D’ici là, L’Olivier, Paris, 2006, et Ecrits des blessures, Le Temps des cerises, Pantin, 2007. A obtenu le Booker Prize en 1972. Édition imprimée — février 2009 — Page 28

Source : Le Monde Diplomatique


De : John Berger
mardi 18 août 2009
Partager cet article
Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 20:11

LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

• il y a cinquante ans, Ruben Um Nyobè était assassiné

• les mots de la colonisation

• Elikia M’Bokolo : « le travail forcé, c’est de l’esclavage »

• Tintin au tribunal

• un code pour les indigènes

• la mission civilisatrice ou la construction d’une certaine image de l’Afrique sur fond d’idéologie coloniale

• rêve de Gallieni ou cauchemar des Malgaches ?

• mars 1947 : Madagascar se révolte

• il y a cinquante ans, le « portrait du colonisé » d’Albert Memmi

• le mausolée de Brazza

• la République française et la question coloniale : quelques dates clés (1792-1962)

• le code de l’indigénat dans l’Algérie coloniale

• le 16 pluviose an II : première abolition française de l’esclavage

• en 1926, le Nègre est à peu près un homme comme les autres

• le « parti » colonial, par Charles-Robert Ageron

• la bataille de Vertières (18 novembre 1803) - vous connaissez ?

• la situation des indigènes au Congo, il y a un siècle

• Pierre Savorgnan de Brazza (1852 - 1905)

• le colonialisme a son livre noir

• ces zoos humains de la République coloniale

• positive, la colonisation ?

• “discours sur le colonialisme” d’Aimé Césaire

• Frantz Fanon (1925-1961)

• le Code Noir

• la colonne infernale de Voulet-Chanoine

• Onésime Reclus, inventeur du mot "francophonie" et militant de l’expansion coloniale

• la "mission Marchand" - Fachoda

• lettre de Victor Hugo au capitaine Butler

• Demba et Dupont : le retour ...

• les tirailleurs, bras armé de la France coloniale, par Emmanuel Blanchard

• ces Africains qui libérèrent la Provence, nommons-les ...

• Raoul Salan, un général colonial

• Jules Ferry et Clémenceau

• l’expansion coloniale de la France aux 19ème et 20ème siècles

• les colonies, le colonialisme

• L’expansion coloniale européenne de 1850 à 1914

• L’Indochine française. La guerre d’Indochine.


-->
Partager cet article
Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 17:26
comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

Emancipateur et ... colonisateur comme le montre sans le vouloir cet article. Parcours si significatif aussi d'une pensée politique réformiste.

Paul Bert, un savant engagé en politique

Au secours ! Je suis perdu !

par M.P Decormeille

Paul Bert : le conservatoire de la nature, sa maison natale devenue propriété de la ville,une statue inaugurée en 1889, un pont, une rue, un collège, un patronage laïc et une ociété portent son nom. Le promeneur ou le touriste en visite à Auxerre peuvent se demander quel fut donc cet homme auquel sa ville natale rend un hommage aussi appuyé et que la nation tout entière honorait il y a plus d'un siècle en lui réservant des
funérailles nationales ?

Un homme d'exception qui n'a pas moins apporté à la science qu' à l'édification de la République, auquel on doit à la fois de remarquables études en zoologie, de précieux travaux sur les tissus et la greffe animale (qui trouveront leur première application durant la guerre de 1870), de fécondes recherches sur la physiologie de la respiration et sur les incidences de la pression barométrique qui sont aujourd'hui encore précieuses aux plongeurs sous-marins et aux spationautes, mais également, sur le plan politique, qui a joué un rôle essentiel dans l'édification de l' Ecole publique, laïque et obligatoire. Que l'un des plus éminents biologistes français se soit doublé de l'un des hommes politiques les plus actifs du début de la IIIe république témoigne assurément d'une grande fécondité, mais faut-il parler de dualité quand ces deux carrières se fondent dans l'unité d'une vie et la fidélité à un seul et même idéal ?

Né à Auxerre le 19 octobre 1833, il y passe son enfance et fait ses études secondaires au lycée Jacques Amyot. Puis il se tourne vers des études de droit de 1853 à 1857 qui le mèneront à la licence et au doctorat en droit , non sans s'intéresser, déjà, aux sciences puisqu'il adhère dès 1855 à la jeune Société des Sciences de l' Yonne pour contribuer à un travail sur la zoologie. En 1857, il s'inscrit à la faculté de médecine, se passionne pour les sciences naturelles et fait la rencontre de l'un de ses deux grands maîtres, Claude Bernard. Licencié en sciences naturelles en 1860, il devient préparateur au cours de médecine expérimentale et soutient sa thèse de médecine sur la greffe animale en 1863. Approfondissant ce travail sur la vitalité propre des tissus animaux, il soutient un doctorat en sciences naturelles en 1866 et se trouve alors chargé de cours de zoologie et de physiologie à Bordeaux.

L'année suivante, il est chargé de cours de physiologie au Muséum national d'histoire naturelle de Paris et, en 1869, il succède à Claude Bernard (dont il était l'assistant) à la chaire de physiologie de la Sorbonne. L'année terrible de 1870, la chute de l'empire et la guerre contre la Prusse le tournent plus résolument vers la politique, non qu'il s'en soit désintéressé auparavant puisqu'il avait déjà publiquement moqué les bonapartistes (en 1857), défendu les libertés (dans un article de "La Constitution" en 1862) et lutté à partir de 1886, en tant que professeur, pour que la science triomphe de l'obscurantisme religieux et contre la tutelle de l'Eglise sur l'Université.

Mais, dans le trouble des événements de 1870, il fait la rencontre de celui qu'il considéra comme son second grand maître, Léon Gambetta. En septembre 1870, il est nommé secrétaire général de la préfecture de l'Yonne, adjoint au préfet Hippolyte Ribière. Il animera pour l'Yonne un comité de défense et d'armement.

Candidat républicain, il est élu en septembre 1871 comme conseiller général du canton d'Aillant-sur-Tholon. Il ne néglige pas pour autant sa vie scientifique puisqu'il reprend ses cours à la Sorbonne en mars 1871 et mènera désormais de front sa carrière scientifique et politique.

Ses premiers travaux concernant l'incidence des variations de la pression sur la respiration seront menés de 1871 à 1874 et ils aboutiront à la publication, en 1878, de son grand ouvrage sur la Pression barométrique. Entre temps, il est élu député de l' Yonne en juin 1872 (il le sera sans interruption jusqu'à sa mort) et s'inscrit à l'Union républicaine animée par Gambetta.

A la Chambre, comme député ou rapporteur de la commission sur l'enseignement, il va constamment oeuvrer pour la mise en place de l'instruction publique, pour la gratuité, l'obligation et la laïcité de l'enseignement primaire, pour la création d' Ecoles Normales de jeunes filles, pour l'organisation de l'enseignement supérieur.

