Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 10:26

comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

 

W moim odczuciu, Komuna Paryska była wydarzeniem pozytywnym:

http://www.historycy.org/index.php?showtopic=25288&st=15


1. Komuna Paryska miała charakter patriotyczny - sprzeciwiała się okupacji prusko-niemieckiej, zwalczała kapitulanctwo stronnictw monarchistycznych i umiarkowanych republikanów. Patriotyczny charakter Komuny po latach podkreślali nawet francuscy faszyści (vide Robert Brasillach).


2. Komuna Paryska miała charakter demokratyczny - odbyły się wybory powszechne, ludzie wybrali członków Komuny, cenzura istniała w nieznacznym stopniu (blokowano przede wszystkim propagandę wersalczyków).


3. Komuna Paryska była robotnicza. Engels w przedmowie do Marksowskiej "Wojny domowej we Francji" określił jej ustrój jako dyktaturę proletariatu. Wiele przedsiębiorstw znacjonalizowano, wprowadzono prorobotnicze zarządzenia, natomiast zawalono sprawę Banku Francuskiego i nie zajęto kolei w ręce Komuny. Wadą Komuny był też brak silnej władzy centralnej i partii rewolucyjnej, która by tym wszystkim kierowała. Zamiast tego panowała walka stronnictw: marksistów, blankistów, proudhonistów, anarchistów, itp.



4. Wielkim błędem Komuny było nieprzebicie się na prowincję (bo utworzenie komun w Lyonie czy Saint Etienne, czy Narbonne trudno uznać za przebicie się).



5. Co do książek na rzeczony temat, to z autopsji polecam:

Irena Grajewska, "Komuna Paryska 1871 r.";

Irena Koberdowa, "Komuna Paryska i Polacy";

Lissagaray, "Historia Komuny";

Eligiusz Kozłowski, „Na barykadach Paryża 1871”;


"Pamiętniki o Komunie Paryskiej" (książka ta przedstawia racje przeciwników i zwolenników Komuny);


Stanisław Strumph Wojtkiewicz, „Generał Jarosław Dąbrowski 1836-1871”;
Wiesław Solecki, „Generał Walery Wróblewski 1836-1908”;
Karol Marks, „Wojna domowa we Francji” [w:] Karol Marks, Fryderyk Engels, „Dzieła wybrane”, t. 1, Warszawa 1949, str. 444-513.


Z artykułów i dokumentów:



Bakunin Michał, „Komuna paryska i idea państwa”:
http://ibw.rdl.pl/?q=node/9


Chih-Szu Cheng, „The great lessons of the Paris Commune – in commemoration of its 95th anniversary”:


http://www.wengewang.org/read.php?tid=15910


„Documents of the Paris Commune”:

http://www.marxists.org/history/france/par...ments/index.htm

Dorn Paul, „Two Months of Red Splendor. The Paris Commune and Marx’ Theory of Revolution”:
http://www.runmuki.com/paul/writing/marx.html


Dubacki Leonard, „Walery Wróblewski”:
http://lewicowo.pl/walery-wroblewski/


James C.L.R., „Karl Marx and the Paris Commune”:
http://libcom.org/library/marx-paris-commune-james-clr


Luxemburg Rosa, „La Commune de Paris. Extrait d’une lettre de 1894:
http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over...4-78863638.html


„The Paris Commune Archive”:

http://dwardmac.pitzer.edu/ANARCHIST_ARCHI...unearchive.html

„The Paris Commune, Marxism and Anarchism”:

http://anarchism.pageabode.com/anarcho/the...m-and-anarchism

Trznadel Jacek, „Wielka i straszna (o Wielkiej Rewolucji Francuskiej)”:

http://www.jacektrznadel.pl/index.php?option=c

Warski Adolf, „Komuna Paryska, dyktatura proletariatu i jej „uczeni” pogromcy w Polsce”:
http://skfm.dyktatura.info/download/warski03.pdf
 

om_content&task=view&id=60&Itemid=31

 

 

post20/03/2012, 20:11 - Samuel Łaszcz

Quote Post

Partager cet article
Repost0

commentaires

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009