Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 21:14
Georg Grosz

Georg Grosz

Article paru dans La Leipziger Zeitung, le 30 avril  1913

 

Au moment du premier 1er mai, en 1886, la crise semblait dépassée, l'économie capitaliste de nouveau sur les rails de la croissance.

 

On rêvait de d'un développement pacifique : les espoirs et les illusions d'un dialogue pacifique et raisonnable entre travail et capital germaient ; le discours de la « main tendue à toutes les bonnes volontés » perçait ; les promesses d'une « transition graduelle au socialisme » dominaient ».

 

Crises, guerres et révolution semblaient des choses du passé, l'enfance de la société moderne : le parlementarisme et les syndicats, la démocratie dans l’État et la démocratie sur le lieu de travail étaient supposées ouvrir les portes d'un nouvel ordre, plus juste.

 

L'histoire a soumis toutes ces illusions à une épreuve de vérité redoutable. A la fin des années 1890, à la place du développement culturel promis, tranquille, fait de réformes sociales, commençait une phase de violent aiguisement des contradictions capitalistes – un boom avec ses tensions électriques, un krach avec ses effondrements, un tremblement de terre fissurant les fondements de la société.

 

Dans la décennie suivante, une période de dix ans de prospérité économique fut payée au prix de deux crises mondiales violentes, six guerres sanglantes, et quatre révolutions sanglantes.

 

Au lieu des réformes sociales : lois de sécurité, répression et criminalisation du mouvement social. Au lieu de la démocratie industrielle : concentration extraordinaire du capital dans des ententes et trusts patronaux, et plans de licenciement massifs. Au lieu de la démocratie dans l'Etat : un misérable écroulement des derniers vestiges du libéralisme et de la démocratie bourgeoise.

 

La classe ouvrière révolutionnaire se voit aujourd'hui globalement comme seule, opposée à un front réactionnaire uni des classes dominantes, hostile mais ne se maintenant que par leurs ruses de pouvoir.

 

Le signe sous lequel l'ensemble de cette évolution, à la fois économique et politique, s'est consommée, la formule à la quelle elle renvoie, c'est l'impérialisme.

Rien de nouveau, aucun tournant inattendu dans les traits généraux de la société capitaliste. Les armements et les guerres, les contradictions internationales et la politique coloniale accompagnent l'histoire du capitalisme dès sa naissance.

 

Nous ne sommes que dans la phase d'intensification maximale de ces contradictions. Dans une interaction dialectique, à la fois la cause et l’effet de l'immense accumulation de capital, par l'intensification et l'aiguisement de ces contradictions tant internes, entre capital et travail, qu'externes, entre Etats capitalistes – l'impérialisme a ouvert sa phase finale, la division du monde par l'offensive du capital.

 

Une chaîne d'armements infinis et exorbitants sur terre comme sur mer dans tous les pays capitalistes du fait de leurs rivalités ; une chaîne de guerres sanglantes qui se sont répandues de l'Afrique à l'Europe et qui a tout moment peut allumer l'étincelle qui embrasera le monde.

Si on y ajoute le spectre incontrôlable de l'inflation, de la famine de masse dans l'ensemble du monde capitaliste. Chacun de ces signes est un témoignage éclatant de l'actualité et de la puissance de l'idée du 1er mai.

 

L'idée brillante, à la base du Premier mai, est celle d'un mouvement autonome, immédiat des masses prolétariennes, une action politique de masse de millions de travailleurs qui autrement auraient été atomisées par les barrières des affaires parlementaires quotidiennes, qui n'auraient pour l'essentiel pu exprimer leur volonté que par le bulletin de vote, l'élection de leurs représentants.

 

La proposition excellente du français Lavigne au Congrès de Paris de l'Internationale ajoutait à cette manifestation parlementaire, indirecte de la volonté du prolétariat, une manifestation internationale directe de masse : la grève comme une manifestation et un moyen de lutte pour la journée de 8 heures, la paix mondiale et le socialisme.