Suite à la parution de la "Morale des Jésuites", il va aussi prendre une part importante dans la lutte anticléricale. L'année 1881 marque à la fois sa consécration en tant que savant puisqu' il sera élu à l' Académie des sciences et la reconnaissance de son rôle politique éminent puisque Gambetta le sollicite dans son "grand ministère" comme Ministre de l'Instruction publique et des cultes (4 novembre 1881 - 26 janvier 1882). Il fait paraître dans cette période de nombreux ouvrages scolaires, d'enseignement scientifique élémentaire ou d'instruction civique, de même qu'il continuera à faire publier jusqu'à sa mort des manuels d'histoire naturelle ou de géométrie.

A la mort de Gambetta, en décembre 1882, Paul Bert lui succède comme président de l'Union républicaine et il va dès lors tout spécialement militer en faveur d'une politique coloniale. Un voyage en Algérie lui permet d'affiner ses vues sur la question et, en décembre 1885, il obtient grâce à un brillant plaidoyer à la Chambre le maintien de la France au Tonkin.

En janvier 1886, il est nommé Résident général en Annam et au Tonkin et part immédiatement à Hanoï en vue d'organiser le protectorat. Il y déploie une intense activité à laquelle sa santé ne résistera pas. Il meurt en poste au Tonkin le 11 novembre 1886 et le 15 janvier 1887 des obsèques nationales lui rendent à Auxerre un solennel hommage. Il repose depuis lors au cimetière Saint Amâtre d'Auxerre à l'ombre d'un admirable monument funèbre dû au sculpteur Bartholdi, l'auteur prestigieux de la statue de la Liberté du port de New York et du non moins célèbre "Lion de Belfort".

La diversité de l'oeuvre de Paul Bert, loin de donner un sentiment de dispersion, révèle assez vite, comme vont le montrer les pages qui suivent, l'action continue d'un idéal qui n'a cessé d'animer un homme qui s'est voulu républicain et patriote parce que la science elle-même le lui dictait, et éducateur et émancipateur parce que son républicanisme lui-même l'impliquait.

Texte reproduit avec l'aimable autorisation de la Société Paul Bert à Auxerre
Partager cet article
Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 19:38

L'Univers des Experts
Portail communautaire d'entraide spécialisée

Parmis les causes de l imperialisme du XIXème siecle laquelle vous semble la plus évidente?

 

 
 

 

 
 

 

L'IMPÉRIALISME AU XIX° SIECLE

L'IMPÉRIALISME AU XIX° SIECLE. La révolution industrielle, la force qu'elle ...

-Causes stratégiques : conquérir des bases navales pour assurer sécurité et ...

... La suite sur mapage.noos.fr  

 

Une analyse réformiste de l'impérialisme : Rita Hinden ...

Pour Rita Hinden L'Impérialisme, une étude [11] fonde toute la pensée progressiste


du XXe siècle, et dans cette étude elle lui accorde une place centrale, ...

... La suite sur comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com  

 

Cliotexte : oppositions à l'impérialisme

sL'impérialisme financier risque d'être une cause de sous-investissement ...


du Royaume-Unis
au début du XXe siècle est certainement à mettre en relation avec ...

... La suite sur hypo.ge.ch  

 

1 L'impérialisme, stade suprême du capitalisme LENINE VIII. LE ...

Voilà donc, nettement indiquées, les causes et les conséquences. ...


L' impérialisme du début du XXe siècle a achevé le partage du ...

La suite sur www.unil.ch  

 

Les causes [Histoire : 1900, lEurope domine le monde->L ...

3. Les grandes nations en 1900 · 3.1. Lhéritage politique du XIXè siècle ...


2. Limpérialisme  européen : le colonialisme. Les causes ...

... La suite sur www.encyclopedie.bseditions.fr  

 

Lenine : l'impérialisme, stade suprême du capitalisme (Ch. VI)

Mais à la fin du XIXe siècle, les hommes du jour en Grande-Bretagne


étaient Cecil Rhodes

et Joseph Chamberlain, qui prêchaient ouvertement l'impérialisme et ...

... La suite sur www.marxistsfr.org  

 

Lenine : l'impérialisme, stade suprême du capitalisme (Ch. VIII)

Voilà donc, nettement indiquées, les causes et les conséquences. ...


L' impérialisme du début
du XXe siècle a achevé le partage du globe entre une poignée ...

... La suite sur www.marxists.org  

 

1. LIMPERIALISME EUROPEEN AU XIX ème SIECLE ET

LES RESISTANCES A ...

LIMPERIALISME EUROPEEN AU XIXème SIECLE ET LES RESISTANCES A

LA CONQUÊTE COLONI

 

 
 
 
Partager cet article
Repost0
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 10:11

24 avril 2006
sur http://www.europe-solidaire.org

Durant les dix années qui suivirent la révolution d’octobre, les communistes apportèrent un soutient actif aux peuples colonisés qui luttaient pour leur indépendance[1]. Au II ème congrès de l’internationale en 1920, ou furent précisées les conditions d’admission des partis à l’Internationale Communiste, Lénine définit la politique communiste vis-à-vis de la question coloniale. Le leader communiste affirmait la nécessité, dans les « Etats et Nations arriérés », d’un soutenir aux mouvements « nationaux révolutionnaire ». Cependant, ces différents mouvements devaient être soutenus uniquement dans la mesure ou ils seraient considérés comme réellement révolutionnaires et qu’ils ne s’opposeraient pas à la formation d’organisations paysannes et ouvrières communistes.

Ces considérations idéologiques poussèrent les communistes et leurs alliers du « Sud » à organiser, en février 1927, le premier congrès anti-impérialiste à Bruxelles. Ce congrès réunissait des représentants des différents peuples vivant sous le joug du colonialisme européen. Le Congrès fut organisé côté français par la Ligue contre l’oppression coloniale qui avait été créée pour soutenir la politique anti-colonialiste de l’Internationale Communiste. Cependant ce furent surtout des organisations allemandes, comme « l’Arbeitsanschub für die unterdruchen Volker » et la « Liga gegen koloniale unterdruchen » fondée par le Komintern qui fournirent la plus importante contribution à l’organisation de ce congrès.

Si ce congrès se voulait celui des peuples colonisés, de nombreuses organisations et personnalités européennes y participèrent. Les partis communistes de France, de Belgique et d’Allemagne y étaient représentés ainsi que des organisations telles que la CGTU, la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen, la fraction minoritaire des Trade-Unions, l’internationale de l’enseignement et la Ligue internationale des femmes luttant pour la paix. De nombreuses personnalités du monde politique et intellectuel étaient aussi présentes. Parmi elles nous pouvons citer entre autre Albert Eisten, Felicien Challaye, Henri Barbusse, Romain Roland mais aussi le communiste anglais Lansbury et le dirigeant de l’internationale des transports Pimmen.

