Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 14:08

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

 

unter besonderer Berücksichtigung der internationalen Jugendbewegung

Dr. Karl Liebknecht, Militarismus und Antimilitarismus, Leipzig 1907.
Nachdruck Weltkreis-Verlag-GmbH, Dortmund 1971.
Transkription u. HTML-Markierung: Einde O’Callaghan für das Marxists’ Internet Archive.


Erster Teil: Militarismus
Zweiter Teil: Antimilitarismus

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 15:41

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com


De l'absurdité totale de la guerre.


Le destin de Hans Diefenbach, ami très proche de Rosa Luxemburg qui comme elle a combattu contre la guerre, en est une illustration forte. Il est le symbole de tous ces militants sociaux-démocrates que tout liait à la paix et qui sont morts dans le conflit. Rapprocher les deux extraits de lettres de Rosa Luxembug offre alors un raccourci inouï :


Son départ. Lettre du 2 août 1914

 

"Ce soir Hannes Diefenbach est venu prendre congé avec Maxim [Zetkin,]. Hannes m'a fait beaucoup de peine; il ressemble à quelqu'un qui marche à l'échafaud; il a pris congé pour toujours et a une mine affreuse. Il ne s'est pas occupé de se faire incorporer en sa qualité de médecin, et le voilà qui entre à la caserne avec le grade de sergent! Maxim n'a pas encore reçu sa feuille de route. Le petit Kurt Rosenfeld part dans la nuit de mardi à 3 heures et demie. Dans les rues, on ne voit que des réservistes se hâtant une petite valise à la main et des tas de femmes et d'enfants qui restent dehors jusque tard dans la nuit. Le monde entier est soudain devenu un asile de fous."

 

Sa mort - Lettre  à S. Liebknecht mi-novembre 1917

 

"Très chère Sonitschka, j'espère avoir bientôt la possibilité de vous envoyer cette lettre, aussi je m'empresse de l'écrire. J'ai été si longtemps privée de la joie de m'entretenir avec vous., tout au moins par lettre. Mais je devais réserver à Hans D. les quelques lettres que j'avais la permission d'écrire, car il les attendait. C'est fini, maintenant. Mes deux dernières lettres s'adressaient  à un  mort et on m'en a déjà renvoyé une. Je ne puis y croire, mais il vaut mieux ne pas parler de cela; je préfère me retrouver seule avec ma douleur, et quand on veut user de "ménagements" pour m'annoncer une mauvaise nouvelle et me "consoler" par des jérémiades, comm l'a fait N., on ne réussit qu'à m'irriter. Faut-il que mes amis les plus proches me connaissent mal et aient pour moi peu d'estime! Ne comprennent-ils pas qu'en pareille circonstance, il est préférable et plus délicat de me dire tout de suite, en toute simplicité; il est mort ... C'est affligeant, mais n'en parlons "plus

"C'est fini, maintenant". Rosa Luxemburg apprend la mort au front de son ami Hans Diefenbach

 

 


hans-diefenbach


Autres lettres:

 

Lettre à Franz Mehring - 13 septembre 1914


" ... De notre ami Hans, j'ai reçu de longues lettres dans lesquelles il me décrit batailles et exécutions ..."

 

Extrait d'une lettreà Mathilde Wurm, 15 novembre 1917


"Ainsi aujourd'hui, j'ai fini de lire le Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen, dans la belle édition d'Albert Langen que je possède depuis des années sans y avoir pris auparavant plaiisir. C'est une puissante et vaste fresque de l'époque de la guerre de trente ans, un tableau de l'état barbare de la société allemande d'alors qui vous bouleverse. Pourtant, je ne te conseille pas de le lire maintenant, il pourrait te déprimer beaucoup. Je l'ai lu d'un trait, rien que pour m'étourdir et me distraire, car j'ai subi un choc très dur. Hans Diefenbach a été tué. Je sais que la vie continue, qu'il faut rester fort et courageux et même serein, je sais tout cela ... Je m'en sortirai sans doute toute seule mais je préfère ne pas en parler..."


