Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Assassinat de Rosa Luxemburg. Ne pas oublier!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg a été assassinée. Elle venait de sortir de prison après presque quatre ans de détention dont une grande partie sans jugement parce que l'on savait à quel point son engagement contre la guerre et pour une action et une réflexion révolutionnaires était réel. Elle participait à la révolution spartakiste pour laquelle elle avait publié certains de ses textes les plus lucides et les plus forts. Elle gênait les sociaux-démocrates qui avaient pris le pouvoir après avoir trahi la classe ouvrière, chair à canon d'une guerre impérialiste qu'ils avaient soutenue après avoir prétendu pendant des décennies la combattre. Elle gênait les capitalistes dont elle dénonçait sans relâche l'exploitation et dont elle s'était attachée à démontrer comment leur exploitation fonctionnait. Elle gênait ceux qui étaient prêts à tous les arrangements réformistes et ceux qui craignaient son inlassable combat pour développer une prise de conscience des prolétaires.

Comme elle, d'autres militants furent assassinés, comme Karl Liebknecht et son ami et camarade de toujours Leo Jogiches. Comme eux, la révolution fut assassinée en Allemagne.

Que serait devenu le monde sans ces assassinats, sans cet écrasement de la révolution. Le fascisme aurait-il pu se dévélopper aussi facilement?

Une chose est sûr cependant, l'assassinat de Rosa Luxemburg n'est pas un acte isolé, spontané de troupes militaires comme cela est souvent présenté. Les assassinats ont été systématiquement planifiés et ils font partie, comme la guerre menée à la révolution, d'une volonté d'éliminer des penseurs révolutionnaires, conscients et déterminés, mettant en accord leurs idées et leurs actes, la théorie et la pratique, pour un but final, jamais oublié: la révolution.

Rechercher

Avec Rosa Luxemburg.

1910.jpgPourquoi un blog "Comprendre avec Rosa Luxemburg"? Pourquoi Rosa Luxemburg  peut-elle aujourd'hui encore accompagner nos réflexions et nos luttes? Deux dates. 1893, elle a 23 ans et déjà, elle crée avec des camarades en exil un parti social-démocrate polonais, dont l'objet est de lutter contre le nationalisme alors même que le territoire polonais était partagé entre les trois empires, allemand, austro-hongrois et russe. Déjà, elle abordait la question nationale sur des bases marxistes, privilégiant la lutte de classes face à la lutte nationale. 1914, alors que l'ensemble du mouvement ouvrier s'associe à la boucherie du premier conflit mondial, elle sera des rares responsables politiques qui s'opposeront à la guerre en restant ferme sur les notions de classe. Ainsi, Rosa Luxemburg, c'est toute une vie fondée sur cette compréhension communiste, marxiste qui lui permettra d'éviter tous les pièges dans lesquels tant d'autres tomberont. C'est en cela qu'elle est et qu'elle reste l'un des principaux penseurs et qu'elle peut aujourd'hui nous accompagner dans nos analyses et nos combats.

ATTENTION. PUBLICITES IMPOSEES.
Nous avons été avertis de la présence de publicités sur le blog. Elles sont particulièrement aggressives. Cela nous est imposé sans concertation par notre hébergeur. C'est une grave remise en cause de notre travail.  Nous avons le choix entre prendre une option payante, migrer. Nous continuons à animer ce blog, l'un des seuls en langue française et même au-delà à fournir un travail scientifique régulier. Car il est fréquenté quotidiennement. Aussi, nous vous remercions de rester fidèle à ce travail. Vous pouvez utiliser un bloqueur de publicités comme adblock.  c.a.r.l.
Parallèlement, vous pouvez consulter  et si possible vous abonner à notre nouveau site où nous continuons notre travail de recherche, de publication d'inédits et où nous reprenons les articles les plus importants du blog:

5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 08:59

Sur notre site Comprendre avec Rosa Luxemburg 2, nous avons commencé le recensement, la saisie ou la traduction de l'ensemble des lettres écrites en prison par  Rosa Luxemburg. Ceci à l'occasion d'une série d'émissions sur une radio parisienne Fréquence Paris Plurielle  en hommage à Claudine Roméo décédée récemment et qui animait l'émission "Naïves questions de philosophie". Cette émission sur Rosa Luxemburg en prison sera diffusée le mercredi 8 juillet entre 17 et 18 heures, elle a été réalisée avec le concours de Clémence Fitte, comédienne. Elle peut être écoutée sur le net.