Du coté des peuples colonisés et dépendants différents mouvements et personnalités politiques avaient effectué le déplacement de Bruxelles. Parmi les personnalités qui devinrent les plus célèbre, il y avait pour représenter l’Inde le Pandit Nehru, pour l’Indonésie Mohammed Hatta. Pour le Machrek arabe, El Bakri représentait la résistance syrienne à coté de délégué Egyptiens et Palestiniens. L’Afrique subsaharienne n’était en reste, avec Lamine Senghor pour le Sénégal qui se trouvait au côté du Comité de Défense de la Race Nègre et de Colraine délégué au congrès par les Syndicats d’ouvrier noirs d’Afrique du Sud.

Les délégations les plus en vu furent les chinoises et les indochinoises. La première regroupait la veuve de Sun Yat Sen, les représentants de l’Armée Rouge revenant des champs de bataille de Manchourie, ceux du Kuomintang et ceux du gouvernement cantonais. L’Indochine quant à elle était représenté par le Parti Constitutionnaliste Indochinois et son rival le Parti Révolutionnaire d’Indochine après la scission intervenue au sein de l’Association Mutuelle Indochinoise ainsi que le Parti Annamite de l’indépendance.

Le Magherb était représenté par les trois délégués de l’Etoile Nord Africaine : les algériens Abdelkader Hadj Ali, Messali Hadj et le tunisien Chadly Khairallah.

Selon ce dernier, le congrès de Bruxelles « eut une portée incalculable, sa signification est claire. Pour la première fois dans l’histoire, plus de 150 délégués, représentant un milliard d’opprimés courbés sous le joug de l’impérialisme, se sont rencontrés avec les représentants de toutes les organisations d’avant-garde, d’Europe et d’Amérique, et avec tout ce qui reste encore d’hommes de pensée libérale pour les instruire de l’oppression qu’ils subissent, sous divers formes et suivant les pays, par l’odieux régime colonial des pays oppresseurs. Ils ont clamé à la face du monde entier leur douleur, ils ont expliqué leur martyre et affirmé leur volonté de lutte énergique, jusqu’à leur libération totale. Ils ont reçu l’assurance de leurs frères exploités d’Europe que, dans cette lutte, ils peuvent compter sur leur aide morale et matérielle sans aucune réserve »[2].

En effet, les représentants de huit millions de syndiqués européens s’engagèrent a aider par tous les moyens les peuples colonisés dans leur lutte libératrice avec la certitude que « la lutte pour l’indépendance nationale est, au premier chef, un épisode de l’action direct pour l’émancipation des masses ouvrières et paysannes »[3].

Chadly Khairallah poursuivait la description du congrès en mettant l’accent sur la volonté commune des représentants des peuples colonisés de conquérir l’indépendance de leur pays. « Toute les délégations coloniales ont présenté des résolutions claires et précises quant au but commun qui est l’indépendance de leurs pays respectifs. A cet égard, toutes les résolutions sont absolument concordantes. Ils ont ajouté à ce but général des revendications immédiates, propres à chaque pays, et suivant les différentes situations particulières de chacun d’eux. Ils ont ajouté à ce but général des revendications immédiates, propres à chaque pays, et suivant les différentes situations particulières de chacun d’eux. Ils se sont groupés avec leurs alliés d’Europe au sein de la Ligue contre l’oppression coloniale et l’impérialisme, et ont pris l’engagement mutuel de livrer la bataille décisive qui libérera les uns et les autres de oppression capitaliste et impérialiste »[4].

Messali Hadj au nom de l’Etoile Nord Africaine prononça un discours qui reprenait le programme de l’organisation nationaliste. Le jeune leader nationaliste qui entamait son ascension politique, affirma, devant tous les responsables des pays colonisés, que les Algériens étaient « réduits à l’état de bagnards » car ils ne possédaient « ni liberté d’association, ni liberté de la presse, ni liberté de réunion, sans lois sociales, sans école ». Il critiqua l’objection qui était souvent formulé à l’encontre des nationalistes algériens selon laquelle on ne pouvait donner « l’indépendance au peuple algérien car selon l’expression de Violette, ce peuple à encore la mentalité du XIe siècle »[5].

Puis Messali lut la résolution de l’Etoile. Cette résolution eut une grande importance dans l’histoire du nationalisme algérien car elle marquait les premiers jalons idéologiques dans lesquels il devait se mouvoir. Messali toute au long de sa vie militante, nous dit Mohammed Harbi, « a gardé un grand attachement pour les principes d’organisation léniniste, un sens aigu de la solidarité des victimes du colonialisme. Il ne modifiera pas le programme de l’E.N.A. qu’il a lui-même exposé »[6].

Ce programme combinait les revendications à caractères purement politique (indépendance, constitution d’une armée nationale), économique (confiscation des grandes propriétés accaparées par des féodaux alliés des conquérants, les colons et les sociétés financières, et la restitution aux paysans des terres confisquées) sociales (reconnaissance par l’Etat algérien du droit syndical, de coalition et de grève, élaboration de loi sociale) et culturel (enseignement de la langue arabe).

Au-delà de ces différentes revendications, la résolution de l’Etoile Nord Africaine nous permet de mettre en avant deux points qui furent les pierres en gulaire de l’idéologie nationaliste algériennes. Mohammed Harbi note que si les revendications économiques, sociales ou politiques évoluèrent en fonction des différentes conjonctures politiques et sociales, les deux piliers de l’idéologie nationaliste algérienne ne varièrent pas[7].

- Le populisme. Le mot de populisme est devenu trop souvent dans le sens commun synonyme d’extrémisme droitier ou de démagogie. Cela n’est qu’une déviation d’un terme qui à l’origine désignait « un mouvement politique et culturel russe par lequel une partie de « l’élite » se propose de prendre en charge les valeurs et les problème de la paysannerie et de moderniser le pays sur la base de son fond propre »[8]. Le mot d’ordre de ses premiers populiste était « aller au peuple », se fondre avec lui pour comprendre ses problèmes et ses aspirations. Le populisme repose sur une relation inégale entre deux acteurs l’un actif, « l’élite », et l’autre passif, le peuple. Dans la perspective populiste les oppositions politiques reposent moins sur une opposition de classe que sur une opposition de monde ; le monde des colonialistes et le monde des colonisés dans le cas du nationalisme algérien. Selon Mohammed Harbi, « la révolution ne s’appuie pas sur la lutte des classes, mais sur le peuple au sens plébéien, la classe ouvrière se confondant avec les pauvres en général, sans identité particulière ni intérêts spécifiques »[9].

La contradiction entre les deux modes qui se faisaient face, devait être levée par la médiation d’une partie du corps social détaché de la structure de domination : l’intelligentsia. Dans l’histoire du nationalisme algérien ce fut bien l’intelligentsia des diplômés du certificat d’études, des lettrés en arabe ou des diplômes supérieurs qui prit la tête du mouvement national. Deux idéaux étaient à la base même de l’engagement politique de cette intelligentsia et qui sont les deux ressorts essentiels du populisme. Premièrement, elle était animée d’un idéal missionnaire qui était à la base de ses relations avec le « peuple ». Deuxièmement, elle avait la volonté de concilier la marche vers le progrès technique et le développement économique avec les valeurs « authentiques » de la culture du pays.