Ta Rosa


Extrait d'une lettre à Sonio Liebknecht du 24 novembre 1917


... Dans la cour, dans les bâtimentsdel'intendance, les lumière s'éteignent peu à peu; je rentre et on ferme les portes à double tout en poussant les verrous - la journée est bien finie. Je me sens si bien, malgré la douleur due à Hans. C'est que je vis dans un monde de rêve dans lequel il n'est pas mort. Pour moi, il est toujours en vie et souvent, quand je pense à lui, je lui souris ..."


Je vous embrasse

Votre Rosa

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 23:41

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

Le militarisme, champ d'action du capital  (citations)

vu sur:  http://www.marxisme.biz/annexes/rosa luxemburg/


"L'accumulation du capital"

Livre III  Les conditions historiques de l'accumulation

 Le capitalisme est la première forme économique douée d'une force de propagande ; il tend à se répandre sur le globe et à détruire toutes les autres formes économiques, n'en supportant aucune autre à côté de lui.

***


Le militarisme a une fonction déterminée dans l'histoire du capital. Il accompagne toutes les phases historiques de l'accumulation. Dans ce qu'on appelle la période de l' « accumulation primitive », c'est-à-dire au début du capitalisme européen, le militarisme joue un rôle déterminant dans la conquête du Nouveau Monde et des pays producteurs d'épices, les Indes ; plus tard, il sert à conquérir les colonies modernes, à détruire les organisations sociales primitives et à s'emparer de leurs moyens de production, à introduire par la contrainte les échanges commerciaux dans des pays dont la structure sociale s'oppose à l'économie marchande, à transformer de force les indigènes en prolétaires et à instaurer le travail salarié aux colonies. Il aide à créer et à élargir les sphères d'intérêts du capital européen dans les territoires extra-européens. à extorquer des concessions de chemins de fer dans des pays arriérés et à faire respecter les droits du capital européen dans les emprunts internationaux. Enfin, le militarisme est une arme dans la concurrence des pays capitalistes, en lutte pour le partage des territoires de civilisation non capitaliste.

Le militarisme a encore une autre fonction importante. D'un point de vue purement économique, il est pour le capital un moyen privilégié de réaliser la plus-value, en d'autres termes il est pour lui un champ d'accumulation

.../...

...si la classe ouvrière ne supportait pas la plus grande partie des frais d'entretien des fonctionnaires de l'État et du « mercenaire », les capitalistes eux-mêmes en auraient la charge.(1) Une partie correspondante de la plus-value devrait être directement assignée à l'entretien des organes de leur domination de classe ; elle serait prélevée sur leur propre consommation qu'ils restreindraient d'autant, ou encore, ce qui est plus vraisemblable, sur la portion de la plus-value destinée à la capitalisation. Ils ne pourraient pas capitaliser autant, parce qu'ils seraient obligés de dépenser davantage pour l'entretien direct de leur propre classe. Les charges de l'entretien de leurs parasites étant rejetées en grande partie sur la classe ouvrière (et sur les représentants de la production simple de marchandises : le paysan, l'artisan), les capitalistes peuvent consacrer une partie plus importante de la plus-value à la capitalisation. Mais cette opération de transfert n'implique aucunement la possibilité de la capitalisation, en d'autres termes elle ne crée aucun marché nouveau qui permette d'utiliser la plus-value libérée à produire et à réaliser des marchandises nouvelles. La question change d'aspect si les ressources concentrées entre les mains de l'État par le système des impôts sont utilisées à la production des engins de guerre.

.../...

Par le système des impôts indirects et des tarifs protectionnistes, les frais du militarisme sont principalement supportés par la classe ouvrière et la paysannerie. Il faut considérer séparément les deux sortes d'impôts. D'un point de vue économique, les choses se passent de la manière suivante, en ce qui concerne la classe ouvrière : à moins que les salaires n'augmentent de manière à compenser l'enchérissement des vivres - or ce n'est pas le cas actuellement pour la grande masse de la classe ouvrière, et même pour la minorité organisée dans les syndicats à cause de la pression des cartels et des organisations d'employeurs - les impôts indirects représentent le transfert d'une partie du pouvoir d'achat de la classe ouvrière à l'État .

.../...

