Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 10:05

Nous ne ferons pas la fine bouche même si nous aurions préféré peut-être une date encore plus universelle tant son combat et sa personnalité étaient universels.

Nous ne ferons pas la fine bouche quand nous voyons les autres femmes honorées le même jour et l'occasion: le 1OOème anniversaire de ce jour dédié aux luttes des femmes, jour toujours aussi nécessaire dans ce monde d'oppression et d'inégalité.

Nous ne ferons pas la fine bouche car il est remarquable qu'une mairie honore ainsi le combat et les engagments de Rosa Luxemburg

Et nous invitons tous ceux qui le peuvent à participer à cet hommage


Qu’elles aient été chanteuses, peintres, militantes politiques ou écrivains, elles ont marqué l’histoire des femmes et celle de leurs droits. La municipalité vous invite à les rencontrer le temps d’une exposition, d’une table-ronde et de balades urbaines.

À l’occasion du 100ème anniversaire de la « Journée Internationale des Femmes », la Mairie du 18ème organise l’événement « Place aux femmes ! », un hommage à la mémoire de femmes remarquables dont le nom s’est inscrit sur les plaques de rues, places, squares et autres lieux de l’arrondissement.

Exposition : « Place aux femmes ! » De Suzanne Valadon à Dalida, en passant par Louise Michel, Suzanne Buisson, Yvonne Le Tac, Mistinguett ou Barbara, cette exposition présentera dix-neuf panneaux dédiés à la mémoire des « femmes illustres » du 18ème arrondissement. L’occasion de comprendre les raisons pour lesquelles elles ont laissé une trace dans l’espace public. Vernissage le 8 mars à 18h30 Exposition : Du 8 mars au 27 mars (Mairie du 18ème / Hall d’accueil) Entrée libre

Table-ronde : « Les femmes dans l’espace public » Autour de ces femmes illustres du 18ème, historiens et spécialistes de l’espace public proposeront une réflexion sur la place des femmes dans la ville. Dans le 18ème comme ailleurs, l’étude et le recensement des noms de rue donnés à des femmes soulignent leur faible présence dans l’espace public. Depuis quelques années cependant, un travail s’est engagé pour féminiser les noms des lieux publics, notamment à Paris. Intervenants Danièle Pourtaud : Adjointe au maire de Paris, chargée du Patrimoine Christine Guillemaut : De l’Observatoire de l’égalité femmes-hommes Eric Lafon : Musée de l’Histoire Vivante de Montreuil Christel Sniter : Docteur en sciences politiques. Le 8 mars à 19h30 (Mairie du 18ème / Salle des fêtes) Inscription au 01 53 41 17 82

Inauguration d’une place Cécile Brunschvicg et d’une plaque Rosa Luxemburg
La municipalité du 18ème a souhaité donner un signal fort en inaugurant, à l’occasion du 8 mars, une place Cécile Brunschvicg, première femme ministre sous Léon Blum et une plaque à la mémoire de Rosa Luxemburg, figure du socialisme révolutionnaire qui vécut dans le 18ème, lors de son exil parisien. Le 8 mars à 16h00 : Plaque Rosa Luxemburg, 21 rue Feutrier Le 8 mars à 17h30 : Place Cécile Brunschvicg, à l’angle de la rue Boinod et de la rue du Simplon

Publié le 6 mars 2010

Quelques articles sur le blog à consulter:

"Candide" de Voltaire vu par Rosa Luxemburg
L’impérialisme français en Algérie, Rosa Luxemburg, 1913. Sur le site bataille socialiste
Rosa Luxemburg à Paris. Extrait de Luise Kautsky, Mon amie Rosa Luxemburg
Rosa Luxemburg à Paris au travers de sa correspondance (son arrivée)
Rosa Luxemburg à Paris au travers de sa correspondance : le 2ème jour
Eléments bibliographiques pour suivre Rosa Luxemburg à Paris (1)
Rosa Luxemburg et l'entrée de Millerand au gouvernement
Millerand
« Leurs âmes tremblent dès que l’on prononce ce mot : l’année 1793 ! »
Sprawa Robotnisza - La Cause ouvrière. Question nationale et marxisme
“L’Armée nouvelle” de Jaurès lu par Rosa Luxemburg
Une lecture des lettres ..."Elle a donc 23 ans, et réfléchit, décide, conçoit ...".
Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 07:34

Une plaque Rosa Luxemburg va être posée à Paris 21 rue Feutrier, à l’angle de la rue Boinod et de la rue du Simplon dans le18ème arrondissement . Cela se passera ce lundi 8 mars 2010.

Rosa Luxemburg comprenait parfaitement le français.

Elle fait partie de ces rares militants réellement internationalistes, et elle savait analyser aussi bien ce qui se passait dans sa Pologne natale ou dans l'Allemagne où elle avait choisi de militer que dans les autres pays de  la IIème Internationale.

Elle est ainsi l'auteur d'une série d'articles de fond sur le réformisme en France, devenu manifeste avec l'entrée de Millerand dans un gouvernement bourgeois.

Elle sera la traductrice lors d'une intervention de Jaurès lors d'un des congrès de l'Internationale.Elle discute avec Jaurès, se sent proche de Vaillant, très présent dans la correspondance.

Sa réflexion sur l'impérialisme, le colonialisme et la guerre l'amènera régulièrement à intégrer des analyses sur le capitalisme en France.

Sa sensibilité, le caractère universel de sa personnalité lui feront parler aussi bien de la littérature française (de Voltaire à Anatole France) que de paysages, comme ce superbe texte sur la Corse.


A Paris, elle séjournera brièvement mais à un moment crucial de son action politique et pour des raisons politiques importantes: la parution du journal "La cause ouvrière" (Sprawa Robotnisza), organe du SDKPiL (Parti social-démocrate du Royaume de Pologne et de Lituanie).

Que son séjour en France soit symbolisé par une plaque permettra de laisser durablement une trace de sa présence et de son action.

Publié le 5 mars 2010
C'est une belle initiative.

Quelques articles sur le blog à consulter:

"Candide" de Voltaire vu par Rosa Luxemburg
L’impérialisme français en Algérie, Rosa Luxemburg, 1913. Sur le site bataille socialiste
Rosa Luxemburg à Paris. Extrait de Luise Kautsky, Mon amie Rosa Luxemburg
Rosa Luxemburg à Paris au travers de sa correspondance (son arrivée)
Rosa Luxemburg à Paris au travers de sa correspondance : le 2ème jour
Eléments bibliographiques pour suivre Rosa Luxemburg à Paris (1)
Rosa Luxemburg et l'entrée de Millerand au gouvernement
Millerand
« Leurs âmes tremblent dès que l’on prononce ce mot : l’année 1793 ! »
Sprawa Robotnisza - La Cause ouvrière. Question nationale et marxisme
“L’Armée nouvelle” de Jaurès lu par Rosa Luxemburg
Une lecture des lettres ..."Elle a donc 23 ans, et réfléchit, décide, conçoit ...".

Gilbert Badia et Georges Haupt

Rappelons bien entendu ici les apports essentiels de deux grands historiens auxquels il est important de rendre hommage quand on évoque Rosa Luxemburg et la IIème Internationale: Gilbert Badia, Georges Haupt.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 09:56
comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

Nous avons lu sur le net sur un site ce très intéressant historique de la journée des femmes (et non de " La" femme") comme on l'entend aujourd'hui. Ce qui sous-entendrait une sorte d'entité spécifique, qui crée une division absurde et qui gomme avant tout la dimension concrète de cette journée, à savoir identifier les formes d'oppression subies par les femmes dans la société.

Une biographie très complète de Clara Zetkin:lire

Dimanche 7 mars 2010
lescommunistes.org

La création d’une "Journée des femmes" a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par la communiste Clara Zetkin, et s’inscrivait dans une perspective révolutionnaire.

La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, et l’impulsion de Lénine en 1921, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

C’est la journaliste allemande Clara Zetkin qui a lancé l’idée d’une Journée des femmes

Klara zetkinDirectrice de la célèbre revue Die Gleichheit (L’égalité), qu’elle a fondé en 1890, Clara Zetkin (1857-1933) organise les conférences internationales des femmes socialistes de Stuttgart (1907) et de Copenhague (1910) où elle impose son point de vue et est élue secrétaire.

C’est à Copenhague, en 1910, lors de la seconde conférence internationale des femmes socialistes, qu’elle propose d’organiser une "Journée des femmes" en vue de servir à la propagande pour le vote féminin. La conférence réunit une centaine de militantes, venues de 17 pays. Elles adoptent aussitôt cette proposition, inspirée des manifestations d’ouvrières qui se sont déroulées aux Etats-Unis en 1908 et en 1909. Le 8 mars 1914, les femmes réclament le droit de vote en Allemagne. Elles l’obtiennent le 12 novembre 1918.

Rosa LuxembourgClara Zetkin est emprisonnée en 1915 en raison de ses convictions pacifistes. En 1916, elle joue, avec Rosa Luxemburg, un rôle essentiel dans la création du parti communiste allemand. En 1920, élue au Reichstag, Clara Zetkin assiste à la montée du nazisme en Allemagne. Le 30 août 1932, à 75 ans, elle est chargée, en sa qualité de doyenne du Reichstag, de prononcer le discours d’inauguration du Parlement où dominent les chemises brunes. Elle lance un vibrant appel à lutter contre le nazisme. Ce sera sa dernière manifestation publique. En exil à Moscou, elle meurt le 20 juin 1933.