 

Et cette idée, cette nouvelle forme de lutte, a donné un nouvel élan au mouvement cette dernière décennie ! La grève de masse a été reconnu internationalement comme une arme indispensable de la lutte politique.

 

Comme action, comme arme dans la lutte, elle revient sous des formes et des nuances innombrables dans tous les pays, ces quinze dernières années.

 

Pas étonnant ! Le développement dans son ensemble de l'impérialisme dans la dernière décennie conduit la classe ouvrière internationale à voir plus clairement et de façon plus tangible que seule la mise en mouvement des masses, leur action politique autonome, les manifestations de masse et leurs grèves ouvriront tôt ou tard une phase de luttes révolutionnaires pour le pouvoir et pour l'Etat, peuvent apporter une réponse correcte du prolétariat à l'immense oppression que produit les politiques impérialistes.

 

En cette période de course aux armements et de folie guerrière, seule la volonté résolue de lutte des masses ouvrières, leur capacité et leur disposition à de puissantes actions de masse, peuvent maintenir la paix mondiale et repousser la menace d'une guerre mondiale.

 

Et plus l'idée du Premier Mai, l'idée d'actions de masse résolues comme manifestation de l'unité internationale, comme un moyen de lutte pour la paix et le socialisme, s'enracinera, et plus notre garantie sera forte que de la guerre mondiale qui sera, tôt ou tard, inévitable, sortira une lutte finale et victorieuse entre le monde du travail et celui du capital.

 

In Leipziger Volkszeitung, 30 avril 1913

 

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

Repris sur  http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Article publié en 2018 sur le blog avec cette introduction : Où l'on voit qu'aujourd'hui comme hier, le 1er mai doit être défendu

En pleine lutte sociale, alors que tout pourrait basculer, ce 1er mai 2018 est à l'image de ce qui se passe depuis des semaines. Alors que des luttes puissantes sont menées par des travailleurs, pas d'appel général à la mobilisation de tous. Alors que le 1er mai aurait dû être la voix de toutes nos luttes, pas d'appel pressant de chacun à manifester en ce jour. Rosa Luxemburg a multiplié tout au long du début du siècle qui va mener au conflit mondial les appels à défendre ce jour international de lutte. Elle l'a fait contre le réformisme dominant. Hier comme aujourd'hui, négliger ce 1er mai, c'est négliger les fondements de nos luttes. Hier comme aujourd'hui, le 1er mai est menacé parce qu'il est le symbole de notre volonté commune de lutter ensemble.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 11:22
Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg manifestent le 1er mai 1916 "A bas la guerre, à bas le gouvernement.

Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg manifestent le 1er mai 1916 "A bas la guerre, à bas le gouvernement.

Rosa Luxemburg et la défense du 1er mai
 
En 1894

 

"De fait, qu’est-ce qui pourrait donner aux travailleurs plus de courage et plus de confiance dans leurs propres forces qu’un blocage du travail massif qu’ils ont décidé eux-mêmes ? Qu’est-ce qui pourrait donner plus de courage aux esclaves éternels des usines et des ateliers que le rassemblement de leurs propres troupes ? Donc, l’idée d’une fête prolétarienne fut rapidement acceptée et, d’Australie, commença à se répandre à d’autres pays jusqu’à conquérir l’ensemble du prolétariat du monde." ... "Le 1° mai revendiquait l’instauration de la journée de 8 heures. Mais même après que ce but fut atteint, le 1° mai ne fut pas abandonné. Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1° mai sera l’expression annuelle de ces revendications. Et, quand des jours meilleurs se lèveront, quand la classe ouvrière du monde aura gagné sa délivrance, alors aussi l’humanité fêtera probablement le 1° mai, en l’honneur des luttes acharnées et des nombreuses souffrances du passé.

 
En 1904

 

La fête de Mai de cette année tire un relief particulier de cette circonstance qu'elle est célébrée au milieu du bruit de la guerre. Par là, son caractère de démonstration en faveur de la paix du monde prend naturellement le dessus cette année. Mais plus que jamais, en présence de la guerre, la démonstration spécifique prolétarienne doit aussi être l'expression de cette idée, que la réalisation de la paix universelle ne peut être conçue que liée à la réalisation de notre but final socialiste.