Le premier article concerne l'emprisonnement à Zwickau en 1904 et peut être consulté en intégralité sur :

 

http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/2015/06/27/rosa-luxemburg-lettres-en-prison-emprisonnement-1-zwickau-pour-outrage-a-lempereur/

Rosa Luxemburg - Nous commençons la publication de l'ensemble des lettres en prison - Lettres de Zwickau 1904
Les lettres de prison ont bouleversé, étonné, participé de la prise de conscience de nombreux lecteurs depuis les années 70 et la première publication chez Bélibaste de la très belle traduction de Michel Aubreuil, des lettres à Sonia Liebknecht, la jeune femme de Liebknecht, lui-même détenu.  A l’occasion de la Quinzaine Rosa Luxemburg à Saint-Étienne, il nous était apparu important de replacer ces lettres dans le contexte plus général de la prison et des emprisonnements de Rosa Luxemburg. Aujourd’hui, nous avons proposé de reprendre ce travail et cette réflexion dans la série d’émissions sur Rosa Luxemburg sur la radio FPP, dans l’émission de et en hommage à Claudine Roméo, « Naïves questions de philosophie ». Nous sommes donc allés à la recherche tout d’abord des indications précises sur les 5 emprisonnements de Rosa Luxemburg : dates, lieux, actes d’accusation. (Sur le site, lire Les cinq emprisonnements de Rosa Luxemburg), ceci est peu connu ou peu présent dans l’esprit de ceux qui suivent sa pensée et son action. Puis à la recherche des lettres en allemand et en français pour donner un accès direct à ces courriers. Les sources disponibles sont les lettres à Leo Jogiches chez Denoël en 1971, les lettres à Karl et Luise Kautsky aux PUF, les ouvrage de Gilbert Badia, Vive la lutte chez Maspéro l’édition allemande Gesammelte Briefe chez Dietz Verlag. Quelques lettres sont déjà disponibles sur le net. La plupart ont dû être saisies pour pouvoir être publiées ici. Pour les traductions, certaines ont été reprises telles quelles, d’autres ont été revues, certains courriers ont été traduits par nos soins (Nous préciserons ce point très rapidement dans cet article pour chacun des courriers cité). Il s’agit donc d’un travail de fond et inédit dont nous espérons qu’il rencontrera l’intérêt de tous. Comme à l’habitude, nous vous invitons à proposer des précisions, à rectifier des erreurs possibles, et à indiquer des améliorations concernant les traductions. Nous pensons cependant qu’en l’état, ce travail peut déjà être utile à nombre d’entre vous. Nous avons souhaité d’autre part dans l’émission aborder le problème de la prison en elle-même et faire le lien avec la prison aujourd’hui, c’est pourquoi nous avons intitulé cette série non pas lettres de prison, mais lettres en prison, en espérant contribuer à faire comprendre ce que peut signifier l’emprisonnement à partir de ce que Rosa Luxemburg a vécu.
 
Le premier article de la série est consacré au premier emprisonnement.  Elle le connaîtra du 26 août au 25 octobre 1904 pour « outrage à l’empereur » après une condamnation le 16 janvier par le tribunal régional de Zwickau. Elle est déjà une militante très connue du mouvement ouvrier allemand et revient du Congrès de l’Internationale auquel elle a pris une part importante. Son chef d’inculpation, avoir critiqué Guillaume II dans l’un de ses nombreux discours publics. Condamnée à trois mois, elle effectue sa peine dans la prison de Zwickau. Une amnistie la libère plus tôt que prévu, le 25 octobre. Une lettre très humoristique sur ce point adressée à Henriette Roland-Horst van Schalk fait référence à cette sortie « précoce  :
 
Avant-hier, j’ai été libérée, brusquement et pour moi inopinément, ou pour être plus exacte on m’a pratiquement mise à la porte de la prison de manière pour moi tout à fait inattendue, car j’ai fait quelques difficultés pour profiter des bienfaits de l’amnistie prononcée en Saxe … Mais rien n’y a fait et je me suis retrouvée à Friedenau à l’air libre de la Prusse à un cheveu près à un mois de ma sortie prévue
 
Quelques remarques à la lecture de ces lettres.
 
Vivre l’emprisonnement :
 
Comme le montrent ces courriers avant l’incarcération et comme pour chacun de ses emprisonnements, les risques n’empêcheront en aucun cas Rosa Luxemburg de continuer un travail politique intensif, et l’on retrouve ici cette distance ironique qu’elle montrera (ou affectera) face à ce qui n’est quand même pas chose banale. D’autant qu’il s’agit là de la première fois où elle est incarcérée. Remarquons pour cet emprisonnement comme pour les autres que c’est bien pour un discours, et donc pour des mots et des idées qu’elle est emprisonnée. L’emprisonnement lui-même, Rosa Luxemburg le vivra toujours comme une poursuite obstinée et dans n’importe quelles conditions de son travail politique. C’est ce travail qui interfère à tout moment dans ses lettres. Et l’on peut penser aujourd’hui quand on la lit aux militants politiques emprisonnés et maintenus à l’isolement et qui transforment cet isolement en réflexion, écriture, vie intense. Lors de cet emprisonnement Rosa Luxemburg se consacre à la lecture et à la réflexion, et elle se dira « triste » pour rire qu’une amnistie l’interrompe dans ces si riches et si belles escapades.
 