Pour le capitaliste individuel, l'ouvrier est un consommateur et acheteur de marchandises aussi valable que n'importe quel autre, qu'un capitaliste, que l'État, le paysan « étranger », etc. N'oublions pas cependant que pour le capital total, l'entretien de la classe ouvrière n'est qu'un mal nécessaire et détourne du but véritable de la production, qui est la création et la réalisation de la plus-value. Si l'on réussit à extorquer la même quantité de plus-value sans être obligé de fournir à la force de travail la même quantité de moyens de subsistance, l'affaire n'en est que plus brillante. C'est comme si le capital était parvenu, sans enchérissement des moyens de subsistance, à réduire d'autant les salaires sans diminuer le rendement des ouvriers.(2) Une réduction constante des salaires entraîne pourtant à la longue la diminution de la production de moyens de subsistance. S'il réduit fortement les salaires, le capital se moque de produire une quantité moindre de moyens de subsistance pour les ouvriers, au contraire il profite de chaque occasion pour le faire ; de même le capital pris dans son ensemble n'est pas mécontent si, grâce aux impôts indirects sans compensation d'augmentation de salaires, la demande de moyens de subsistance de la classe ouvrière diminue. *

Sans doute, quand il y a réduction directe des salaires, le capitaliste empoche-t-il la différence de capital variable, et celle-ci fait augmenter la plus-value relative dans le cas où les prix des marchandises sont restés stables ; maintenant au contraire, cette différence est encaissée par l'État. Seulement par ailleurs il est difficile d'obtenir les réductions générales et permanentes de salaires à n'importe quelle époque, mais en particulier lorsque les organisations syndicales ont atteint un degré élevé de développement. Les vœux pieux du capital se heurtent alors à des barrières sociales et politiques très puissantes.

En revanche, la diminution des salaires réels peut être obtenue rapidement, aisément et dans tous les domaines par le système des impôts indirects, et il faut attendre longtemps avant qu'une résistance se manifeste, celle-ci s'exprime du reste sur le plan politique et n'est pas suivie de résultat économique immédiat. La restriction consécutive de la production des moyens de subsistance apparaît du point de vue du capital total non pas comme une diminution de la vente, mais comme une économie de frais généraux dans la prduction de la plus-value.
* La production de moyens de subsistance pour les ouvriers est une condition sine qua non de la création de la plus-value, c'est-à-dire de la reproduction de la force de travail vivante ; elle n'est jamais un moyen de réaliser la plus-value.

.../...

Pratiquement, sur la base du système d'impôts indirects, le militarisme remplit ces deux fonctions : en abaissant le niveau de vie de la classe ouvrière, il assure d'une part l'entretien des organes de la domination capitaliste, l'armée permanente, et d'autre part il fournit au capital un champ d'accumulation privilégié


.../...

La somme d'argent extorquée à la masse paysanne - que nous choisissons ici pour représenter la masse des consommateurs non prolétaires - et transférée à l'État sous forme d'impôts n'est pas à l'origine avancée par le capital, elle ne se détache pas de la circulation capitaliste. Dans la main des paysans, cette somme est l'équivalent de marchandises réalisées, la valeur d'échange de la production simple de marchandises, l'État bénéficie d'une partie du pouvoir d'achat des consommateurs non capitalistes, autrement dit d'un pouvoir d'achat qui de prime abord sert au capital à réaliser la plus-value à des fins d'accumulation.

On peut se demander quelles transformations économiques découlent pour le capital et de quel ordre, du transfert du pouvoir d'achat de ces couches non capitalistes à l'État à des fins militaires. Il semble au premier abord qu'il s'agisse de transformation dans la forme matérielle de la reproduction. Le capital produira, au lieu d'une quantité donnée de moyens de production et de subsistance pour les consommateurs paysans, du matériel de guerre pour l'État pour une somme équivalente. En fait la transformation est plus profonde. Surtout l'État peut mobiliser, grâce au mécanisme des impôts, des sommes, prélevées sur le pouvoir d'achat des consommateurs non capitalistes, plus considérables que celles que ceux-ci auraient dépensées pour leur propre consommation.

En réalité, c'est le système fiscal moderne qui est dans une large mesure responsable de l'introduction forcée de l'économie marchande chez les paysans. La pression fiscale oblige le paysan à transformer progressivement en marchandises une quantité toujours plus grande de ses produits, et en même temps le force à acheter toujours davantage ; elle fait entrer dans la circulation le produit de l'économie paysanne et contraint les paysans à devenir acheteurs de marchandises capitalistes.