- L’arabo-islamisme. L’importance accordée à ce point découle directement du populisme puisque l’identité arabo-islamique était considérée comme l’identité profonde et structurelle du peuple algérien. Les nationalistes algériens mettaient l’accent sur la particularité linguistique et culturelle de l’Algérie. Pour eux, l’islam était considéré comme le fondement de la personnalité et un facteur d’intégration et d’unité des Algériens.

Cependant cette quête « d’authenticité » n’était pas un phénomène propre au nationalisme algérien mais il était consubstantiel du processus de décolonisation. Celle-ci, d’après Anouar Abdel-Malek, était « un processus de lutte - contre autrui, mais aussi contre soi - de conquête, plus exactement de re-conquête de cet être profond, de cette identité déformée et dénaturée sous l’impact colonial, afin de pouvoir être soi, et, partant, de contribuer au fonds commun de la civilisation contemporaine »[10]. De fait, la défense de la langue arabe et de l’islam furent toujours au centre des procurations du mouvement nationaliste algérien.

Selon Ahmed Mahsas, « une société qui a été l’objet, comme la société algérienne, d’une politique de dépersonnalisation, éprouvait un besoin vital de réintégrer ses valeurs, afin de se restructurer et de mieux rebâtir son avenir ». D’après lui, les nationalistes « ont exalté le patrimoine de la civilisation afin de rendre à l’homme algérien sa fierté, sa dignité, la confiance dans ses valeurs et le courage indispensable au combat libérateur » [11]. Pour Mahsas, les notions d’identités et de spécificités était au centre du mouvement nationaliste algérien et de devais permettre non d’isoler Algérie du monde global mais au contraire lui permettre de rentrer dedans sur un pied d’égalité avec l’ensemble des peuples : « La notion de spécificité recoupe celle de personnalité et d’identité en tant que dynamique sociale de l’action autonome, irréductible (compte tenu de lois universelles) aux concepts hégémoniques de généralisation. Ceux-ci, en effet, appliqués dans toute sa logique, auraient pour résultat la perte de l’initiative des groupes humains ou des sociétés. Cette forme d’intégration à l’universel est à maints égards aliénante. Mais le véritable « universel » est bien celui qui englobe des composantes humaines spécifiques et qui en permet la manifestation distincte et autonome. C’est à partir de là que peuvent s’établir les rapports d’égalité au niveau de l’humain, c’est-à-dire au lieu où se rejoignent, dans leurs diversités, toutes les sociétés humaines.[12]

Après avoir lu le texte, Messali Hadj demanda au congrès de faire siennes les revendications inscrites dans le programme de l’Etoile.

Les militants de l’Etoile étaient satisfaits de leur participation au congrès. Ils avaient pu affirmer leur volonté d’obtenir l’indépendance des trois pays Maghreb sur la scène internationale. De plus, ils partageaient l’idée du congrès de donner la primauté à la question nationale dans les pays colonisés. Sur le plan international l’Etoile s’était faite connaître en s’affirmant comme une organisation anti-impérialiste.

Cependant congrès anti-impérialiste de Bruxelles marquait aussi le point de départ des premières épreuves que les militants étoilistes allaient affronter pour préserver leur indépendance. En effet, pour l’Internationale Communiste, le congrès de Bruxelles sonnait la fin de sa politique de soutient aux mouvements « nationaux-révolutionnaires » dans les pays colonisés et dépendants. Cela était du principalement à l’échec de la révolution chinoise en 1926-1927. L’Internationale Communiste s’orientait, par la volonté de Staline, dans ligne politique dite de « classe contre classe » qui impliquait la dénonciation des nationalistes des pays colonisés. Pour l’Etoile cela signifiait qu’elle ne pourrait plus compter sur l’aide des communistes français.

Ceux-ci ne se contentèrent pas de désapprouver la ligne politique de l’Etoile mais ils s’efforcèrent de lui imposer la leur. La majorité des militants étoilistes refusèrent de se plier aux nouvelles orientations des communistes. Dès le printemps 1927, le PCF suspendit son aide matérielle à l’Etoile en lui retirant notamment les locaux que les communistes mettaient à sa disposition. La séparation entre les nationalistes algériens et les communistes qui devait aboutir à la rupture presque totale après la dissolution de l’Etoile le 26 janvier 1937, commençait dès la fin du congrès Bruxelles.

Au lendemain du congrès anti-impérialiste de Bruxelles, Chadly Khairallah écrivait dans l’Ikdam Nord Africain que l’Etoile devait se placer sur le terrain du « nationalisme révolutionnaire ». Pour lui il n’était pas « besoin de s’accrocher à une théorie politique ni de se mettre à la remorque d’un parti quel qu’il soit, pour considérer comme précaire l’occupation étrangère, source de servage, de misère et travailler à l’avènement d’un avenir national et de liberté reconquise »[13].

Youssef Girard

Résolution de l’Etoile Nord-Africaine lu par Messali Hadj.[14]

L’impérialisme français s’est installé en Algérie, par la force armée, la menace, les promesses hypocrites. Il s’est emparé des richesses naturelles et de la terre, en expropriant des dizaines de mille de familles qui vivaient sur leur sol du produit de leur travail.

Les terres expropriées ont été cédées aux colons européens, à des indigènes agents de l’impérialisme et aux sociétés capitalistes. Les expropriés ont été obligés de vendre leurs bras aux nouveaux propriétaires du sol s’ils voulaient continuer de vivre ; des populations qui vivaient dans un état de prospérité qu’elles n’ont pas aujourd’hui, l’impérialisme en a fait des affamés, des esclaves. Et cette expropriation s’est faite comme partout sous le signe de la civilisation.

C’est au nom des cette soi-disant civilisation que toutes les traditions, les coutumes, toutes les aspirations des populations indigènes sont foulées aux pieds. Bien loin d’apporter à ce pays l’aide qu’il aurait pu utiliser pour se développer, l’impérialisme français a joint à l’expropriation et à l’exploitation, la domination politique la plus réactionnaire, privant les indigènes de toute liberté de coalition, d’organisation, de tous droits politiques et législatifs, ou bien n’accordant des droits qu’à une toute petite minorité d’indigènes corrompus.

A cela s’ajoute l’abêtissement systématique obtenu par l’alcool, l’introduction de nouvelles religions, la fermeture des écoles de langue arabe existant avant la colonisation. Et enfin, pour couronner son œuvre, l’impérialisme enrégimente les indigènes dans son armée en vue de poursuivre la colonisation, pour servir dans les guerres impérialistes et pour réprimer les mouvements révolutionnaires dans les colonies et dans la métropole.