Ses convictions lui ont survécu. Elle a défendu une conception du couple au sein duquel les partenaires sont égaux en droits. Elle était favorable au divorce par consentement mutuel et pensait que les garçons, comme les filles, doivent prendre part aux soins du ménage. Mère de deux garçons, elle a vécu elle-même en union libre.

C’est Lénine qui décrète le 8 mars journée internationale des femmes

Le 8 mars 1921, Lénine institue la Journée internationale des femmes, dont il fixe la date en souvenir des ouvrières de St-Pétersbourg.

Le 23 février 1917 (du calendrier Grégorien, cette date correspondant au 8 mars dans notre calendrier Julien), à Petrograd (Saint Pétersbourg), la capitale russe de l’époque, les femmes manifestent pour réclamer du pain et le retour de leurs maris partis au front, la paix et... la République ! Les difficultés d’approvisionnement liées au froid poussent un grand nombre d’ouvriers des usines Poutilov, les plus importantes de la ville, à faire grève et à se joindre au défilé. Cette manifestation pacifique marque le début de la fin du règne du tsar Nicolas II, empêtré dans les difficultés de la Grande Guerre (1914-18) qu’il a contribué à provoquer trois ans plus tôt. Du textile, la grève s’étend rapidement et spontanément à l’ensemble du prolétariat de Pétrograd. Au cri "du pain", s’ajoutent vite ceux de "paix immédiate", "à bas l’autocratie" et "à bas le tsar". En quelques jours, la grève de masse (200 000 personnes dans les rues) se transforme en insurrection, avec le passage de la garnison à la révolution. Dans la capitale russe, les manifestations se succèdent et s’amplifient pour aboutir en cinq jours à la chute de l’empire.

Lénine donne dans la Pravda du 8 mars 1921 les explications suivantes :

La Journée internationale des ouvrières

Un des traits essentiels du bolchévisme et de la Révolution russe a été d’attirer à la politique ceux qui étaient le plus opprimés sous le capitalisme. Dans les monarchies et les républiques démocratiques bourgeoises, la majorité de la population est opprimée, trompée, pillée par les capitalistes. Cette oppression, cette tromperie, ce pillage du travail populaire sont inévitables tant que subsiste la propriété du sol, des fabriques, des usines.

L’essence du bolchévisme, du pouvoir des Soviets, consiste en ce qu’il dévoile le mensonge et l’hypocrisie de la démocratie bourgeoise, abolit la propriété privée de la terre et des usines et réunit tout le pouvoir entre les mains des masses travailleuses et exploitées. Ce sont ces masses elles-mêmes qui prennent en mains la politique, c’est-à-dire l’édification de la société nouvelle. L’oeuvre est difficile, mais il n’est pas d’autre issue à l’esclavage du salariat.

Pour entraîner les masses dans la politique, il faut y entraîner les femmes. Car, sous le régime capitaliste, la moitié du genre humain est doublement opprimée. L’ouvrière et la paysanne sont opprimées par le capital ; en outre, même dans les plus démocratiques des républiques bourgeoises, elles restent devant la loi des êtres inférieurs à l’homme ; elles sont de véritables « esclaves domestiques », car c’est à elles qu’incombe le travail mesquin, ingrat, dur, abrutissant de la cuisine et du ménage.

La révolution bolchévique a coupé les racines de l’oppression et de l’inégalité de la femme, ce que n’avait encore osé faire aucun parti, aucune révolution. De l’inégalité de la femme devant la loi, il ne reste pas trace chez nous. L’inégalité odieuse dans le mariage, le droit familial, la question des enfants a été totalement abolie par le pouvoir de Soviets.

Ce n’est là qu’un premier pas vers l’émancipation de la femme. Mais pas une seule République bourgeoise, même parmi les plus démocratiques, n’a osé le faire, et cela de crainte d’attenter au principe sacro-saint de la propriété individuelle.

Le second, (le plus important) a été la suppression de la propriété privée sur la terre et les usines. Voilà ce qui ouvre la voie à l’émancipation effective et intégrale de la femme et à son affranchissement de « l’esclavage domestique » par la substitution de la grande économie collective à l’économie domestique individuelle.

Cette émancipation est chose difficile, car il s’agit de transformer des coutumes, des mœurs enracinées depuis des siècles. Mais nous avons déjà un début, le branle est donné et nous sommes engagés dans la vole nouvelle.

Aujourd’hui, journée internationale des ouvrières, dans tous les pays du monde d’innombrables réunions d’ouvrières voteront des adresses de félicitation à la Russie des Soviets, qui a inauguré l’œuvre difficile, mais grande et féconde, de leur libération ; les leaders du mouvement féminin exhorteront à ne pas perdre courage devant la sauvage réaction bourgeoise. Plus un pays bourgeois est « libre » ou « démocratique », plus les capitalistes répriment avec cruauté le mouvement ouvrier. Nous en avons un exemple dans la République démocratique des Etats-Unis. Mais les travailleurs se réveillent. La guerre impérialiste a tiré de leur torpeur les masses laborieuses d’Amérique, d’Europe et même d’Asie.

Le monde entier est en effervescence. La libération des peuples du joug de l’impérialisme, la libération des ouvriers et des ouvrières du joug du capital progresse irrésistiblement. Elle s’accomplit, grâce à la poussée de dizaines et de centaines de millions d’ouvriers et d’ouvrières, de paysans et de paysannes. C’est pourquoi la cause de l’émancipation du travail triomphera dans le monde entier.

 

En 1977, les Nations Unies officialisent la "Journée Internationale des Femmes


Partager cet article
Repost0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 08:20

Siur le site du collectif Smolny (voir le lien sur le blog), on peut retrouver le contenu des Oeuvres complètes publiées en allemand chez Dietz Verlag. Chez le même éditeur a été éditée  la correspondance de Rosa Luxemburg. Ces ouvrages, irremplçables, sont encore disponibles, en particulier d'occasion.

Rosa Luxemburg : Gesammelte Werke ( 1893 - 1919 )
Fiche bibliographique n°20 : sommaire détaillé de l’édition Dietz Verlag
arton1093.png
12 octobre 2009 par eric

Présentation :

La présente bibliographie se compose des œuvres de Rosa Luxemburg répertoriées dans les Gesammelte Werke publiées en 6 volumes chez Dietz Verlag, sur la base des éditions suivantes :
-  vol. 1-1 : 5ème édition, 1982 ;
-  vol. 1-2. : 6ème édition, 1988 ;
-  vol. 2 : 3ème édition, 1981 ;
-  vols. 3 et 4, 5ème édition, 1990 ;
-  vol. 5 : 4ème édition, 1990.

Il s’agit ici d’un document de travail, destiné à être croisé avec les bibliographies de Badia et Nettl, ainsi qu’avec les sources plus récentes, afin d’établir une bibliographie générale la plus complète possible. Les indications peuvent donc être alternativement ou simultanément en allemand (Bd., Jg., etc.) ou francisées, notamment pour les dates. Merci de signaler les erreurs qui auraient pu se glisser, dans la collation des références en particulier.

E.S.


Revues et journaux

CS : Czerwony Sztandar (Zürich)

LV : Leipziger Volkszeitung

NZ : Die Neue Zeit (Stuttgart)

PSD : Przeglad Socjaldemokratyczny

SAZ : Sächsische Arbeiter-Zeitung (Dresden)

SDK : Sozialdemokratische Korrespondenz (Berlin)

SM : Sozialistische Monatshefte (Berlin)

SR : Sprawa Robotnicza, Organ der Socialdemokraten des Königreichs Polen.


Volume 1 - De 1893 à 1905 - Première moitié :

— « Bericht an den III. Internationalen Sozialistischen Arbeiterkongreß in Zürich 1893 über den Stand und Verlauf der sozialdemokratischen Bewegung in Russisch-Polen 1889-1893 », erstattet von der Redaktion der Zeitschrift SR.

— « Neue Strömungen in der polnischen sozialistischen Bewegung in Deutschland und Österreich », NZ, 14. Jg. 1895/96, Zweiter Band, I u. II : p. 176-181, III u. IV : p. 206-216.

— « Der Sozialpatriotismus in Polen », NZ, 14. Jg. 1895/96, Zweiter Band, p. 459-470.

— « Zur Taktik der polnischen Sozialdemokratie », Vorwärts (Berlin), n°172 - 25 juillet 1896.

— « Die nationalen Kämpfe in der Türkei und die Sozialdemokratie », SAZ, I. « Die türkischen Zustände » : n°234 - 8 octobre 1896, II. « Die Zersetzung » : n°235 - 9 octobre 1896, III. « Die Stellungnahme der Sozialdemokratie » : n°236 - 10 octobre 1896.

— « Zur Orientpolitik des “Vorwärts” », SAZ, n°273 - 25 novembre 1896.

— « Die Agitation unter der polnischen Bevölkerung », SAZ, I : n°127 - 5 juin 1897, II : n°128 - 6 juin 1897.