Enfin, si nous considérons toujours la production paysanne de marchandises, le système de taxation prive l'économie paysanne d'un pouvoir d'achat bien supérieur à celui qui eût été mis en jeu réellement. Les sommes que les paysans ou les classes moyennes auraient économisées pour les placer dans les caisses d'épargne et dans les banques, attendant d'être investies, sont à présent disponibles dans les caisses de l'État et constituent l'objet d'une demande, et offrent des possibilités d'investissement pour le capital.

En outre, la multiplicité et l'éparpillement des demandes minimes de diverses catégories de marchandises, qui ne coïncident pas dans le temps et peuvent être satisfaites par la production marchande simple, qui n'intéressent donc pas l'accumulation capitaliste, font place à une demande concentrée et homogène de l'État. La satisfaction d'une telle demande implique l'existence d'une grande industrie développée à un très haut niveau, donc des conditions très favorables à la production de la plus-value et à l'accumulation.

De plus, le pouvoir d'achat des énormes masses de consommateurs, concentré sous la forme de commandes de matériel de guerre faites par l'État, sera soustrait à l'arbitraire, aux oscillations subjectives de la consommation individuelle ; l'industrie des armements sera douée d'une régularité presque automatique, d'une croissance rythmique. C'est le capital lui-même qui contrôle ce mouvement automatique et rythmique de la production pour le militarisme, grâce à l'appareil de la législation parlementaire et à la presse, qui a pour tâche de faire l'opinion publique. C'est pourquoi ce champ spécifique de l'accumulation capitaliste semble au premier abord être doué d'une capacité d'expansion illimitée. Tandis que toute extension des débouchés et des bases d'opération du capital est liée dans une large mesure à des facteurs historiques, sociaux et politiques indépendants de la volonté du capital, la production pour le militarisme constitue un domaine dont l'élargissement régulier et par bonds paraît dépendre en première ligne de la volonté du capital lui-même.

Les nécessités historiques de la concurrence toujours plus acharnée du capital en quête de nouvelles régions d'accumulation dans le monde se transforme ainsi, pour le capital lui-même, en un champ d'accumulation privilégié. Le capital use toujours plus énergiquement du militarisme pour s'assimiler, par le moyen du colonialisme et de la politique mondiale, les moyens de production et les forces de travail des pays ou des couches non capitalistes. En même temps, dans les pays capitalistes, ce même militarisme travaille à priver toujours davantage les couches non capitalistes, c'est-à-dire les représentants de la production marchande simple ainsi que la classe ouvrière, d'une partie de leur pouvoir d'achat ; il dépouille progressivement les premiers de leur force productive et restreint le niveau de vie des seconds, pour accélérer puissamment l'accumulation aux dépens de ces deux couches sociales. Cependant, à un certain degré de développement, les conditions de l'accumulation se transforment en conditions de l'effondrement du capital.

Plus s'accroît la violence avec laquelle à l'intérieur et à l'extérieur le capital anéantit les couches non capitalistes et avilit les conditions d'existence de toutes les classes laborieuses, plus l'histoire quotidienne de l'accumulation dans le monde se transforme en une série de catastrophes et de convulsions, qui, se joignant aux crises économiques périodiques finiront par rendre impossible la continuation de l'accumulation et par dresser la classe ouvrière internationale contre la domination du capital avant même que celui-ci n'ait atteint économiquement les dernières limites objectives de son développement.

Le capitalisme est la première forme économique douée d'une force de propagande ; il tend à se répandre sur le globe et à détruire toutes les autres formes économiques, n'en supportant aucune autre à côté de lui. Et pourtant il est en même temps la première forme économique incapable de subsister seule, à l'aide de son seul milieu et de son soi nourricier.

Ayant tendance à devenir une forme mondiale, il se brise à sa propre incapacité d'être cette forme mondiale de la production. Il offre l'exemple d'une contradiction historique vivante ; son mouvement d'accumulation est à la fois l'expression, la solution progressive et l'intensification de cette contradiction. A un certain degré de développement, cette contradiction ne peut être résolue que par l'application des principes du socialisme, c'est-à-dire par une forme économique qui est par définition une forme mondiale, un système harmonieux en lui-même, fondé non sur l'accumulation mais sur la satisfaction des besoins de l'humanité travailleuse et donc sur l'épanouissement de toutes les forces productives de la terre.