C’est contre cette politique coloniale, contre cette oppression que les populations laborieuses d’Afrique du Nord ont menée et mènent encore une action permanente par tous les moyens dont elles disposent, pour atteindre l’objectif qui renferme leurs aspirations de l’heure présente, l’Indépendance nationale.

Cent années de colonisation

Depuis 1830, l’expropriation et l’oppression systématique et brutale ont conduit la population algérienne, non pas dans la voie du progrès social, mais à l’esclavage. Aujourd’hui, deux millions huit cent milles hectares des meilleures terres sont soit en surface, soit en sous-sol, la propriété des Européens capitalistes. Des familles indigènes expropriées ont dû vendre leurs bras aux nouveaux propriétaires du sol, émigrer vers les centres urbains.

En même temps, il a institué un système de domination politique détruisant les anciennes formes de la démocratie musulmane qui existaient avant la colonisation (douars, tribus, provinces), conservant seulement la caricature de ces formes, écartant les indigènes de la gestion des affaires du pays.

Cet état de fait a été codifié avec ce qu’on appel le Code de l’indigénat qui fait des indigènes des sujets privés de tous droits politiques, et soumis aux lois d’exception (tribunaux répressifs, cours criminelles, haute surveillance, responsabilité collective, amendes et punitions corporelles).

Le droit d’être citoyen est seulement réservé à une petite minorité d’indigènes qui ont été « assimilés » par l’impérialisme français. Seuls, les Européens et les privilégiés indigènes peuvent élire leurs représentants dans les assemblés de la colonie. C’est-à-dire que 800 000 Européens et quelques dizaines de mille de « bons » indigènes élisent leurs représentants, et 5 millions, c’est-à-dire l’immense majorité de la population, n’ont aucun droit. Par contre, ils doivent payer les impôts et faire le service militaire.

Dans le domaine culturel, la colonisation fait aussi son œuvre. 516 écoles avec 35 000 élèves indigènes, donnant l’enseignement en langue française, doivent suffire à une population de cinq millions d’indigènes. Par contre, pour huit cent mille européens, il y a 1 200 écoles ; les écoles libres en langue arabe ont toutes été détruites. L’accession des indigènes à l’instruction supérieure est quasi impossible.

Si l’on ajoute à tout cela, le recrutement militaire obligatoire des indigènes d’Algérie dans l’armée de l’impérialisme français pour une durée de service de 6 mois supérieure aux français, contingent dont on veut porter l’effectif d’après les nouveaux projets militaires du gouvernement français de 45 000 à 180 000 pour mieux servir les buts de l’impérialisme français, alors on aura un tableau objectif de ce que représentent cent années de civilisation française en Algérie.

La population d’Algérie exploitée et opprimée est en lutte permanente contre l’impérialisme français pour se libérer de son joug et conquérir l’indépendance.

Les revendications des Algériens

L’Etoile nord-africaine, qui représente les intérêts des populations laborieuses de l’Afrique du Nord, réclame pour les Algériens l’application des revendications suivantes et demande au Congrès de les faire siennes :

L’indépendance de l’Algérie ;

Le retrait des troupes françaises d’occupation ;

La constitution d’une armée nationale ;

La confiscation des grandes propriétés agricoles accaparées par les féodaux, agents de l’impérialisme, les colons et les sociétés capitalistes privées, et la remise de la terre confisquée aux paysans qui en ont été frustrés ;

Respect de la petite et moyenne propriété ;

Retour à l’Etat algérien des terres et forêts accaparées par l’Etat français.

Ces revendications essentielles pour lesquelles nous combattons n’excluent pas l’action énergique immédiate pour arracher à l’impérialisme français :

L’abolition immédiate du Code de l’indigénat et des mesures d’exception ;

L’amnistie pour ceux qui sont emprisonnés, en surveillance spéciale, ou exilés pour infraction à l’indigénat ;

Liberté de presse, d’association, de réunion ;

Droits politiques et syndicaux égaux à ceux des Français qui sont en Algérie ;

Le remplacement des Délégations financières élues au suffrage restreint par une Assemblée nationale élue au suffrage universel.

Assemblées municipale élues aux suffrages universels ;

Accession à l’enseignement à tous les degrés ;

Création d’école en langue arabe ;

Application des lois sociales ;

Elargissement du crédit agricole au petit fellah, etc.

Ces revendications n’ont de chances d’aboutir que si les Algériens prennent conscience de leurs droits et de leur force, s’unissent et se groupent dans leurs organisations pour les imposer au gouvernement.

L’Etoile nord-africaine.

[1]Notons néanmoins que ce soutient à la lutte des peuples colonisés ne s’appliquait pas aux colonies soviétiques d’Asie centrale et du Caucase.

[2]Kaddahce Mahfoud, Histoire du nationalisme algérien, tome I, 1919-1939, Ed. Paris-Méditerranée, page 187.

[3]Kaddahce Mahfoud, Histoire du nationalisme algérien, tome I, 1919-1939, Ed. Paris-Méditerranée, page 177.

[4]Kaddahce Mahfoud, s-Méditerranée, page 187.

[5]Kaddahce Mahfoud, Histoire du nationalisme algérien, tome I, 1919-1939, Ed. Paris-Méditerranée, page 177.

[6]Harbi Mohammed, Le FLN mirage et réalité, Jeune Afrique, Paris, 1980, page 15.

[7]Harbi Mohammed, Le FLN mirage et réalité, Jeune Afrique, Paris, 1980, page 17. Harbi signale un troisième point constitutif de l’idéologie nationaliste algérienne qui serait le « spontanéisme » ; désignant par là le refus des nationalistes de s’appuyer sur une classe déterminé pour mener la lutte contre la puissance occupante. Nous pensons que cela est plus une facette du populisme qu’un point spécifique de l’idéologie du nationalisme révolutionnaire algérien.

[8]Carlier Omar, Entre nation et djihad : histoire sociale des radicalismes algériens, PFNSP, Paris, 1995, page 206.

[9]Harbi Mohammed, Le FLN mirage et réalité, Jeune Afrique, Paris, 1980, page 17.

[10]Abdel-Malek Anouar, La dialectique sociale, Le Seuil, Paris, 1972, page 69.

[11]Mahsas Ahmed, Le mouvement révolutionnaire en Algérie, L’Harmattan, Paris, 1979, page 326.

[12]Mahsas Ahmed, Le mouvement révolutionnaire en Algérie, L’Harmattan, Paris, 1979, page 10.

[13]Stora Benjamin, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, L’Harmattan, Paris, 1985, page 56.

[14]Kaddahce Mahfoud, Histoire du nationalisme algérien, tome II, 1939-1951, Ed. Paris-Méditerranée, page 849.

GIRARD Youssef *Article paru sur le site de l’association ici et là-bas : www.icietlabas.lautre.net
Partager cet article
Repost0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 10:14

Repris sur le site bilaterals

(bilaterals.org est un effort collectif qui vise à partager l'information et à permettre la coopération afin de lutter contre les échanges bilatéraux et les accords d'investissement qui ouvrent les frontières des pays à l'invasion économique des sociétés transnationales.)

