Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.
 
Voir aussi : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/
 
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 19:20

A propos de la tactique de la social-démocratie polonaise

article paru dans Vorwärts, N° 72, du 25 juillet 1896
Rosa Luxemburg. A propos de la tactique de la social-démocratie polonaise, 25 juillet 1896. 1ère partie (inédit en français)

Texte allemand : dans Gesammelte Werke,

Dietz Verlag, Editions 1981, P  52 à 56

Traduction et mise en ligne :

Dominique Villaeys-Poirré – Janvier 2016

DOSSIER SOCIAL-PATRIOTISME

Consulter le dossier

I.

 

Sous ce titre un « très honorable camarade polonais » (c’est ainsi qu’il nous faut le nommer  avec le « Vorwärts », car il reste anonyme), répond dans les suppléments aux numéros 15, 16 et 17, à notre article paru dans les  numéros 32 et 33 de la « Neue Zeit ».

 

Il est arrivé un malheur à notre très honorable camarade, il a confondu le processus d’évolution sociale et les intérêts de la bourgeoisie et, du fait de la fatale confusion qu'il a commise, il nous lance à la tête les plus effroyables fables. Parce que nous, en Pologne, nous voulons voir le programme politique du prolétariat être en accord avec le processus du développement économique de la bourgeoisie, on nous accuse de soutenir la politique coloniale ! De soutenir la politique douanière ! Un pas de plus et le très honorable camarade serait en mesure de nous démontrer que, pour mettre en accord nos aspirations et les intérêts de la bourgeoisie, nous allions devoir nous battre pour la suppression du suffrage universel, du droit d’association, voire pour que « la poudre parle et que le sabre sorte du fourreau » !

 

Le très honorable camarade semble n’avoir jamais, au grand jamais, entendu dire que l’orientation générale du développement capitaliste dans un pays et les intérêts propres de la bourgeoisie non seulement ne sont pas identiques, mais qu’il existe entre eux deux une contradiction fondamentale – l’une des principales contradictions de l’ordre capitaliste –. Le prolétariat – lui-même produit de l’évolution capitaliste – prend et doit prendre en compte l’évolution générale propre à chaque pays et combat dans le même temps les intérêts partiels de la bourgeoisie. L’orientation générale qui caractérise l’évolution  du capitalisme polonais est sa dépendance toujours plus étroite de la Russie. Si le très honorable camarade, avec ses amis, entend « se gausser »  de cette orientation générale  - comme il le déclare résolument -, alors nous éprouvons la plus grande des inquiétudes quant au fait de voir les faits en Pologne se gausser de lui et de son programme de restauration de la Pologne, tout comme les événements en Russie commencent à se gausser ouvertement des fondements de ce programme.

 

Le très honorable camarade ne semble pas avoir la moindre idée de l’existence d’une orientation de l’évolution sociale, unique, propre à chaque pays. Au contraire, il voit l’Histoire comme une vendeuse empressée qui recherche, pour chacun, selon ses goûts et ses désirs, l’objet souhaité au milieu de toutes les bonnes choses offertes, les socialistes pouvant choisir en magasin le meilleur de tout ce qui est proposé puisqu’ils viendraient dans le magasin munis du mandat du futur maître du monde. La tâche du parti socialiste en est c’est sûr très simplifiée. Il suffit avant toute chose de s’asseoir et d'imaginer toutes les formes et combinaisons politiques possibles pour un prolétariat donné. On les examine alors et on les compare avec le plus grand soin, on choisit – si l’on est un véritable ami de la classe ouvrière – le meilleur, sans se préoccuper des limites historiques existantes de l'Etat donné  – et le tour est joué. C’est après une telle réflexion intellectuelle que le très honorable camarade et ses amis sont parvenus à la conclusion qu’une République polonaise serait plus favorable au prolétariat qu’une constitution russe. La certitude concernant la forme républicaine de la Pologne indépendante leur vient du fait littéraire indiquant que le dernier monarque polonais, Stanislav Poniatowski est mort sans descendance. Ils oublient que la Bulgarie et la Grèce n’avaient pas non plus de roi ni de tradition monarchique. L’essentiel est : où allons-nous trouver les moyens pour réaliser le plus magnifique des programmes de la plus démocratique des Républiques ? Le très honorable camarade  ne s'est pas embarrassé  pour nous donner la réponse : nous serions nous-mêmes persuadés que « la Russie n’a plus assez de force, qu’il suffirait d’une pichenette pour la mettre à terre ». Non, nous ne somme pas de cet avis, et nous n’avons pas dit cela. Certes, nous avons dit, que tôt ou tard le tsarisme serait balayé "de même que le tremblement de terre implique le renversement du poulailler" (1). Mais «la Russie» et le "tsarisme", l’Etat et la forme de l’Etat – sont bien deux choses différentes. Confondre les deux dans une discussion est parfois très pratique, mais ne l’est pas du tout dans la vie politique. Le Prolétariat russe et polonais peut et va abattre le tsarisme, mais il ne peut pas et ne va pas détruire l’Etat russe en tant qu’objet politique. C’est là que réside tout le fossé qui sépare le combat pour la constitution et l’aspiration à la restauration de la Pologne, la social-démocratie et le social-patriotisme. Si le très honorable camarade croit, par la confusion entre les termes « tsarisme russe » et « Russie », faire du programme social-patriotique un programme social-démocrate, alors la pratique pourrait régulièrement pour ce tour de passe-passe lui taper sur les doigts, à lui et ses amis. S’ils pensent se jeter la tête la première non contre le tsarisme mais contre la Russie tout entière , nous craignons qu’ils ne récoltent rien d’autre que plaies et bosses politiques.

 

(1) Révélations sur le procès des communistes de Cologne Traduction par Léon Rémy. L’Allemagne en 1848, Schleicher, 1901 (pp. 300-305). https://fr.wikisource.org/wiki/R%C3%A9v%C3%A9lations_sur_le_proc%C3%A8s_des_communistes_de_Cologne/II]

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009