Rosa luxemburg
L'accumulation du capital

marxisme.org
Partager cet article
Repost0
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 12:24

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

 

1925_Karl-Kraus.jpg

Karl Kraus par Kokoschka

 

A lire sur le site d'Agone:

 

Chez l'éditeur Agone, on peut lire sous le titre intrigant "Réponse d'une non sentimentale à Rosa Luxemburg", un article paru dans la Fackel, rédigé par Karl Kraus. C'est une réponse au courrier d'une lectrice, particulièrement éclairant sur le caractère borné et pointilleux de ceux qui détestaitent plus les militants révolutionnaires que ceux qui avaent entraîné les peuples vers la guerre,  et qui n'avaient toujours rien compris.


Faisant preuve non seulement d'un manque de sentimentalisme - attribué à tort à Rosa Luxemburg - que de sensibilité, principale qualité de cette lettre de Rosa Luxemburg, qui par la métaphore de ces animaux violentés évoque le sort de tous ces hommes envoyés mourir au combat.

 

 

A lire sur le blog:


La lettre de Rosa Luxemburg est paru sur le blog dans l'article "Et devant mes yeux, je vis passer la guerre"

Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 17:01

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/jpg/grevistes_Boulogne-Billancourt.jpg

Si le livre n'apporte pas, à nos yeux, d'éclairage politique substantiel pour comprendre,ce qui reste malgré tout l'essentiel pour déterminer aujourd'hui nos propres engagements: le choix entre réformisme et révolution.  Ce choix qui entraîne tous les autres et qui justifie toutes les entorses, jusqu'aux plus cruelles, aux principes et aux analyses du mouvement ouvrier, jusqu'à ce ralliement au nom de la nation à la boucherie de 1914.

Il est en revanche d'une grande importance par l'information précise, circonstanciée qu'il donne sur les réunions de base et sur les grèves de l'époque. Et parce que l'on peut donc y lire sans filtre ce qui était décidé et affirmé par chacun.

Dans cette optique, il est un ouvrage rare et irremplaçable pour ceux qui veulent voir en temps et termes réels comment s'est joué entre 1914 et 1918 l'invraisemblable scénario politique d'ouvriers, d'un mouvemenbt ouvrier allant d'eux-mêmes dans l'enfer d'une guerre capitaliste, impérialiste, qu'ils avaient passé plusieurs décennies à dénoncer.

Quatrième de couverture:
 
Qui ne se souvient de ces grandes manifestations pacifistes de 1913 à la Butte rouge où Jaurès enflammait les foules ouvrières et dénonçait la "guerre qui vient". En août 1914, comme partout alleurs dans le pays, les ouvriers parisiens partirent défendre la nation qu'ils pensaient agressée, et les dirigeants des organisations ouvrières se rallièrent à l'Union sacrée.

Etudiant l'évolution des ouvriers et du mouvement ouvrier jusqu'à la grève massive des "métallos" de juin 1919, le livre examine ainsi la question classique et combien actuelle, des rapports entre la classe et la nation. L'étude des grèves très nombreuses entre 1917 et 1918, et des réunions de base vise à établir une histoire des médiations, des interactions entre l'analyse socioculturelle du groupe et les discours politiques.

L'ouvrage est la parution , sous une forme légèrement remaniée et réduite, de la seconde partie de la thèse d'Etat de Jean-Louis Robert, Ouvriers et mouvements ouvriers parisiens pendant la Grande Guerre et l'immédiate après-guerre. Histoire et anthropologie ...

