Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.

ATTENTION. PUBLICITES IMPOSEES.
Nous avons été avertis de la présence de publicités sur le blog. Elles sont particulièrement aggressives. Cela nous est imposé sans concertation par notre hébergeur. C'est une grave remise en cause de notre travail.  Nous avons le choix entre prendre une option payante, migrer. Nous continuons à animer ce blog, l'un des seuls en langue française et même au-delà à fournir un travail scientifique régulier. Car il est fréquenté quotidiennement. Aussi, nous vous remercions de rester fidèle à ce travail. Vous pouvez utiliser un bloqueur de publicités comme adblock.  c.a.r.l.
Parallèlement, vous pouvez consulter  et si possible vous abonner à notre nouveau site où nous continuons notre travail de recherche, de publication d'inédits et où nous reprenons les articles les plus importants du blog:

20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 11:26
Rosa Luxemburg - Etat d'exception en Galicie autrichienne, article publié le 13 juillet 1898. (inédit en français)

Etat d’exception en Galicie autrichienne

 

Sächsische Arbeiterzeitung, N° 159, 13 juillet 1898

Texte allemand : Dietz Verlag, Gesammelte Werke,

Editions 1981, P 226 - 227

Traduction et mise en ligne : Dominique Villaeys-Poirré,

21 janvier 2016

Dossier social-patriotisme

Consulter le dossier

 

En Galicie sous domination autrichienne règne une atmosphère pesante indescriptible. L’instauration de la loi martiale et tout particulièrement l’arrivée d’un bourreau à Neusandez a porté la panique à son comble. Seuls, les pauvres paysans arrêtés, que l’on transfère en ville quotidiennement, entravés, cernés de Uhlans sabre au clair, montrent un visage souriant et plaisantent. Les pauvres croient fermement qu’on les arrête simplement pour la galerie et qu’on va devoir les libérer aussitôt, car c’est « sur ordre de l’Empereur », avec l'autorisation  dûment signée du starost, qu’ils se sont livrés au pillage. Ces Messieurs les grands propriétaires affichent, concernant le destin de leurs gens, une bien plus triste figure, ils ont de fait d'autres préoccupations : « Toutes les prisons de Neusandez», écrit le journal de Krakau Réforma « sont surpeuplées mais le peuple (!!) demande : Qui va travailler dans les champs? Qui va assurer les récoltes? Car celles-ci sont dans une, tout au plus deux semaines et les pauvres les plus jeunes, les plus vigoureux (!) restent désoeuvrés dans les prisons (!). Les propriétaires les plus dynamiques devraient prendre des mesures pour faire libérer les gens le temps des récoltes. Ceux-ci ne risquent pas de s’enfuir en Amérique car ils sont pauvres et il ne sera donc pas difficile de les reprendre!». Jamais depuis les premiers meurtres d’enfants de l'industrie en Angleterre, le capital ne s'était exprimé avec tant de cynisme ! Des gens, dont certains risquent peut-être la peine de mort et sûrement de longues peines de prison, devraient être libérés pour assurer les récoltes, puisque « l’on pourrait les reprendre ensuite. ». Oh ! Saint Capital ! Quand t’arrachera-t-on enfin ton horrible langue de ta gorge avide ?

A propos de cet article

 

. Cet article est écrit peu après l'arrivée - en mai - en Allemagne de Rosa Luxemburg.

. Il paraît dans la Sächsische Arbeiterzeitung, journal dans lequel Rosa Luxemburg a déjà écrit alors qu'elle était encore en Suisse et dans lequel peu après (décembre 1898), elle entamera une chronique régulière qu'elle signera ego. Parvus, militant slave, en était alors et avant son expulsion le rédacteur en chef. 

. Il s'inscrit dans l'activité de Rosa Luxemburg sur la Pologne: lutte contre le PPS et le social-patriotisme au sein du mouvement polonais, campagne pour les élections législatives de 1898 en Allemagne (dès le 5 juin, elle tient son premier meeting et part pour la Haute-Silésie pour une série de meetings!)

. Cependant c'est un article à part, très circonstanciel, mais qui témoigne de l'approche de Rosa Luxemburg par sa dénonciation du capitalisme.

Hôtel de ville reconstruit en 1895

Hôtel de ville reconstruit en 1895

. La ville de Neusandez dont parle cet article est une ville importante dont l'Autriche après l'annexion de la province a fait une garnison et qui s'est beaucoup développée au XIXème siècle / début du XXème siècle (construction d'un lycée, arrivée du chemin de fer, construction d'une centrale thermique, colonisation de populations de langue allemande ...)

 

Ci-dessous quelques indications historiques en allemand sur Neusandez (Nowy Sacz) issues du site http://sadeckie.com/nowy-sacz-zabytki/?lang=de :

 

Vor der ersten Teilung Polens war das Gebiet ein wichtiger Raum, wo die Konföderation von Bar wirkte. Im Jahr 1770 – zwei Jahre vor der ersten Teilung Polens – wurde Nowy Sącz und der südliche Teil der Sądecczyzna durch die österreichische Armee besetzt. Das sądecka Gebiet wurde im Jahr 1772, in der Zeit der ersten Teilung Polens, in die österreichisch – ungarische Monarchiie eingegliedert. Eine der Folgen, der österreichischen Herrschaft war die Einführung der deutschen Kolonisten, die die beschlagnahmten kirchlichen Güter in Anspruch nahmen. Diese Kolonisten bildeten bis zum zweiten Weltkrieg mit den polnischen Bürgern und den Juden, die sich 100 Jahre früher angesiedelt haben, eine vielfältige kulturelle und ethnische Gemeinschaft auf dem Gebiet Nowy Sącz.

Im Jahr 1818 gründete man in Nowy Sącz ein Gymnasium – eine der ersten solchen Schulen im Vorgebirge. Am Anfang des XIX Jahrhunderts wurde von der österreichischen Regierung eine Entscheidung getroffen, dass in dieser Stadt auch ein Standort für die österreichische Armee gegründet werden soll. Eine große Bedeutung hatte der Bau der Eisenbahnstrecke Tarnowsko – Leluchowskiej im Jahr 1876 für die Stadt. Im Jahr 1884 entstand die Eisenbahnverbindung Nowy Sącz – Chabówka, dies führte zum schnellen Ausbau der Eisenbahnwerkstätte. In dieser Zeit erweiterte die Stadt ihre Bebauung, bis hin zum historischen Zentrum der Stadt, das sich zwischen den Flüssen Dunajec und Kamienica befindet. Am 17 April 1894 zerstörte ein Brant ein erheblichen Teil der Stadt unter anderem das alte Rathaus mit seinen Stadtarchiv. Im Jahr 1912 erbaute man hier das erste Kraftwerk in Polen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009