L’Union européenne est sur le point de mettre en place une série d’ accords de libre-échange et mène une politique commerciale offensive qui n’a rien à envier à la politique américaine.

Indymedia Paris / Ile de France | 29 juillet 2004


L’impérialisme européen et le libre-échange


Nicolas Barto


L’Union européenne est sur le point de mettre en place une série d’ accords de libre-échange et mène une politique commerciale offensive qui n’a rien à envier à la politique américaine. L’accord de Cotonou, passé en juin 2000 entre l’Union et les anciennes colonies du groupe Afrique, Caraibes et Pacifique (ACP) prévoit en effet l’instauration de zones de libre-échange (ZLE) qui doivent résulter de ce qui est hypocritement baptisé Accords de Partenariats Economique (APE). La négociation de ces APE est en cours et doit s’achever avant 2008. Les ZLE seront progressivement mis en place entre 2008 et 2020. Le projet est d’une importance considérable : ces accords auront sans doute de lourdes conséquences sur la vie de nombreuses populations, parmi les plus pauvres de la planète. Or cette politique européenne reste largement méconnue. Force est de constater que les médias ne traitent pas, ou très peu, le sujet. De cette couverture minimale découle l’absence de débats sur ces accords, y compris au sein des groupes militants.

De grandes ambitions.

L’Union européenne ne négocie pas la mise en place de zones de libre-échange avec deux ou trois pays. Son action est autrement ambitieuse puisque 79 pays ACP sont concernés. Aux projets de ZLE contenus dans l’accord de Cotonou s’ajoutent le futur accord de libre-échange avec le Mercosur (regroupant le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay), le projet de zone euro-méditerranée, les négociations avec la Syrie etc.

En ce qui concerne les 79 pays ACP, l’objectif de l’Union est bien sûr de promouvoir les exportations de ses firmes en leur ouvrant un accès aux marchés ACP à des conditions préférentielles tout en assurant de juteux bénéfices aux multinationales de commercialisation (1) qui dominent les filières agricoles de ces pays.

La mise en place des ZLE implique la suppression des droits de douane pour l’essentiel des échanges commerciaux. Les Etats ACP devront donc ouvrir presque totalement leurs marchés aux produits de l’UE.

Le chercheur auprès d’Auxfam Belgique, raoul Marc Jennar, souligne que l’Union européenne veut diviser l’ensemble ACP en six zones et pose la question : « Que restera-t-il du groupe ACP une fois ce travail de division effectué ?(2) ».

L’Union européenne souhaite en effet être partie prenante de zones de libre-échange l’associant aux pays ACP, eux-mêmes regroupés dans différentes unions douanières. L’accord de Cotonou « a précisément pour objectif d’établir des unions douanières, dotées d’un tarif extérieur commun, entre pays ACP(3) ». L’Union européenne favorise donc des regroupements régionaux et négocie la mise en place des ZLE avec chacune de ces entités régionales.

Le processus est en cours. Les ONG du « groupe de travail Cotonou » le résume ainsi : « L’ouverture intempestive des économies ACP compromet les initiatives d’intégration régionale ACP.[...] L’UE tente de réduire la coopération régionale et les processus d’intégration à un processus de libéralisation commerciale, dicte le contenu et le rythme de cette libéralisation, dicte le découpage des configurations régionales et veut être partie à chacune de ces intégrations régionales.(4) »

Au mois d’octobre 2003, se sont ouvertes les négociations avec la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) - regroupant le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo - et avec la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) - regroupant le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, le Tchad, la République centrafricaine - élargie à Sao Tome et Principe.

En février 2004 débutaient les négociations avec le groupe des seize pays de l’Afrique australe et orientale (Burundi, Erythrée, Ethiopie, Comores, Kenya, Madagascar, Rwanda, Soudan, Seychelles, Zambie, Malawi, Zimbabwe) qui doivent aboutir à la création d’une ZLE en 2008.

Le 1er juillet, la ministre congolaise du commerce, Adelaide Moundéle Ngollo a annoncé le lancement de la zone de libre-échange de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC). Cette zone qui concerne 120 millions d’habitants regroupe le Burundi, le Congo, la République Démocratique du Congo, le Cameroun, l’Angola, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République centrafricaine, le Tchad, Sao Tome et Principe et le Rwanda. Elle prépare l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange avec l’Union européenne. Celle-ci impulse donc à son profit un remodelage accéléré des accords commerciaux en Afrique.

Des effets dévastateurs ?

Quelles vont être, pour les pays ACP, les conséquences économiques de ces accords de libre-échange avec l’Union européenne ? Les Etats ACP devront nécessairement faire face à d’importantes pertes de recettes résultant de la suppression des droits de douane, avec ce que cela implique pour le financement d’éventuels projets socialement utiles dans la santé, l’éducation...

Les « accords de partenariat économique » prévoient de remplacer les préférences commerciales unilatérales en vigueur jusqu’alors par des préférences réciproques. De cette manière, l’Union européenne offre à ses firmes un accès privilégié aux marchés de 79 pays du tiers monde. Mais les producteurs peu compétitifs de ces pays vont-ils pouvoir affronter la déferlante de produits européens souvent subventionnés (l’Europe a accordé environ 40 milliards d’euros de subventions à ces producteurs en 2003(5)) ?

Dans son communiqué du 4 octobre 2002, l’association Action Solidarité Tiers Monde affirme que la Commission européenne, qui rappelons le applique un mandat fixé par les Etats, « semble sous-estimer totalement les implications de ses propositions. La plupart des pays ACP et en particulier les PMA ne sont pas en état d’affronter la concurrence des produits européens sur leurs propres marchés ou d’écouler leurs produits sur les marché européens. »

Il est urgent de prendre la mesure des conséquences éventuelles de ces APE. La confédération des ONG européennes CONCORD dresse un tableau alarmant : « L’établissement de Zones de libre-échange exposera les Etats ACP à la concurrence de l’UE d’une manière tout simplement dévastatrice.[...] L’étude d’impact sur le développement commanditée par la Commission européenne souligne que pour l’Afrique de l’ouest, les APE pourraient précipiter l’effondrement du secteur des produits manufacturés.(6) » Les industriels européens pourront poursuivre leurs activités lucratives sans craindre l’émergence d’une concurrence africaine...

L’Union européenne gagne sur tous les plans : elle assure l’approvisionnement en matières premières (arachide, café, cacao, coton...) de son marché et de ses industries de transformation et sape les possibilités de développement d’une industrie africaine. En outre, l’extraversion et la spécialisation des agricultures africaines seront probablement renforcés au détriment des cultures vivrières, peu compétitives face aux produits européens subventionnés. Ainsi, les pays ACP risquent de s’enfoncer encore davantage dans la dépendance et le sous-développement.

Les confidences parlementaires.