— « Der Sozialismus in Polen », SM, 1. Jg. 1897, n°10, p. 547-556.

— « Von Stufe zu Stufe. Zur Geschichte der bürgerlichen Klassen in Polen », NZ, 16. Jg. 1897/1898, Erster Band, p. 164-176.

— « Die industrielle Entwickelung Polens », lnaugural-Dissertation zur Erlangung der staatswissenschaftlichen Doktorwürde der hohen staatswissenschaftlichen Fakultät der Universität Zürich vorgelegt von Rosa Luxemburg aus Warschau. Genehmigt auf Antrag des Herrn Prof. Dr. Julius Wolf, Duncker & Humblot, Leipzig, 1898.

— « Die Wahlen in Oberschlesien », LV, n°150 - 2 juillet 1898.

— « Aus Posen », SAZ, I : n°155 - 8 juillet 1898, II : n°159 - 13 juillet 1898.

— « Ausnahmezustand über Österreichisch-Galizien », SAZ, n°159 - 13 juillet 1898.

— « Possibilismus, Opportunismus », SAZ, n°227 - 30 septembre 1898.

— « Zum Stuttgarter Parteitag », SAZ, n°229 - 2 octobre 1898.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 3. bis 8. Oktober 1898 in Stuttgart », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Stuttgart vom 3. bis 8. Oktober 1898, I. « Rede über den politischen Kampf der deutschen Sozialdemokratie » : p. 99-100, II. « Rede über das Verhältnis des trade-unionistischen zum politischen Kampf » : p. 117-118.

— « Nachbetrachtungen zum Parteitag », SAZ, I : n°237 - 12 octobre 1898, II : n°238 - 13 octobre 1898, III : n°239 - 14 octobre 1898.

— « Entgegnung », SAZ, n°242 - 18 octobre 1898.

— « Erörterungen über die Taktik », SAZ, I : n°243 - 19 octobre 1898, II : n°249 - 26 octobre 1898.

— « Die Krise in Frankreich », SAZ, n°252 - 29 octobre 1898.

— « Erklärung », SAZ, n°255 - 3 novembre 1898.

— « Ein Parteistreit. Ein Nachspiel zu meiner Diskussion mit Gradnauer », LV, n°256 - 4 novembre 1898.

— « Zweierlei Kompensationspolitik », LV, n°278 - 1er décembre 1898.

— « Wirtschaftliche und sozialpolitische Rundschau », SAZ, I. « Kapitalistischer Schwindel », II. « Beamtenelend in Frankreich », III. « Die russische Eisenindustrie », IV. « Wasserkonstruktionen in Nordamerika » : n°281 - 4 décembre 1898, V. « Wozu die Kolonialpolitik ? », VI. « Die wirtschaftliche Entwicklung der Vereinigten Staaten », VII. « Riesenwerke des Kapitalismus », VIII. « Wer muß von der Trunksucht gerettet werden ? » : n°287 - 11 décembre 1898, IX. « Einführung der Reichsstreikstatistik », X. « Frauen- und Kinderarbeit », XI. « Wandlungen auf dem Weltmarkt » : n°293 - 18 décembre 1898.

— « Die Kosten eines Sieges », LV, n°293 - 19 décembre 1898.

— « Adam Mickiewicz », LV, n°298 - 24 décembre 1898.

— « Wirtschaftliche und sozialpolitische Rundschau », SAZ, I. « Klein- und Großbetrieb in Berlin », II. « Die Bevölkerungsstatistik in Frankreich », III. « Die neue Gewerbebesteuerung in Rußland », n°300 - 18 décembre 1898, IV. « Verschiebungen auf dem Weltmarkt », V. « Die Arbeiter der Vereinigten Staaten und die Annexionspolitik » : n°6 - 8 janvier 1899.

— « Rußland im Jahre 1898 », LV, I : n°14 - 18 janvier 1899, II : n°16 - 20 janvier 1899.

— « Wirtschaftliche und sozialpolitische Rundschau », SAZ, I. « Glänzende Kolonialpolitik », II. « Zur Verelendungsfrage », III. « Die russische Abrüstung » : n°19 - 24 janvier 1899, IV. « “Zunehmender Volkswohlstand” », V. « Ein Getreide-Weltkartell ? » : n°24 - 29 janvier 1899, VI. « Rezension » : n°31 - 7 février 1899, VII. « Die Reichsbankvorlage », VIII. « Neue Ära in der kubanischen Zollpolitik » : n°37 - 14 février 1899.

— « Umwälzungen im Schiffsbau », LV, n°39 - 16 février 1899.

— « Wirtschaftliche und sozialpolitische Rundschau », SAZ, I. « Eine Verstaatlichungsfrage », II. « Aus dem Lande der Hungerrevolten und des Anarchismus » : n°43 - 21 février 1899, III. « Französische Professorenweisheit über den Marxismus » : n°54 - 7 mars 1899.

— « Verschiebungen in der Weltpolitik », LV, n°59, 13 mars 1899.

— « Sozialreform oder Revolution ? Mit einem Anhang : Miliz und Militarismus », Leipzig, 1899.

— « Nur ein Menschenleben ! », LV, n°101 - 4 mai 1899.

— « Die englische Brille », LV, I : n°105 - 9 mai 1899, II : n°106 - 10 mai 1899.

— « Eine taktische Frage », LV, n°153 - 6 juillet 1899.

— « Hohle Nüsse », LV, n°167 - 22 juillet 1899.

— « Die “wirtschaftliche Macht” », LV, n°204 - 4 septembre 1899.

— « Die “bayerischen Verhältnisse” », LV, I : n°206 - 6 septembre 1899, II : n°207 - 7 septembre 1899.

— « Preußische Ministerwechsel und die Sozialdemokratie », LV, n°209 - 9 septembre 1899.

— « Eine Richtigstellung », LV, n°209 - 9 septembre 1899.

— « Die “bayerischen Verhältnisse” », LV, n°212 - 13 septembre 1899.

— « Zum kommenden Parteitag », LV, I. « Zur Tagesordnung », II. « Mißverständnisse » : n°213 - 14 septembre 1899, III. « Die Gegensätze », IV. « Freiheit der Kritik und der Wissenschaft » : n°214 - 15 septembre 1899, V. « Wo liegt die Gefahr ? », VI. « Mittel der Abhilfe » : n°215 - 16 septembre 1899.

— « Kautskys Buch wider Bernstein », LV, I : n°218 - 20 septembre 1899, II : n°219 - 21 septembre 1899, III : n°221 - 23 septembre 1899.

— « Unser leitendes Zentralorgan », LV, n°220 - 22 septembre 1899.

— « War es ein Kompromiß ? », LV, n°222 - 25 septembre 1899.

— « Parteifragen in “Vorwärts” », Vorwärts (Berlin), n°228 - 29 septembre 1899.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 9. bis 14. Oktober 1899 in Hannover », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Hannover vom 9. bis 14. Oktober 1899, Berlin (1899), I. « Rede über die Ablösung der kapitalistischen Gesellschaft » p. 171-175, II. « Persönliche Bemerkung zur “Freiheit der Kritik in der Partei” » p. 219, III. « Persönliche Bemerkung zum “Vorwärts”-Bericht vom 7. September 1899 » p. 222, IV. « Rede über die Stellung der deutschen Sozialdemokratie zum Militarismus » p. 265-267, V. « Antrag 66 » p. 65, VI. « Begründung des Antrages 66 » p. 290-291.

— « Ein fachmännisches Urteil », LV, n°254 - 2 novembre 1899.

— « Flottenbegeisterung und Zuchthausschwärmerei », LV, n°254 - 2 novembre 1899.

— « Ein Ergebnis der Kartellwirtschaft », LV, n°255 - 3 novembre 1899.

— « Zur Flottenvorlage », LV, n°255 - 3 novembre 1899.

— « Die zweite offizielle Kundgebung zur Flottenfrage », LV, n°256 - 4 novembre 1899.

— « Die kapitalistische Entwicklung und die Arbeitervereinigungen », LV, I : n°258 - 7 novembre 1899, II : n°259 - 8 novembre 1899, III : n°261 - 10 novembre 1899, IV : n°265 - 15 novembre 1899, V : n°267 - 17 novembre 1899.

— « Flottenvermehrung und Handelspolitik », LV, n°261 - 10 novembre 1899.

— « Nach dem Siege », LV, n°273 - 25 novembre 1899.

— « Zu dem französischen Einigungskongreß », LV, n°274 - 27 novembre 1899.

— « Tugend aus Not », LV, n°275 - 28 novembre 1899.

— « Die “Unverschämten” an der Arbeit », LV, n°276 - 29 novembre 1899.

— « Rezension », NZ, 18. Jg. 1899/1900, Erster Band, p. 313-315.

— « Ein neues Buch über die Gewerkschaften », LV, n°278 - 1er décembre 1899.

— « Erklärung zur Rede Auers », SAZ, n°280 - 3 décembre 1899.

— « Nochmals die “Unverschämten” », LV, n°280 - 4 décembre 1899.

— « Brauchen wir Kolonien ? », LV, n°280 - 4 décembre 1899.