 

En 1907

 

"Le 1er mai est un élément historique et vivant du combat international des prolétaires et reflète de ce fait fidèlement tous les moments de ce combat depuis près de 20 ans. Vu de l'extérieur, c'est la répétition monotone des mêmes discours et articles, des même revendications et résolutions. C'est pourquoi, ceux dont le regard ne reste qu'à la surface figée des choses et ne perçoivent pas le devenir imperceptible interne des situations, pensent que le 1er mai a perdu son sens du fait de cette répétition, qu'il est pratiquement devenu "une manifestation vide de sens". C'est seulement derrière cette apparence extérieurement semblable que bat le pouls divers du combat prolétaire, le 1er mai vit avec le mouvement ouvrier et change en fonction de lui, reflète dans ses propres contenus, sa propre atmosphère, ses propres tensions, les situations changeantes du combat de classe." Rosa Luxemburg, 1907.

 

En 1913

 

Comme action, comme arme dans la lutte, elle revient sous des formes et des nuances innombrables dans tous les pays, ces quinze dernières années.

Pas étonnant ! Le développement dans son ensemble de l'impérialisme dans la dernière décennie conduit la classe ouvrière internationale à voir plus clairement et de façon plus tangible que seule la mise en mouvement des masses, leur action politique autonome, les manifestations de masse et leurs grèves ouvriront tôt ou tard une phase de luttes révolutionnaires pour le pouvoir et pour l'Etat, peuvent apporter une réponse correcte du prolétariat à l'immense oppression que produit les politiques impérialistes.

En cette période de course aux armements et de folie guerrière, seule la volonté résolue de lutte des masses ouvrières, leur capacité et leur disposition à de puissantes actions de masse, peuvent maintenir la paix mondiale et repousser la menace d'une guerre mondiale.

Et plus l'idée du Premier Mai, l'idée d'actions de masse résolues comme manifestation de l'unité internationale, comme un moyen de lutte pour la paix et le socialisme, s'enracinera, et plus notre garantie sera forte que de la guerre mondiale qui sera, tôt ou tard, inévitable, sortira une lutte finale et victorieuse entre le monde du travail et celui du capital.

 

En 1914

 

"Ces mêmes 25 années se trouvent placées sur le plan politique sous le signe d’un nouveau phénomène : l’impérialisme. Alors qu’à la fin des années 80, la petite Europe était encore le théâtre de la diplomatie internationale avec ses passifs du temps de ses aïeux, et ses moyens et artifices à l’ancienne, c’est aujourd’hui dans l’ensemble du monde, ses cinq continents, ses trois océans, que le capital international dépose ses mines qui déciment les peuples, prépare ses zones de turbulence, lâche ses chevaliers de l’apocalypse pour des révolutions et des guerres sanglantes. Depuis se sont succédé à la rapidité de l’éclair, entre ses murs et dans ses bastions, les guerres sino-japonaise, hispano-américaine, sud-africaine, sino-européenne, russo-japonaise, tripolitaine et la guerre des Balkans, les révolutions russe, perse, turque, chinoise, elles, ont transformé le vieil ordre millénaire en ruines fumantes qui annoncent dans le même souffle la domination mondiale du capital et sa fin proche.

 

En 1916

 

Manifestation avec Karl Liebknecht et le groupe l'Internationale qui entraînera son arrestation en août et son emprisonnement jusqu'à la fin de la guerre en rétention administrative, sans jugement.

1er mai 1919

1er mai 1919

Le combat pour le 1er mai a été une constante de l'action de Rosa Luxemburg.