Il semble évident que ces accords de libre-échange sont susceptibles de bouleverser les économies déjà mal en point des pays du tiers monde. L’inégalité entre les soi-disant « partenaires » est si flagrante que même le député Jean-Yves Gateaud, dans son rapport à l’assemblée nationale sur la ratification de l’accord de Cotonou, a été obligé de concéder que « De façon générale, la marche des pays ACP vers la libéralisation réciproque représente un pari dont on ne peut connaître les conséquences économiques(7) ». Si l’on en croit ce rapport, le principe de précaution, que l’Etat français vient d’inscrire en fanfare dans la constitution, voudrait donc que l’on stoppe net les négociations sur les APE...

Jean-Yves Gateaud évoque pudiquement « le coût social de la transition » et admet que « l’on peut comprendre les inquiétudes des pays ACP car beaucoup d’inconnues subsistent quant aux potentialités mais aussi quant aux contraintes du futur système ». Il le répète en conclusion : « Quelles seront les conséquences de la libéralisation des échanges prévue ? Aucune certitude ne permet d’affirmer qu’elle entraînera un développement accru. »

Le rapport parlementaire de Paulette Brisepierre s’interroge lui aussi sur « la pertinence du nouveau régime commercial comme facteur de développement ». L’auteur ne peut éviter d’observer que : « La réduction des recettes douanières, la disparition de pans entiers du tissu économique sous l’effet de la concurrence des produits européens peuvent entraîner une forte déstabilisation de l’économie des ACP.(8) »

Quelle implication de la société civile ?

Ces quelques remarques n’ont bien sûr pas empêcher nos « représentants du peuple » de ratifier l’accord. Reste la société civile, les militants des ONG, des associations, des syndicats, pour tenter de limiter un tant soit peu le caractère dominateur et même potentiellement dévastateur des APE. Or, comme le souligne fièrement Jean-Yves Gateaud : « Avec l’accord de Cotonou, collectivités locales, syndicats, associations professionnelles, représentants du secteur privé, ONG locales et autres acteurs font leur entrée officielle dans le partenariat pour mobiliser la population autour des objectifs de transformation et de modernisation. »

Ainsi l’impérialisme européen anticipe la critique et tente d’intégrer les contestataires potentiels qu’il aimerait bien cantonner au rôle d’observateurs bienveillants ou de cautions morale. La méthode n’est pas nouvelle. Mais elle n’est pas toujours efficace. Au regard des implications des ZLE pour les populations des pays du tiers monde, rien n’assure que tous les acteurs de la société civile « associés » accepteront de jouer convenablement le jeu.

Les ONG « de développement » n’ont pas toutes la même politique ni le même fonctionnement, loin de là. Toutefois, il ne faut pas trop se faire d’illusions quant à la combativité des plus grandes d’entre elles. Un rapport parlementaire précise à leur propos que : « l’accord prévoit aussi de favoriser le développement des capacités de ces intervenants afin que le rôle qui leur est reconnu ne reste pas seulement virtuel. » Autrement dit, ces ONG, censés lutter contre la pauvreté et « faire du développement », vont voir leurs financements augmenter par la grâce d’un accord qui aura probablement pour conséquence d’accroître la pauvreté et de saper toute possibilité de développement !

Du reste, ces organisations bureaucratiques sont déjà engluées dans un système paritaire qui fait d’elles un prolongement de l’Etat, labellisé « société civile ». Contrairement à ce qu’elles voudraient faire croire en jouant les altermondialistes à Porto Alegre, les grandes ONG (Médecins du monde, Action contre la Faim, Comité catholique contre la Faim et pour le développement, Agrisud international etc.) ne sont pas des contre-pouvoirs, mais des partenaires de l’Etat voire de simples sous-traitantes et des relais. Le terme de « partenariat » est couramment employé. Ainsi, Jean-Yves Gateaud a pu déclarer que « l’avenir de la coopération passe par les ONG » qui « sont devenues les partenaires indispensables de la coopération d’Etat(9) ».

Citons également les déclarations explicites de Jean-louis Sabatié, chef de la mission pour la coopération non gouvernementale au ministère des affaires étrangères : « Les acteurs de la société civile, ici et là-bas, sont aujourd’hui de plus en plus impliqués dans l’initiative et la réalisation de projets de coopération cofinancés par les pouvoirs publics, généralement sur des problématiques de lutte contre la pauvreté.[...] Ces actions s’inscrivent en synergie avec la coopération institutionnelle dont elles partagent le même cadre stratégique. Se dessinent ainsi les nouveaux contours d’une coopération française qui associe en complémentarité les interventions publiques du ministère des affaires étrangères et de l’agence française de développement(AFD) et celles des acteurs internationaux.(10) »

La discrétion de ces ONG face aux implications dramatiques des APE ne s’explique pas autrement. Elles ne manquent pas d’information puisqu’elles sont associées aux négociations. Mais elles sont liées à l’Etat français et à l’Union européenne par de multiples « structures de coopération et de dialogue » (Commission Coopération Développement, Commissions mixtes, Club des organisations internationales à l’AFD, HCCI...) et surtout par le financement, la préoccupation première de toute bureaucratie.

Le niveau des ressources publiques dans le budget des grandes ONG se situe autour de 40%. En 1999, le ministère des affaires étrangères a distribué35,37 millions d’euros aux OSI et l’Union européenne 127,75 millions soit 49% de leurs ressources publiques. On comprend que les bureaucrates de ces ONG ne pipent mot des APE. D’autant plus que l’UE leur promet de nouveaux financements...

Ces organisations ont accès aux médias et savent mobiliser l’opinion. Elles manient très bien le registre de l’indignation lorsqu’il s’agit d’obtenir des financements, de brasser du vide ou de stigmatiser des cibles indolores pour leurs bailleurs de fond.

La plupart taisent depuis toujours les mécanismes structurels de la domination. En cautionnant, ne serait-ce que par leur silence, des accords qui, selon toute vraisemblance, vont aggraver la pauvreté et développer le sous-développement, elles pourraient bien achever de se disqualifier.

Sur le site d’Attac France, à la rubrique « Commerce international », l’on trouve de nombreux articles consacrés au projet de Zone de Libre Echange des Amériques (ZLEA)(11). Mais aucun concernant l’accord de Cotonou. C’est à croire que cette association, pourtant pourvue d’un imposant « conseil scientifique », ne lutte contre le libre-échange que lorsqu’il profite aux Etats-Unis...Dans l’unique article du Monde diplomatique consacré, à ce jour, au sujet (« L’Union européenne sous le feu de la critique », juin 2002), le terme de « libre-échange » n’est pas employé une seule fois. Ainsi, les lecteurs passent à côté de ce qui fait l’essentiel de l’accord de Cotonou.

Le rôle moteur des rivalités interimpérialistes.