— « Zur Etatsdebatte », LV, n°284 - 8 décembre 1899.

— « Die amtliche Verkündigung des Weltmachtevangeliums », LV, n°287 - 12 décembre 1899.

— « Die französische Einigung », LV, I : n°292 - 18 décembre 1899, II : n°293 - 19 décembre 1899, III : n°294 - 20 décembre 1899.

— « Miquel und der Flottenplan », LV, n°295 - 21 décembre 1899.

— « Der zweite sozialreformerische Frühling », LV, n°12 - 16 janvier 1900.

— « Die Halben und die Ganzen », LV, n°16 - 20 janvier 1900.

— « Die Handelspolitik », LV, n°17 - 22 janvier 1900.

— « Ein Ergebnis der Weltpolitik », LV, n°20 - 25 janvier 1900.

— « Zentrum und Deckungsfrage », LV, n°23 - 29 janvier 1900.

— « Bismarcks Sünden », LV, n°29 - 5 février 1900.

— « Kartellwirtschaft in Nordamerika », LV, n°30 - 6 février 1900.

— « Peter Lawrow », LV, n°33 - 9 février 1900.

— « Agrarische Schachzüge gegen Handelsverträge », LV, n°40 - 17 février 1900.

— « Um die Beute », LV, n°73 - 29 mars 1900.

— « Ein Stück Neuland », LV, n°77 - 3 avril 1900.

— « Agrarische Interessen und Zollpolitik », LV, I : n°92 - 23 avril 1900, II : n°93 - 24 avril 1900, III : n°94 - 25 avril 1900.

— « Zur Verlegung des polnischen Parteiblattes », LV, n°96 - 27 avril 1900.

— « Die Preisbewegung des letzten Jahres », LV, n°105 - 9 mai 1900.

— « Zurück auf Adam Smith », NZ, 18. Jg. 1899/1900, Zweiter Band, p. 180-186.

— « Das Aufsteigen des Arbeiterstandes in England », LV, I : n°111 - 16 mai 1900, II : n°113 - 18 mai 1900, III : n°116 - 22 mai 1900.

— « Die erste englische Militärreform », LV, n°119 - 26 mai 1900.

— « Bilanz der Obstruktion », NZ, 18. Jg. 1899/1900, Zweiter Band, p. 280-284.

— « Eine Blüte des Hakatismus », LV, n°147 - 29 juin 1900.

— « Der Sozialismus in Russisch-Polen », Vorwärts (Berlin), n°196 - 24 août 1900.

— « Die “deutsche Wissenschaft” hinter den Arbeitern », NZ, 18. Jg. 1899/1900, Zweiter Band, I : p. 740-747, II et III : p. 773-782.

— « Bürgerliche Arbeiterschutzkongresse und die Sozialdemokratie », NZ, 18. Jg. 1899/1900, Zweiter Band, p. 656-659.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 17. bis 21. September 1900 in Mainz », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Mainz vom 17. bis 21. September 1900, Berlin (1900), I. « Antrag » p. 95, II. « Begründung des Antrages » p. 124, III. « Rede über die Polenfrage in der Partei » p. 126, IV. « Persönliche Bemerkung zur Polendebatte » p. 130, V. « Rede über die Agitation der Partei gegen den Chinakrieg » p. 116-117, VI. « Rede über die Notwendigkeit einer verstärkten Protestbewegung gegen den Chinakrieg » p. 165, VII. « Antrag » p. 193, VIII. « Rede über die Stellung der Sozialdemokratie zur Schutzzollpolitik » p. 194-195 et p. 199-200.

— « Internationaler Sozialistenkongreß vom 23. bis 27. September 1900 in Paris », Compte rendu analytique officiel, Paris, 1901, p. 31-32, « Rede über den Völkerfrieden, den Militarismus und die stehenden Heere », Internationaler Sozialisten-Kongreß zu Paris, Berlin, 1900, p. 27.

— « Zur Verteidigung der Nationalität », Poznan, 1900 (brochure : « Wobronie narodowsci »).


Volume 1 - De 1893 à 1905 - Seconde moitié :

— « Die sozialistische Krise in Frankreich », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Erster Band, I : « Einleitung » p. 495-499, II. « Die Regierung der republikanischen Verteidigung » p. 516-525, III. « Die Taktik Jaures’ und der Radikalismus » p. 548-558, IV. « Die Sozialreformen Millerands » p. 619-631, V. « Der Fall Millerand und die sozialistischen Parteien » p. 676-688.

— « Intermezzo », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Erster Band, p. 666-667.

— « Die badische Budgetabstimmung », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Zweiter Band, p. 14-20.

— « Zum französischen Einigungskongreß », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Zweiter Band, p. 202-210.

— « Nach dem Kongreß », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Zweiter Band, p. 299-305.

— « Der Parteitag und der Hamburger Gewerkschaftsstreit », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Zweiter Band, p. 705-711.

— « Der Parteitag und die Budgetbewilligung », NZ, 19. Jg. 1900/1901, Zweiter Band, p. 759-766.

— « Aus dem Nachlaß unserer Meister », Vorwärts (Berlin), n°217 - 17 septembre 1901.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 22. bis 28. September 1901 in Lübeck », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Lübeck vom 22. bis 28. September 1901, Berlin (1901), I. « Antrag » p. 96, II. « Rede über die Öffentlichkeit der Sitzungen des Parteitages » p. 108-109, III. « Rede über die Beziehungen der deutschen Sozialdemokratie zur polnischen Partei » p. 127-128.

— « Erklärung », International review of History (Amsterdam), 1963, Cahier 1, p. 107-108.

— « Aus dem Nachlaß unserer Meister », Vorwärts (Berlin), n°275 - 24 novembre 1901.

— « Resolution über die Wreschener Affäre », Vorwärts (Berlin), n°1 - 1er janvier 1902.

— « Der Abschluß der sozialistischen Krise in Frankreich », NZ, 20. Jg. 1901/1902, Erster Band, I : p. 710-718, II et III : p. 751-758.

— « Eine taktische Frage », LV, n°76 - 4 avril 1902.

— « Gleb Uspenski », LV, n°80 - 9 avril 1902.

— « Purzelbäume der Taktik », LV, n°80 - 9 avril 1902.

— « Der dritte Akt », LV, I : n°84 - 14 avril 1902, II : n°85 - 15 avril 1902.

— « Steuerlos », LV, n°90 - 21 avril 1902.

— « Die Ursache der Niederlage », LV, n°91 - 22 avril 1902.

— « Das belgische Experiment », NZ, 20. Jg. 1901/1902, Zweiter Band, p. 105-110.

— « Das eigene Kind ! », LV, n°97 - 29 avril 1902.

— « Die Wahlergebnisse in Frankreich », LV, n°103 - 7 mai 1902.

— « Und zum dritten Male das belgische Experiment », NZ, 20. Jg. 1901/1902, Zweiter Band, I. « Zur Antwort an Genossen É. Vandervelde », II. « Der Generalstreik » : p. 203-210, III. « Gewalt und Gesetzmäßigkeit » : p. 274-280.

— « Martinique », LV, n°109 - 15 mai 1902.

— « Arbeiterbewegung und Sozialdemokratie », LV, n°125 - 4 juin 1902.

— « Ein Problem der Taktik », LV, n°127 - 6 juin 1902.

— « Eine Lex Leipzig », LV, n°133 - 13 juin 1902.

— « Vor Ludwigshafen », LV, n°133 - 13 juin 1902.

— « Keine Lex Leipzig », LV, n°138 - 19 juin 1902.

— « Düsseldorf und Stuttgart », LV, n°140 - 21 juin 1902.

— « Zur Frage des Terrorismus in Rußland », LV, I : n°197 - 27 août 1902, II : n°201 - 1er septembre 1902.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 14. bis 20. September 1902 in München », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu München vom 14. bis 20. September 1902, Berlin (1902), I. « Antrag 128 » p. 94, II. « Antrag 91 » p. 87, III. « Rede über die Polenfrage » p. 149-151, IV. « Persönliche Bemerkung zur Polenfrage » p. 154-155 et p. 161-162.

— « Der Achtstundentag auf dem Parteitag », LV, n°217 - 19 septembre 1902.

— « Aus dem Nachlaß unserer Meister », Vorwärts (Berlin), n°263 - 9 novembre 1902.

— « Das Blutbad in Tichorezk. Der materielle Erfolg des Rostower Streiks », LV, n°3 - 5 janvier 1903.

— « Dem Andenken des “Proletariat” », PSD, 1903, n°1 p. 16-32, n°2 p. 49-67.

— « Stillstand und Fortschritt im Marxismus », Vorwärts (Berlin), n°62 - 14 mars 1903.

— « Karl Marx », Vorwärts (Berlin), n°62 - 14 mars 1903.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 13. bis 20. September 1903 in Dresden », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Dresden vom 13. bis 20. September 1903, Berlin (1903), I. « Rede über die Frage der polnischen Sonderorganisation » p. 277-279, II. « Erklärung » p. 410.

— « Im Rate der Gelehrten », NZ, 22. Jg. 1903/1904, Erster Band, p. 5-10.