 

Pour son maintien déjà. En effet, le 1er mai était reconnu en Allemagne depuis 1890, mais ce n'était pas un jour férié, c'était un jour de lutte car il fallait cesser le travail pour s'inscrire dans cette journée de solidarité internationale pour les droits des travailleurs. C'était donc une action forte pour les travailleurs qui en supportait le coût financier. Le parti social-démocrate dans sa version majoritaire réformiste a donc constamment tenté de le supprimer. Rosa Luxemburg est intervenue vigoureusement en particulier lors des différents Congrès où ce thème a été porté à l'ordre du jour.

 

Pour en défendre aussi le contenu. Au-delà de la défense des droits des travailleurs, c'est aussi sa dimension internationale, son caractère de lutte contre l'impérialisme et la guerre qui s'approche qu'elle défend. Et cela donne lieu à des textes parmi les plus politiques et les plus sensibles.

 

En 1919, moins de cinq mois après l'assassinat de la révolution, la social-démocratie ne peut faire autrement que de décréter le 1er mai 1919, jour férié, mais dans la plus grande tradition réformiste, ce 1er mai férié aura la plus éphémère des existences,  Ce sera le seul 1er mai férié de la République de Weimar!

 

Ce 1er mai aussi est  de manière tout aussi significative le début de l'écrasement de la révolution à Munich.

Une loi éphémère : la loi pour l'instauration d'un jour férié le 1er mai

Un jour férié est institué dédié à l'idée de  paix mondiale, de Société des nations et de protection internationale des travailleurs et avec l'engagement de lui donner le caractère d'un jour férié observé dans le monde entier. Son inscription définitive sera effective après la signature de la  paix et le vote de la constitution. Cette année, il sera fêté le 1er mai.

Es wird ein allgemeiner Feiertag eingeführt, der dem Gedanken des Weltfriedens, des Völkerbundes und des internationalen Arbeiterschutzes geweiht ist und für den der Charakter eines Weltfeiertags erstrebt wird. Seine endgültige Festlegung erfolgt nach Friedensschluss und Verabschiedung der Verfassung. In diesem Jahr wird er am 1. Mai gefeiert…

Gesetz über einen allgemeinen Feiertag vom 17. April 1919

Rosa Luxemburg et le 1er mai sur le blog :

 

A lire sur Comprendre avec Rosa Luxemburg 2 : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/rosa-luxemburg-et-le-1er-mai/ http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/2015/05/01/hier-comme-aujourdhui-le-combat-toujours-renouvele-pour-le-1er-mai...

08/05/2015

1er mai 1914. En France. Mais il y a encore d’autres éléments qui montrent combien l’idée des camarades de Hambourg est parmi les plus erronées auxquelles l’on pouvait s’attendre. Au centre de la vie politique et du combat de classe en Allemagne se trouve...

12/05/2018

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com Repris sur le site marxists.catbull.com Article publié dans le journal polonais « Sprawa Robotnicza » en 1894. L’heureuse idée d’utiliser la célébration d’une journée de repos prolétarienne comme un moyen d’obtenir...

02/12/2007

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com C'était tout au début de l'histoire du 1er mai, et c'était au début de l'histoire de Jaurès ... Voulant aujourd'hui récupérer le 1er mai, c'est surtout de l'importance de la continuité de cette manifestation,...

25/05/2012

Appel : Il y a 100 ans. Se souvenir du 1er mai 1916. En pleine guerre, à Berlin, plusieurs milliers de personnes manifestent à l'appel du courant spartakiste avec Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg ..." Extrait d'une lettre de Rosa Luxemburg à Marta Rosenbaum...

28/03/2016

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com Ces deux textes de Rosa Luxemburg sur le thème du 1er mai. Il est utile de les comparer. Toute une vie les sépare. On peut y voir les éléments de permanence: la conscience, la lutte, l'analyse de classes. Et...

01/05/2014

Quelles sont les origines du 1er mai? Un texte de lutte qui met en avant la dimension internationale et de classe (éléments biographiques et historiques) comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com C'est un texte les plus connus de Rosa Luxemburg. Quand...