L’annonce de l’amnistie m’a interrompue dans la plus belle des excursions dans le monde escarpé de Leibnitz.
 
Écrire en prison
 
Comme aujourd’hui, le courrier reste un moment essentiel de l’emprisonnement. Rosa Luxemburg ne peut écrire que très peu. Ses correspondants seront donc peu nombreux : les Kautsky, Leo Jogiches. Pour Leo Jogiches, elle est obligée de masquer l’identité de son correspondant, qui se transforme en femme et auquel elle est obligée d’écrire en allemand. Là encore, cela donne des courriers souvent très décalés. Elle cherche à maintenir le contact politique, se sent impuissante à aider ceux qui sont dehors dans la peine et s’énerve quand son correspondant, pourtant plein de bonne volonté la réduit aux aspects matériels ou santé!
 
Ma chérie [il s’agit de Leo Jogiches]! Réjouis-toi, voici une nouvelle lettre de moi pour rassurer ton cœur qui craint tant pour mon estomac! Sur ma propre demande, je suis donc revenue à la pitance de l’établissement au lieu des repas (amenés du restaurant), et cela m’a fait du bien. Mon estomac en a eu assez de ces mets supérieurs et rêve de Rousseau. Aussi, depuis une semaine, je me plonge dans les délices végétariens, comme le roi Nabuchodonosor quand, en vertu d’un verdict des Dieux, il dut marcher à quatre pattes et brouter de l’herbe (Heine affirme que c’était de la salade). Nota bene, je reçois chaque soir un morceau de viande. Tu peux donc être tout à fait tranquille et abandonner définitivement ce sujet. Et si tu pouvais bien renoncer en général à tout ce côté « tante aux petits soins » – à ta préoccupation de mon bonheur corporel, aux projets de m’envoyer des fruits etc., – ce sont des choses dont je pourrais dire dans le latin de cuisine de Bismarck : Nescio quod mihi magis farcentitum esset, – en bon allemand : je ne sais pas ce qui me serait le plus égal[Jeu de mot avec Wurst, saucisse, dans l’expression allemande].
 
Organiser le quotidien dans et hors de la prison
 
Pour celui qui a vécu la prison et aussi pour les autres, les lettres à Leo Jogiches sur l’achat de vêtements prendront tout leur sel en imaginant celui-ci à la quête de la pièce souhaitée, « l’odyssée de l’achat d’un corsage » comme la nomme Rosa Luxemburg nous est particulièrement chère, d’autant que c’est une lettre qui ne risque pas du fait de son contenu d’être souvent reprise. Nous aimons aussi beaucoup l’image de Rosa Luxemburg en cour de promenade « sans chapeau », ou  celle sur l’usure plus rapide des vêtements:
 
c’est bizarre les vêtements s’usent encore plus vite ici qu’à la maison, bien que l’on ne fasse rien et qu’il ne se passe rien
 
Ecrire le quotidien en prison
 
« Les chicanes » comme elle dit à J.Bruhns. On trouve dans ces lettres en réponse à ses correspondants la description laconique du quotidien emprisonné
 
Tu veux tout savoir de moi. Je me lève à 6 heures, distribution du café , promenade de 8 à 9 heures, repas à midi, de 1 à 2 promenade, à 3 heures café, à 6 heures dîner, de 7 à 9 travail à la lumière de la lampe, 9 heures, extinction des feux. Je reçois le Berliner Tageblatt. Je lis beaucoup, je pense aussi pas mal …
 
Et une description superbement métaphorique  d’une cellule
 
Il faut de plus que je te décrive ma cellule! Tu en demandes beaucoup, my darling. Où puis-je prendre les pinceaux et les couleurs pour t’en décrire la richesse. D’ailleurs j’ai trouvé récemment au mur un inventaire hectographié de ma cellule, où je vis à mon grand étonnement qu’il comportait environ vingt objets. Alors que j’étais sûre qu’elle était complètement vide. La morale de l’histoire : dès qu’un homme a l’impression d’être vraiment pauvre, qu’il s’asseye et qu’il fasse un inventaire de ses biens terrestres, et il découvrira combien il est riche. Toi aussi, tu devrais faire souvent un inventaire de tes richesses et si tu ne m’oublies pas en faisant celui-ci, comme tu as si souvent l’habitude de le faire, tu verras que tu es un véritable Crésus.
 