— « Erklärung », Vorwärts (Berlin), n°231 - 3 octobre 1903.

— « Geknickte Hoffnungen », NZ, 22. Jg. 1903/1904, Erster Band, p. 33-39.

— « Nachträgliches zur Polendebatte », Vorwärts (Berlin), n°251 - 27 octobre 1903.

— « Der Sklaventanz in Frankfurt », NZ, 22. Jg. 1903/1904, Erster Band, p. 167-171.

— « Lassalle und die Revolution », Festschrift, mars 1904, Berlin, p. 7-8.

— « Organisationsfragen der russischen Sozialdemokratie », NZ, 22. Jg. 1903/1904, Zweiter Band, I : p. 484-492, II : p. 529-535.

— « Internationaler Sozialistenkongreß vom 14. bis 20. August 1904 in Amsterdam », Internationaler Sozialisten-Kongreß zu Amsterdam. 14. bis 20. August 1904, Berlin (1904), I. « Protest » p. 49, II. « Rede über die sozialistische Taktik » p. 73.

— « Sozialdemokratie und Parlamentarismus », SAZ, I : n°282 - 5 décembre 1904, II : n°284 - 7 décembre 1904.

— « Die Politik der “Blocks” », SAZ, I : n°290 - 14 décembre 1904.

— « Aus dem literarischen Nachlaß von Karl Marx », Vorwärts (Berlin), n°7 - 8 janvier 1905.

— « Die Revolution in Rußland », NZ, 23. Jg. 1904/1905, Erster Band, p. 572-577.

— « Nach dem ersten Akt », NZ, 23. Jg. 1904/1905, Erster Band, p. 610-614.

— « Die Revolution in Rußland », Die Gleichheit (Stuttgart), 15. Jg. 1905, n°3, p. 13.

— « Das Problem der “hundert Völker” », NZ, 23. Jg. 1904/1905, Erster Band, p. 643-646.

— « Die Revolution in Rußland », Vorwärts (Berlin), I : n°34 - 9 février 1905, II : n°35 - 10 février 1905.

— « Die Revolution in Rußland », SAZ, I : n°35 - 11 février 1905, II : n°36 - 12 février 1905, I : n°39 - 16 février 1905.

— « Terror », SAZ, n°42 - 20 février 1905.

— « Der Bittgang des Proletariats », NZ, 23. Jg. 1904/1905, Erster Band, p. 711-714.

— « Eine Probe aufs Exempel », SAZ, n°52 - 3 mars 1905.

— « Rezension », NZ, 23. Jg. 1904/1905, Zweiter Band, p. 163-165.

— « Im Feuerscheine der Revolution », SAZ, n°98 - 29 avril 1905.

— « In revolutionärer Stunde : Was weiter ? », CS (Zürich), n°25 - avril 1905, p. 1-4.

— « In revolutionirer Stunde : Was weiter ? », CS (Krakau), n°25 - 26 mai 1905.

— « Gegen sozialdemokratische Juliane », SAZ, n°111 - 16 mai 1905.

— « Sozialdemokratische Juliane », SAZ, n°116 - 22 mai 1905.

— « Die Debatten in Köln », SAZ, I : n°123 - 30 mai 1905, II : n°123 - 31 mai 1905.

— « Die kommenden Männer in Rußland », SAZ, n°140 - 21 juin 1905.

— « Russische Parteistreitigkeiten », SAZ, n°142 - 23 juin 1905.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 17. bis 23. September 1905 in Jena », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Jena vom 17. bis 23. September 1905, Berlin (1905), I. « Rede über das Verhältnis von Partei und Gewerkschaften » p. 256-257 et p. 269-271, II. « Rede über die erste russische Revolution und die deutsche Arbeiterbewegung » p. 320-321, III. « Bemerkung » p. 341-342.

— « Die Hetzer an der Arbeit », Vorwärts (Berlin), n°266 - 12 novembre 1905.

— « Eine maßlose Provokation », Vorwärts (Berlin), n°272 - 19 novembre 1905.

— « Eine Haupt- und Staatsaktion », Vorwärts (Berlin), n°277 - 26 novembre 1905.

— « Die Lösung der Frage », Die Gleichheit (Stuttgart), 15. Jg. 1905, n°24, p. 139.


Volume 2 - De 1906 à juin 1911 :

— « Die russische Revolution », brochure « 1649 - 1789 - 1905 », Berlin, p. 12-15.

— « In revolutionärer Stunde : Was weiter ? », brochure : « Z doby rewolucyjnej : Co dalej ? », CS, supplément n°3, Warschau, 1906.

— « Was wollen wir ? Kommentar zum Programm der Sozialdemokratie des Königreichs Polen und Litauens », brochure : Warschau, 1906.

— « Massenstreik. Partei und Gewerkschaften », brochure : Hamburg, 1906.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 23. bis 29. September 1906 in Mannheim », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Mannheim vom 23. bis 29. September 1906, Berlin (1906), I. « Rede zur Frage des Massenstreiks » p. 260-262, II. « Rede zum Verhältnis von Partei und Gewerkschaften » p. 315-316.

— « Die russische Revolution. Rede am 25. September 1906 in Mannheim in einer Volksversammlung », nach einem Zeitungsbericht, LV, n°226 - 29 septembre 1906.

— « Die zwei Methoden der Gewerkschaftspolitik », NZ, 25. Jg. 1906/1907, Erster Band, p. 134-137.

— « Rede im Prozeß vor dem Gericht in Weimar », nach einem Zeitungsbericht, LV, n°288 - 13 décembre 1906.

— « Mitteilung », Vorwärts (Berlin), n°18 - 22 janvier 1907.

— « Die Lehren der letzten Reichstagswahl. Rede am 6. März 1907 in Berlin in einer Volksversammlung », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°58 - 9 mars 1907.

— « Ignaz Auer. Rede an seinem Grabe », Vorwärts (Berlin), n°88 - 16 avril 1907.

— « Die Maifeier », Die Gleichheit (Stuttgart), 17. Jg. 1907, n°9, p. 71.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Arbeiterpartei Rußlands vom 13. Mai bis 1. Juni 1907 in London », Protokoll, Moskau (1963), I. « Begrüßungsrede » p. 97-104, II. « Rede über die Rolle der Bourgeoisie in der Revolution 1905/1906 in Rußland » p. 383-392, III. « Abschließende Worte » p. 432-437.

— « I. Internationale Konferenz sozialistischer Frauen am 17. und 19. August 1907 in Stuttgart. Rede zur Arbeit des Internationalen Sozialistischen Büros », Vorwärts (Berlin), n°192 - 18 août 1907.

— « Internationaler Sozialistenkongreß vom 18. bis 24. August 1907 in Stuttgart », Internationaler Sozialisten-Kongreß zu Stuttgart. 18. bis 24. August 1907, Berlin (1907), I. « Änderungsanträge zum Resolutionsentwurf August BebeIs über die imperialistische Politik » p. 102, II. « Rede in der Kommission “Militarismus und internationale Konflikte” » p. 97-98.

— « Resolution gegen die Provokationen der Polizei », Vorwärts (Berlin), n°22 - 26 janvier 1908.

— « Offener Brief an Jean Jaures », NZ, 26. Jg. 1907/1908, Zweiter Band, p. 588-592.

— « Tolstoi als sozialer Denker », LV, n°209 - 9 septembre 1908.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 13. bis 19. September 1908 in Nürnberg », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten zu Nürnberg vom 13. bis 19. September 1908, Berlin (1908), I. « Rede zur Frage der Parteischule » p. 230-231, II. « Rede über den Ersten Mai als Kampf tag der Arbeiterklasse » p. 267-269, III. « Rede gegen die Budgetbewilligung » p. 363-365.

— « Die Pariser Entlarvung », Vorwärts (Berlin), n°22 - 27 janvier 1909.

— « Das Begräbnis der Maifeier », LV, n°210 - 11 septembre 1909.

— « Die Maifeier vor der Entscheidung », Vorwärts (Berlin), n°213 - 12 septembre 1909.

— « Der politische Führer der deutschen Arbeiterklasse », Die Gleichheit (Stuttgart), 20. Jg. 1910, n°10, p. 146-149.

— « Was weiter ? », Arbeiter-Zeitung (Dortmund), I : n°61 - 14 mars 1910, II : n°62 - 15 mars 1910.

— « Zeit der Aussaat », Volkswacht (Breslau), n°71 - 25 mars 1910.

— « Der preußische Wahlrechtskampf und seine Lehren. Vortrag gehalten am 17. April 1910 im Zirkus Schumann zu Frankfurt am Main », brochure : Frankfurt a. M., 1910.

— « Die Maifeier im Zeichen des Wahlrechtskampfes », Bremer Bürger-Zeitung, n°94 - 23 avril 1910.

— « Zum 1. Mai. An die deutschen Arbeiter », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/18, Bl. 8-24.

— « Ermattung oder Kampf ? », NZ, 28. Jg. 1909/1910, Zweiter Band, I et II : p. 257-266, III-V : p. 291-305.

— « Die Theorie und die Praxis », NZ, 28. Jg. 1909/1910, Zweiter Band, I-III : p. 564-578, IV-VI : p. 626-642.