30/04/2013

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com C'est un texte les plus connus de Rosa Luxemburg. Quand a-t-il été écrit et dans quel contexte? Rosa Luxemburg a 24 ans. Comme de nombreux militants de l'empire tsariste, elle s'est réfugiée en Suisse. Elle...

01/05/2010

 

Geor Grosz En pleine lutte sociale, alors que tout pourrait basculer, ce 1er mai 2018 est à l'image de ce qui se passe depuis des semaines. Alors que des luttes puissantes sont menées par des travailleurs, pas d'appel général à la mobilisation de tous....

01/05/2018

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com Il a tenté d'annexer Guy Mocquet, il a prétendu s"appuyer sur Jaurès, dans sa course effrenée au fascisme, pour garder un pouvoir qui lui échappe, il joue, comme ceux dont il veut les voix, à récupérer le 1er...

24/05/2012

Dans le cadre de la célébration du centenaire de la manifestation contre la guerre à Berlin le 1er mai 1916, il nous semble important de donner sur le blog la parole à ce grand militant qui s'unit dans un même combat avec Rosa Luxemburg à partir de 1914...

18/04/2016

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com La fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle a été une marche continue vers la guerre marquée par les conflits liés à la concurrence entre Etats nationaux et au colonialisme. Loin d'être la responsabilité...

01/05/2014

Appel : "Il y a cent ans. Se souvenir de la manifestation du 1er mai 1916 à Berlin contre la guerre." Il y a cent ans en plein Berlin, plusieurs centaines ou milliers de manifestants ont défilé en pleine guerre contre la guerre, Postdamerplatz à Berlin,...

27/03/2016

 

Tu peux imaginer combien j’ai été emportée par un tourbillon depuis le 1er mai je n’ai même pas pu te remercier pour les fleurs adressées ce dimanche alors que je pense chaque jour, chaque heure à toi. A partir du moment où Karl a été arrêté et cela s’est...

06/04/2016

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com Un très intéressant article sur Berl in de Berlin à Berlin – Galerie de photos (1969-2007). Il donne accès aux documents sur cette manifestation du Ier mai 1916 contre la guerre et qui conduisit à l'arrestation...

26/03/2011

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com "La fête du 1er Mai, cette année, tire un relief particulier du fait qu'elle est célébrée au milieu du bruit de la guerre. De ce fait, son caractère de manifestation en faveur de la paix mondiale prend naturellement...

21/01/2014

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com GROSZ Grâce à un mail, nous découvrons (ou redécouvrons?) ce texte que nous pouvons mettre en miroir avec celui de 1894, repris dans l'article précédent. Article paru dans La Leipziger Zeitung, le 30 mai 1913...

30/04/2013

A lire sur le site http://j.poitou.free.fr/bln/p-doc/1916.html © Jacques Poitou 2013. Dès sept heures, la Potsdamer Platz et les rues qui y mènent étaient remplies de policiers à pied et à cheval. A huit heures précises se rassembla sur la place une foule...

06/04/2016

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com Rosa Luxemburg a accompagné tous les pas vers la guerre mondiale de ses analyses, ici un court article sur le conflit russo-japonais Dans la tempête La fête du 1er Mai, cette année, tire un relief particulier...

25/12/2013

 

Un spectacle Jolie Môme "Ces mêmes 25 années se trouvent placées sur le plan politique sous le signe d’un nouveau phénomène : l’impérialisme. Alors qu’à la fin des années 80, la petite Europe était encore le théâtre de la diplomatie internationale avec...

13/05/2018

 

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com A propos de la parution du livre aux éditions l'Epervier A lire sur le blog Lettre de Rosa Luxemburg à Sonia Liebknecht, le jour de la condamnation de Karl Liebknecht Chère Sonitschka, qu’il m’est pénible de...

22/03/2011

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com Ici en allemand , ce tract illégal publié en mai 1916, après l'arrestation de Karl Liebknecht pour participation à la manifestation organisée le 1er mai. Hundepolitik [1] (Mai 1916) Marxists’ Internet Archive....

25/05/2014

Partager cet article
Repost0

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009