Les impérialismes rivaux sont engagés dans une lutte pour le partage du monde qui se traduit notamment par une course à la signature d’accords de libre-échange car tout accord mis en place par l’un favorise ses exportations et entraîne mécaniquement une baisse des parts de marché pour l’autre. C’est ce qu’il est advenu après l’entée en vigueur de l’ALENA : la part de marché de l’Union au Mexique est passé de 17% en 1994 à 9% en 1999(12) .

Pascal Lamy évoque cette course lors d’une audition à l’assemblée nationale : « La négociation avec le Mercosur est importante sur le plan géopolitique car l’Europe est engagée dans une course de vitesse avec le projet de Zone de Libre-échange des Amériques porté par les Etats-Unis. Or, les pays du Mercosur accordent aujourd’hui leur préférence à un accord de libre-échange conclu avec l’Europe plutôt qu’avec les Etats-Unis pour des raisons politiques, culturelles et commerciales(13) ». L’arrivée au pouvoir de Lula a donc été une excellente nouvelle pour l’impérialisme européen.

La mission d’information parlementaire de retour du Brésil fait le même constat : « L’intérêt de la France et de l’Union européenne qui est aussi le souhait du Brésil, est que ce pays ne tombe pas dans les filets américains de la Zone de libre-échange des amériques. C’est le point sur lequel ont insisté les milieux d’affaire français rencontré à Sao Paulo(14) ».

Les négociations sont délicates. L’Union européenne voudrait voir le Mercosur ouvrir son marché à l’industrie et aux services européens. Mais à la différence des pays ACP, les pays du Mercosur exportent des produits agricoles (viande bovine, bioéthanol, volailles, maïs...) qui peuvent concurrencer sérieusement la production européenne...

L’Union européenne est déjà le premier investisseur dans le Mercosur : « l’Union européenne, selon les derniers chiffres brésiliens disponibles, détient près de la moitié (47%) du stock d’investissements directs à l’étranger au Brésil en 2000, alors que les Etats-Unis n’en détiennent que le quart.(15) » Elle est aussi son premier partenaire commercial avec près de 25% de parts de marché sur ce vaste ensemble régional regroupant 221 millions d’habitants soit 42% de la population d’Amérique latine.

Contrairement à une idée reçue très répandue en France, l’Union n’est pas en retrait en matière d’agressivité commerciale. Elle est « l’ensemble commercial du monde lié par le plus grand nombre d’accords de libre-échange (plus de trente)(16) » notait un rapport de l’assemblée nationale en novembre 2003.

Jacques Ellul soulignait que la propagande crée un système de fausse représentation. Sur un plan idéologique, l’Union européenne a tout intérêt à entretenir une représentation biaisée de l’impérialisme, occultant la responsabilité du capitalisme européen dans le désordre du capitalisme mondial.

Les Etats-Unis ont passé leurs propres accords de libre-échange (avec le Canada et le Mexique, Israel, la Jordanie, le Chili et Singapour) et en négocient de nouveaux (avec les pays de la ZLEA, le Maroc, l’Australie etc). Mais il existe dans ce pays des mouvements d’opposition à ces politiques. Pourquoi de tels mouvements ne se font-ils pas entendre en France ? La question se pose avec une particulière acuité pour les populations des pays ACP.

Les différents impérialismes ont toujours mené de front négociations bilatérales et multilatérales. Après l’échec de la réunion de l’OMC à Cancun, en septembre 2003, ils risquent de privilégier les accords régionaux et bilatéraux au cadre multilatéral. Aussi, il serait pour le moins incohérent de continuer à se focaliser sur l’OMC en négligeant les nombreux accords bilatéraux. L’absence de contre-pouvoir au niveau bilatéral est la porte ouverte à toutes les prédations.

Nicolas Barto, juillet 2004.

1/ Par exemple, la multinationale française DAGRIS contrôle la filière Coton en Afrique de l’Ouest. Elle fixe le prix d’achat aux producteurs, prix qui ne représente que 7 à 8% du prix final. Notons que certains groupes américains développent des stratégies de pénétration du marché européen en investissant dans les pays ACP afin de bénéficier des accords liant ces pays à l’Union européenne. Ainsi le groupe Dole a fait l’acquisition de parts importantes de la Compagnie Fruitière. Mais pour les paysans, auxquels échappe la commercialisation, l’exploitation reste la même, que la firme soit américaine ou européenne.

2/ Raoul Marc Jennar, « L’accord de Cotonou. Les formes nouvelles du colonialisme européen. », http://www.astm.lu Il y a de nombreux articles intéressants sur le site de cette association.

3/ Rapport d’information déposé par la délégation de l’assemblée nationale pour l’Union européenne, Sur l’agriculture et les pays en développement à l’organisation mondiale du commerce, présenté par M. François Guillaume, 21 janvier 2004.

4/ CONCORD, Groupe de travail Cotonou, « Pourquoi l’approche des négociations commerciales régionales adoptées par l’UE est mauvaise pour le développement », http://acp-eu.euforic.org, avril 2004.

5/ Pascal Lamy, « Les APE favoriseront les échanges », Jeunes Afrique/L’intelligent, n°2253.

6/ « Pourquoi l’approche des négociations commerciales régionales adoptée par l’UE est mauvaise pour le développement ? », op.cit.

7/ Rapport de la commission des affaires étrangères « Sur le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de partenariat entre les membres du groupe des Etats d’Afrique, des Caraibes et du Pacifique d’une part et la communauté européenne et ses Etats membres d’autre part », enregistré le 13 février 2002.

8/ Rapport fait au nom de la commission des affaires étrangères, sur la ratification de l’accord de partenariat entre les membres du groupe ACP et l’UE, 31 janvier 2002.

9/ Assemblée nationale, Avis sur le projet de loi de finance pour 2002, intervention de Jean-Yves Gateaud en tant que rapporteur de la commission des affaires étrangères sur la coopération, 11 octobre 2001.

10/ « Résultats de l’enquête de la Commission Coopération Développement sur les ressources et dépenses des organisations de solidarité internationale en 1998 et 1999 », http://www.coordinationsud.org

11/ Les négociations de la ZLEA sont dans l’impasse notamment en raison de l’opposition de l’Argentine et du Brésil, qui exigent l’abolition des subventions agricoles aux Etats-Unis.

12/ Lire le Rapport d’information déposé par la délégation de l’assemblée nationale pour l’Union européenne, Sur les relations avec les entités régionales, 28 juin 2001.

13/ Audition de M. Pascal Lamy, commissaire européen sur les négociations commerciales, compte rendu n°91, 6 juillet 2004.

14/ Rapport d’information à la suite d’une mission d’information s’étant rendue au Brésil, par M. Jean Bizet, Mme Odette Terrade, MM Christian Gaudin et Daniel Raoul, déposé le 30 juin 2004.

15/ Ibid.

16/ Rapport d’information déposé par la délégation de l’assemblée nationale pour l’Union européenne, Sur les négociations à l’Organisation Mondiale du Commerce, présenté par Marc Laffineur, 13 novembre 2003.


source: Indymedia Paris / Ile de France
Partager cet article
Repost0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009