— « Der Kampf gegen Reliquien », LV, n°182 - 9 août 1910.

— « Die badische Budgetabstimmung », Bremer Bürger-Zeitung, n°185 - 10 août 1910.

— « Die totgeschwiegene Wahlrechtsdebatte », LV, n°189 - 17 août 1910.

— « Zur Richtigstellung », NZ, 28. Jg. 1909/1910, Zweiter Band, p. 756-760.

— « Erwiderung auf die Erklärung des Genossen Cunow », LV, n°193 - 22 août 1910.

— « Internationaler Sozialistenkongreß vom 28. August bis 3. September 1910 in Kopenhagen », Internationaler Sozialisten-Kongreß zu Kopenhagen. 28. August bis 3. September 1910, Berlin (1910), p. 19.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 18. bis 24. September 1910 in Magdeburg », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten in Magdeburg vom 18. bis 24. September 1910, Berlin (1910), I. « Antrag zum politischen Massenstreik » p. 181-182, II. « Rede zur Budgetabstimmung » p. 304-307, III. « Begründung des Antrages zum politischen Massenstreik » p. 426-430.

— « Der politische Massenstreik und die Gewerkschaften. Rede am 1. Oktober. 1910 in Hagen in der außerordentlichen Mitgliederversammlung des Deutschen Metallarbeiter-Verbandes », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/17, Bl. 12-34.

— « Klassenkampf und Tagespolitik. Rede am 16. Oktober 1910 in Stuttgart in einer Volksversammlung », nach einem Zeitungsbericht, Schwäbische Tagwacht (Stuttgart), n°242 - 17 octobre 1910.

— « Berichtigung », Vorwärts (Berlin), n°262 - 8 novembre 1910.

— « Friedensutopien », LV, I : n°103 - 6 mai 1911, II : n°104 - 8 mai 1911.

— « Gefährliche Neuerungen », LV, n°105 - 9 mai 1911.

— « Der Disziplinbruch als Methode », LV, n°105 - 9 mai 1911.

— « “Praktische Politik” », LV, I : n°120 - 27 mai 1911, II : n°121 - 29 mai 1911.

— « Die neue Armee », LV, n°130 - 9 juin 1911.

— « Unser Kampf um die Macht. Rede am 14. Juni 1911 in Königsberg in einer Volksversammlung », nach einem Zeitungsbericht, Königsberger Volkszeitung, n°137 - 15 juin 1911.

— « Eine Revision », LV, n°136 - 16 juin 1911.

— « Gewerkschaftsschule und Parteischule », LV, n°140 - 21 juin 1911.

— « Zum kommenden Parteitag », LV, n°147 - 29 juin 1911.

— « Galizische Wahlagitation », LV, n°154 - 7 juillet 1911.


Volume 3 - De juillet 1911 à juillet 1914 :

— « Um Marokko », LV, n°168 - 24 juillet 1911.

— « Friedensdemonstrationen », LV, n°174 - 31 juillet 1911.

— « Die Marokkokrisis und der Parteivorstand », LV, n°179 - 5 août 1911.

— « Marokko », Die Gleichheit (Stutgart), 21. Jg. 1911, n°23, p. 353-354.

— « Kleinbürgerliche oder proletarische Weltpolitik ? », LV, n°191 - 19 août 1911.

— « Unser Marokkoflugblatt », LV, n°197 - 26 août 1911.

— « Wieder Masse und Führer », LV, n°199 - 29 août 1911.

— « Zur Erwiderung », LV, n°200 - 30 août 1911.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 10. bis 16. September 1911 in Jena », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten in Jena vom 10. bis 16. September 1911, Berlin (1911), I. « Antrag zur Marokkoresolution » p. 162-163, II. « Begründung des Antrages zur Marokkoresolution » p. 348-349, III. « Rede gegen die Passivität des Parteivorstandes in der Marokkokrise » p. 204-207, IV. « Verteidigung gegen persönliche Angriffe » p. 247-249.

— « Resolution über die Lebensmittelteuerung », Bulletin périodique du Bureau Socialiste International (Bruxelles), 1912, n°8, p. 129.

— « Dem Weltkrieg entgegen. Rede am 7. Oktober 1911 in Stuttgart », nach einem Zeitungsbericht, Schwäbische Tagwacht (Stuttgart), n°235 - 9 octobre 1911.

— « Das Marokkoabkommen im Reichstag », LV, n°263 - 13 novembre 1911.

— « Die politische Lage und die Sozialdemokratie. Rede am 1. Dezember 1911 in Leipzig », nach einem Zeitungsbericht, LV, n°280 - 4 décembre 1911.

— « Rede am 19. Dezember 1911 im I. Berliner Reichstagswahlkreis », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°297 - 20 décembre 1911.

— « Bemerkung zum “Vorwärts”-Bericht über die Rede am 19. Dezember 1911 im I. Berliner Reichstagswahlkreis », Vorwärts (Berlin), n°299 - 22 décembre 1911.

— « Im Asyl », Die Gleichheit (Stuttgart), 22. Jg. 1912, n°8, p. 113-115.

— « Was nun ? », Die Gleichheit (Stuttgart), 22. Jg. 1912, n°10, p. 145-147.

— « Unsere Stichwahltaktik », LV, I : n°50 - 29 février 1912, II : n°51 - 2 mars 1912, III : n°52 - 2 mars 1912, IV : n°53 - 4 mars 1912.

— « Unser Wahlsieg und seine Lehren. Rede am 1. März 1912 in Bremen », nach einem Zeitungsbericht, Bremer Bürger-Zeitung, n°53 - 2 mars 1910.

— « Eine Verteidigung oder eine Anklage ? », LV, I : n°62 - 15 mars 1912, II : n°63 - 16 mars 1912.

— « Märzenstürme », Die Gleichheit (Stuttgart), 22. Jg. 1912, n°13, p. 1-2.

— « Rede am 31. März 1912 in der Generalversammlung des Verbandes sozialdemokratischer Wahlvereine Berlins und Umgegend », Vorwärts (Berlin), n°78 - 2 avril 1912.

— « Frauenwahlrecht und Klassenkampf », Frauenwahlrecht, Hrsg. zum Zweiten Sozialdemokratischen Frauentag von Clara Zetkin, Stuttgart, 12 mai 1912.

— « Schlag auf Schlag », Die Gleichheit (Stuttgart), 22. Jg. 1912, n°20, p. 305-307.

— « Blinder Eifer », Vorwärts (Berlin), n°215 - 14 septembre 1912.

— « Diskussionsbeitrag in der Sitzung des Internationalen Sozialistischen Büros am 28. Oktober 1912 », nach einem Zeitungsbericht, LV, n°253 - 30 octobre 1912.

— « Karl Marx », LV, n°60 - 14 mars 1913.

— « Tolstois Nachlaß », NZ, 31. Jg. 1912/1913, Zweiter Band, p. 97-100.

— « Der Maigedanke auf dem Vormarsch », LV, n°98 - 30 avril 1913.

— « Das belgische Experiment », LV, I : n°109 - 15 mai 1913, II : n°110 - 16 mai 1913, III : n°112 - 19 mai 1913.

— « Nach 50 Jahren », LV, n°116 - 23 mai 1913.

— « Die weltpolitische Lage. Rede am 27. Mai 1913 in Leipzig-Plagwitz », nach einem Zeitungsbericht, LV, n°121 - 29 mai 1913.

— « Lassalles Erbschaft », Die Gleichheit (Stuttgart), 23. Jg. 1913, n°18, p. 275-277.

— « Unsere Aktion gegen die Militärvorlage », LV, I : n°128 - 6 juin 1913, II : n°129 - 7 juin 1913.

— « Die zweite Lesung der Wehrvorlage », LV, n°132 - 11 juin 1913.

— « Der “Vorwärts” und die Milizforderung », LV, n°132 - 11 juin 1913.

— « Diskussionsrede zum Massenstreik am 10. Juni 1913 in einer Parteiversammlung in Wilmersdorf », LV, n°141 - 21 juin 1913.

— « Zur Tagesordnung des Parteitags », LV, n°141 - 21 juin 1913.

— « Taktische Fragen », LV, I : n°145 - 26 juin 1913, II : n°146 - 27 juin 1913, III : n°147 - 28 juin 1913.

— « Der politische Massenstreik. Rede und Schlußwort am 22. Juli 1913 im IV. Berliner Reichstagswahlkreis », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°187 - 24 juillet 1913.

— « Die Reichstagsfraktion und die Militärvorlage », LV, I : n°168 - 23 juillet 1913, II : n°169 - 24 juillet 1913, III : n°170 - 25 juillet 1913, IV : n°171 - 26 juillet 1913, V : n°172 - 28 juillet 1913, VI : n°173 - 29 juillet 1913.

— « Zu dem Riesenkampf in Lodz », Der Textil-Arbeiter (Berlin), n°31 - 1er août 1913, p. 243-244.

— « Resolution zum politischen Massenstreik », Vorwärts (Berlin), n°205 - 11 août 1913.

— « Der Riesenkampf in Lodz », Der Textil-Arbeiter (Berlin), n°35 - 29 août 1913, p. 277.