Annales littéraires de l'Université de Besançon n° 592 - Série Historiques, n°11 - Diffusion Les Belles Lettres, 95 Boulevard Raspail, Paris Ve - 1995

(La photographie a été reprise sur le site alternative libertaire)
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 19:17

Extrait d'un article sur les notions de pacifisme et d'antimilitarisme

Au sein du mouvement ouvrier, dans maintes circonstances critiques, notamment la révolution de 1848 ou la Commune de Paris de 1870, le problème de la construction d'une organisation de défense, par dessus les frontières, entre travailleurs partageant la même condition sociale, la question de la position de l'armée s'est trouvée posée. Mais comme l'écrit Gérard BENSUSSAN, "il faut attendre le tournant du siècle, les dernières années du XIXème, pour que la question du militarisme et (...) de l'antimilitarisme se posent comme questions à caractère hautement politique (...). En France, en Allemagne et en Russie des antimilitarismes se développent, suivant des chemins différents. Citons simplement dans cet article qui n'est qu'introductif, pour la France, les traits antipatriotique, humaniste pacifiste bien personnifiés dans la figure et l'activité de YVETOT (1868-1942), anarcho-syndicaliste qui fonde en 1902 la Ligue antimilitariste, pour l'Allemagne les combats de Max SCHIPPEL et de Rosa LUXEMBOURG , cette dernière très active dans le mouvement marxiste international, pour la Russie, dans la foulée de la révolte du cuirassé Potemkine, vécu comme expérience révolutionnaire de masse, les réflexions de LENINE et les activités antimilitaristes révolutionnaires au sein de la IIIème internationale jusqu'au début des années 1930. Les conférences de Zimmerwald (1915) et de Kienthal (1916) reflètent les différents débats sur la question nationale (opposition Rosa LUXEMBOURG-LENINE). Le mouvement ouvrier international est tiraillé entre les positions d'union sacrée en France et en Allemagne et les positions internationalistes (insurrectionnelles). L'antimilitarisme et le pacifisme constituent deux thèmes majeurs qui traversent les Internationales Ouvrières jusqu'après la Seconde Guerre Mondiale. L'émergence d'un pacifisme d'Etat, ou supposé tel, prôné par l'Union Soviétique entre les deux guerres mondiales, d'un pacifisme en fait instrumentalisé par un Etat, exprimé dans la création de nombreuses organisations, prolongé (à travers la création du Mouvement de la paix par exemple), pendant les années de la guerre froide, contribue à la division de pratiquement toute la gauche politique européenne.
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 23:52
Pour écouter cette magnifique chanson de Brel sur la boucherie de 14-18
ici
Ils étaient usés à quinze ans
Ils finissaient en débutant
Les douze mois s'appelaient décembre
Quelle vie ont eu nos grand-parents
Entre l'absinthe et les grand-messes
Ils étaient vieux avant que d'être
Quinze heures par jour le corps en laisse
Laissent au visage un teint de cendres
Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

On ne peut pas dire qu'ils furent esclaves
De là à dire qu'ils ont vécu
Lorsque l'on part aussi vaincu
C'est dur de sortir de l'enclave
Et pourtant l'espoir fleurissait
Dans les rêves qui montaient aux cieux
Des quelques ceux qui refusaient
De ramper jusqu'à la vieillesse
Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

Si par malheur ils survivaient
C'était pour partir à la guerre
C'était pour finir à la guerre
Aux ordres de quelque sabreur
Qui exigeait du bout des lèvres
Qu'ils aillent ouvrir au champ d'horreur
Leurs vingt ans qui n'avaient pu naître
Et ils mouraient à pleine peur
Tout miséreux oui notre bon Maître
Couverts de prèles oui notre Monsieur
Demandez-vous belle jeunesse
Le temps de l'ombre d'un souvenir
Le temps de souffle d'un soupir

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 23:05
comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

En ce 11 novembre, on aurait pu sur le blog reprendre tant de textes de Rosa Luxemburg,

Tous les articles qu'elle a consacrés à la lutte contre la marche de l'impérialisme vers la guerre dès la fin du XIXème siècle,

Ou tous ceux qui d'août 1914 jusqu'à sa sortie de prison en 1918, ont marqué sa lutte contre la guerre pendant la guerre même

Ou enfin tous ceux écrits durant la révolution spartakiste, où elle montre la responsabilité du capital et de ceux qui le soutinrent au sein même de la social-démocratie dans cet énorme massacre que fut ce conflit.

Nous avons choisi cette photographie d'aujourd'hui, qui témoigne que la conscience, de ce que fut réellement  cette guerre, n'a pas disparu et que la lutte continue: pour dire que les morts de 14/18 sont bien morts pour le capital et que seule une lutte contre le capitalisme, l'impérialisme, que seule la lutte des classes

peut empêcher d'autres morts pour rien!