Ecrire la prison
 
Dès cet emprisonnement, on trouve dans ses lettres, ce qui a tant bouleversé les lecteurs des lettres à Sonia Liebknecht : la  description sensible des sensations de ce quotidien enfermé :
 
C’est le soir, une douce brise descend dans ma cellule par le vasistas, agite doucement mon abat-jour vert et tourne lentement les pages du Schiller ouvert sur ma table. Dehors, dans la rue, on ramène lentement un cheval à l’écurie: le bruit rythmé et lent de ses sabots sur le pavé résonne dans le silence du crépuscule. De très loin presque imperceptibles me parviennent les sons fantasques d’un harmonica, sur lequel tout en cheminant quelque apprenti cordonniers « souffle » une valse. Dans ma tête résonne une strophe que j’ai lue récemment je ne sais plus où …
 
Et ces remarques si profondes qu’elles résonnent en nous longuement
 
J’ignore moi-même où ; la vie joue avec moi un éternel jeu de cache-cache. Il me semble toujours qu’elle n’est pas en moi, pas là où je me trouve, mais quelque part plus loin
 
J’ai apprécié le calme et la solitude, dans lesquels j’ai pu me reconstruire intérieurement. Dans le contact avec les autres, j’ai toujours un sentiment d’être tiraillée, toute nouvelle impression m’attire d’un côté, et je suis tout à fait esclave de l’instant présent. Dans la solitude, je me retrouve et je remets de l’ordre dans la « sensibilité » polonaise de mon âme.
 
Nous vous souhaitons donc bonne lecture.
D.V.P.

Suite de l'article

http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/2015/06/27/rosa-luxemburg-lettres-en-prison-emprisonnement-1-zwickau-pour-outrage-a-lempereur/

 

(Nous vous rappelons l'importance pour nous de votre abonnement parallèlement à celui-ci à notre nouveau site pour le faire vivre et pour un meilleur référencement qu'aujourd'hui)

 

Une "image" de Claudine Roméo

Une " image" de Claudine Roméo

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lieb
commenter cet article

commentaires

Grève de masse. Rosa Luxemburg

La grève de masse telle que nous la montre la révolution russe est un phénomène si mouvant qu'il reflète en lui toutes les phases de la lutte politique et économique, tous les stades et tous les moments de la révolution. Son champ d'application, sa force d'action, les facteurs de son déclenchement, se transforment continuellement. Elle ouvre soudain à la révolution de vastes perspectives nouvelles au moment où celle-ci semblait engagée dans une impasse. Et elle refuse de fonctionner au moment où l'on croit pouvoir compter sur elle en toute sécurité. Tantôt la vague du mouvement envahit tout l'Empire, tantôt elle se divise en un réseau infini de minces ruisseaux; tantôt elle jaillit du sol comme une source vive, tantôt elle se perd dans la terre. Grèves économiques et politiques, grèves de masse et grèves partielles, grèves de démonstration ou de combat, grèves générales touchant des secteurs particuliers ou des villes entières, luttes revendicatives pacifiques ou batailles de rue, combats de barricades - toutes ces formes de lutte se croisent ou se côtoient, se traversent ou débordent l'une sur l'autre c'est un océan de phénomènes éternellement nouveaux et fluctuants. Et la loi du mouvement de ces phénomènes apparaît clairement elle ne réside pas dans la grève de masse elle-même, dans ses particularités techniques, mais dans le rapport des forces politiques et sociales de la révolution. La grève de masse est simplement la forme prise par la lutte révolutionnaire et tout décalage dans le rapport des forces aux prises, dans le développement du Parti et la division des classes, dans la position de la contre-révolution, tout cela influe immédiatement sur l'action de la grève par mille chemins invisibles et incontrôlables. Cependant l'action de la grève elle-même ne s'arrête pratiquement pas un seul instant. Elle ne fait que revêtir d'autres formes, que modifier son extension, ses effets. Elle est la pulsation vivante de la révolution et en même temps son moteur le plus puissant. En un mot la grève de masse, comme la révolution russe nous en offre le modèle, n'est pas un moyen ingénieux inventé pour renforcer l'effet de la lutte prolétarienne, mais elle est le mouvement même de la masse prolétarienne, la force de manifestation de la lutte prolétarienne au cours de la révolution. A partir de là on peut déduire quelques points de vue généraux qui permettront de juger le problème de la grève de masse..."

 
Publié le 20 février 2009