— « Das Offiziösentum der Theorie », NZ, 31. Jg. 1912/1913, Zweiter Band, p. 828-843.

— « Die Massenstreikresolution des Parteivorstands », LV, n°211 - 11 septembre 1913.

— « Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands vom 14. bis 20. September 1913 in Jena », Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands. Abgehalten in Jena vom 14. bis 20. September 1913, Berlin (1913), I. « Antrag zur Resolution über den politischen Massenstreik » p. 194-195, II. « Rede über die Taktik der Sozialdemokratie » p. 288-293, III. « Rede zur Steuerfrage » p. 485-487, IV. « Zusatzantrag zum Fall Radek » p. 198, V. « Begründung des Zusatzantrags zum Fall Radek » p. 543-544.

— « Nach dem Jenaer Parteitag », Die Internationale (Berlin), Jg. 10, 1927, Heft 5, p. 148-153.

— « Erklärung », NZ, 32. Jg. 1913/1914, Erster Band, p. 94.

— « Forderungen an die Preßkommission der “Leipziger Volkszeitung” », Die Internationale (Berlin), Jg. 10, 1927, Heft 5, p. 156.

— « Zur Spaltung in der sozialdemokratischen Dumafraktion », Vorwärts (Berlin), n°306 - 21 novembre 1913.

— « Ankündigung der “Sozialdemokratischen Korrespondenz” », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/20, Bl. 2.

— « Bemerkung zur Sitzung des Internationalen Sozialistischen Büros am 13. und 14. Dezember 1913 in London », Vorwärts (Berlin), n°338 - 23 décembre 1913.

— « Arbeitslos ! », SDK, n°1 - 27 décembre 1913.

— « Die Bilanz von Zabern », SDK, n°3 - 6 janvier 1914.

— « Um das Koalitionsrecht », SDK, n°6 - 13 janvier 1914.

— « Die künftige Revanche », SDK, n°9 - 20 janvier 1914.

— « Die alte Programmforderung », SDK, n°11 - 27 janvier 1914.

— « Noch eine Lehre von Zabern », SDK, n°14 - 3 février 1914.

— « Der gelbe Sklaventanz », SDK, n°17 - 10 février 1914.

— « Mücken und Elefanten », SDK, n°19 - 14 février 1914.

— « Verteidigungsrede am 20. Februar 1914 vor der Frankfurter Strafkammer », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°52 - 22 février 1914.

— « Rede am 22. Februar 1914 in der Protestversammlung gegen die Verurteilung Rosa Luxemburgs in Frankfurt am Main », nach einem Zeitungsbericht, Die Gleichheit (Stuttgart), 24. Jg. 1914, n°12, p. 180.

— « Die Proletarierin », SDK, n°27 - 5 mars 1914.

— « Diskussionsbeitrag und Schlußwort am 7. März 1914 in der Protestversammlung gegen die Verurteilung Rosa Luxemburgs in Freiburg i. Br. », nach einem Zeitungsbericht, Volkswacht (Freiburg i. Br.), n°57 - 9 mars 1914.

— « Die andere Seite der Medaille », SDK, n°39 - 2 avril 1914.

— « Zweierlei Maß », SDK, n°45 - 23 avril 1914.

— « Fünfundzwanzig Jahre Maifeier », SDK, n°47 - 27 avril 1914.

— « “Nicht zuständig” », SDK, n°50 - 5 mai 1914.

— « Über Militarismus und Arbeiterklasse. Rede am 12. Mai 1914 im VI. Berliner Reichstagswahlkreis », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°130 - 14 mai 1914.

— « Zwischen Hammer und Amboß », SDK, n°54 - 14 mai 1914.

— « Imperialismus. Rede am 19. Mai 1914 in einer Versammlung des sozialdemokratischen Wahlvereins Charlottenburg », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°137 - 21 mai 1914.

— « Zum preußischen Wahlrechtskampf », SDK, n°58 - 23 mai 1914.

— « Nochmals der preußische Wahlrechtskampf », SDK, n°64 - 6 juin 1914.

— « Antrag zur Aktivierung des Parteilebens », Vorwärts (Berlin), n°153 - 8 juin 1914.

— « Die Baseler Aktion », SDK, n°66 - 11 juin 1914.

— « Rede am 14. Juni 1914 auf der 3. Generalversammlung des Verbandes sozialdemokratischer Wahlvereine Berlins und Umgegend », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°160 - 15 juin 1914.

— « Ein Schritt vorwärts », SDK, n°68 - 16 juin 1914.

— « Gegen die Vertagung des Prozesses. Rede am 3. Juli 1914 im Prozeß vor dem Berliner Landgericht », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°179 - 4 juillet 1914.

— « Die verkehrteste Taktik », SDK, n°82 - 18 juillet 1914.

— « Der Friede, der Dreibund und wir », SDK, n°85 - 28 juillet 1914.


Volume 4 - De août 1914 à janvier 1919 :

— « Erklärung », Klassenkampf gegen den Krieg ! Material zum “Fall Liebknecht”. In : Karl Liebknecht : Gesammelte Reden und Schriften, Bf. VIII, Berlin (1972), p. 26.

— « Gegen den Franktireurkrieg », SDK, n°100 - 17 septembre 1914.

— « Trümmer », SDK, n°112 - 30 septembre 1914.

— « Keine Überraschung », SDK, n°122 - 27 novembre 1914.

— « Parteidisziplin », SDK, n°125 - 4 décembre 1914.

— « Für die internationale Solidarität ! », Klassenkampf gegen den Krieg ! Material zum “Fall Liebknecht”. In : Karl Liebknecht : Gesammelte Reden und Schriften, Bf. VIII, Berlin (1972), p. 69-71.

— « Der Wiederaufbau der Internationale », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/19.

— « Perspektiven und Projekte », Die Internationale (Düsseldorf), 1915, Heft 1, p. 71-77.

— « Entwurf zu den Junius-Thesen », Unter dem Banner des Marxismus (Berlin/Wien), Jg. I, Heft 2, juillet 1925, p. 417-419.

— « Die Krise der Sozialdemokratie. Anhang : Leitsätze über die Aufgaben der internationalen Sozialdemokratie », brochure : Zürich, 1916, p. 3-103.

— « Reichskonferenz der Gruppe “Internationale” am 19. März 1916 in Berlin », I. « Die Stellung zur Internationale und zur zweiten Zimmerwalder Konferenz », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 36/487, II. « Resolution über den Charakter einer neuen Internationale », III. « Resolution über die Aufgaben sozialdemokratischer Abgeordneter für die Beendigung des Krieges », Zur Persönlichen Information, n°17 - 30 mars 1916, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 137-139.

— « Die Politik der sozialdemokratischen Minderheit », Die Kommunistische Internationale (Hamburg), 1925, Heft 9, p. 952-958.

— « Die Lehre des 24. März », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, D.F. V/14.

— « Gegen den Gewaltstreich des Parteivorstandes gegen den “Vorwärts” », Politische Briefe, n°18 - 13 avril 1916, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 137-139.

— « Eine Feststellung », Münchener Post, n°86 - 12 avril 1916.

— « Hundepolitik », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, D.F. V/14.

— « Was ist mit Liebknecht ? », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, D.F. V/14.

— « Gegen den “Vorwärts”-Raub. rede am 25. Juni 1916 in der Generalversammlung des Verbandes sozialdemokratischer Wahlvereine Berlins und Umgegend », nach einem Zeitungsbericht, Vorwärts (Berlin), n°174 - 27 juin 1916.

— « Zur Richtigstellung », Vorwärts (Berlin), n°179 - 2 juillet 1916.

— « Die Menge tut es », Freie Jugend (Braunschweig), n°1 - 25 août 1916, p. 3-5.

— « Der Rhodus », Spartacus, n°1 - 20 septembre 1916, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 211-217.

— « Liebknecht », Spartacus, n°1 - 20 septembre 1916, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 217-220.

— « Wofür kämpfte Liebknecht, und weshalb wurde er zu Zuchthaus verurteilt ? », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, D.F. V/14.

— « Gegen die Politik des Parteivorstandes », Spartacus, n°2 - 5 novembre 1916, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 260-261.

— « Friede und Schiedsverträge », Spartacus, n°3 - décembre 1916, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 274-277.

— « Offene Briefe an Gesinnungsfreunde. Von Spaltung, Einheit und Austritt », Der Kampf (Duisburg), n°31 - 6 janvier 1917.

— « Ein neues Waterloo des Sozialismus », Spartacus, n°4 - avril 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 295-299.

— « Die Revolution in Rußland », Spartacus, n°4 - avril 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 302-305.

— « Wilsons Sozialismus », Spartacus, n°4 - avril 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 305-310.

— « Scheidemann, apporte ! », Spartacus, n°4 - avril 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 316-318.

— « Russische Probleme », Der Kampf (Duisburg), n°44 - 7 avril 1917.

— « Der alte Maulwurf », Spartacus, n°5 - mai 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 322

-329.

— « Zwei Osterbotschaften », Spartacus, n°5 - mai 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 347-351.

— « Rückblick auf die Gothaer Konferenz », Der Kampf (Duisburg), n°51 - 25 mai 1917.