(reçu par l'intermédiaire de la liste résistons rezo)
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 18:00

Pour consulter le blog : comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com


A Kostia Zetkin

Berlin - Sudende, 2 août 1914


Petit Niouniou, ai bien reçu tes deux lettres. J'aimerais tant être avec toi, chez vous, pour parler et discuter de tout avec toi. Mais comment m'en aller quand il faut tenter et faire ici tout ce qui est humainement possible. Je suis encore obligée de rester ici jusqu'au moment où tout sera tout à fait impossible [...] Pour l'heure, j'essaie de faire tout ce qu'on peut et surtout - d'empêcher ce qu'on peut empêcher, si peu que ce soit.


Ce soir Hannes Diefenbach est venu prendre congé avec Maxim [Zetkin,]. Hannes m'a fait beaucoup de peine; il ressemble à quelqu'un qui marche à l'échafaud; il a pris congé pour toujours et a une mine affreuse. Il ne s'est pas occupé de se faire incorporer en sa qualité de médecin, et le voilà qui entre à la caserne avec le grade de sergent! Maxim n'a pas encore reçu sa feuille de route. Le petit Kurt Rosenfeld part dans la nuit de mardi à 3 heures et demie. Dans les rues, on ne voit que des réservistes se hâtant une petite valise à la main et des tas de femmes et d'enfants qui restent dehors jusque tard dans la nuit. Le monde entier est soudain devenu un asile de fous.


Ton "démissionner du parti" m'a fait rire. Espèce de grand enfant, ne voudrais-tu par hasard démissionner du "genre humain"? En présence de phénomènes historiques de cette ampleur toute colère doit céder la place à une action opiniâtre. Dans quelques mois, quand la faim commencera à se faire sentir, les choses changeront peu à peu. Reste dispos et serein, comme moi.


N

 

Dans Rosa Luxemburg, épistolière

Zditions de l'Atelier

Gilbert Badia, 1995

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 10:14

Pour consulter le blog : comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com


 

A Paul Levi

Berlin-Südende

Le 31 juillet 1914

Vendredi



Il est sept heures du soir, je viens tout juste de rentrer de Bruxelles, j'ai trouvé ta lettre et t'ai télégraphié. Pauvre chéri, ne sois pas donc pas aussi désespéré. Actuellement, nous avons besoin de garder la tête froide et de faire preuve de courage en agissant. Si je ne t'ai pas écrit, c'est que depuis deux semaines, je vis comme dans un moulin. A peine rentrée de Bruxelles, j'ai été assiégée par des Russes et des Polonais. Après quoi j'ai reçu un télégramme m'informant qu'une nouvelle réunion avait lieu à Bruxelles, mercredi matin. Il m'a fallu donc repartir mardi matin.


A Bruxelles, je n'ai naturellement pas eu une minute à moi et je ne rentre qu'aujourd'hui. Le Congrès de Paris n'aura sans doute pas lieu, car la guerre est imminente. Sur Bruxelles et le reste, il y aurait beaucoup à dire, mais les temps que nous vivons ne se prêtent guère à une relation écrite. L'essentiel est de réfléchir à ce que, de notre côté, nous allons pouvoir faire et comment. Si l'on pouvait en discuter, ce serait mieux.


Ah oui, à propos! En arrivant, j'ai trouvé ici - devine quoi? - la plainte au sujet de la grève de masse. Et ils sont très pressés. Manifestement, par sollicitude pour ma peronne, on veut, par ces temps troublés, me mettre sous les verrous le plus tôt possible. Sont accusés avec moi Rosenfeld, Ledebourg et Düwell. Ca m'amuse. Rosenfeld est déjà ici, mais je ne lui ai pas encore parlé (au téléphone, je veux dire).


Au reste, dernière nouveauté je possède un téléphone tout à fait personnel : bureau Südring 1153. Tu vois! Tu pourrais peut-être tenter de me joindre. J'ai de nouveau oublié ton numéro. Et à présent écris-moi sur un autre ton, un ton alerte et énergique - malgré tout !

Publié le 23.11.2008

(Rosa Luxemburg, épistolière - Gilbert Badia - Editions de l'Atelier - 1995)

Partager cet article
Repost0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009