— « Brennende Zeitfragen », I. « Krieg und Frieden », II. « Die Diktatur des Proletariats », III. « Stockholm », IV. « Die Alternative », Spartacus, n°6 - août 1917, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 352-367.

— « Der zweite und der dritte Band [des “Kapitals”] », in Franz Mehring : Karl Marx. Geschichte seines Lebens, Berlin (1967), p. 375-385.

— « Einleitung [zu Wladimir Korolenko : Die Geschichte meines Zeitgenossen] », in Wladimir Korolenko : Die Geschichte meines Zeitgenossen, aus dem Russischen übersetzt und mit einer Einleitung versehen von Rosa Luxemburg, Berlin (1919), p. XI-LIII.

— « Zur russischen Revolution », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/15.

— « Fragment über Krieg, nationale Frage und Revolution », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/15.

— « Die geschichtliche Verantwortung », Spartacus, n°8 - janvier 1918, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 406-411.

— « Der Katastrophe entgegen », Spartacus, n°9 - juin 1918, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 422-426.

— « Die russische Tragödie », Spartacus, n°11 - september 1918, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 453-460.

— « Die kleinen Lafayette », Spartacus, n°12 - octobre 1918, in Spartakusbriefe, Berlin, 1958, p. 463-467.

— « Der Anfang », Die Rote Fahne (Berlin), n°3 - 18 novembre 1918.

— « Das alte Spiel », Die Rote Fahne (Berlin), n°3 - 18 novembre 1918.

— « Eine Ehrenpflicht », Die Rote Fahne (Berlin), n°3 - 18 novembre 1918.

— « Die Nationalversammlung », Die Rote Fahne (Berlin), n°5 - 20 novembre 1918.

— « Ein gewagtes Spiel », Die Rote Fahne (Berlin), n°9 - 24 novembre 1918.

— « An die Proletarier aller Länder », Die Rote Fahne (Berlin), n°10 - 25 novembre 1918.

— « Der Acheron in Bewegung », Die Rote Fahne (Berlin), n°12 - 27 novembre 1918.

— « Parteitag der Unabhängigen SP », Die Rote Fahne (Berlin), n°14 - 29 novembre 1918.

— « Die “unreife” Masse », Die Rote Fahne (Berlin), n°18 - 3 décembre 1918.

— « Die Sozialisierung der Gesellschaft », Die junge Garde (Berlin), n°2 - 4 décembre 1918.

— « Um den Vollzugsrat », Die Rote Fahne (Berlin), n°26 - 11 décembre 1918.

— « Was will der Spartakusbund ? », Die Rote Fahne (Berlin), n°29 - 14 décembre 1918.

— « Auf die Schanzen », Die Rote Fahne (Berlin), n°30 - 15 décembre 1918.

— « Außerordentliche Verbandsgeneralversammlung der Unabhängigen Sozial-demokratischen Partei Deutschlands von Groß-Berlin am 15. Dezember 1918 », nach einem Zeitungsbericht, Die Freiheit (Berlin), I. « Korreferat zur Politik der USPD », n°57 - 16 décembre 1918, II. « Schlußrede », n°59 - 17 décembre 1918.

— « Nationalversammlung oder Räteregierung ? », Die Rote Fahne (Berlin), n°32 - 17 décembre 1918.

— « Eberts Mamelucken », Die Rote Fahne (Berlin), n°35 - 20 décembre 1918.

— « Ein Pyrrhussieg », Die Rote Fahne (Berlin), n°36 - 21 décembre 1918.

— « Die Wahlen zur Nationalversammlung », Die Rote Fahne (Berlin), n°38 - 23 décembre 1918.

— « Die Reichskonferenz des Spartakusbundes », Die Rote Fahne (Berlin), n°43 - 29 décembre 1918.

— « Gründungsparteitag der Kommunistischen Partei Deutschlands vom 30. Dezember 1918 bis 1. Januar 1919 in Berlin », Protokoll des Gründungsparteitages der Kommunistischen Partei Deutschlands (30. Dezember 1918 - 1. Januar 1919), Berlin (1972), I. « Rede für die Beteiligung der KPD an den Wahlen zur Nationalversammlung » p. 124-129, II. « Rede gegen eine wirtschaftlich-politische Einheitsorganisation der Arbeiterbewegung » p. 185-187, III. « Unser Programm und die politische Situation » p. 195-222, IV. « Protestresolution gegen das Vorgehen der deutschen Regierung im Osten » p. 222.

— « Der erste Parteitag », Die Rote Fahne (Berlin), n°3 - 3 janvier 1919.

— « Was machen die Führer ? », Die Rote Fahne (Berlin), n°7 - 7 janvier 1919.

— « Versäumte Pflichten », Die Rote Fahne (Berlin), n°8 - 8 janvier 1919.

— « Das Versagen der Führer », Die Rote Fahne (Berlin), n°11 - 11 janvier 1919.

— « Kartenhäuser », Die Rote Fahne (Berlin), n°13 - 13 janvier 1919.

— « Die Ordnung herrscht in Berlin », Die Rote Fahne (Berlin), n°15 - 15 janvier 1919.


Volume 5 - Écrits économiques :

— « Die Akkumulation des Kapitals. Ein Beitrag zur ökonomischen Erklärung des Imperialismus », Berlin, 1913.

— « Die Akkumulation des Kapitals. Oder was die Epigonen aus der Marxschen Theorie gemacht haben », Leipzig, 1921.

— « Einführung in die Nationalökonomie », Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Zentrales Parteiarchiv, NL 2/2/1.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 08:12
comprendre-avec- rosa-luxemburg.over-blog.com

24 septembre - 4 octobre 2009 | Théâtre de la Commune CDN d’Aubervilliers

Anouk Grinberg lit des lettres de Rosa Luxemburg

J’ai choisi de porter sur scène les lettres, très peu connues, que Rosa Luxemburg a écrit à ses amis depuis la prison où elle a été enfermée pour s'être opposée à la guerre de 14-18. On découvre le visage insoupçonné de cette grande révolutionnaire : une femme étonnamment solaire, gaie, toute entière tournée vers la beauté des choses et guidée par son goût du bonheur. Rosa, c’est l’inverse de l’austérité. C’est une tête avec un coeur dedans, qui bat pour le monde entier.

Anouk Grinberg

Repères : Anouk Grinberg

Anouk Grinberg a joué au théâtre sous la direction des plus grands metteurs en scène de notre époque.

Régulièrement, elle revient aux lectures publiques ; formes légères, intimes, sur un fil : Une vie bouleversée de Etty Hillesum, L'inattendu de Fabrice Melquiot ; Une femme d'Annie Ernaux ; L'inconciliabule de Brigitte Fontaine et Areski ; La langue d'Olivier Rollin ; La douleur de Marguerite Duras ; Inconnu à cette adresse de Kreyssmann Taylor. Certains appartiennent au cercle des privilégiés qui, le 23 septembre 2008, ont assisté à la magistrale interprétation (Le Figaro) qu'Anouk Grinberg a fait de ces émouvantes leçons de ténacité, d'énergie et d'amour de la vie. (Télérama). Elle revient pour 10 représentations exceptionnelles avec une nouvelle partition.

Rosa, la vie a été créé en 2006 au Théâtre de l'Atelier, Paris.

Nouvelle parution des Lettres de prison de Rosa Luxemburg en octobre 2009 aux Éditions de l'Atelier pour laquelle AnoukGrinberg a collaboré avec Laure Bernardi à la traduction.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 13:07

Dans ma banlieue, il n'y a que des Hommes... - 22 Juin 2009 Par F. Gillot

Ce weekend j'ai assisté au 80 ans des Editions de l'Atelier. C'est une des nombreuses petites maisons d'éditions où on peut trouver des trésors de livres à déguster comme Jeanne de la Zone.

 

Mais ce qui m'a le plus marqué, ce sont les deux lectures faites des prochaines publications des Editions. Ainsi, on a eu droit à quelques lettres d'une profonde générosité de Rosa Luxembourg. Ce sont des lettres écrites en prison car elle refusait l'engagement militaire de son pays durant la Grande guerre. Elles montrent que l'engagement est plus fort que n'importe quelle prison...


Partager cet article
Repost0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 00:01


Barre à l'extrême-gauche titrait la Voix du Nord à propos de cette brève. Comme cela est réducteur, et comme est réductrice aussi la citation consensuelle choisie et si souvent reprise. Craint-on de mettre en avant son combat contre la guerre, contre le nationalisme, contre le capitalisme.
Cependant c'est une très belle initiative ...
c.a.r.l.

"Dans la rue de Lille, la résidence Breynaert porte le nom du dernier maire de droite à avoir administré Béthune dans les années soixante-dix. Elle va donner un coup de barre à gauche en baptisant Rosa Luxembourg le centre social qu'elle inaugurera le mardi 30 juin. Tous les candidats au bac le savent : cette femme politique d'origine polonaise avait été l'une des fondatrices du mouvement révolutionnaire spartakiste, ancêtre du parti communiste allemand, dans le Berlin de le l'après Grande Guerre. Le carton d'invitation s'orne d'une citation extraite de son livre sur la Révolution russe : « La liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »
Partager cet article
Repost0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009